Monnaies anciennes 58

Les Constantiniens (1)

Constantinus (310-337 EC) (3)

Depuis déjà longtemps le centre de l’Empire n’est plus à Rome car les tétrarques siégeaient chacun dans leurs capitales régionales (Augusta Treverorum à l’ouest, Mediolanum en Italie, Sirmium en Pannonie et Nicomédie à l’est). Celles-ci étaient généralement situé près des frontières afin de pouvoir réagir rapidement en cas d’invasion barbares. Constantinus désire se distinguer en établissant une nouvelle capitale impériale. Il hésite d’abord entre Ilion et Sardica, puis, après sa victoire sur Licinius, il porte son choix sur Byzance, une cité grecque situé à l’entrée du Bosphore et capitale de la Thrace. Cela lui permet de re-centrer sa capitale sur un empire qui s’est beaucoup étendu à l’Est, de rester proche de Nicomédie, où il a grandit à la cour de Diocletianus, de façon à se réclamer de la légitimité du lieu, et surtout de se rapprocher des frontières du Danube et de l’Euphrate, là où les risques d’invasions sont maintenant les plus grands, tout en restant à une bonne distance des conflits afin de ne pas nuire à la prospérité de la cité. Il nomme cette nouvelle capitale, qui ne sera inaugurée officiellement qu’en mai 330, Constantinopolis (la cité de Constantinus).

Maintenant qu’il est l’unique empereur, Constantinus doit s’efforcer de consolider son pouvoir. Il établit d’abord sa succession dynastique. Il avait déjà nommé ses fils Crispus et Constantinus II Césars en 317, et fera de même avec ses fils Constantius II en 324, Constans en 333, puis avec ses neveux Flavius Dalmatius et Flavius Hannibalianus en 335. Avec une imposante campagne de construction, il s’attache à bâtir sa nouvelle capitale à l’image de Rome en édifiant un Grand Palais, un Capitol, un forum, un sénat, un hippodrome, une église et quatorze quartiers d’habitation qui logeront une population atteignant le cent mille. Comme durant la tétrarchie l’administration était divisée entre les capitales régionales, Constantinus doit maintenant centraliser toute la bureaucratie. Il la chapeaute par le consistoire sacré, dirigé par un questeur. Il complète ces changements avec des réformes militaires, législatives et économiques (il crée une nouvelle monnaie d’or, le solidus, pour remplacer l’aureus dévalué). Finalement, si Diocletianus avait donné au pouvoir impérial une nature plus religieuse, Constantinus le pousse encore plus loin vers la théocratie. Toutefois, pour pouvoir utiliser le christianisme comme élément centralisateur, il doit d’abord l’organiser et en maintenir l’unité. C’est pourquoi il organise un premier concile oecuménique à Nicée en mai 325.

Dès 333, les Perses Sassanides tentent à nouveau d’annexer l’Arménie. En 337, la guerre est finalement déclarée mais, alors qu’il se prépare à partir en campagne militaire, Constantinus meurt subitement le 22 mai près de Nicomédie. Ses fils Constantinus II, Constantius II  et Constans se déclarent tous Augustes et se partagent l’Empire, non sans conflits. Constantius II en sortira vainqueur et reprendra l’oeuvre de son père, jetant ainsi les bases de ce qui deviendra rapidement l’Empire Byzantin.

Pour conclure le règne de Constantinus, je vous présente trois autres pièces de monnaie dont deux “Providentiae”.

IMG_0716-8291La première pièce est un beau follis réduit (AE3, VG [Very Good], AE [Bronze], 18 x 19 mm, 2.890 g, payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↓). L’avers nous montre une tête de l’empereur laurée à droite, avec l’inscription latine CONSTAN-TINVS AVG[VSTVS]. Le revers illustre une place forte (constituée de six niveaux et d’une grande ouverture [sur trois niveaux et demi] qui n’a pas de porte) surmontée de deux tourelles (ou  soldats?) entourants une étoile (❋), avec l’inscription latine PROVIDEN-TIAE AVGG[VSTORVM] (le double “G” équivaut à un duorum implicite; “[Dédié] à la prévoyance des deux empereurs“), et un SMTS𝞒 en exergue (marque de la troisième officine [Gamma] de l’atelier de Thessalonique [Sacra Moneta TheSsalonica]) et un point (•) dans le champs droit.

