Les Constantiniens (3)

Constantinus II (317-340) (1)

Flavius Claudius Constantinus Iunior est né à l’été 316 à Arelate (Arles). Il est le second fils de Constantinus (le premier avec sa deuxième épouse, Fausta). En mars 317 (à peine âgé d’un an) il est fait César par son père et reçoit le titre de Nobilissimus Caesar (“le plus noble des Césars”) et est même consul en 321! Dès l’âge de sept ans (322-23) il participe aux côtés de son père à la campagne militaire contre les Sarmates. En 324, il est envoyé à Augusta Treverorum pour défendre la frontière du Rhin à la place de son frère aîné Crispus (qui a été rappelé aux côtés de Constantinus pour sa deuxième campagne contre Licinius). En 331, il reçoit le titre de Alamannicus suite à une victoire contre les Francs et les Alamans. En 332, il se joint à son père sur la frontière du Danube pour une campagne contre les Wisigoths Tervinges et reçoit les titres de Sarmaticus et de Germanicus maximus. En 335, Constantinus divise les responsabilités administratives et militaires de l’Empire entre ses trois fils et ses deux neveux: Constantinus Junior reçoit la responsabilité de superviser la Gaule, la Bretagne et l’Hispanie; Constans reçoit l’Italie, l’Afrique et la Pannonie; Constantius Junior l’Asie Mineure, la Syrie et l’Égypte; Flavius Dalmatius (petit-fils de Constantius) la Macédoine et la Thrace; et son frère Flavius Hannibalianus est nommé monarque des nations pontiques.

Constantinus avait probablement l’intention d’assurer sa dynastie avec la création d’une nouvelle tétrarchie. Toutefois, à sa mort le 22 mai 337, Constantinus Junior (qui est maintenant l’aîné puisque Crispus est mort dix ans plus tôt) tente de faire valoir son droit de primogéniture en se déclarant empereur mais ses frères n’en entendent pas ainsi et tous trois se proclament Augustes. Ils sécurisent leur position en éliminant les oncles et cousins de la famille, puis se rencontrent le 9 septembre 337 à Sirmium (ou Viminacium) pour se partager l’Empire (en se divisant les parts de leur cousins). Toutefois, Constantinus Junior est insatisfait que son frère cadet (qui est sous sa tutelle) ait reçu l’Italie, l’Afrique et l’Illyrie. Il réclame l’Afrique à Constans mais, lorsque ce dernier devient majeur en 339, le conflit éclate ouvertement entre les deux frères. Constantinus Junior sera tué lors d’une embuscade à Aquilée en avril 340. L’Empire se retrouvera alors divisé non seulement par une nouvelle querelle de succession mais aussi théologique: Constans (en Occident) supporte le christianisme nicéen alors que son frère Constantius II (en Orient) supporte le christianisme arien !

J’ai onze pièces de monnaies de Constantinus Iunior que je vais vous présenter en quatre ou cinq parties.

IMG_0995-1005La première de ces pièces est un très beau follis réduit (AE3, 19 x 19.5 mm, 3.359 g, payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↓). L’avers nous montre un buste du jeune césar lauré, drapé et cuirassé à droite, avec l’inscription latine CONSTANTINVS IVN[IOR] NOB[ILISSIMVS] C[AESAR] (Constantinus le jeune très noble césar). Le revers illustre deux Victoires ailées debout face à face, tenant un bouclier inscrit VOT – P R sur deux lignes (VOTa Populi Romani = “Voeux du Peuple Romain”), surmonté d’un croissant et d’un point (comme les descriptions ne mentionnent pas ce détail il fait probablement partie de la décoration du bouclier), au dessus d’un autel (ara) inscrit d’un “I” (marque de séquence?), avec l’inscription latine VICT[ORIAE] • LAETAE PRINC[IPIVM] PERP[ETVA] (“[Pour une] Joyeuse victoire au Prince éternel”) et un [•]BSIS• en exergue (marque de la deuxième officine [Bêta] de l’atelier de SIScia).

D’après le RIC (Bruun P.M., Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VII: Constantine and Licinius (313-337). London: Spink & Son, 1966, pp. 416-418, 434-435), cette pièce aurait été frappée par la deuxième officine de l’atelier de Siscia en 319 EC.

C’est un type de revers que l’on avait pas vu jusqu’à maintenant mais qui ne fait que reprendre des thèmes bien connu: la victoire et les bons souhaits du peuple envers le prince ou l’empereur. Dans ce cas-ci, comme le prince n’est à peine âgé que de trois ans, on imagine que c’est une façon de lui souhaiter une vie longue et prospère. On note également que c’est une pièce rare [r5 = unique! Plus maintenant… 😉 ]; j’ai d’ailleurs eut de la difficulté à en trouver des exemples dans les sources en ligne. Ce type se retrouve surtout chez Constantinus, Crispus et les deux Licinius. Dans le cas de Constantinus Junior, il est aussi associé avec une titulature plus longue (NOB CAES) et une inscription qui présente VICTORIAE écrit tout au long mais dans ce cas-là la marque d’atelier ne comporte qu’un seul point (ASIS•) [RIC, VII, 80]. Une variante inclue aussi une césure dans la nomenclature (CONSTANT-INVS) et la marque d’atelier a une étoile au lieu du point (ASIS*) [RIC, VII, 99]. Finalement, un autre variante (ASIS•, datant de 319-20; RIC, VII, 107-108) ne semble avoir été frappé que par les troisième (𝛤 [gamma] avec un NOB CAES) et la quatrième (𝛥 [delta] avec NOB C) officines. Dans tous les cas ce sont des pièces considérées rares (r3-r5 = une à six pièces connues — par l’auteur du RIC, au moment où il a été publié dans les années soixante).

Sources: Wikipedia (Constantinus II [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus II, ara, Siscia, VICT. LAETAE PRINC. PERP., Victoria), ERIC (Constantinus II); RIC v. VII: 91; BeastCoins, CoinProject, Numismatics, WildWinds (RIC 91: text1, image1; RIC 99: text2, image2, RIC 99var: text3, image3). Voir aussi ma fiche.

Je voudrais souligner que la semaine dernière je n’étais pas très satisfait de la qualité des photographies prises avec le nouvel iPhone 13 Pro car l’appareil semblait avoir de la difficulté à faire le focus et le résultat me semblait un peu flou… (Étrangement je n’ai pas rencontré ce problème lors de la prise de photo macro de fleurs — une question de différence d’éclairage peut-être entre lumière naturelle et artificielle ?). Je constate cette semaine que si on lui donne le temps de bien établir son focus (parfois en jouant un peu avec l’éclairage) l’appareil réussit à faire un bon focus et le résultat est beaucoup plus satisfaisant. Je suppose qu’avec l’expérimentation je vais réussir à établir l’éclairage et la distance optimale pour prendre de meilleurs clichés de monnaie…

Sur une note plus personnelle, suite à de nombreux problèmes de santé (notamment de terribles migraines), au deuil de l’un de mes chats et au fait que je change d’emploi (ce qui chambarde complètement mon horaire et ma routine), je vais devoir réduire considérablement le contenu de mes chroniques sur le blogue pour les semaines à venir afin de pouvoir me concentrer sur l’apprentissage de mes nouvelles tâches, rattraper mon retard sur mes commentaires de lectures et ré-équilibrer un peu mes chakras. Je ne devrais présenter qu’une ou deux pièces de monnaie à la fois… On verra comment les choses vont par la suite.

La semaine prochaine je vous présente donc deux autres pièces de monnaie de Constantinus Junior.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 60

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s