Images du mer-fleuri [002.021.167]

 Inula helenium + Bombus

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2017/07/23 ]

L’Inule aulnée (aussi appelée Grande aulnée ou Elecampane ou elfdock en anglais) est une espèce de plante à fleurs de la classe des Magnoliopsida, de l’ordre des Asterales, de la famille des Asteraceae (comme les marguerites et les tournesols) et du genre Inula (qui inclus près d’une centaine d’espèces). La caractéristique du genre est que l’inflorescence n’est pas constituée d’une fleur unique mais est en fait un corymbe de capitules (fleur composée) formé d’une série de fleurons (fleurs tubulées ou en forme de tube) au centre, avec de nombreux demi-fleurons (fleurs ligulées ou en forme de languette) en périphérie, le tout entouré d’un involucre (collerette) de bractées. Le nom du genre est la forme latine du grec hinaein (“purifier”) en référence aux propriétés médicinales de la plante. Le nom de l’espèce a été interprété par Pline comme une allusion a Hélène de Troie (dans la mythologie grecque elle en avait une fleur entre les mains lorsqu’elle fut enlevée par Pâris) mais, en fait, ce serait une déformation du latin vulnus (“blessure”) en référence à ses vertus cicatrisantes. C’est une plante vivace et comestible dont les racines odorantes sont parfois utilisées pour parfumer les desserts. Elles sont riche en inuline (une fibre alimentaire de la classe des fructanes) et leurs propriétés toniques et médicinales sont utilisées contre la toux et les inflammations respiratoires (principalement des bronches), comme anti-fongique et antiscorbutique (mais attention aux effets secondaires qui peuvent inclurent diarrhées, vomissements et douleurs pelviennes). Elles semblent attirer les insectes pollinisateurs — comme ce bourdon (il existe une vingtaine d’espèces de bourdons (Bombus) au Québec, dont plusieurs sont en voie de disparition, mais je serais bien en peine de les identifier (il faut en effet être très attentif pour remarquer ce qui distingue le Bourdon américain (Bombus pennsylvanicus), des Bourdon à tache rousse (Bombus affinis), Bourdon fébrile (Bombus impatiens) ou même Bourdon terricole (Bombus terricola) !)). (Sources: Wikipedia & divers sites horticoles ou naturalistes)

[ Translate ]

The Invisible Library series vol. 1-4

The Invisible Library

InvisibleLibrary-covOne thing any Librarian will tell you: the truth is much stranger than fiction… 

Irene is a professional spy for the mysterious Library, a shadowy organization that collects important works of fiction from all of the different realities. Most recently, she and her enigmatic assistant Kai have been sent to an alternative London. Their mission: Retrieve a particularly dangerous book. The problem: By the time they arrive, it’s already been stolen. 

London’s underground factions are prepared to fight to the death to find the tome before Irene and Kai do, a problem compounded by the fact that this world is chaos-infested—the laws of nature bent to allow supernatural creatures and unpredictable magic to run rampant. To make matters worse, Kai is hiding something—secrets that could be just as volatile as the chaos-filled world itself.

Now Irene is caught in a puzzling web of deadly danger, conflicting clues, and sinister secret societies. And failure is not an option—because it isn’t just Irene’s reputation at stake, it’s the nature of reality itself…” [Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

The Invisible Library, by Genevieve Cogman. New York: ROC (New American Library, imprint of Penguin Random House), June 2016. 344 pages, 8.25 x 5.375 in., $US 17.00, ISBN 9781101988640, For YA readers (12+).stars-3-5

The Masked City

InvisibleLibrary-MaskedCity-covThe written word is mightier than the sword—most of the time… 

Working in an alternate version of Victorian London, Librarian-spy Irene has settled into a routine, collecting important fiction for the mysterious Library and blending in nicely with the local culture. But when her apprentice, Kai—a dragon of royal descent—is kidnapped by the Fae, her carefully crafted undercover operation begins to crumble.

Kai’s abduction could incite a conflict between the forces of chaos and order that would devastate all worlds and all dimensions. To keep humanity from getting caught in the crossfire, Irene will have to team up with a local Fae leader to travel deep into a version of Venice filled with dark magic, strange coincidences, and a perpetual celebration of Carnival—and save her friend before he becomes the first casualty of a catastrophic war.

But navigating the tumultuous landscape of Fae politics will take more than Irene’s book-smarts and fast-talking—to ward off Armageddon, she might have to sacrifice everything she holds dear….” [Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

The Invisible Library 2: The Masked City, by Genevieve Cogman. New York: ROC (New American Library, imprint of Penguin Random House), September 2016. 374 pages, 8.25 x 5.375 in., $US 17.00, ISBN 9781101988664, For YA readers (12+). stars-3-0

The Burning Page

InvisibleLibrary-BurningPage-covNever judge a book by its cover…

Due to her involvement in an unfortunate set of mishaps between the dragons and the Fae, Librarian spy Irene is stuck on probation, doing what should be simple fetch-and-retrieve projects for the mysterious Library. But trouble has a tendency to find both Irene and her apprentice, Kai—a dragon prince—and, before they know it, they are entangled in more danger than they can handle…

 Irene’s longtime nemesis, Alberich, has once again been making waves across multiple worlds, and, this time, his goals are much larger than obtaining a single book or wreaking vengeance upon a single Librarian. He aims to destroy the entire Library—and make sure Irene goes down with it.

