Sabbat

Une étrange lumière brillait dans ses yeux
Sous la lune grosse, nous unîmes nos voeux

Nous avons ôté toute cette mascarade
Ceci est ton corps, ceci est mon sang
J’ai sacrifié mon âme à ce dieu délirant
Et ma digue, brisée, battit la chamade
Se vida par saccades, en elle gisant inerte

Nous sommes morts enlacés mais revivrons, certes
Nous avons donné notre chair pour oublier le temps
L’offrande acceptée scella notre engagement

Alors j’ai bu ma semence offerte
Dans le calice de ses cuisses entr’ouvertes

Sabbat…
De rêve…
Ébats…
Sans trêve…

C’était une nuit de sabbat
Cérémonie magique d’ici-bas…

Isléaval
1981/11/14

Publié originalement (page 29) dans Inscriptions sur une pierre tombale icosaédrique datant de 1986, par Claude J. Pelletier. Laval: Publications Ianus, Février 1990. 54 pages. ISBN 2-9801683-1-9. Édition limitée à soixante-quinze exemplaires.  [ BAnQWorldCat ]

Série “Poésie du dimanche” : La danse du cafardDivagation sous la pluie • RideauJe veux m’évader [Et pourtant je suis libre!]

Voir aussi mes haïku

[ Translate ]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s