Camomille 

[ iPhone 8+/11 Pro, Parc Frédéric-Back, 2018/06/10 & 2021/07/16]

J’ai déjà parlé de la camomille l’an dernier, mais j’aimerais rajouter quelques détails. “Camomille” (Chamomile en anglais) est un nom générique utilisé pour désigner plusieurs espèces de plantes herbacées annuelles à fleurs appartenant à la division des Magnoliophyta (ou Angiospermae), la classe des Magnoliopsida (ou Dicotyledonae), l’ordre des Asterales, et à la famille des Asteraceae (ou Compositae). C’est une plante qui s’apparente beaucoup aux marguerites (genre Leucanthemum) et aux pâquerettes (genre Bellis) avec lesquelles elle ne doit pas être confondue (elle se distingue par une fleur plus petite dont le centre est bombé et par son feuillage bi- ou tripennatiséquées — une feuille composée qui est découpée de façon symétrique (comme une plume), de chaque côté de la nervure centrale, à deux ou trois niveaux, comme la plupart des Ombellifères tel le fenouil). Son nom en grec signifie “Pomme de terre” (χαμαί / khamai / “sur terre” et μῆλον / mēlon / “pomme“) car son parfum rappellerait l’odeur des pommes. Elle est mentionnée par Pline (Historia Naturalis liber XXII, 53) et recommandée comme plante potagère dans le Capitulare de Villis.

On en retrouve principalement trois genres:

mais on retrouve aussi la Cladanthus mixtus (camomille marocaine  ou Moroccan chamomile), la Cota tinctoria [camomille jaune ou oxeye chamomile]), la Eriocephalus punctulatus (camomille du Cap) et la Tanacetum parthenium [grande camomille ou feverfew]. 

On peut les diviser en deux groupes: celles qui ont une utilité par leurs propriétés médicinales (comme la Matricaria chamomilla, la Chamaemelum nobile et la Tanacetum parthenium — que l’on utilise surtout pour leurs huiles essentielles ou sous forme de tisanes) ou tinctoriales (la Cota tinctoria) et celles qui sont simplement ornementales (Anthemis arvensis), considéré comme de la mauvaise herbe / plante envahissante (Matricaria discoidea, Matricaria perforata) ou même qui peuvent avoir un potentiel toxique (Anthemis cotula). Il est a noter que les propriétés médicinales de la camomille (contre l’anxiété, l’insomnie, l’inflammation, les migraines, etc.) ne sont pas strictement scientifiquement prouvées et que ses composés chimiques (polyphénols tels apigénine, quercétine, patulétine et lutéoline) peuvent interagir négativement avec certains médicaments (anticoagulant, aspirine, NSAIDs, etc.). De plus, ses propriétés emménagogues font qu’elle est contre-indiquée au femme souffrant de cancers du système reproductif (ovaire, utérus, sein) ou qui ont des troubles utérins (endométriose, fibrome). En plus d’être employé comme tisane, la camomille est aussi utilisée comme agent aromatisant dans les industries alimentaires (confections et boissons comme la bière) et cosmétiques (savon, rince-bouche, etc.).

Il est très difficile de distinguer les différences entre ces nombreuses espèces et donc de les identifier avec exactitude. L’année dernière j’avais identifié celles que j’avais photographié dans le parc comme des Matricaria chamomilla mais là je n’en suis pas si sûr! Je crois maintenant qu’il s’agirait plutôt des Matricaria perforata… (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.223]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s