Image du mer-fleuri [002.020.274]

Aster novae-angliae

Aster amellus

[ iPhone 11 Pro, Parc Frédéric-Back, 2020/09/26 ]

L’aster de Nouvelle-Angleterre (New England aster en anglais) n’est en fait plus considéré comme une aster car sa nouvelle taxonomie est Symphyotrichum novae-angliae. On l’appel parfois marguerite de la Saint-Michel (Michaelmas daisy en anglais) parce qu’elle fleurit autour de l’ancienne fête religieuse de Saint Michel Archange le 29 septembre — toutefois c’est aussi le nom de la variété Européenne Aster amellus, avec laquelle on la confond souvent. C’est une plante herbacée à fleurs de l’ordre des Asterales, de la famille des Asteraceae, et du genre Symphyotrichum (qui compte une cinquantaine d’espèces alors que le genre Aster lui en comporte plus de six-cent !). Dans le language des fleurs, elle représente le mois de septembre. On en retrouve plus de soixante-dix cultivars différents. Les autochtones d’Amérique en faisaient de nombreux usages médicinaux (en cataplasme, en infusion et fumée).

[ Translate ]

Notable news (Late September)

Continued from Status report (end of September)

Incredibly, I still found time and energy to somewhat keep up with the affairs of the world and gathered a few notable news & links — which I now share with you (in both french or english, slightly categorized, but in no particular order — note that, to save on coding time, the links will NOT open in a new window), after the jump.

[ Traduire ]

Continue reading

Status report (end of September)

The life in the time of coronavirus continues… 

It has been a while since I wrote one of those… In the beginning of July, actually. This is my sixth status report and it has been twenty-seven weeks (or one-hundred-and-ninety-two days) since the beginning of the confinement. It has also been seventeen weeks since we started re-opening at the end of May and fifteen weeks since I restarted to work in a library in June. Time flies. Everything before that feels like an other life… Did we reopen too soon, too hard ? Or is it that (stupid) people are so quick to forget the danger of being in the middle of a pandemic ? As predicted, we are now starting the second wave. Lets hope it won’t be a tsunami… Last week, as the COVID-19 cases kept increasing, Montreal passed into yellow zone and today it switched into the red zone, the highest level of alert. To try to break the wave we really need to lock ourselves up again for the next month, avoid all gathering and social activities. Winter is coming and I am worried about what the fall will be bringing (I mean autumn, not “the” fall of civilisation — although that could still be a possibility; or at least the fall of democracy, the fall of decency, in our southern neighbour. 

csm_20-210-261W_courbe-detaillee-cas-covid_800x450_9463bc0a8c

Now, I must apologize to my readers. In the last month or so, I have been feeling lousy and I didn’t write anything of significance on the blog. I posted only pictures — mostly from my daily walks in the park, of cats and flowers. Although I still read a few comics & manga or watched movies and tv series (e.g. I finally finished (re)watching Battlestar Galactica — I’ll write about it later if I can), but just didn’t feel like writing about it. I was (physically and mentally) exhausted. As often, work and life (chasing clinical appointments, shopping for an electric bike or a new mattress) were taking all my energy. However, I still think that posting those pictures are important to me. Each time I talk about natural history, or show the picture of an animal or a plant, or an ancient coin, I think it is an opportunity (first for me) to acquire new knowledge and then to share it with others. After all, this is one of the main reasons why I am writing this blog: Sharing my enthusiasm for knowledge (that and spilling my brain out into words in order to stay sane !).

The reasons why I am feeling so lousy are complex. First, frankly right now, the world is depressing. If you are watching the news (which I very often do, mostly from our southerly neighbour), all you can hear is scandal this, corruption that, election this, election that, COVID this, COVID that, COVID all over (one million deaths around the world so far), and, in every cases, associated with the name Trump! It is tiring. 