Selon le RIC (Bruun P.M., Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VII: Constantine and Licinius (313-337). London: Spink & Son, 1966, p. 497, 518), cette pièce aurait été frappé par la troisième officine de l’atelier de Thessalonique vers 326-328.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, camp gates), ERIC (Constantinus); RIC v. 7: 153; acsearch, CoinTalk, R5coins, TAC, vcoins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

IMG_0763-0768La seconde pièce est un beau follis réduit (AE3, VG [Very Good], AE [Bronze], 19 mm, 2.406 g, payé environ $5 ; die-axis: ↑↑). L’avers nous montre une buste de l’empereur diademmé (de forme carrée), cuirassé et drapé à droite, avec l’inscription CONSTANTI-NVS MAX[IMVS] AVG[VSTVS] (maximus est le superlatif de magnus (grand); “Constantinus le plus grand des Augustes”). Le revers illustre une place forte (constituée de sept niveaux et d’une grande ouverture [sur quatre niveaux et demi] qui n’a pas de porte) surmontée de deux tourelles entourants une étoile (❋), avec l’inscription latine PROVIDEN-TIAE AVGG[VSTORVM] (le double “G” équivaut à un duorum implicite; “[Dédié] à la prévoyance des deux empereurs“), et un SMKS en exergue (marque de la sixième officine [zeta] de l’atelier de Cyzique [Sacra Moneta Kyzici]).

Selon le RIC (op. cit., v. VII, p. 653), cette pièce aurait été frappé par la sixième officine de l’atelier de Cyzique vers 329-330.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus), ERIC (Constantinus); RIC v. 7: 60; Catawiki, CGBFR, NBD, Numista, WildWinds (text 1, image 1; text 2, image 2). Voir aussi ma fiche.

IMG_8746-8748La troisième et dernière pièce est un assez beau follis réduit commémoratif (AE3/4, G [Good], AE [Bronze], 15 x 16 mm, 1.241 g, payé environ $6 le 1985/06/16, patine verdâtre et dépôt de vert-de-gris; die-axis: ↑↑). L’avers nous montre la tête de l’empereur voilée à droite, avec l’inscription latine D[I]V[VS] CONSTANTI-NVS P[A]T[ER] AVGG[VSTORVM] (“Divin Constantinus Père des Augustes”). Le revers illustre l’empereur voilé conduisant un quadrige au galop, à droite, tendant le bras vers la Main de Dieu (manus dei) qui descend du ciel vers lui, avec une marque d’atelier peu lisible en exergue (quatre ou cinq lettres suivi d’un point: SMALB• pour Alexandrie ?, SMKB• pour Cyzique ?, ou  SMNB• pour Nicomédie ?).

Selon le RIC (Kent, J.P.C.; Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VIII: The Family of Constantine I (337-364). London: Spink & Son, 1981, pp. 472, 491, 540), les seules émissions commémoratives qui correspondent à la description et à la marque d’atelier (quatre ou cinq lettres suivie d’un point [SM??B•]) ont été faite à Alexandrie, Cyzique ou Nicomédie, et toutes entre le 9 septembre 337 et le printemps 340.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, denomination, DV Constantinus, quadriga, ), ERIC (Constantinus); RIC v. VIII: Nicomedia 25, Cyzicus 19, Alexandria 22; acsearch, AncientResource, CoinArchives, CoinTalk, CoinTalk, Numismatics, Numista (SMKA, SMALB). Voir aussi ma fiche.

 

On remarque que toutes les pièces de monnaie présentée ici ont été frappé en Orient, ce qui n’est pas surprenant puisque Constantinus y a maintenant établi sa capitale.

On note également que, bien que traditionnellement appelés portes de camp (“camp gates”), le type de revers illustrant une place forte ne représente pas nécessairement toujours les portes d’un camp romain mais aussi parfois une tour de guet, une forteresse ou même la porte d’entrée d’une ville (FAC). Aussi, les tourelles (parfois décrite comme des soldats faisant le guet) qui surmontent la place forte seraient en fait une sorte de balise de signalisation, utilisant des bûchers pour envoyer des messages lumineux. Allumer des feux pour signaler l’approche de l’ennemi était une pratique déjà en utilisation par les Grecs. Avec ce type de revers, la propagande impériale utilise le symbole de la place fortifiée conjointement avec l’inscription Providentiae Avgg pour transmettre un message rassurant affirmant que l’empire est maintenant à l’abris des invasions (TAC). Ce type de revers est très fréquent au IVe siècle.

La pièce commémorative de Constantinus représente la déification et l’ascension au ciel de l’empereur. La Manus Dei, cette main de Dieu tendue pour l’accueillir, est fort probablement la toute première représentation de la divinité judéo-chrétienne sur une pièce de monnaie. Constantinus est représenté voilé car, dans la religion romaine, le prêtre ou l’officiant porte le voile pour marquer la nature sacrée de l’acte, comme lorsque l’on procède à un sacrifice pour les dieux. L’Empereur est représenté voilé car sa déification est un moment sacré.

La semaine prochaine nous nous attardons sur l’un des fils de Constantinus, Crispus, qui a été César entre 317 et 326 EC.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]