Monnaies anciennes 16

Commodus

IMG_8686-8687

Je continue ma série sur les monnaies anciennes avec cet assez beau sesterce du dernier empereur de la dynastie antonine, Commodus. Son règne marqua le début du déclin de l’empire romain

Type:

Empire romain

Epoque: 

Antonins

Empereur: 

Commodus

Règne: 

180 – 192 EC

Frappe: 

Rome

Datation: 

181 EC

Nature: 

Sestertius

Métal: AE (Bronze)

Qualité: G

Taille: 

28 x 29.5 mm

Poids: 

18.085 g

Obverse

     

Inscription:

M COMMODVS – ANTONINVS AVG

Description:

Tête laurée, à d.

Reverse

     

Inscription:

FEL AVG T – R P VI IMP IIII COS III PP / S C (dans le champs)

Description:

Felicitas debout à g., tenant un caducée et un sceptre

Notes:

Payé $35 (1985/12/17)

 

Voir fiche

Réf.: 

C 106

 

RIC III 308a

Il est malheureusement difficile d’obtenir une lecture précise pour cette pièce. Toutefois, l’inscription de l’avers reste très lisible: M[ARCVS] COMMODVS ANTONINVS AVG[VSTVS]. Commode prend le titre d’Auguste lorsque son père le fait co-empereur le 1er janvier 177 mais il n’ajoute le nom de son père, Marcus, à sa titulature qu’après la mort de celui-ci, le 18 mars 180. Il prend le titre de Pius (absent de cette inscription) en 183. Nous pouvons donc déjà dire que cette pièce date du début de son règne (180-182).

La titulature du revers n’étant qu’en partie lisible, il serait normalement difficile de d’attribuer une date plus précise. Toutefois ce type de pièce (avec cette inscription de l’avers, “Commodus” en premier puis “Antoninus” sans le PIVS à la fin, et une Felicitas debout sur le revers) ne semble avoir connu qu’une seule titulature: FEL[ICITAS] AVG[VSTI] TR[IBUNICIA] P[OTESTE] VI IMP[ERATOR] IIII CO[N]S[VL] III P[ATER] P[ATRIAE] avec un S[ENATUS] C[ONSULTO] (avec la permission du Sénat) dans le champ de part et d’autre. Commode reçoit le titre de Père de la Patrie et est acclamé Imperator une quatrième fois à son accession au pouvoir en 180 (il sera acclamé une cinquième fois en 182). Il est nommé consul pour une troisième fois en janvier 181 (son quatrième consulat sera en 183) et reçoit la puissance tribunicienne pour une sixième fois en décembre 180. Encore une fois c’est cette dernière qui offre la datation la plus précise, entre le 10 décembre 180 et le 9 décembre 181. La pièce doit donc avoir été frappé entre janvier et décembre 181.

La représentation de la déesse Felicitas sur le revers peut faire référence soit à la prospérité de l’Empire (si l’inscription signifie Felicitas Augusta, i.e. l’auguste Félicité) ou simplement souhaiter à l’Empereur beaucoup de chance et de bonheur en ce début de règne (s’il s’agit de Felicitas Augusti, i.e. le bonheur de l’Auguste)…

Né Lucius Aurelius Commodus le 31 août 161, Commode a probablement été élevé à la cour auprès de son père, l’Empereur Marcus Aurelius. Il est associé très jeune au pouvoir, puisque son père le fait caesar dès 166 et Augustus (co-empereur) en 177. La même année il épouse Crispina, issue d’une famille d’aristocrate. À la mort de Marcus, le 17 mars 180, il règne seul sur l’Empire romain. Il conclut rapidement la paix avec les peuples germaniques de la frontière danubienne (Marcomans et Sarmates), puis revient à Rome, qu’il ne quitte presque plus par la suite. Il confie d’abord la gestion de l’Empire à ses subordonnés pour s’adonner à une vie de loisirs dépravées. Ayant été témoin de nombreuses traitrises et conspirations (d’abord la révolte d’Avidius Cassius en 175, puis, en 182, un complot pour l’assassiner ourdi par sa propre soeur, Lucilla) il devient de plus en plus paranoïaque et instable. Il resserre sur lui les rennes du pouvoir, au détriment du sénat, et règne, dit-on, avec cruauté. Il se présente comme la réincarnation du demi-dieu Hercule et aime tellement les jeux du cirque qu’il combat lui-même régulièrement dans l’arène comme gladiateur [ce qui fait d’ailleurs le sujet d’un film de Ridley Scott où Commodus est joué par Joaquin Phoenix]! Il est finalement assassiné le 31 décembre 192, ouvrant la porte à une nouvelle guerre civile où, encore une fois, quatre empereurs se succèderont en une année.

Tout comme son oncle Lucius Verus (avec qui il partage une partie de la nomenclature), Commodus est considéré comme un “mauvais empereur” au même rang que Caligula ou Néron. Pourtant son règne avait bien commencé puisqu’il a reçu l’assentiment du sénat (comme le prouve le S C sur cette pièce de monnaie) mais la méfiance et l’hostilité réciproque entre l’empereur et le sénat n’a cessé de croître tout au long du règne de Commodus, culminant avec des sénateurs impliqués dans les complots et les purges politiques qui s’ensuivirent. À sa mort, il ne sera pas divinisé par le sénat et recevra même la damnatio memoriae. Toutefois, quelques années plus tard, il sera divinisé par Septime Sévère, mais seulement pour plaire au peuple et à l’armée qui appréciaient Commodus et pour légitimer son pouvoir. Cependant, la différence avec Verus est que ses comportements répréhensibles ont été décrit par des sources contemporaines comme Dion Cassius, Hérodien ou Marius Maximus. Même Marcus semble se plaindre de lui dans ses Pensées pour moi-même. Il est donc évident qu’il y a beaucoup de vérité dans ces descriptions. Il ne faut toutefois pas oublier qu’on y retrouve sans doute aussi une bonne part d’exagération, car tous ces historiens étaient issus de la classe sénatoriale qui détenait une haine particulière pour les abus de Commode. 

Une lesson que l’on peut retenir de son règne est qu’il est clair qu’une succession par la sélection du meilleur candidat (par adoption) parmi la classe politique (ou même militaire) donne de meilleurs résultats qu’une succession héréditaire où le ou les candidats, souvent immatures, ont grandi à la cour dans un environnement opulent et oisif.

Il est étonnant de voir comment une pièce de métal comme celle-ci peut évoquer le passé et susciter la réflection…

Sources: CoinArchive, Numismatics, Wildwinds, acsearch, FAC (Felicitas, caduceus), Wikipedia, All That’s interesting, ancient(dot)eu, Classical Wisdom.

[ Translate ]