Also, my work is rather frustrating. I am not working in my usual library, which is undergoing (since last December!!) some renovations. I’ve been relocated to another library, working with a different team. They are mostly nice people, but, let’s say, we’re not really sharing the same work ethic. Due to various delays (mostly unexpected structural weaknesses and COVID), the construction work has dragged on and the return to our rightful library has been pushed back several time. This situation is the cause of a great stress. (When I get too frustrated with my job, to blow steam, I just apply to another one…)

Finally, my life has become quite painful. On top of my usual ailments (being slightly overweight, back pain [due to an herniated lumbar disc with occasional sciatica], pre-diabetes, high blood pressure, hepatic steatosis, sigmoidal diverticulitis, occasional kidney stones and an unmentionable recurring abscess), earlier this month I started having chronic knee pain on the right side which the doctor diagnosed as probable osteoarthritis (the x-ray didn’t show anything). A little later, I also started having pain in the left hip. I’ve been prescribed some strong NSAID rubbing drops (a 1.5% diclofenac sodium solution) and also tried a similar product in cream, but their list of counter-indications and side-effects is longer and scarier than their benefits! I am quite wary of using them… I am still trying to exercice regularly, but I started to hate stairs (however I am still adamantly avoiding elevators). I just must learn to live with my pain. Pain is my friend. I will face my pain. I must not let pain change the way I do things. I will use my pain to keep a clear mind. And when the pain has gone I will remain active. (That’s my litany against  pain). Fortunately, there are some good days… but I’m really starting to feel old…

However, in the last few days I felt a little worse. I was more tired, depressed, having a congestion and a slight cough, a little dizziness occasionally, higher blood sugar (five days in a row over 7 mmol/L), some gastro-intestinal problems and a slight fever. It is probably simply exhaustion due to the stress of work and the change of the season, doubled with the beginning of a cold. Nothing more (hopefully). However, the protocol at work requires me to report it to my superior, call public health authorities and undergo COVID-19 testing. Which I did today. I didn’t go to work, got tested and now I am isolating myself in my man/writing cave, waiting for the result of the test (and my new mattress). 

I am planning to take advantage of this short pause to hopefully write a little (about life & do some book/media comments) on this blog (and maybe for the Club des Irrésistible also).

Continues with Notable News (late September)

[ Traduire ]

 

Update (2020/10/01): The test came back negative. I am feeling better now and back to work. Sorry again: I spent too much time writing the status report and notable news that I didn’t write anything else… (The mattress is a little disappointing, offering little improvements on the previous one. Feel a little too soft to my taste but the important point is that I sleep a little better).

Vendredi nature [002.020.269]

Bandelette inscrite de la momie de Hor

Inscribed bandage of Hor - detail (IMG_6864)

[ iPhone 11 Pro, Musée des Beaux Arts de Montréal, 2020/01/02 ]

Ici nous passons des sciences naturelles aux sciences tout court avec cette image d’un fragment (de quatre mètres de long !) d’une bandelette funéraire inscrite de formules incantatoires et d’illustrations tirées du livre des Morts. Selon la fiche signalétique, elle date de l’Époque Ptolémaïque (c. 332-250 AEC) ce qui lui donne environ 2300 ans ! Fascinant ces égyptiens…

Cette photographie été prise lors d’une visite de l’exposition “Momies Égyptiennes” au Musée des Beaux Arts de Montréal le 2 janvier 2020. (Artefact du British Museum EA 10265, ©The Trustees of the British Museum).

[ Translate ]

Monnaies anciennes 5

Denarius républicain de P. CLODIVS

IMG_8244-8245

Type: 

République Romaine

Époque: 

509 – 27 AEC

Frappe: 

Rome

Datation: 

c. 42-41 AEC

Nature: 

Denarius

Métal: AR (Argent)

Qualité: VG / F

Taille: 

18-19 mm

Poids: 

3.794 g

Obverse

     

Inscription:

Aucune

Description:

Tête laurée d’Apollon à droite, une lyre derrière

Reverse

     

Inscription:

À d.: P CLODIVS (descendant), à g.: M. F. (descendant)

Description:

Diane Lucifer debout de face, avec un arc et un carquois sur l’épaule, tenant deux longues torches allumées dans chaque main

Notes:

Payé $45

Voir fiche

 

Réf.: 

RRC 494/23; Syd. CRR 1117

 

RCV(83) 294; RCV(2004) 328

Comme pour les pièces de M. CIPI et de L LVCRETIVS TRIO, celle-ci est également une pièce républicaine cette fois frappée par le magistrat monnayeur (triumvir monétaire — d’où la titulature “M.F.” ?) P CLODIVS qui nous est inconnu sinon qu’il a tenu cet office en 42 AEC (une source le cite comme étant P. Clodius M.f. Turrinus). Comme pour les pièces précédentes, la datation a changée avec les années puisque SEAR date la pièce en 41 AEC dans son édition de 1983, puis en 42 AEC dans les éditions plus récentes.

