Cichorium intybus 

[ iPhone 11 Pro, Parc Frédric-Back, 2021/07/02 ]

La Chicorée amère (ou chicorée sauvage, aussi appelée “Common chicory” en anglais) est une espèce de plante herbacée vivace qui appartient à la division des Magnoliophyta (Angiospermae ou plante à fleurs), à la classe des Magnoliopsida (Dicotyledonae, i.e. “qui germe en deux feuilles”), à la sous-classe des Asteridae, à l’ordre des Asterales, à la famille des Asteraceae (ou Compositae, “fleurs composées”, qui comprend mille-six-cent genres divisés en plus de vingt milles espèces comme le pissenlit, la marguerite et le tournesol), et au genre Cichorium (qui inclut non seulement une dizaine d’espèces, dont la Cichorium endivia [var. crispum et var. latifolium], mais également plusieurs sous-espèces et cultivars).

C’est une plante robuste caractérisée par une racine charnue, une tige unique qui forme de nombreux rameaux rigides et minces, des feuilles basales découpées en lobes (comme celles du pissenlit) et des feuilles intermédiaires lancéolées, mais surtout par de belles petites fleurs bleues ligulées qui forment des capitules et poussent directement sur la tige. Les fleurs se distinguent par leur photonastie (i.e. elles s’ouvrent à l’aube et se referme dès midi lorsque le soleil décline ou par temps nuageux). Toutes les parties de la plante ont un goût amère (à cause des lactucine et intybine qu’elle contient) et produisent un latex blanc.

La chicorée sauvage est surtout utilisée comme plante fourragère (car elle protège contre la météorisation et certains parasites) mais elle a aussi des propriétés médicinales (cholagogue, détoxiquante, légèrement laxative et même possiblement anaphrodisiaque). Cette variété n’est pas vraiment comestible (quoique, comme les feuilles de pissenlits, on peut utiliser les jeunes feuilles crues ou cuites en salades) mais au fil des siècles sa culture a développé de nombreuses sous-espèces et cultigroupes qui ont pris une place importante dans l’alimentation humaine: la chicorée à café (var. sativum, dont la racine séchée et torréfiée constitue un succédané de café), la chicorée de Catalogne (cultivars de la var. foliosum), la chicorée pain de sucre (var. foliosum Hegi f. cylindricum dite ‘Pan di Zucchero’), l’endive (var. foliosum), et le radicchio (de Trévise et de Chioggia, cultivars de la var. foliosum).

Le nom provient du grec kikhorion (κιχώριον, possiblement dérivé de l’égyptien keksher) et signifie en latin “plante de janvier” ou “salade d’hiver”. Elle est mentionnée par le naturaliste romain Plinius (Naturalis Historia, liber XX, cap. 29 et 30), le poète Horatius (Odes 31, ver 15), le gastronome Apicius (De re coquinera), ainsi que par les médecins Celsus (De Medicina) et Galênós (De alimentorum facultatibus, 41; De Simplicium Medicamentorum Temperamentis et Facultatibus; De subtiliante diaeta), et sa culture est même recommandée dans le Capitulare de Villis vel curtis imperii. (Sources: Wikipedia [FR/EN])

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.209]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s