Lucius Verus

J’ai débuté cette série de billets sur les monnaies anciennes avec un denier de Lucius Verus, mais je ne me suis pas attardé sur la vie fascinante de cet empereur mineur. J’y reviens donc avec deux sesterces. Il est étrange que je n’ai pas acquis plus de trois pièces de monnaies de cet empereur alors que j’ai consacré neuf ans d’études supérieures à sa biographie (vita veri) incluse dans l’Historia Augusta (un recueil de biographies d’empereurs du IIe et IIIe siècles, probablement écrit au IVe siècle).

IMG_8272-8273

Type:

Empire romain

Epoque: 

Antonins

Empereur: 

Lucius Verus

Règne: 

161 – 169 EC

Frappe: 

Rome

Datation: 

163

Nature: 

Sestercius

Métal: AE ou Orichalque

Qualité: F

Taille: 

33 mm

Poids: 

20.862 g

Obverse

     

Inscription:

IMP CAES L AVREL – VERVS AVG

Description:

Tête laurée, à d.

Reverse

     

Inscription:

TR POT III COS II / S C (dans le champ) / FORT RED (en exergue)

Description:

Fortuna assise, à g., voilée et drapée, tenant à la main d. un gouvernail qui repose sur un globe et une corne d’abondance dans la main g.

Notes:

Acheté $35 (1985/12/17)

 

Voir fiche

Réf.: 

S 1448; C 95

 

RIC III 1346

Ce très beau sesterce peut être aisément daté grâce à ses inscriptions. Sur l’avers la nomenclature est IMP[ERATOR] CAES[AR] L[VCIVS] AVREL[IVS] VERVS AVG[VSTVS] et sur le revers la titulature est TR[IBUNICIA] POT[ESTE] III CO[N]S[VL] II. On y retrouve également un S[ENATUS] C[ONSULTO] dans le champ de part et d’autre, ainsi qu’un FORT[VNAE] RED[VX] en exergue. Lucius est nommé consul pour une deuxième fois en janvier 161 (il ne le sera pour une troisième fois seulement en 167). Il reçoit les titres de césar, Imperator et Auguste lors de son accession au pouvoir le 8 mars 161. Plus précisément, il reçoit la puissance tribunicienne pour la troisième fois le 10 décembre 162 (renouvelable annuellement, donc jusqu’au 9 décembre 163). À la fin de l’année 163, il prends le titre d’Armeniacus et est acclamé Imperator pour une seconde fois (IMP II). Ces deux derniers titres, n’apparaissent pas sur la pièce, qui a donc due être frappé entre décembre 162 et décembre 163. 

L’inscription Fortunae Redux (la Fortune qui ramène l’empereur en sécurité) et l’illustration d’une Fortuna assise, ayant en mains un gouvernail et une cornucopia (pour une bonne et prospère gouvernance), représente le fait que la fortune de l’empereur était ferme et stable et fait référence au rituel où les romains rendaient grâce à la déesses Fortuna Redux à l’aide de sacrifices afin de célébrer le retour ou de souhaiter que l’empereur, en voyage dans les provinces, retourne à Rome en toute sécurité. Évidemment, ce type de revers illustre le fait que Lucius Verus fait route vers l’est. Il quitte Rome à l’été 162 pour Brundisium afin de prendre un navire vers Athènes, en Grèce. Il doit toutefois faire une arrêt de quelques jours à Canosa, car il tombe malade (possiblement un léger AVC). De là, il traverse la mer Égée pour l’Asie mineure, et arrive à Antioche en Syrie vers le milieu de 163. Il y établit son camp, à partir duquel il supervisera la reconquête de l’Arménie et la campagne contre les Parthes qui durera jusqu’en 166.

Sources: Numismatics (detailed), CoinProject, Wildwinds (text, image).

IMG_8675-8676

Ce beau sesterce (VG, AE ou Orichalque, 29 x 30 mm, 23 g, payé $US 30 le 1986/10/29, caractérisé par un dommage au milieu) est une pièce commémorative de Lucius Verus, décédé d’une crise d’apoplexie (AVC ou ACV?) en janvier 169 à Altinum en Vénétie alors qu’il revenait de Pannonie supérieure après avoir pacifié la frontière Danubienne. La pièce est donc postérieure à cette date.

Sur l’avers on retrouve la tête nue de Verus, regardant à droite, avec l’inscription DIVVS – VERVS (Divin Vérus). Sur le revers l’inscription est CONSECRATIO (Consécration, ou acte de rendre sacré) avec un S[ENATUS] C[ONSULTO] (avec la permission du Sénat) dans le champ de part et d’autre. L’illustration représente un bûcher funéraire (rogus funebris) à quatre étages surmonté d’un quadrige et orné de statues et de guirlandes. Tout comme Antonin l’avait fait pour Hadrien, la piété de Marcus et son affection pour son frère adoptif l’amènent à obtenir du Sénat la consécration et la divinisation de Verus.

