Mujirushi: Le Signe des rêves 2

signe-des-reves-2-covLe récit, débuté dans le premier volume, se poursuit. [Attention: SPOILER] Kasumi et son naïf de père Takashi ont un plan pour voler La Dentellière de Vermeer au Louvre: distribuer des masques de la présidente américaine Duncan (une sorte de mélange entre Trump et Hilary) dans le cadre d’un faux exercice d’évacuation et profiter de la confusion pour cacher le tableau dans les combles du musée. L’escroc Iyami, ce prétentieux personnage aux dents saillantes, espère profiter de la disparition du tableau pour vendre son faux à haut prix… Le pompier Michel tente de les en empêcher mais de toute façon Takashi ne réussi pas à saisir le tableau et le plan échoue… Toutefois, l’incident est perçu comme  une manifestation éclair anti-Duncan et, comme un scandale impliquant la président éclate au même moment, les masques de la présidente reviennent populaire et l’usine de Takashi suffit à peine à répondre à la demande. Sa femme revient et sa fortune est retrouvée!

signe-des-reves-2-bcovEntremêlé au récit principale on retrouve trois autres histoires: celle de l’inspecteur japonais à la poursuite d’un trafiquant de tableaux volés qui fait erreur sur la personne; deux journalistes qui “suivent” la présidente Duncan et révèlent le scandale; et finalement l’histoire de Kyôko, une japonaise qui a vécu à Paris et s’est occupé de Michel quand il était jeune. Finalement, l’histoire qui lie Kyôko et Iyami n’a rien de mystique et, si elle est un peu rocambolesque, elle est même plutôt décevante tellement qu’elle est banale. 

signe-des-reves-2-plancheLe manga nous offre quatre planches en couleurs et se conclue avec les fiches signalétiques de deux des oeuvres du Louvre représentées dans le récit (La Dentellière de Vermeer et la statue égyptienne du couple Sementaouy et Rouiay), une postface de Naoki Urasawa (qui explique la genèse du manga) et la présentation du personnage de Iyami. C’est sans doute cette dernière qui est la plus intéressante car elle donne une nouvelle optique au récit. On y explique que Iyami est en fait un personnage très populaire du manga Osomatsu-kun par Fujio Akatsuka. Le récit est donc rempli d’inside jokes que seul les gens familier avec cet aspect de la culture japonaise peuvent comprendre  et apprécier. Cela m’avait échappé…

Si le dessin de Naoki Urasawa semble un peu ordinaire, il est très efficace à exprimer l’action et l’émotion des personnages. Et, si la conclusion de l’histoire est un peu décevante, le récit est bien mené et captivant. Le signe des rêve demeure donc une bonne lecture. C’est du Urasawa, après tout!

Mujirushi: Le Signe des rêves 2, par Naoki Urasawa. Paris: Futuropolis / Louvre Éditions, octobre 2018. 136 pages, 19.5 x 26.5 cm, 20,00 €  / $39.95 Can. ISBN 978-2-7548-2581-8. Sens de lecture original (de droite à gauche). Pour lectorat adolescent (14+). stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

© 2018 Urasawa Naoki • N Wood Studio / Futuropolis • Musée du Louvre Éditions.

[ Translate ]

Capsules

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s