Monnaies anciennes 37

La crise du IIIe siècle (2): Les Trente Tyrans 

Gallienus (253-268 EC) (1)

Cette période nous offre sans aucun doute l’un des principats les plus intéressants du IIIe siècle. Publius Licinius Egnatius Gallienus est né vers 218. Il épouse Cornelia Salonina vers 240 (dont j’ai déjà parlé un peu plus tôt dans cette chronique) qui lui donne trois enfants: Valerianus II (c. 240-258), Saloninus (c. 242-260) et Marinianus (c. 249 – 268). Lorsque son père, Publius Licinius Valerianus, accède au pouvoir en septembre 253, il est nommé caesar et augustus, reçoit la puissance tribunicienne et devient le co-empereur de son père. Il est nommé consul pour une première fois en 254. Pour faire face aux nombreux périls qui menacent leur vaste empire (les habituelles révoltes, usurpations et invasions), Gallienus et son père se divisent le territoire d’une façon qui rappel ce qui deviendra plus tard la tétrarchie: Gallienus demeure en Italie pour contrer les invasions des tribus germaniques sur le Rhin et le Danube, alors que Valerianus se rend en Orient pour affronter les Perses sassanides. De 254 à 260, Gallienus passe la majorité de son temps dans les provinces romaines du nord (Germanie Inférieure et Supérieure, Rhétie, Norique, Pannonie, Dacie, Illyrie) pour repousser des invasions de Francs, d’Alamans et de Juthunges tout en écrasant la révolte du gouverneur de Pannonie Ingenuus ainsi que celle de Regalianus dans les Balkans. Son fils Valerianus II meurt en 258 (possiblement aux mains de Ingenuus). En 260, lors de la bataille d’Édesse, son père est capturé par les troupes du roi Sassanide Sapor I et il meurt subséquemment en captivité. Dès lors, Gallienus règnera seul sur l’Empire. À suivre…

J’ai neuf pièces de monnaie de Gallienus mais cette semaine je n’en présenterai que trois. Les deux premières pièces sont très similaires — en fait, à quelques détails près, elles sont identiques. Ce sont de beau ou même très beau antoniniani qui portent tous deux les même illustrations et inscriptions tant sur l’avers que sur le revers. Les avers nous offrent un buste de l’empereur radié et cuirassé à droite avec l’inscription latine GALLIENVSP[IVS] • F[FELIX] (pieux et heureux) • AVG[VSTVS] — notez les points avant, au milieu et après le “• P • F •”. Les revers illustrent deux captifs germains liés et assis au pied d’un tropæum (trophée militaire) avec l’inscription latine GERMANICVS MAX[IMVS] V [Quintum] (vainqueur des Germains pour la cinquième fois).

IMG_9140-9143La première de ces pièces est caractérisée par une couleur argenté plus terne (presque grisâtre) qui indique que le flan est composé d’un alliage faible en argent appelé billon (G [Good] / VG [Very Good], 20 x 21 mm, 3 g, payé $15 le 1987/09/21; die-axis: ↑↑). Le tropæum, un monument destiné à commémorer une victoire militaire, est composé d’une croix de bois à laquelle est accrochée une cuirasse, un casque, des boucliers et des armes (lances, épées, etc.) prisent à l’ennemi vaincu. Ici, on note que la deuxième rangée de boucliers pointe vers le bas.

IMG_9144-9147La deuxième de ces antoniniani avec un GERMANICVS MAX V (VG [Very Good] / F [Fine], AR [argent], 23 x 20 mm, 3.6265 g, payé environ $14 [70 FF], die-axis:  ↑↑) est caractérisée par une couleur argenté brillante (ce qui dénote un alliage avec un titre d’argent plus élevé ou une pièce “saucée” encore en bon état — i.e. le flan de billon a été plaqué ou trempé dans l’argent pour lui donner une apparence de meilleure qualité; souvent la couche d’argent disparait avec l’usure ce qui ne serait pas le cas avec cette pièce) et le fait que le lettrage de la nomenclature sur l’avers à l’air légèrement étiré et est un peu flou (conséquence d’un frappe de mauvaise qualité ou d’une trempe qui a laissé des coulisses?). On note que la deuxième rangée de boucliers du tropæum pointe vers le haut. Ce détail du trophée est la seule différence entre les pièces — elles ont donc probablement été frappé à des moments différents ou par des officines différentes et avec des coins différents.

