Le chat du rabbin 5. Jérusalem d’Afrique

chat-rabbin-5-jerusalem-d-afrique“Alors que Zlabya s’ennuie au côté de son époux, le rabbin reçoit une caisse contenant un peintre russe voulant parcourir l’Afrique pour retrouver la douzième tribu d’Israël.”

“Cinquième tome du best seller de Joann Sfar, Jérusalem d’Afrique est un éblouissant voyage dans une Afrique sublimée, croisement improbable sur plus de 80 pages entre Tintin au Congo et les chefs-d’oeuvre d’Albert Cohen. Et en plus le chat reparle.”

“Absolument indispensable.”

[ Texte du site de l’éditeur ]

Continuez après le saut de page >>

ATTENTION: Peut contenir des traces de “spoilers”! Les personnes allergiques à toutes discussions d’une intrigue avant d’en avoir eux-même prit connaissance sont vivement conseillé de prendre les précautions nécessaires pour leur sécurité et devraient éviter de lire plus loin.

chat-rabbin-5-extraitAvec ce volume on revient sur l’histoire qui a été adapté en animation 3D. C’est beaucoup mieux (l’histoire mais pas le dessin, évidemment).

Zlabya n’est pas heureuse avec son mari et revient chez son père. Une boite de livres russes arrive chez le jeune rabbin avec ce qu’on croit être un mort dedans. Après de nombreux palabres hilarants, le “mort” se réveille tel le golem des histoires juives mais, comme c’est un russe, seul le chat le comprend. Et le chat le parle plus. Le russe se révèle être un peintre. On lui cherche un traducteur que l’on trouve en la personne d’un aristocrate excentrique exilé (révolution oblige). Mais la boite de livres a été livré à la mauvaise destination. Le russe espérait se rendre à Addis-Abeba, d’où il comptait partir à la recherche d’une Jérusalem africaine mythique. Alors, après de nombreux palabres (toujours hilarant), l’aristocrate décide qu’il va financer une grande expédition africaine!

Après un détour pour ramasser le cheikh Mohammad Sfar, dont la connaissance de l’Afrique peut s’avérer utile, c’est le grand départ vers l’Éthiopie dans une auto-chenille Citroën qui a fait la croisière noire avec Audouin-Dubreuil. L’aristrocrate Vastenov vient de l’acheter. C’est la grande aventure qui commence pour le rabbin Abraham Sfar, le cheikh Mohammad Sfar, le peintre, Vastenov et… le chat! (Zlabya reste à la maison avec son mari.)

Un soir au camp, le chat fait une mauvaise rencontre avec un scorpion. Le cheikh Sfar connait une tribu proche dont le marabout fait des merveilles. Le seul problème: ce sont des fanatiques religieux alors il faut éviter la confrontation. Le chat se remet (et retrouve la parole), le prince de la tribu se fait faire le portrait par le peintre mais c’est l’arrogance de Vastenov qui lui sera fatale. Heureusement, le chat a tenu sa langue. Plus tard, l’expédition rencontre un jeune reporter belge et son chien! En bon colonialiste il les traite comme des demeurés. Il n’est pas nommé mais c’est évidemment Tintin et Milou. Un petit hommage à Hergé au détour d’une page. Dans l’animation, c’est encore plus drôle car le reporter a un affreux (mais hilarant) accent belge!

Les villes sont plus dangereuses que la jungle. Le peintre russe tombe amoureux d’une serveuse noire dans un bar. Elle se joint à l’expédition. Malgré ses réticences le rabbin les mari. Et l’aventure continue. Comme la route devient de plus en plus dure, il faut d’abord abandonner l’auto-chenille, puis l’âne, et finalement seul le peintre et la serveuse (et le chat) poursuivent le chemin. Finalement, un matin, ils voient apparaître une cité impossible. Elle est peuplé de géants noirs pas très amicaux dont le peintre ne comprend pas la langue. Mais il est clair que ce sont des juifs! Le chat tente de faire l’interprète mais ils ne croient pas qu’un juif blanc puisse exister, ils se disent les seuls vrais juifs et se sentent offensés et leur demandent sans équivoque de partir. C’est qu’ils font. Au retour, le peintre dit aux autres que la ville n’existait pas.

A la fin de l’album il est dit: “Le félin et Zlabya reviendront bientôt dans une tragédie érotique intitulée: Tu n’auras pas d’autre Dieu que moi.” Plus de huit ans plus tard, la suite n’est toujours pas parue. Joann Sfar s’est sans doute laissé distraire par la production de l’animation et de multiples autres projets. Dommage, car j’aimais bien le chat.

Cet album, plus volumineux que les autres, rattrape bien l’ennui provoqué par les deux précédents. Il n’a pas la nouveauté ou la fraîcheur du tout premier volume mais c’est toute de même bien écrit, très amusant et même les dessins commençaient à me plaire. Ça mérite certainement la lecture.

Le chat du rabbin 5. Jérusalem d’Afrique, par Joann Sfar (couleur par Brigitte Findakly). Paris, Dargaud (Coll. Poisson Pilote), décembre 2006. 22.5 x 29.7 cm, 80 pg., 12.99€ / $19.95 Can. ISBN: 9782205058680. Recommandé pour adolescents (12+). stars-3-0

Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipedia ]

Voir aussi mes commentaires sur les volumes précédents:

Chat_du_rabbin-le_film  chat-rabbin-tome-1-bar-mitsva  chat-rabbin-2-malka-lions  chat-rabbin-3-exode  chat-rabbin-4-paradis-terrestre

Le Chat du Rabbin © 2009-2013 Dargaud et Joann Sfar.

[ Translate ]

One thought on “Le chat du rabbin 5. Jérusalem d’Afrique

  1. Pingback: Index of book reviews | Clodjee's Safe-House

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s