Épitaphe

Ils s’envolèrent d’un coup d’ailes
Ces rêves qui lui rongeaient l’esprit
Rêves temporels, parallèles

Une ride sur un océan en furie
Une ombre dans la nuit
Lumière cendrée qui éblouit

Mais même lorsqu’il git ici
L’énergie de ses cendres fuit
Et erre sans trêve
Dans l’abîme du rêve

 

Biset
1980/08/18-19

Le poète du dimanche vous rote une autre arrière-pensée d’outre-temps, de ses dix-huit ans, cette fois avec des relents vaguement lovecratiens. Un sonnet mort trop jeune alors qu’il lui manquait encore un quatrain?

[ Translate ]

Poésie du dimanche [002.021.094]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s