 With so much at stake, Irene will need every tool at her disposal to stay alive. But even as she draws her allies close around her, the greatest danger might be lurking from somewhere close—someone she never expected to betray her…  [Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

The Invisible Library 3: The Burning Page, by Genevieve Cogman. New York: ROC (New American Library, imprint of Penguin Random House), January 2017. 358 pages, 8.25 x 5.375 in., $US 17.00, ISBN 9781101988688, For YA readers (12+). stars-3-0

The Lost Plot

InvisibleLibrary-LostPlot-covAfter being commissioned to find a rare book, Librarian Irene and her assistant, Kai, head to Prohibition-era New York and are thrust into the middle of a political fight with dragons, mobsters, and Fae in this novel in the Invisible Library series.

In a 1920s-esque New York, Prohibition is in force; fedoras, flapper dresses, and tommy guns are in fashion: and intrigue is afoot. Intrepid Librarians Irene and Kai find themselves caught in the middle of a dragon political contest. It seems a young Librarian has become tangled in this conflict, and if they can’t extricate him, there could be serious repercussions for the mysterious Library. And, as the balance of power across mighty factions hangs in the balance, this could even trigger war.

Irene and Kai are locked in a race against time (and dragons) to procure a rare book. They’ll face gangsters, blackmail, and the Library’s own Internal Affairs department. And if it doesn’t end well, it could have dire consequences on Irene’s job. And, incidentally, on her life…” [Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

The Invisible Library 4: The Lost Plot, by Genevieve Cogman. New York: ROC (New American Library, imprint of Penguin Random House), January 2018. 370 pages, 8.25 x 5.375 in., $US 17.00, ISBN 9780399587429, For YA readers (12+). stars-4-0

>> Please, read the warning for possible spoilers <<

This is a fantasy series by British author Genevieve Cogman. The idea of librarians going on Indiana Jones-style missions in parallel worlds to find rare manuscripts and preserve the balance between order and chaos might not seems particularly original (there are plenty of stories which have librarians as protagonists), but what I really like about it is that it makes it possible to create hybrid worlds that mix the genres — in this case magical, supernatural and steampunk! I find it very entertaining and enjoyable to read … There is nothing better than getting lost in a world of fictitious adventures to forget our own problems and relax (and nothing better to forget a library than to read a story of an… invisible library!)

I particularly enjoyed this story because I am myself working in a library and I know a thing or two about the struggle to maintain the equilibrium between order and chaos. And, I am sorry to say, right now in my library, chaos is definitely winning. I also have a strong opinion about the role of libraries in our society. An ideal library would be a temple to knowledge and culture. A place that not only preserves it (a library) but also disseminates it with exhibition and conference rooms as well as places to give workshops of all kinds. Exactly like what Hadrianus intended when he created the Athenaeum in Rome. It is a serious place. Unfortunately, today they tend more to become daycare and playgrounds…

However, I didn’t realize that was such a long series. So far I’ve read half of it (four volumes and there is an eighth volume announced for the end of 2021) and I am not disappointed. It is well written, captivating (you can’t stop reading because you are wondering what will happen next) and, even if, like I said, it is not particularly original, it is an enjoyable distraction from reality.  

The first volume introduces us to the world of the Library and to Irene Winters, a junior librarian with a tendency to get in trouble. We also meet Kai Strongrock, her apprentice, who seems to have peculiar qualities. In the center of everything lies the mysterious Library which is linked to an infinity of alternate earths (each offering a different timeline) from which the Library collects rare books in order to maintain the link to their world of origin and keep the balance between chaos and order. The agents of Chaos are the Fae, influencers who like intrigues and narratives where they are the heroes. The agents of Order are the dragons, who are secretive and can control natural spirits. Both hate each others. The Library is neutral. In her latest assignment, Irene is sent to the Victorian London of world B-395 in order to find an original Grimm manuscript with an extra story. She must compete with a powerful fae, Lord Silver, and Alberich, an evil librarian who was expelled! Fortunately, she finds an ally in Peregrine Vale, a Sherlock Holmes doppelgänger. 

In the second volume, Kai is kidnapped by Lord Guantes, a powerful fae, and brought to an alternate Venice in an highly chaotic world! Against orders, and with the help of Lord Silver, Irene has to manage to reach this world, navigate the complex politics of the fae, find and rescue Kai and return alive! Quite a challenge!

The third book could be called Alberich strikes back. He manages to find Irene and threaten to — nothing less but — destroy the Library. And Irene has to save the world all over again on her own.

In the fourth volume, Irene gets herself caught, this time, in the politics of dragons. Two dragons compete for a high office and in order to win they have to find a rare book. They try to get help from a librarian and, by doing so, threaten the fragile neutrality of the Library. Of course, Irene is sent to a world with a 20s New York in order to save the day. It is the story with the most complex plot so far and my favourite.

