Découvertes au Salon du Livre

slm-2017-afficheTel qu’annoncé, je suis allé visiter le Salon du Livre de Montréal mercredi.

C’est incroyable comme la quantité de titres intéressants publiés dans une année peut être accablante. Donc, résolu à ne pas pouvoir tout voir de toute façon, je me suis contenté de faire un tour rapide (à peine une heure et demi). Comme à mon habitude j’ai parcouru d’abord les allées parallèles au cardo (axe nord/sud) puis celles du decumanus (axe est-ouest), naviguant parfois au travers les kiosques des grands distributeurs, recherchant certains éditeurs en particuliers et espérant que le hasard mettrait sur ma route les ouvrages qui m’intéressent. J’ai effectivement fait quelques bonnes découvertes (que je partage avec vous après le saut de page).

Première constatation: cette année le salon me semble plus petit. En effet, les niveaux deux et trois, où par le passé l’on retrouvait entre autre certains distributeurs de BD, est maintenant occupé par des expositions et des animations (Le lectume, Illustres auteurs, Prix Marcel-Couture, PoésieGo, Zone Wi-Fi La Presse). Même au quatrième niveau, il semble y avoir plus d’espace d’animation avec la Grande Place, L’Agora, la Place confort TD, Studio Radio-Canada et Le Carrefour. En effet, les activités ne manquent pas : animations, ateliers, rencontres d’auteurs, tables rondes, etc. Tous sur le livre et l’édition. Car, bien sûr, parler du livre le fait vendre.

Deuxième constatation: il y a quelques absents. D’abord la librairie Drawn & Quarterly qui était présente ces dernières années et qui m’offrait l’occasion d’acheter quelques manga classiques de leur propre crues (des économies pour moi cette années). Puis, pour le deuxième salon consécutif, je constate l’absence des bibliothèques de Montréal. Les quarante-cinq bibliothèques de la ville se portent relativement bien (bonne collection, nombreux services offerts, gros effort d’uniformisation des différentes succursales) mais ce qui manque en ce moment c’est un peu plus de promotion pour mieux sensibiliser les citoyens aux services disponibles gratuitement et les encourager à les utiliser: entre autres faire de la publicités dans le métro et les autobus, offrir un blog plus dynamique, une application pour téléphone intelligent et, surtout, être présent dans des salons et des conventions pour créer de la visibilité! Il faut en faire plus, pas moins!

Maintenant passons aux découvertes comme telles.

la-foret-millenaire-covJ’ai trouvé le tout dernier Jiro Taniguchi, La forêt millénaire, publié chez Rue de Sèvre. J’étais heureux de le voir mais ça m’a tout de même coûté près de $35 ! J’aurais peut-être dû attendre qu’il soit disponible à la bibliothèque. Je vais en parler plus amplement dans une prochaine entrée mais je dois avouer avoir été un peu déçu… Mais, bon, c’est son dernier manga alors je vais le chérir tout particulièrement.

9782203121607J’ai eu la surprise de constater que le Pline #4 était déjà disponible en librairie. Cela m’était sortie de l’esprit. Heureusement, il est aussi déjà disponible en bibliothèque. Je l’ai réservé et le commenterai dès que j’aurai eut l’occasion de le lire (quoique, oups, j’ai pas encore écrit le commentaire sur le tome 3).

image-1388743096Tant qu’à être dans le manga historique qui traite de l’époque romaine (mes deux intérêt principaux: le manga et la Rome antique!), je voulais aussi commencer la série de Ad Astra en me procurant le premier tome au salon. Hélas! Tout les exemplaires avaient été vendu. Cela démontre bien l’inexpérience de certains distributeurs / libraires: dans une convention ou un salon, il est toujours bon de tenir plusieurs copies du premier tome et des derniers tomes afin de pouvoir répondre non seulement à la demande des amateurs existants mais aussi de pouvoir faire découvrir une série à de nouveaux lecteurs (et ainsi s’assurer de futures ventes)! De plus, le distributeur n’avait aucun catalogue des éditeurs qu’il offrait (surtout de petits éditeurs comme Ki-oon, Komikku ou Kurokawa) et l’excuse que l’on ma donné ne tenait pas debout. C’est hélas une constatation que je fais très souvent: le maillon le plus faible de la chaîne du livre est le distributeur. Alors que l’éditeur et le libraire connaissent en général bien leurs produits, le distributeur, lui, s’en fout complètement… J’ai donc emprunté Ad Astra #1 à la bibliothèque et le commenterai dès que possible (avec tout le travail que je dois mettre ces temps-ci sur l’aspect structurel du blogue, cela me laisse peu de temps pour actuellement écrire).

