Les tétrarchies (3)

Galerius (305-311 EC)

Gaius Galerius Valerius Maximianus est né vers 258 à Felix Romuliana (Mésie Sup.) dans une famille thrace modeste (des paysans). D’abord surnommé Armentarius (“Berger”) il change son surnom lorsqu’il s’engage dans la légion romaine où il gravit rapidement les échelons. Il sert sous Aurelianus, Probus et Carus, puis impressionne suffisamment Diocletianus pour qu’il le nomme préfet du prétoire et lui offre sa fille Valeria en mariage (il répudie sa première épouse et prend le nom de Valerius). Avec la création de la Tétrarchie [pour plus de détails, voir mes entrées sur Diocletianus et Maximinianus], à Sirmium le 1er mars 293, Diocletianus le nomme César (son second et héritier) et il reçoit le titre de Nobilissimus Caesar (“le plus noble césar”). Le duo jovien se retrouve en charge de l’armée d’Orient, ainsi Diocletianus supervise l’Asie et l’Égypte alors que Galerius, lui, assure la défense de la Grèce et de l’Illyrie. 

Dès lors, son rôle est surtout militaire: il fait campagne contre les Sarmates (294), contre les Carpes et les Bastarnes (295-96) puis contre les Perses Sassanides (296-98). Il subit d’abord une défaite à Callinicum mais prend par la suite Nisibe. Toutefois, au lieu de pousser plus loin en territoire Perse, à la demande de Diocletianus il négocie plutôt la Paix de Nisibe (298/99). Il doit rapidement retourner sur la frontière danubienne où les Sarmates et les Carpes s’agitent à nouveau (302-303) mais est de retour à Rome en novembre 303 pour célébrer son triomphe sur les Perses ainsi que la vicennalia (vingtième anniversaire) des deux empereurs et les decennalia (dixième anniversaire) des deux césars. Diocletianus, âgé et malade, convainc son collègue Maximianus qu’il est temps pour eux d’abdiquer le pouvoir au profit de leur césars respectifs, ce qu’ils font le 1er mai 305, mettant ainsi fin à la première tétrarchie. 

Galerius et Constantius deviennent donc les nouveaux Auguste et se choisissent chacun un césar: Galerius prends Maximinus et Constantius prends Severus. Mais ce choix mécontente Maximianus, car il se fait au détriment de son fils Maxentius, et il s’en suit une longue querelle de succession [pour les détails voir mon entrée sur Maximinianus] que Galerius tente de régler avec la conférence de Carnuntum en novembre 308 mais sans grand succès. Il restera le principal Auguste (jovien), tantôt seul tantôt avec Licinius comme co-empereur, et avec Maximinus et Constantinus comme césars. Dans ses efforts pour unifier l’Empire, Diocletianus a tenté de supprimer toutes les opposions à son autorité (qui était certes politique mais surtout religieuse) et, ce faisant, a particulièrement persécuté les chrétiens. Toutefois ces persécutions se sont révélées inefficaces et c’est pourquoi Galerius, vers la fin de sa vie (peut-être pour se donner bonne conscience), y met fin avec l’Édit de Sardique. À l’hiver 310, alors qu’il tombe malade (d’un cancer colorectal ou de gangrène de Fournier), Galerius se réfugie dans son palais de Felix Romuliana (en Dardanie, nommé ainsi en l’honneur de sa mère Romula) où il meurt le 5 mai 311. Il y est inhumé en présence de Licinius. La tétrarchie se termine définitivement avec une lutte à finir pour le pouvoir — qui oppose Licinius, Maximinus, l’usurpateur Maxentius et Constantinus — qui ne prendra fin qu’avec la victoire de ce dernier en 324…

IMG_0384-0389La seule pièce de monnaie que j’ai de Galerius est ce très très beau antoninianus / aurelianus (VF [Very Fine], AE / BI [Bronze argenturé / Billon], 22 x 22 mm, 3.568 g, payé environ $6 le 1985/06/16, caractérisé par une patine brun pâle grisonnante avec des traces d’argenture et quelques dommages de surface affectant une lettre des inscriptions sur chacun des côtés; die-axis: ↑↑). L’avers présente un buste de l’empereur radié, drapé et cuirassé à droite, avec l’inscription latine GAL[ERIVS] VAL[ERIVS] MAXIMIANVS NOB[ILISSIMVS] C[AESAR] (“Très Noble César”). Le revers illustre deux Concordiae se serrant la main et tenant chacune une corne d’abondance (cornucopiae), avec l’inscription latine CONC-ORDIA AVGG [VSTORVM] (le double “G” dénote une dualité, donc “l’entente des deux empereurs”) et un B en exergue (marque de la deuxième officine).

Selon le RIC (Webb, P.H., ed. by Mattingly, H. & Sydenham, E.A. Roman Imperial Coinage, Vol. V, Part II, London: Spink & Son, [1927] 1972, p. 304), cette pièce aurait été frappée à Lugdunum (Lyon) vers 293-294 EC. C’est donc un aurelianus d’avant la réforme de Diocletianus.

Sources: Wikipedia (Galerius [FR/EN], Concordia [FR/EN]), Google, FAC (Galerius, Concordia, cornucopia, NOB C), ERIC (Galerius); RIC v. 5, pt. 2: 678; ARC, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

Bibliographie:

Cette pièce représente bien le début de la tétrarchie, en 293, alors que Galerius a été nommé le césar de l’Auguste jovien, Diocletianus. La propagande impériale y représente la bonne entente (symbolisée par les Concordiae qui se serrent la main) entre l’Auguste et son César pour rassurer l’Empire que ce nouveau régime politique apportera la prospérité (symbolisée par les cornucopiae) et la stabilité à laquelle la population aspire. Un autre bel exemple de cette propagande est la fameuse statue représentant les quatre premiers tétrarques s’embrassant les uns les autres. Sculptée dans le porphyre rouge au IVe siècle (c. 305 EC), elle fut ramené de Constantinople par la Quatrième Croisade en 1204 et elle peut être vue de nos jours sur un coin de la Basilique Saint-Marc à Venise, tout près de la “Porta della Carta“.

Ce qui est dommage c’est qui il a deux tétrarques pour lesquels je n’ai aucune pièce de monnaie (vais-je résister à la tentation de corriger cette situation?). Le plus important d’entre eux est Constantius (surnommé plus tard par les byzantins “Chlorus” [du grec χλωρός / khlōrós / “vert”, “pale”, “frais” ou “juvénile”]) qui fut d’abord le césar herculéen pour Maximianus, puis le remplaça en tant qu’Auguste heculéen lorsque celui-ci abdiqua en 305. Je traiterai de Constantius lorsque j’aborderai son fils, Constantinus, car ce dernier joua un rôle extrêmement important dans l’Histoire de l’Empire Romain (et pour lequel j’ai une douzaine de pièces de monnaie!). Je n’ai pas de pièce non plus pour Severus, qui remplaça Constantius comme Auguste herculéen à la mort de ce dernier en juillet 306, mais il ne joua brièvement qu’un rôle mineur dans la tétrarchie alors ce n’est pas une absence importante dans ma collection…

La semaine prochaine nous aborderons un autre tétrarque, Maximinus II dit Daïa (ou Daza), dont j’ai quatre pièces de monnaie.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 51

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s