The series is classified as fantasy but when you have such a mix of genres it is difficult to keep labels. You do find a lot of magic in it, with vampires and werewolves and dragons, but — considering the steampunk aspects, the space-time nature of the Library and the rationalisation of magic through the Language of the Library — I think it should be seen more as science-fiction. However, whatever label we want to give it, it remains an interesting story that provide a very entertaining and enjoyable experience. It was probably meant to be an Harry Potter look-alike and therefore it targets more or less the Young Adults audience, so it is quite an easy reading. Overall it is a very good book that you will certainly enjoy if you like that type of fantasy/scifi stories.

For more information you can check the following websites:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Genevieve Cogman, 2016-17.

[ Traduire ]

Chroniques de jeunesse

ChroniquesDeJeunesse-covAvant d’aller à Pyongyang, à Shenzhen et à Jérusalem, Guy Delisle a vécu à Québec où, durant trois étés, il a travaillé dans la même usine de pâte et papier que son père. Avec Chroniques de jeunesse, l’auteur revient sur son expérience de gars de shop, dressant un portrait drôle et touchant du milieu ouvrier et de ses années formatrices en tant qu’artiste.”

“Né à Québec en 1966, Guy Delisle est notamment l’auteur de Chroniques birmanes, du Guide du mauvais père et de S’enfuir. Publiées en 2011, ses Chroniques de Jérusalem lui valent le Fauve d’or du meilleur album au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême. Dans ces Chroniques de jeunesse, nous le rencontrons avan les voyages qui ont fait sa renommée — et avant qu’il ne devienne l’auteur qu’il est aujourd’hui.

[Texte du site de l’éditeur et des rabats de couverture; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

ChroniquesDeJeunesse-p009

Page 9

Chroniques de jeunesse nous offre un dessin assez simple qui réussi tout de même à exprimer des idées complexes. J’adore comment la trichromie (N&B et jaune orange) est utilisée pour soutenir le récit. On remarque surtout le soucis du détails qui s’exprime tant dans la description de ses compagnons de travail colorés, du fonctionnement des machines et même de l’architecture du bâtiment. Dans un récit plein d’humour, Guy Delisle nous parle de ses années formatrices où, en travaillant dans une usine de papier de Québec, il est passé d’un adolescent gêné à un adulte prêt à affronter le monde. À travers tout ça il trace un portrait plutôt fidèle des “gars de shop” et nous parle de façon touchante de sa relation avec son père. 

Si les observations sur ses voyages, ou sur la parentalité ou sur la captivité n’en étaient pas déjà la preuve, Chroniques de jeunesse démontre bien le grand talent de Guy Delisle. C’est une lecture très agréable qui nous laisse l’impression d’en avoir appris beaucoup sur l’auteur, sur le travail en usine et sur une époque de l’histoire du Québec. Dans certains aspects (simplicité du dessin, récit de souvenirs d’enfance, évocation de la culture québécoise des années ’80) cela me rappel beaucoup la série “Paul” de Michel Rabagliati, mais c’est tout de même très original et distinct en soi. Une superbe BD qui mérite absolument d’être lue.

Chroniques de jeunesse, par Guy Delisle. Montréal: Éditions Pow Pow, janvier 2021. 156 pages, 21 x 16 cm, $C 24.95, ISBN 978-2-924049-91-4, Pour lectorat adolescent (12+). Il existe une édition européenne distincte dans la collection Shampooing de Delcourt. stars-4-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Guy Delisle et Éditions Pow Pow. Tous droits réservés, 2021.

Voir aussi la présentation sur Youtube:

[ Translate ]

Monnaies anciennes 42

Crise du IIIe siècle (3): L’Empire des Gaules (3) 

Tetricus I & II (271-274 EC)

Gaius Pius Esuvius Tetricus est né dans une noble famille Gauloise. À cause du manque de sources contemporaines, on connait peu de choses sur lui sinon qu’il est devenu sénateur et, qu’au printemps 271, il était gouverneur de Gallia Aquitania lorsque, à la mort de Victorinus, il fut acclamé empereur des Gaules par les troupes basées à Burdigala (Bordeaux). Son pouvoir est reconnu par la plupart des provinces Gauloises (Gaule lyonnaise, Gaule aquitaine, Gaule belgique) et par la Bretagne. La Gaule narbonnaise (partiellement reconquise par le général Placidianus), l’Hispanie et la cité germanique de Argentoratum (Strasbourg) se rallient plutôt à Aurelianus qui, après la mort de Claudius Gothicus (puis de son frère Quintillus), est acclamé empereur romain en septembre 270 par ses troupe de Pannonie basées à Sirmium.

