Les montagnes hallucinées (Culbard)

Montanges_Hallucinées-Culbard-cov“Septembre 1930, une expédition de scientifiques embarque pour les étendues glacées et désolées de l’Antarctique. Mais les secrets qu’ils vont découvrir révèlent un passé qui dépasse presque l’entendement et un avenir trop atroce à envisager. Par son approche scientifique rigoureuse, “Les Montagnes Hallucinées” (1936), véritable classique d’H P Lovecraft qui emprunte à “l’âge d’or” de l’exploration polaire, a ouvert une ère nouvelle de la science-fiction du 20e siècle.”

[ Texte de la couverture arrière ]

J’ai déjà amplement parlé de ce court roman de H.P. Lovecraft lorsque j’ai commenté son adaptation en manga par Gou TANABE (tome 1 et tome 2). Je ne m’attarderai donc pas sur cette histoire sinon pour mentionner qu’elle a aussi été adaptée en bande dessinée par Ian Culbard, un artiste britannique qui est bien connu pour ses adaptations (en collaboration avec le scénariste Ian Edginton) de grands classiques littéraires de Oscar Wilde (The Picture of Dorian Gray), Sir Arthur Conan Doyle (The Hound of the Baskervilles, A Study in Scarlet, The Sign of the Four, The Valley of Fear), Robert W. Chambers (The King in Yellow), et, bien sûr, H.P. Lovecraft (At the Mountains of Madness, The Case of Charles Dexter Ward, The Shadow Out of Time, The Dream-Quest of Unknown Kadath, The Shadow over Innsmouth). Ces adaptations ont originalement été publié en anglais par l’éditeur britannique SelfMadeHero et la plupart ont été traduite en français chez Akileos.

Montanges_Hallucinées-Culbard-p046

Page 46

Ce que TANABE nous raconte en six-cent-cinquante pages, Culbard lui le fait en seulement cent-vingt. Il ne s’attarde donc pas sur la description de la cité et de ses fresques. Son adaptation est concise mais efficace car elle demeure quand même très fidèle à l’oeuvre originale de Lovecraft. Sa representation de la cité et des créatures est encore plus conventionnelle que celle qu’en fait TANABE. (Et c’est peu dire!).

Toutefois, Culbard se distingue par le fait qu’il travaille en couleurs — avec une palette un peu glauque. On y voit, bien sûr, le style sobre du comics britannique mais fortement influencé par la bande dessinée européenne (ligne claire), puisque que Culbard a vécu en France et a lu et apprécié des auteurs comme Hergé, Tardi, Chaland ou Mézières. 

Donc, pour une adaptation précise et détaillée, il faut lire TANABE alors que si vous voulez une adaptation plus courte et un peu plus “grossière” c’est Culbard. Le récit de ce dernier n’en est pas moins intéressant. La narration est fluide et se lit très bien. C’est une bonne BD — la preuve c’est qu’elle a reçu le prix British Fantasy pour le meilleurs comics ou roman graphique en 2011. À lire absolument si vous êtes un amateur de Lovecraft.

Les Montagnes Hallucinées, par I.N.J. Culbard (adaptation/illustration) et H.P. Lovecraft (histoire). Talence: Akileos, janvier 2011. 122 p. 16.5 x 24 cm, 15 € / $C 29.95. ISBN 978-2-355-74079-4. Pour lectorat jeune adulte (16+). stars-3-0

Malheureusement, cette édition n’est plus disponible mais elle a été remplacée par un gros volume qui compile quatre des adaptations de Lovecraft par Culbard (La Quête onirique de Kadath l’inconnue, L’Affaire Charles Dexter Ward, Les Montagnes hallucinées et Dans l’abîme du temps): Lovecraft: Quatre classiques de l’horreur (Akileos, novembre 2018, 520 pages, ISBN 9782355743641).

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

© 2010 SelfMadeHero • © 2011 Akileos pour la version française.

[ Translate ]

Capsules

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s