Description en anglais:

Obv: Laureate head of Apollo, r.; lyre behind

Rev: Diana Lucifera std facing, with bow and quiver over shoulder, holding two long lit torches in each hand. On r., P CLODIVS (downward); on l., M.F. (downward)

Sources: 

En plus des même références citées pour la pièce de M CIPI, j’ai aussi consulté les liens suivants: vcoins, vcoins, MFA Boston, CoinArchive, Littletoncoin.

[ Translate ]

Image du mer-fleuri [002.020.267]

Vicia cracca

IMG_4812-20190619

[ iPhone 8+, Parc Frédéric-Back, 2019/06/19 ]

La Vesce craque ou vesce jargeau (blue / boreal / cow vetch en anglais) est une espèce de plante herbacée grimpante de la division des Magnoliophyta (angiospermes ou plante à fleurs), de l’ordre des Fabales (qui regroupe les dicotylédones), de la famille des Fabaceae (a.k.a. les légumineuses, comme les pois) et du genre Vicia (qui comprends environ deux-cent espèces dont la fève). C’est une “mauvaise herbe” considérée comme nuisible par les producteurs céréaliers mais qui peut aussi être utilisée comme fourrage et son nectar est apprécié des abeilles et des papillons. On peut également faire de la farine à partir de ses graines.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 4

Denarius fourré de L. Lucretius Trio

Surprise ! Je vous présente une autre pièce de monnaie romaine cette semaine !

IMG_8242-8243

Type: 

République Romaine

Époque: 

509 – 27 AEC

Frappe: 

Rome

Datation: 

c. 76 AEC

Nature: 

Denarius fourrée

Métal: coeur de bronze (Ae) recouvert d’argent (Ar)

Qualité: G

Taille: 

18 mm

Poids: 

2.837 g

Obverse

     

Inscription:

(Aucune apparente mais devrait comporter un chiffre) 

Description:

Tête de Neptune laurée, à droite (avec un trident derrière la tête, à peine visible)

Reverse

     

Inscription:

L LVCRETI / TRIO (en dessous)

Description:

Génie ailé (Palæmon ?; Cupidon ?), sur un dauphin, à droite

Notes:

Acheté à Londres 5 £ (1986/02/05)

 

Pièce d’argent fourrée, avec noyau apparent sur l’avers; entaille verticale sur revers.

Réf.: 

Syd. CRR: 784; RCC: 390/2; RSC Lucretia 3

Sear RCV (83): 251; Sear RCV (M): 322

Voir fiche originale

Comme l’autre pièce que je vous est présenté plus tôt, il s’agit ici d’une pièce de la république romaine, et donc le nom qui y apparait est celui du magistrat monnayeur (triumvir monétaire). Dans ce cas-ci, c’est Lucius Lucretius (de la gens Lucretii) dont nous connaissons peu de chose sinon qu’il a tenu cet office en 76 AEC. 

Cette pièce est endommagée et une partie des inscriptions est donc illisible. Par contre, en comparant à d’autres pièces similaires, on peut les deviner. Sur l’avers, derrière la tête de Neptune, on peut deviner le manche d’un trident. Aucune inscription n’est apparente mais le champs derrière la tête devrait comporter un chiffre dénotant la valeur de la pièce ou un numéro de contrôle de cette série de frappe. Sur d’autres pièces similaires, on retrouve X, XVI mais aussi des chiffres allant de I à LXXIV (où le L est remplacé par un L ou un T inversé). Sur le revers on peut lire distinctement “LVCRETI” mais on devine à peine le L qui précède, le I qui suit, et le TRIO en dessous. Toutefois, tous les indices sont là pour nous permettre d’identifier et de dater la pièce sans le moindre doute. Par contre, comme pour la pièce précédente, SEAR date la pièce en 74 AEC dans son édition de 1983 (RCV (83): 251) mais l’édition de 2000 (Sear RCV (M)) situe la date en 76 AEC et les autres sources concordent avec cette dernière datation.