Vers la fin de 271, la pression incessante des tribus germaniques sur la frontière du Rhin amène Tetricus à déplacer sa capitale de Colonia (Cologne) à Augusta Treverorum (Trière). Il les contient d’abord avec succès mais doit éventuellement retraiter et, par la fin de son règne, les excursions de pillages germaniques pénètrent jusqu’à la Loire! Profitant qu’Aurelianus est occupé à reconquérir l’Empire Palmyrénien de la reine Zenobia en Orient, Tetricus reconquiert la Gaule narbonnaise et le sud-est de la Gaule aquitaine. En 273-274, il doit aussi écraser la révolte du gouverneur de la Gaule belgique, Faustinus. Pour l’aider dans ces tâches, au début de 273, il associe son fils, Tetricus Iunior (ou Tetricus II), au pouvoir en lui décernant les titres de caesar et de princeps iuventutis. En janvier 274, il est fait consul et même aussi, possiblement, augustus, c’est-è-dire co-empereur avec son père.

Toutefois, dès qu’Aurelianus en a terminé avec Zenobia en 273, il tourne son attention sur l’Empire des Gaules qu’il envahit par le nord. La confrontation a lieu en février ou mars 274 près de Duro Catalaunum (Châlons-en-Champagne) lors de la bataille des champs Catalauniques. Tetricus doit capituler et est capturé. Aurelianus le fait figurer, au côté de son fils et de Zenobia, dans un faste défilé triomphal à Rome. C’est donc la fin de l’Empire des Gaules et l’Empire Romain est de nouveau unifié. Chose exceptionnelle, Aurelianus octroie aux captifs le pardon et donne même à Tetricus un poste de corrector (un sénateur supervisant la gestion des cités) en Lucanie (ou dans toute l’Italie, les sources ne s’entendent pas à ce sujet). Il mourra de mort naturelle plusieurs années plus tard. Tetricus II n’est pas mentionné par les sources après le triomphe d’Aurelianus. Il a probablement été épargné lui aussi et obtenu une position sénatoriale ou a simplement fini ses jours comme simple citoyen.

IMG_9500-9510J’ai une pièce de monnaie de chacun de ces co-empereurs. La première pièce est un assez beau antoninianus de Tetricus Senior (VG [Very Good] / G [Good], AE [bronze], 18 x 20 mm, 2.239 g, payé environ $5 le 1985/06/16, rogné dans le bas, patine verdâtre et argentée [probablement une pièce “saucée”]; die-axis: ↑↑). L’avers présente un buste de l’empereur radié et cuirassé à droite avec l’inscription latine IMP[ERATOR] TETRICVS AVG[VSTVS]. Le revers illustre une Fides, drapé, debout à gauche, tenant deux enseignes militaires, avec l’inscription latine FIDES MILITVM (“la fidélité des soldats”).

Le revers illustre de façon frappante l’élément le plus important pour le maintient au pouvoir d’un empereur en pleine crise du IIIe siècle: la fidélité des soldats. Le RIC (Webb, Percy H., ed. by Mattingly, H. & Sydenham, E.A. The Roman Imperial Coinage Vol. 5, Part II (From Probus to Maximian). London: Spink & Son, [1933] 1972, pp. 399-425) indique cette pièce comme ayant été frappée dans un atelier du sud de l’Empire des Gaules (et avance Vienne, en Gaule narbonnaise, comme possible localisation) sans donner de datation précise. Toutefois, les sources modernes (en ligne) identifient ce deuxième atelier comme étant plutôt situé à Colonia Agrippinensium (Cologne) et datent la pièce (sans pourtant fournir de justificatif) à 272-73 EC.

Sources: Wikipedia (Tetricus I [FR/EN], Fides), Google, FAC (Tetricus I, Fides, Military Ensigns, Signa militaria, Legionum Insignia, Roman standard, vexillum), ERIC (Tetricus I);  RIC v. 5, pt. 2: 71, Sear RCV (1983): 3076; Numismatics, WildWinds (text, image), GallicEmpire, FAC [Cologne Mint, issue 3, FIDES MILITVM type], CoinProject, CoinSpot. Voir aussi ma fiche.

IMG_9515-9520La deuxième pièce est un assez beau antoninianus de Tetricus Junior (VG [Very Good] / G [Good], AE [bronze] ou billon, 16.5 x 17 mm, 2.599 g, payé $US 9.50 le 1985/04/14, flan déchiqueté, décentré, la patine grisâtre et argentée semble indiquer que le flan de billon a été “saucé”; die-axis: ↑↓). L’avers présente un buste du césar drapé et radié à droite (on remarque le portrait juvénile) avec l’inscription latine C[AIVS] PIV[S] ESV[IVS] TETRICVS CAES[AR]. Le revers illustre de façon fort intéressante divers emblèmes du pontificat et instruments sacrificiels comme les aspergillum (arroseur ou goupillon), simpulum (louche), capis (cruche avec la hanse à droite), secespita (couteau rituel) et lituus (bâton augural), avec l’inscription latine PIETAS AVGVSTOR[VM] (“la piété des Empereurs”) — l’usure et la rognure ayant fait disparaître la fin de l’inscription, celle-ci pourrait en fait être PIETAS AVGG mais la distance, la taille et le positionnement des lettres rendent AVGVSTOR plus probable.

