Blanco, Vol. 1-2

Blanco_cov1“Une ancienne légende inuit raconte qu’une fois tous les sept ans, les esprits de toutes les proies abattues par les chasseurs se réincarnent dans un être surpuissant à l’apparence d’un chien blanc, venu enlever la vie des hommes. Hiver 1989, Alaska. Deux chasseurs sont attaqués par un chien blanc à la tête d’une meute de loups. L’un des deux hommes trouve la mort instantanément suite à un exploit extraordinaire de la bête. Par la suite, l’armée américaine met secrètement la tête de l’animal à prix auprès de chasseurs chevronnés. Une chasse est lancée et un carnage a bien lieu: celui de tous ces braconniers. Une poursuite acharnée s’engage alors contre ce prédateur… Quel secret se cache derrière ce simple chien blanc pourtant si redoutable ? Légende maléfique ou secret militaire bien gardé ?” [Texte de présentation sur le site de l’éditeur]

Publié initialement sous le titre Chō Sentō Inu Buranka (超戦闘犬 ブランカ; littéralement “super chien de combat Blanca”, mais simplement traduit “Le chien Blanco”), Blanco [ブランカ, Blanca] a d’abord été sérialisé au Japon (1984-85) dans un magazine qui cessa de paraître avant que le récit soit complété, puis a été publié en volumes dans son intégralité par trois éditeurs successifs: Shodensha (1985-86), Futabasha (1990) et Shogakukan (1996). En France, Casterman le publie d’abord en 1996-97, sous le titre Le Chien Blanco, dans le sens de lecture occidental. Il est toutefois republié en 2009 dans la collection “Sakka”, cette fois dans le sens de lecture original, avec une nouvelle traduction et une meilleure qualité d’impression. Le premier volume arbore d’ailleurs huit pages couleur.

Blanco est l’un des premiers manga où Jirō TANIGUCHI scénarise ses propres histoires tout en s’attaquant à des récits plus long. Il y développe plus avant sont intérêt pour le naturalisme, auquel il avait pris goût alors qu’il n’était qu’un simple assistant et qu’il lisait Jack London et Ernest Thompson Seton—qui auront d’ailleurs une grande influence sur son oeuvre. On est toutefois encore loin des déambulations introspectives et du style clair et précis auxquels Taniguchi nous a habitué avec ses plus récents manga. Non, Blanco est une oeuvre plus fruste, un manga d’action où il dépeint la confrontation violente entre l’homme et la bête, sur un arrière-plan de nature sauvage immaculée et d’intrigue politique internationale.

Blanco_v1_p091

Vol. 1, page 91

Dans le premier volume, nous suivons Blanco, un chien blanc mystérieux qui possède des capacités extraordinaires. En provenance de Sibérie, il a traversé en Alaska par le détroit de Béring et continue inlassablement sa route au Yukon, en direction sud-est, vers une destination inconnue. Il est poursuivit par des agents et des militaires d’une puisssance étrangère—non pas les Américains (comme la présentation de l’édition française suggère de façon érronnée) mais la “République R” qui, après avoir tenté d’échapper à l’influence russe en développant une arme secrète [la Corée du Nord?], essaie maintenant d’en éliminer toutes traces. Blanco tue sans merci tout ceux qui s’interposent à sa course folle et, ce faisant, attirera l’attention d’un chasseur (dont les compagnons ont été tué par Blanco) et d’une biologiste (dont le collègue a été tué par les agents de la République R).

Blanco_cov2Dans le second volume, l’identité et les motivations de Blanco se précisent. Il est le fruit de modifications génétiques et a été kidnappé par les agents de la République R dans le but d’en faire une arme secrète meurtrière. Ayant réussi à s’échapper, il tente de rejoindre sa véritable maîtresse, Patricia, la petite-fille de son créateur, qui vit à New York. La poursuite s’intensifie: Shiba, le chasseur japonais, se fait des alliés mais revise ses intensions face à Blanco; Helène, la biologiste, retrace Patricia et découvre le secret du chien blanc; la République R envoi des commandos d’élite et une meute de chiens génétiquement modifiés pour éliminer définitivement Blanco. Toutefois, le métabolisme de celui-ci s’embale et s’épuise, lui laissant juste assez de force pour un dernier exploit avant de retrouver Patricia dans un climax touchant. Mais ce n’est pas la fin de l’histoire, puisqu’une louve a donné naissance aux petits de Blanco…

Blanco_v2_p161

Vol. 2, page 161

Je dois avouer avoir eu beaucoup de mal à embarquer dans cette histoire: les capacités surnaturelles de Blanco et certains éléments de l’histoire (un saut de 170 pieds? communication télépathique longue distance! des troupes étrangères entrant au Canada sans être détectées…) semblent trop invraissemblables; de plus, le récit démarre très lentement. Toutefois, si l’on est patient, on se fait éventuellement emporter par l’histoire. Le récit est fluide et Taniguchi maîtrise plutôt bien les scènes d’action. Mais, même si ce manga a été populaire au Japon et qu’il a été bien reçu en Europe, je crois que Blanco est une des oeuvres plutôt moyenne de Taniguchi. C’est bon et vaut la peine d’être lu mais sans plus.

Cette série se poursuit avec un deuxième cycle intitulé Kami no inu Blanca II (神の犬 ブランカII, “Blanca 2: Le chien des dieux”) qui a été sérialisé en 1995-96 et publié lui aussi en deux tomes. Casterman, dans son édition française, l’a simplement intégré à la première partie sous le seul titre de Blanco: le vol. 3, intitulé L’Heure du Loup (272 pg, ISBN: 978-2-203-02882-1), est paru en février 2010 et le vol. 4, intitulé La Croisée des Chemins (272 pg, ISBN: 978-2-203-03010-7), vient tout juste de paraître (le 30 juin 2010) et conclut la série. Nous commenterons séparément ces deux volumes plus tard.

Blanco Vol. 1: La Poursuite, Vol. 2: L’Instinct du Retour par Jirō TANIGUCHI. Casterman (Coll. Sakka), 2009. B&W, 15 x 21 cm, 280 & 288 pgs. 12.50 € / $24.95 Can. Recommandé pour adolescents (14+). ISBN: 978-2-203-02092-4 (vol. 1), 978-2-203-02524-0 (vol. 2). stars-2-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreads — Wikipedia — WorldCat ]

Blanco © Jiro Taniguchi, 1996. © Casterman, 2009 pour la traduction française.

[ Translate ]

3 thoughts on “Blanco, Vol. 1-2

  1. Pingback: Index of book reviews | Clodjee's Safe-House

  2. Pingback: Un “nouveau” Taniguchi chez Pika en Mai | Clodjee's Safe-House

  3. Pingback: Blue Corner | Clodjee's Safe-House

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s