Bob Morane: L’Oeil du samouraï

BobMorane-OeilDuSamourai-cov“Un silence aussi absolu, c’était tout de même étrange pour un établissement comprenant des dizaines de chambre comme l’hôtel Shubashi non loin de Tokyo. “Bizarre tout ça ! Murmura Morane en pyjama. J’aimerais comprendre ce qui se passe.” Il enfila un peignoir, gagna l’ascenseur et descendait au rez-de-chaussée. Le hall était désert. “Il y a quelqu’un ?” C’est alors qu’on coupa le disjoncteur. Tout se passa très vite. Les agresseurs étaient nombreux. Bob se défendit comme au beau diable mais un coup de matraque le frappa à la nuque et il sombra dans l’inconscience. Pour une fois que Bob et Bill avaient décidé de prendre de vraies vacances !”

[Texte d’un site de fan; voir aussi la couverture arrière]

J’ai trois album de BD des aventures de Bob Morane (9: Le secret des sept temples, 17: L’oeil du samouraï et 20: Les géants de Mu) et je décide donc [avant de me réattaquer à ma pile de tsundoku] d’en lire un p’tit dernier (après avoir aussi lu un roman et deux volumes d’intégrale du Lombard: #3 & #4) pour rendre hommage à son créateur, Henri Vernes, décédé en juillet dernier. Cet album, originellement sérialisé en 1972 dans les numéros 1409 à 1431 du magazine Femmes d’Aujourd’hui,  a été compilé chez Dargaud en 1973, puis ré-édité plusieurs fois chez Dargaud, Le Lombard et Altaya. Il ne semble plus disponible que dans les intégrales (J’ai acquis mon exemplaire vers la fin des années soixante-dix).

BobMorane-OeilDuSamourai-p003Nos héros sont (encore une fois) en vacances, cette fois au Japon, et se retrouve par hasard (encore une fois) au beau milieu d’une intrigue d’espionnage. Morane vient en aide à une jeune et charmante serveuse nippone, ce qui lui faudra sa sympathie et lui sauvera la vie plus d’une fois. Tous les occupants d’un hôtel sont enlevé par une société secrète, L’Oeil du Samouraï, car parmi eux se cache un agent des services secrets américains qui doit transmettre à ses collègues japonais des informations sur la secte — celle-ci désire bien sûr empêcher cette transaction. Malheureusement pour eux, Morane réussi à s’échapper, fait sa propre enquête sur la secte et déjoue tous leurs plans!

Cette histoire pourrait avoir été inspiré par un incident réel: en novembre 1969 une cinquantaine de membre du Sekigun-ha (Faction Armée Rouge Japonaise) s’étaient réuni dans un refuge du col Daibosatsu pour s’entrainer et préparer l’enlèvement du premier ministre Satō. La place est prise d’assaut par la police et plusieurs terroristes sont arrêtés. Un événement similaire s’est produit en février 1972, alors que des membres du Rengō Sekigun (l’Armée rouge unifiée) se sont barricadés dans un chalet du mont Asama avec une otage.

C’est bien dessiné (quoique cette fois-ci le trait de Vance m’apparait bien ordinaire et la coloration inadéquate) mais, comme toujours, le récit est un peu faible, les personnages sont stéréotypés, l’intrigue est simpliste, répétitive et pas toujours très crédible. Néanmoins, c’est une histoire de Bob Morane, du récit d’aventure pour adolescent, alors il ne faut pas trop chercher la profondeur. L’important c’est que ce soit une lecture agréable et divertissante. À lire pour les amateurs nostalgiques du commandant Morane.

Bob Morane: L’Oeil du samouraï, par Henri Vernes (texte) et William Vance (dessin). Neuilly-sur-Seine / Montréal : Dargaud, octobre 1975. 48 pages, , ISBN 2205007017. Pour un lectorat jeunesse (9+). stars-2-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

© Dargaud Éditeur 1973

[ Translate ]