Ici, les co-empereurs veulent de toute évidence promouvoir leur grande piété et ainsi s’attirer les faveurs des dieux (ils en avaient bien besoin!). Tout comme la pièce précédente, le RIC attribut cette pièce au deuxième atelier (que l’on suppose être situé dans le sud, possiblement à Vienne) sans avancer de date précise. Toutefois, les sources modernes (en ligne) identifient ce deuxième atelier comme étant plutôt situé à Colonia Agrippinensium (Cologne) et datent la pièce à 273-74 EC. Dans ce cas-ci on peut facilement justifier cette datation par le fait que Tetricus II aurait reçu le titre de caesar au début de 273 et que son principat prit fin avec l’avénement d’Aurelianus à la fin de 274.

Sources: Wikipedia (Tetricus II [FR/EN]), Google, FAC (Tetricus II, Pietas, PIETAS AVGG, aspergillum, simpulum, capis, Secespita, lituus), ERIC (Tetricus II); RIC v. 5, pt 2: 254 ou 258, Sear RCV (1983): 3088; CoinProject, ARC, numismatics, FAC (Cologne Mint, issue 6, PIETAS AVGVSTOR type), WildWinds (text, image), GallicEmpire, BeastCoins, vcoins, CoinArchives (1, 2, 3), HarvardMuseum, FralinMuseum. Voir aussi ma fiche.

Le RIC nous dit que “la plupart des monnaies régulières de Tetricus et de son fils (…) suivent si étroitement le style de l’atelier du sud de Victorinus qu’il ne laisse aucun doute qu’elles proviennent de la même source” (p. 399) et il propose que ce second atelier pourrait être situé à Vienne (en Gaule narbonnaise). Toutefois, les sources récentes semblent n’indiquer que deux ateliers monétaires: celui de  Augusta Treverorum (Trière), caractérisé par ses bustes radiés, cuirassés et drapés, et celui de Colonia (Cologne), caractérisé par des bustes qui sont uniquement radiés et cuirassés. 

Avec Tetricus, la cohésion de l’Empire des Gaules semble s’étioler. En effet, “Le déclin de la fabrication, de la taille, du poids et de l’individualité [des pièces de monnaie], dont les signes commencent à apparaître après la mort de Postumus, a maintenant avancé jusqu’à indiquer l’épuisement de l’esprit qui, sous ce grand empereur, a provoqué l’établissement de la Imperium Galliarum” (RIC, p. 400). Il était donc bien mûr pour la reconquête par Aurelianus… Ce dernier réunifie l’Empire Romain qui échappe ainsi de peu à l’extinction par le fractionnement. Toutefois, la fin de l’Empire des Gaules et de l’époque des Trente Tyrans ne signifie pas pour autant la stabilité de l’Empire: la crise du IIIe siècle (et l’arnachie militaire qui l’a provoqué) n’est pas encore tout à fait terminée et il y aura encore de très nombreux usurpateurs du pouvoir. Par exemple, Carausius (commandant de la flotte navale Classis Britannica sous Maximianus Herculius) se révolte et réussit à se tailler un Empire de Bretagne, qui demeurera modeste (n’incluant que la Bretagne et le nord de la Gaule) et éphémère (puisqu’il ne durera que six ans, de 286 à 293).

La semaine prochaine nous reprenons le fil de notre récit des empereurs romains au travers de leur monnaie avec le premier des empereurs Illyriens, Claudius Gothicus.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.160]

 Fothergilla gardenii 

DSC_0062 2

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2017/05/25 ]

DSC_0061 2Le Fothergilla de Garden (aussi appelé dwarf fothergilla ou witch alder ou American wych hazel en anglais) est une espèce d’arbuste à feuilles caduques de la division des Magnoliophyta (Angiospermae ou plante à fleurs), de la classe des Magnoliopsida (Dicotyledonae i.e.à deux cotylédons), de la sous-classe des Hamamelididae, de l’ordre des Hamamelidales, de la famille des Hamamelidaceae (qui se divise en une vingtaine de genres et environ quatre-vingt espèces) et du genre Fothergilla (qui lui n’inclut que deux ou trois espèces). Le nom de la famille est dérivé du nom grec de l’Orme blanc (αμαμελής / amamelís) et le nom de l’espèce honore le médecin Britannique qui introduisit la plante en Angleterre, John Fothergill, ainsi que le botaniste Anglo-américain Alexander Garden. Ce genre d’arbuste, qui peut atteindre de un à trois mètres de hauteur, est originaire du sud-est des États-Unis et est caractérisé par des feuilles caduques, de couleur vert foncée, de forme ovale, alternée et légèrement dentée. Fait remarquable, ce feuillage prend à l’automne une couleur vive qui varie de l’orange au rouge, en passant par le cramoisi et le jaune. De plus, à l’extrémité de ses branches, il produit au printemps de petites fleurs blanches, très parfumées, en forme d’épis de deux ou trois centimètres, qui ont la particularité de ne PAS avoir de pétales mais sont plutôt constituées par une grappe d’étamines. Ces deux caractéristiques, et sa lente croissance, en font une excellente plante ornementale. (Sources: Wikipedia & divers sites horticoles)

[ Translate ]

Natsuko no Sake t.1

NatsukoNoSake-1-cov“Après deux années passées dans une agence de publicité à Tokyo, la jeune Natsuko Saeki revient dans sa province natale auprès de sa famille, productrice de sake artisanal. Elle y retrouve son grand frère Yasuo avec qui elle partage un même rêve : faire pousser le Tatsu-Nishiki, ou “dragon merveilleux” : un riz réputé très difficile à cultiver, mais dont ils espèrent tirer le meilleur sake du monde !

