Un simple monde

UN_SIMPLE_MONDE (Pika Graphic)_JKT_a_6.indd“Mari Yamazaki est l’une des auteurs japonais de bande dessinée qui a le plus voyagé dans sa vie. Que ce soit en Italie, en Syrie ou au Brésil en passant par les îles Tuvalu, l’auteure de la célèbre série Thermæ Romæ s’imprègne de l’ambiance qui l’entoure et croque la vie quotidienne des habitants. Dans Un Simple Monde, elle capte avec justesse et sensibilité des bribes d’histoires où il est question de l’attachement à son pays, à sa famille, à sa culture… Des histoires toutes singulières mais qui touchent à l’universel et nous rendent le monde si proche.”

[ Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière ]

Un simple monde (地球恋愛 / Chikyû Renai / lit. “Affaire d’amour avec la terre”) est un manga josei par Mari Yamazaki (Thermae Romae, PIL, Pline). Il a été prépublié dans le magazine Kiss+ en 2010-11 puis compilé chez l’éditeur Kôdansha en août 2011. Il s’agit d’un recueil de six histoires courtes (vingt-six pages chacune) qui s’enchaînent (en faisant subtilement référence au récit précédent) et nous présentent des histoires d’amour de couples d’âge mûr tout autour du globe (Italie, Tuvalu, Danemark, Brésil, Syrie, États-Unis). Ces tranches de vie traitent non seulement de l’affection pour un être cher mais aussi de l’amour envers sa culture ou sa terre natale. Yamazaki a elle-même beaucoup voyagé (Florence, Lisbonne, Chicago, Venise, etc.) et semble prendre plaisir à observer le comportement humain.

Continuer après le saut de page >>

UnSimpleMonde-p009

page 9

Chap. 1: Le dandy italien. Emilio, vieux dragueur, sort avec son ami Guiseppe. Ils avaient jadis aimé la même femme, qui avait finalement choisi Guiseppe, artisan cordonnier sans trop de charisme. Emilio drague Béatrice, la tenancière du bar local. Mais il se rend compte que l’histoire se répète et que finalement celle-ci lui préfère Guiseppe.

Chap. 2: Tuvalu et la mer. Fafaga trouve son mari, Iofu, fainéant. Quand sa soeur Laouto, qui avait émigré en Nouvelle-Zélande avec sa famille, revient inopinément, celui-ci lui fait de l’oeil. La monté du niveau de la mer condamne l’île à moyen terme et anéanti toute perspective d’avenir, pourtant Laouto a quitté son mari car son île natale lui manque trop. Toutefois, Manoa, son mari, viens la chercher. Ils conviennent de revenir à Tuvalu quand les enfants seront grands…

Chap. 3: Noël danois. Un vieux couple refuse de quitter leur maison ou de cesser de faire des offrandes à la divinité locale malgré l’insistance de leur enfants qui voudraient qu’ils viennent habiter en ville avec eux. Toutefois, après que le mère se soit blessé dans le vieil escalier, ils viennent tous fêter Noël dans la vieil maison. La mari continuera à fabriquer des jouets en bois même s’ils ne se vendent plus très bien…

UnSimpleMonde-p088

page 88

Chap. 4: Une nuit à Rio de Janeiro. Louisa insiste pour continuer à payer César, le guitariste qui anime son bar et cela même si les ventes ont baissé et les dettes s’accumulent. Elle avait promis au propriétaire précédant qu’elle garderait le guitariste. Mais comme les temps sont trop dur elle décide de vendre le bar, mais lui trouve une autre place pour jouer. Il lui avoue qu’il ne jouait pas pour la clientèle mais pour elle. Il lui joue alors une sérénade où il lui déclare son amour… 

Chap. 5: Le désert de Syrie. Un photographe cherche des ruines byzantines pour les photographier. Une femme et sa fille, y vivent et gardent leur moutons. Il a manqué son bus, alors la femme lui offre l’hospitalité pour la nuit. Il lui offre un album de ses photos en remerciement. Toute les nuit, elle allume un feu sur la colline pour guider son mari au cas où il reviendrait de Damas où il est allé travaillé depuis trois ans. Elle se fait évincée des ruines par le gouvernement. Plus tard, alerté par le photographe, son mari vient la chercher avec la nouvelle voiture qu’il a acheter…

Chap 6: Le dandy américain. Steven est un concierge très ordonné dans un immeuble résidentiel. À cinquante-deux ans il est toujours célibataire. Une vieille dame lui donne une photo de sa fille Kelly qui vient de divorcer. Elle lui donne des plats de lasagne et simule un malaise pour qu’il rencontre sa fille… Ils pourront peut-être bien s’entendre, puisqu’ils aiment tous deux le vélo…

Encore un Yamazaki qui m’avait échappé et que j’ai découvert par hasard à la bibliothèque! Un simple monde nous offre de belles histoires empreintes de nostalgie et de sentimentalisme. En plus de l’affection mutuelle, le grande thème semble être l’attachement aux traditions. L’attachement de Guiseppe à sa cordonnerie, à l’île natale et la pêche traditionnelle à Tuvalu, à la vieille maison, le travail du bois et au dieu Nisse au Danemark, au bar et la musique à Rio, aux vieilles ruines et à la vie traditionnelle de pâtre en Syrie, à sa famille pour la vieille dame et à ses vieilles habitudes pour Steven.

Malheureusement, le dessin ne m’apparait pas aussi détaillé et précis que pour ses séries Thermae Romae ou Pline. Toutefois, pour ces titres elle utilisait des assistants, ce qui n’est vraisemblablement pas le cas pour un one-shot comme Un simple monde. En fait, il me semble que la thématique et le style se rapproche plus de PIL, un autre one-shot. Je suis également un peu déçu qu’on ne retrouve pas d’anecdote qui se déroule au Japon. Par contre, sur le site Japonais on parle d’Un simple monde comme d’un premier volume, il y aurait donc éventuellement une suite où j’espère Yamazaki nous présentera l’attachement et l’affection d’un vieux couple Japonais…

Dans l’ensemble, Mari Yamazaki nous fait passer un bon moment avec ses petites histoires. Ce n’est rien de trop excitant mais c’est tout de même une très bonne lecture. À lire surtout pour les fans de Yamazaki.

Un simple monde, par Mari YAMAZAKI. Paris: Pika Graphic (Coll. Conte Moderne), octobre 2017. 160 pages, 17.1 x 24.1 cm, 15,00 €  / $24.95 Can. ISBN 978-2-8116-1959-6. Pour lectorat adolescent (15+).  Un extraits d’une vingtaine de pages est disponible sur le site de l’éditeurstars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

CHIKYU RENAI © Mari Yamazaki / Kodansha Ltd. Tous droits réservés. © 2017 Pika Éditions pour la version française.

[ Translate ]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s