valerian-vu-parÀ ma grande surprise j’ai également découvert un nouvel album de la série Valérian, Shingouzlouz Inc., par deux jeunes auteurs: le dessinateur Wilfrid Lupano (Long John Silver) et le scénariste Mathieu Lauffray (Les Vieux Fourneaux). Je fus d’abord très excité puisqu’il était annoncé comme le 23e tome de la série. Est-ce qu’une nouvelle génération d’auteurs prenait la relève de Mézières et Christin pour poursuivre la série? Hélas non, car le site de Dargaud le présente comme un 2e tome de la série “Valérian, vu par…” qui comprend également L’Armure du Jakolass dessinée par Manu Larcenet. Ces deux volumes méritent certainement d’être lu (mais je vais les emprunter à la bibliothèque pour les commenter)…

valerian-et-la-cite-des-mille-planetes-19642-300-300Pour rester avec Valérian, j’ai également remarqué chez Fleurus la novélisation du film Valérian et la cité des mille planètes par Christie Golden, d’après le scénario de Luc Besson. Je l’avais découvert en bibliothèque mais il était bien présent au salon et je crois que cela valait la peine de le mentioner (quoique, ayant déjà commenté le film, je n’ai pas l’intension de le lire, ni de le commenter).

CatAlire2017-18J’ai aussi visité mes amis chez les éditions Alire, le premier éditeur québécois essentiellement dédié aux littérature “de genres.” Après vingt-deux ans, il demeure le principal éditeur dans ce domaine avec un catalogue qui comporte une cinquantaine d’auteurs et plus de deux-cent-soixante-quinze titres! Au salon, on présentait le catalogue 2017-2018, ainsi que les nouveautés de Patrick Sénécal (Il y aura des morts), Jean-Louis Fleury (L’Ombre des monastères), Sylvie Bérard (Une sorte de nitescence langoureuse), Maxime Houde (La vie rêvée de Frank Bélair), Guy Gabriel Kay (Enfants de la Terre et du Ciel) et Jean-Louis Trudel (Petit Guide de la Science-Fiction au Québec — où je suis mentionné à trois reprises!).

9782203105782Puisque nous sommes dans les actualités littéraires, je me dois de mentioner le tout dernier Enki Bilal (même si j’en ai fait la découverte APRÈS le salon du livre). Le premier tome de Bug paraîtra chez Casterman mercredi prochain le 22 novembre et, selon Amazon, devrait être disponible au Québec dès le 5 décembre. Cette fois ci, la planète est plongée dans la tourmente avec la disparition du monde numérique. À lire absolument!

“Après avoir traité de sujets politiques, géopolitiques (Les Phalanges de l’Ordre Noir, Partie de chasse, avec Pierre Christin), de destins dictatoriaux et de rêves d’immortalité (La trilogie Nikopol), de cauchemars obscurantistes prémonitoires (Le cycle du Monstre), de planète recadrant les humains (La trilogie du Coup de Sang), Enki Bilal nous prive de notre addiction digitale en nous plongeant, non sans une certaine dérision, dans un monde de désarroi et d’enjeux multipolaires…”

Bon cela fait le tour de ce que j’ai découvert au salon du livre. Maintenant, il faut me mettre au travail!

[ Translate ]

2 thoughts on “Découvertes au Salon du Livre

  1. Pingback: Découvertes au Salon du Livre |

  2. Pingback: Bug | Clodjee's Safe-House

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s