Malheureusement, Yasuo est très malade et décède peu après la visite de Natsuko. Cette dernière décide alors d’abandonner sa carrière et de reprendre le rêve de son frère dans l’exploitation familiale. Mais, si elle s’avère experte quant à goûter et estimer les sake, elle ne connaît rien à l’agriculture ni à la production de ce breuvage. Affrontant le scepticisme des uns, la jalousie des autres, la jeune femme urbaine va devoir relever tous les défis pour s’imposer et donner vie à son rêve.”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

NatsukoNoSake-1-p001J’ai décidé de lire ce manga parce que le sujet me semblait plutôt intéressant: il s’agit d’un manga sur la production de sake. Le dessin de couverture semblait indiquer un manga dans un style plutôt classique et, comme c’était un gros volume de 456 pages, je me suis dis que c’était probablement un one-shot (volume unique). Erreur ! Une fois que je l’ai eut entre les mains j’ai rapidement noté le “vol. 1” à côté du titre! En fait, une fois complétée, cette série comprendra six tomes de plus de quatre-cent pages chacun! Dans quoi me suis-je embarqué?! Toutefois, pour l’instant, seulement trois tomes ont été traduit en français (espérons que l’éditeur ne nous laissera pas tomber)…

NatsukoNoSake-1-p019Akira OZE est un mangaka de la vieille génération. Né en 1947, il a fait ses début en 1971 sous le pseudonyme Megumi Matsumoto après avoir été l’assistant de Shotaro Ishinomori et avoir travaillé sur des adaptations mangas d’anime. Ses premières oeuvres originales sont des mangas shônen (とべ!人類 / Tobe! Jinrui en 1978, 初恋スキャンダル / Hatsukoi Scandal [lit. “Scandale du premier amour”] publié en 18 vol. en 1981–1986 et Tobe! Jinrui II publié en 1984-85) pour lesquels il remporte le prix du 31e Shōgakukan manga shō en 1985. Après un bref essai dans le manga shôjo (マッチポイント! / Matchpoint! / “Balle de match!” en 1979), il se consacre au manga seinen avec Natsuko no Sake (夏子の酒 /  lit. “Le sake de Natsuko”) serialisé dans le magazine Morning de Kodansha en 1988-1991 et compilé en douze volumes. Cette série a beaucoup gagné en popularité lorsqu’elle a été adapté en un drame télévisé de onze épisodes par Fuji TV et qui fut diffusé de janvier à mars 1994. Le manga est publié en français chez Vega en six volumes doubles dont les trois premiers sont déjà paru (vol. 1 en septembre 2019, le vol. 2 en février 2020, le vol. 3 en mai 2021 — le vol. 4 devrait paraître en juillet 2021).

OZE publiera par la suite une demi-douzaine d’autres mangas seinen:  Boku no Mura no Hanashi (ぼくの村の話 / L’Histoire de mon village, 7 vol., 1992–1994),  Minori Densetsu (みのり伝説 / La légende de Minori, 9 vol., 1994–1997),  Natsu no Kura (奈津の蔵 / La brasserie de Natsu, 3 vol., 1998-2000 – un prequel à Natsuko no Sake), Hikari no shima (光の島 / L’Île de lumière, 8 vol., 2001–2004), On-saito! (オンサイト! / Sur place!, 2004-2005),  Kurodo (蔵人 / Claude, 2006-2009), et Dō raku musuko (どうらく息子 / Apparemment mon fils, 18 vol., 2010-2017 — traduit en français sous le titre Le Disciple de Doraku chez Isan Manga).

NatsukoNoSake-1-p042Natsuko no Sake est dessiné dans le style classique des mangas des années ’80. Ce style est simple et fait de traits précis, accentués par des trames. Il nous offre une bonne histoire où les défis de l’héroïne nous garde en haleine. C’est agréable et divertissant à lire mais surtout très didactique puisque le récit nous fait découvrir toutes les étapes de la production de saké et aussi les différentes catégories du produit. L’auteur voulait faire un manga sur un aspect de la culture traditionnelle Japonais et c’est son éditeur qui a suggéré le saké. Le manga a beaucoup gagné en popularité après qu’il ait été adapté en un drame télévisé de onze épisodes par Fuji TV. Il a reçu beaucoup d’éloges des associations de producteurs de sake japonais car il a grandement contribuer à faire la promotion de cette alcool de riz  typique — même au Japon. Étrangement, même les Japonais ne réalisent pas toute la complexité et la difficulté  qu’implique sa production.