Je pourrais disserter pendant des heures sur Lucius Verus mais je vais tout de même essayer de m’en tenir aux grandes lignes de son règne. Il nait Lucius Ceionius Commodus le 15 décembre 130 dans une famille de rang consulaire (les Ceiioni Commodi). En remplacement de son père, Aelius, et à la demande d’Hadrien, il est adopté par Antonin en 138, en même temps que Marcus (sur ce sujet voir mes billets sur les pièces d’ Hadrien, Antonin et Marcus) mais ne reçoit pas le titre de caesar comme Marcus. Il est élevé par la suite dans l’entourage d’Antonin et reçoit une bonne éducation sous le précepteur (grammaticus) Marcus Cornelius Fronto. Contrairement à Marcus, il ne participe pas à l’administration d’Antonin mais poursuit plutôt une carrière sénatorial alors qu’il devient préteur en 153 et consul en 154. Le 8 mars 161, à la mort d’Antonin, le sénat entendait donner le pouvoir seulement à Marcus, mais, à l’insistance de ce dernier et selon le souhait d’Hadrien, Lucius est fait co-empereur. Si, en théorie, les deux empereurs ont un pouvoir égal, le fait que Marcus soit le seul à être Grand Pontife lui donne une plus grande autorité et Lucius agit donc comme une sorte de lieutenant (Caesar). Pour renforcer les liens familiaux des deux frères adoptifs, Lucius est fiancé à la fille de Marcus, Lucilla (qu’il épousera à Éphèse à l’automne 163 ou au début de 164). Lucius abandonne aussi son nom de Commodus (qui sera donné au fils ainé de Marcus, né en août 161) et prends à la place le cognomen de Marcus: Verus.

Dès le début de leur coprincipat, de nombreux peuples transfrontaliers s’agitent et menacent l’intégrité de l’Empire: au milieu de 161 les Parthes envahissent l’Arménie mais on retrouve aussi des transgressions en Bretagne, en Rhétie et en Germanie supérieure. De plus, il y a un vent de rébellion en Syrie. À l’hiver, il est décidé que Lucius, qui est le plus robustes des deux empereurs, prendra le commandement des armées sur le front oriental, contre les Parthes. Il passera donc la majorité de son bref règne à l’extérieur de Rome, en campagnes militaires: en Orient de l’été 162 à 165, et en Pannonie de 168 jusqu’à sa mort en janvier 169.

Toutefois, ce que l’Histoire a le plus retenu de lui c’est sa personnalité. Il est considéré comme ayant été un empereur dissolu. On lui reproche une vie de luxure et de débauches et le compare aux “mauvais empereurs” (Caligula, Néron, Domitien). Par contre, si l’on étudie toutes les mentions de Lucius dans les sources antérieures au IVe siècle, on ne trouve pas vraiment d’évidence du portrait moral négatif que trace l’Histoire Auguste (et les sources subséquentes qui s’en inspirent — certaines d’en elles le confondaient peut-être avec le fils de Marcus, Commode, qui lui succéda). Celle-ci s’avère d’ailleurs être une source peu crédible. En effet, si l’on fait une analyse statistique de la structure syntaxique de la vita veri (ne serait-ce simplement que la moyenne de mots par phrase), on découvre que les chapitres contenant ce portrait moral négatif se distinguent de façon marquée du reste de la biographie. Ces allégations auraient été inventé par l’auteur du corpus biographique afin de soutenir son agenda qui visait à présenter sous une lumière favorable les empereurs d’origine aristocratique qui avaient soutenu le sénat en les opposant aux empereurs d’une nature plus militaire qui en avait réduit le pouvoir.

Si Lucius Verus mérite d’être réhabilité aux yeux de l’Histoire, il est clair qu’il y a aussi une part de vérité dans ces allégations. Lorsqu’il s’occupait de la logistique de la guerre parthique à Antioche, Lucius a eut une maîtresse nommée Panthea (qui est mentionnée par Marcus [Pensées pour moi-même, VIII, 37] et Lucien de Samosathe [Portraits]). Cependant, n’est-il pas normal que tout jeune aristocrate romain élevé dans le luxe de la cour s’adonne aux délices de l’Orient alors qu’il est à Antioche, et qu’il aime faire la fête ou se passionne pour le jeux du cirque et les courses de chars alors qu’il est à Rome ? Fronton, après sa brève maladie en 162, ne l’exorte-t-il pas à la tempérance ? (”Je vous prie et vous supplie, mon Seigneur, de prendre garde, comme il sied à votre éminent caractère, d’être sobre et tempéré et retenu dans tous vos désirs”, Ad Verum Imperator, II, 6). De plus, Marcus semble faire allusion au fait qu’il ait lui-même eut des maîtresses [I, XVII]. Lucius n’était peut-être pas un enfant de coeur mais était probablement loin d’être le monstre de débauches que décrit l’Histoire Auguste. En effet, si c’était le cas il n’aurait pas reçu autant de marques d’affection de Marcus ou de son maître Fronton, et le Sénat n’aurait jamais accepté de le déifier. De plus, malgré ses défauts, il semble toujours s’être acquitté avec diligence des tâches qu’on lui confia.

J’ai donc beaucoup d’affection pour mes trois pièces de monnaie de Lucius Verus (le denier mentionné plus tôt et ces deux sesterces). Non seulement elles évoquent le souvenir de mes années universitaires et de mon mémoire de maîtrise mais aussi elles représentent bien le règne de Lucius Verus: ses voyages en Orient pour faire campagne contre les Parthes et le fait qu’il fut un assez bon co-empereur pour que Marcus se donne la peine de le faire déifier.

Sources: Sear 1463, RIC III 1511, CoinArchive, CoinArchive, Numismatics, acsearch, vcoins, FAC (Consecratio, consecration, Rogus Funebris), Wikipedia, P. Lambrechts (“L’Empereur Lucius Verus; Essai de réhabilitation” in L’antiquité classique, Tome 3, fasc. 1, 1934, pp. 173-201). Voir aussi ma fiche.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 15

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s