Évidemment, la caractéristique la plus visible de cette pièce est le fait qu’elle est fourrée (le terme est le même en anglais). C’est un terme technique qui veut essentiellement dire qu’elle est plaquée. Son flan (le coeur, noyau de la pièce ou son “âme”) est fait d’un métal non-précieux (généralement le bronze mais parfois le cuivre, le fer ou un alliage) recouvert d’or ou d’argent. Toutefois, ce n’est pas toujours l’oeuvre de faussaires car cette technique frauduleuse était déjà pratiquée dans l’antiquité. La technique facile généralement utilisée par les faux-monnayeurs était de couler la pièce directement dans un moule mais les détails de la pièce coulée étaient parfois flous. Dans le cas des pièces fourrées, elles sont pas coulées mais frappées et nécessite généralement des coins authentiques. Cette technique doit donc avoir été pratiquée par des faussaires avec des contacts au sein des ateliers monétaires ou, plus vraisemblablement, par des officiers monétaires qui voulaient “tricher” sur la valeur de la monnaie sans la dévaluer. C’était une pratique relativement commune durant la République et le début de l’Empire. Lorsque l’usure n’a pas révélé la supercherie (comme c’est le cas ici), la meilleure façon d’identifier une pièce fourrée est son poids: cette pièce pèse normalement en moyenne 3.75 g (entre 3.25 et 4.25 g) alors que la mienne n’en pèse que 2.8 g. Par contre, l’usure et la patine de ma pièce indique clairement que c’est une pièce antique et non un faux plus moderne. Je la considère donc comme “authentique”.

En conclusion, c’est une autre pièce digne d’intérêt. En fait, chaque nouvelle pièce est une opportunité d’en apprendre plus sur la Rome antique, sur son système monétaire et même sur la vie quotidienne de ses citoyens. Avoir de l’intérêt pour ce genre de sujet est toujours une source de nouveau savoir. Et c’est justement pour cela que j’ai choisi de vous parler de ma collection.

Sources: 

En plus des même références citées pour la pièce de M CIPI, j’ai aussi consulté les liens suivants: VCoins, VCoins, National Museum of Scotland, Catawiki, Wildwinds, ACsearch, coinArchive, numista, Shanna Schmidt numismatics, Les Dioscures, Ancient coins forum — juste pour n’en citer que quelques uns.

[ Translate ]

Vendredi nature [002.020.262]

Tibicen canicularis (exuviae)

[ iPhone 11 Pro, VSP, 2020/09/11 ]

La cigale est un insecte de l’ordre des Hemiptera, de la super-famille des Cicadoidea, de la famille des Cicadidae et du genre Tibicen. Il existe plus de quatre-cent-cinquante genres de cigales mais on ne retrouve que trois espèces au Québec, dont la plus commune est la Cigale caniculaire (dog-day cicada en anglais). On retrouve également la Cigale ridée (Okanagana rimosa ou Say’s cicada en anglais), et la Cigale du Canada (Okanagana canadensis ou Canadian cicada en anglais) — la Cigale de Linne (Neotibicen linnei) se retrouve également dans l’est de l’Amérique du Nord.

Les cigales ont un cycle de vie complexe: elles passent d’oeuf à nymphe et puis, après une mue imaginale, se transforment en imago, c’est-à-dire le stade adulte apte à la reproduction. Pour sa mue, la nymphe sort du sol et s’agrippe à un quelconque support (un arbre), puis la cigale émerge de son exosquelette. Une fois sec, elle s’envole — laissant derrière elle sa “vieille peau” (exuvie) — pour aller “chanter” (le son de scie circulaire que l’on entend dans les grosses chaleurs de l’été) afin d’attirer une femelle et se reproduire…

[ Translate ]