Un bon manga à lire par tout amateur de manga classique, de culture japonaise et, bien sûr, de saké.

Natsuko no Sake t.1, par Akira OZE. Paris: Dupuis / Vega (Coll. Seinen Manga), septembre 2019. 456 pages, 18 x 13 cm, 11,00 €, ISBN 9782379500640, Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2016 Akira OZE. All rights reserved. © 2019 Éditions Vega pour l’édition française.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 41

Crise du IIIe siècle (3): L’Empire des Gaules (2) 

Victorinus (269-271 EC)

Marcus Piavonius Victorinus est issue d’une riche famille gauloise et sert dans l’armée sous Postumus où il gravit rapidement les échelons: il est nommé tribunus praetorianorum en 266/267, puis co-consul avec Postumus en 268 et fut peut-être même nommé préfet du prétoire. Après la mort de Marius, il est acclamé empereur des Gaules par les troupes basées à Augusta Treverorum (Trière). Comme la plupart des usurpateurs, son règne fut bref et le manque de sources contemporaines fait que nous n’en connaissons peu de chose. Son pouvoir ne fut reconnu que par les provinces de Gaule, de Germanie et de Bretagne. L’Hispanie se rallia à l’empereur légitime de Rome, Claudius Gothicus. Ce dernier redouble les efforts pour reprendre l’Empire des Gaules sous son contrôle. Il envoi le général Placidianus pour reconquérir le sud-est de la Gaule mais seulement la ville de Cularo (Grenoble) est reprise. Toutefois, la ville de Augustodunum (Autun) en profite pour se rebeller aussi mais Victorinus la reprend (et ses soldats Bataves la pillent) après un siège de sept mois au printemps 270. Claudius Gothicus ne pousse pas plus loin sa tentative de reconquête car il doit porter son attention sur des invasions d’Alamands en Italie et de Goths dans les Balkans. Au début de l’année 271, Victorinus est assassiné par l’un de ses officiers, Attitianus, jaloux de l’attention qu’il portait à son épouse. Il est remplacé par Tetricus, qui était alors gouverneur de Gallia Aquitania.

J’ai quatre pièces de monnaie de Victorinus: deux Pietas et deux Salus. 

Les deux premières pièces sont deux antoniniani très similaires avec un type de Pietas. L’avers présente un buste de l’empereur radié et cuirassé à droite avec l’inscription latine IMP[ERATOR] C[AESAR] VICTORINVS P[IVS] F[ELIX] (pieux heureux) AVG[VSTVS]. Le revers illustre une Pietas drapée (et diadémée?) debout à gauche, sacrifiant de la main droite au-dessus d’un autel allumé et tenant une boîte à encens (acerra) de la gauche avec l’inscription latine PIETAS AVG[VSTI] (la piété de l’empereur).

IMG_9456-9461Le premier est un beau antoninianus (F [Fine] / G [Good], AE/AR [bronze argenté], 17.5 x 19 mm, 1.728 g, payé $US 9.50 le 1985/04/14, le flan est partiellement rogné et déchiqueté et la patine présente une étrange iridescence sans doute due au fait que la pièce est “saucée“; die-axis: ↑↑).  Le début de la titulature de l’empereur est perdu dans la rognure et le revers est en moins bon état que l’avers mais la pièce demeure toutefois identifiable par comparaison. La pièce aurait été frappé un deuxième atelier (le principal étant Cologne) dans le sud de l’Empire mais aucun indice ne nous permet une datation précise. 

IMG_9476-9480La deuxième pièce est un assez beau antoninianus (G [Good] / VG [Very Good], AE [bronze], 20 x 21 mm, 3.211 g, payé environ $5.60 le 1985/06/16, le flan est relativement épais et couvert d’un dépôt aquamarine ou vert-de-gris qui masque les détails de la pièce; die-axis: ↑↓). L’inscription de l’avers est pratiquement illisible (sauf pour le IMP C initial qui est assez clair). Celle du revers se distingue bien mais on note que le “S” de PIETAS ressemble plus à un “O”… La pièce aurait également été frappé au deuxième atelier mais aucun indice ne nous permet une datation précise. 

Sources: Wikipedia (Victorinus [FR/EN]), Google, FAC (Victorinus, PIETAS AVG), ERIC (Victorinus); RIC v. 5, pt 2: 57, Sear RCV (1983): 3067; WildWinds (1 [text, image], 2 [text, image]), ARC, CoinProject (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7), CoinArchives, vcoins, beastcoins, numismatics, GallicEmpire, classicalcoins; Voir aussi mes fiches [1 & 2].

Les deux pièces suivantes sont deux antoniniani également très similaires mais cette fois avec un type de Salus. L’avers présente un buste de l’empereur radié, cuirassé et drapé  à droite avec l’inscription latine IMP[ERATOR] C[AESAR] VICTORINVS P[IVS] F[ELIX] (pieux heureux) AVG[VSTVS]. Le revers illustre une Salus debout à gauche, tenant un long sceptre vertical de la main gauche et une patère dans la main droite, nourrissant un serpent qui s’élève d’un autel, avec l’inscription latine SALVS AVG[VSTI] (la santé de l’empereur). 