Sans donner beaucoup de détails, le RIC [Webb, P.H., ed. by Mattingly, H. & Sydenham, E.A. Roman Imperial Coinage, vol. V, part I, London: Spink & Son, 1972, pp. 16-36] indique que la nomenclature GALLIENVS P•F• AVG a été utilisé par les ateliers de Lugdunum (entre 256 et 259), de Mediolanum (257-59), de Rome et d’Asie (à partir de 260). Toutefois, le revers avec le GERMANICVS MAX V n’est recensé que pour l’atelier de Lugdunum dès 258 et jusqu’à ce que l’atelier tombe sous le contrôle de l’Empire Gaulois de Postumus en 260. Ces pièces auraient donc été frappé à Lugdunum (Lyons) en 258-259. Certaines sources en ligne indiquent ces pièces comme ayant été frappé à Colonia Agrippinensis (Cologne), où l’atelier de Lugdunum aurait été transféré pendant un certain temps. 

Ces pièces commémorent une des nombreuses victoires de Gallienus contre les Germains durant le règne conjoint avec son père (253-260) — il s’agit probablement soit des Francs qui envahirent la Gaule par le Rhin Inférieur en 258 ou des Alamans et des Juthunges qui envahirent l’Italie par les champs Décumates. Il vainc les Alamans à la bataille de Mediolanum (Milan) en 259.

Sources: Wikipedia (Gallienus [FR/EN], tropæum [FR/EN]), Google, FAC (Gallienus), ERIC (Gallienus); RIC vol V, pt 1: 18j, Sear RCV (1983): 2861; CoinArchives, WildWinds (1: text/image, 2: text/image, 3: text/image, 4: text/image, 5: text/image), CoinTalk, BeastCoins, acsearch, vcoins, vcoins, numista, arc, numismatics, CoinProject, ancientcoins. Voir aussi mes fiches (fiche 1 et fiche 2).

IMG_9177-9181La dernière pièce est un bon antoninianus de bronze (G [Good], Ae [bronze], 19 x 20 mm, 2.635 g, payé environ $6 le 1985/06/16, la patine est d’un brun très foncé, presque noir, alors que le relief est d’un brun clair, consistant avec une pièce de bronze; die-axis: ↑↓). L’avers nous offre un buste de l’empereur radié et drapé à droite avec l’inscription latine (à peine lisible) GALLIENVS AVG[VSTVS]. Le revers illustre un Sol drapé, debout, à demi tournée vers la gauche, la main droite levé et tenant un globe dans la main gauche, avec l’inscription latine (à peine lisible) AETERNITAS AVG[VSTI] (l’éternité de l’Empereur) et un 𝚪 (gamma)dans le champs gauche. 

Rien ne permet de dater précisément cette pièce. Toutefois, cette nomenclature (GALLIENVS AVG) semble avoir été utilisé surtout durant le règne seul de Gallienus (260-268) [voir le RIC vol. V, pt I: 34]. De plus, les marque d’officines en grec (gamma = troisième officine) ne semblent avoir été utilisé qu’aux ateliers de Rome. Cette pièce aurait donc été frappée à Rome, entre 260 et 268, sans doute pour souhaiter à l’empereur un long règne.

Sources: Wikipedia (Gallienus, Sol), Google, FAC (Gallienus, Aeternitas, Aeternitas Aug, Sol, catalog), ERIC (Gallienus); RIC vol V, pt 1: 160; numista, CoinProject (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8), WildWinds (1: text/image, 2: text/image, 3: text/image), vcoins, coinstree, CoinTalk, MA-Shops, numismatics. Voir aussi ma fiche.

Ce que l’on remarque avec ces pièces, c’est qu’elles démontrent bien la dévaluation monétaire qui eut lieu sous le règne de Gallienus — la quantité d’argent utilisé dans les pièces diminue drastiquement vers la fin du règne [voir le RIC vol. V, pt I: 7-8]. Toutefois, nous reviendrons sur ce sujet bientôt… La semaine prochaine, je vous présente trois autres pièces de monnaie de Gallienus.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]