IMG_9464-9468La troisième pièce est un très beau antoninianus (F [Fine], AE/AR [bronze argenté], 17 x 18.5 mm, 2.286 g, payé environ $5 le 1985/06/16, le flan est partiellement déchiqueté et la patine brunâtre présente la même iridescence argentée que la première pièce mais, s’il n’y a aucun dépôt, certains détails ont été effacé par l’usure; die-axis: ↑↑). Le début de la titulature est perdu mais le reste est bien lisible. Sur le revers, ce qui distingue les deux pièces, est la césure du S-ALV-S et le fait que le AVG est absent ou a été effacé par l’usure. La pièce aurait été frappé par l’atelier du sud en 271 (selon certaines sources en ligne, mais je n’ai pas trouvé de justification pour cette datation).

IMG_9485-9490La dernière pièce est un assez beau antoninianus (F [Fine] / G [Good], AE [bronze], 18 x 16 mm, 2.588 g, payé environ $8 le 1985/12/17, patine brun & vert foncé avec des traces de vert-de-gris; die-axis: ↑↑). Ici aussi le début de la titulature a été effacé et, sur le revers, il n’y a pas de césure dans le SALVS et le AVG est clairement présent (quoique le “A” soit illisible). Compte tenu de ces différences entre les deux pièces, peut-on attribuer à celle-ci le même atelier et la même datation? Ce n’est pas très clair…

Sources: Wikipedia (Victorinus [FR/EN]), Google, FAC (Victorinus, SALVS AVG), ERIC (Victorinus); RIC v. 5, pt 2: 71, Sear RCV (1983): 3070; WildWinds (text, image), coinarchives (1), beastcoins, CoinTalk, numismatics, GallicEmpire (image), FAC, numista; Voir aussi mes fiches [3 & 4].

On note une grande variation dans la taille et le poids des antoniniani sous Victorinus. Et, si l’atelier de Colonia Claudia Ara Agrippinensium (Cologne) généralement préfère le buste drapé au cuirassé, produit des pièces dont le dessin est agréable et bien exécuté et le lettrage bien formé, on remarque toutefois que près de la moitié de la production monétaire de Victorinus est dans un style différent. Le nez est large et le lettrage moins précis: les M et N sont disjoints et les V ont une base ouverte. Victorinus a clairement utilisé un autre atelier mais le style ne ressemble pas non plus à celui de Lugdunum (Lyon). Le RIC (Webb, Percy H., ed. by Mattingly, H. & Sydenham, E.A. The Roman Imperial Coinage Vol. 5, Part II (From Probus to Maximian). London: Spink & Son, 1972, pp. 379-385.) propose un atelier dans le sud, possiblement Moguntiacum (Magnence), qui fut l’atelier de Laelianus, ou alors soit Vienna (Vienne) ou Valentia (Valence) dans la Gallia Narbonensis (une source en ligne propose Augusta Treverorum). Il semble, toujours selon le RIC, que les types de Pietas et de Salus aient tous deux été frappé par ce second atelier du sud. 

La semaine prochaine nous terminons notre aparté sur l’Empire des Gaules avec l’empereur Tetricus et son fils, Tetricus II.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.153]

 Exochorda racemosa

DSC_0072 2

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2017/05/25 ]

DSC_0071 2L’Exochorde (aussi appelé pearlbush en anglais) est un genre de plante à fleurs de la classe des Magnoliopsida (Dicotyledonae), de la sous-classe des Rosidae, de l’ordre des Rosales et de la famille des Rosaceae (qui regroupent plus d’une centaine de genres et plus de trois mille espèces de fleurs dont le rosier, le sorbier, l’aubépine, le prunellier, l’églantier, la ronce commune, les fraisiers, les benoîtes, etc.). Les spécialistes ne s’entendent pas sur le fait qu’il s’agisse d’une seule espèce (Exochorda racemosa) ou de plusieurs. Originaire d’Asie, c’est un arbuste de deux à quatre mètres “aux feuilles alternes et caduques” et dont les fleurs à cinq pétales, produites au printemps à l’extrémité des branches, sont blanches et possèdent entre quinze et trente étamines. Les fruits sont des “capsules étoilées à cinq locules contenant une ou deux graines ailées”. Le cultivar illustré ici, mieux connu sous sa marque de commerce “Snow Day Surprise”, est le Exochorda “Niagara“ qui est un hybride du Exochorda racemosa (♀︎) et du E. × macrantha (♂︎) aussi connu comme Exochorda ‘The Bride’ (lui même produit par le croisement entre E. alberti et E. grandiflora). C’est une plante essentiellement ornementale dont le nom provient du grec exo (extérieur) et chorde (cordon) — une référence aux fibres à l’extérieur du placenta dans l’ovaire. (Sources: Wikipedia & divers sites horticoles)

[ Translate ]