Images du mer-fleuri [002.021.293]

Elaeagnus angustifolia 

[ iPhone 11/13 Pro, Parc Frédéric-Back, 2021/06/12 & 10/17]

Cela fait quelques années déjà que j’ai remarqué dans le parc, près du point de vue situé au bout de la rue Paul-Boutet (et en-dessous), quelques arbres d’un vert tendre presque blanchâtre, voir argenté. Je me suis dit “on dirait presque des oliviers” mais je croyais notre climat trop froid pour ce genre d’arbres. Eh bien, non, il s’agit bel et bien d’une variété d’olivier.

L’olivier de Bohême (appelé “Russian Olive” en anglais) est une espèce d’arbuste qui appartient à la division des Magnoliophyta (ou Angiospermae, i.e. les plante à fleurs), à la classe des Magnoliopsida (ou Dicotyledonae), à la sous-classe (clade) des Rosidées, à l’ordre des Rosales, à la famille des Elaeagnaceae (divisé en trois genres où se répartissent une soixantaine d’espèces) et au genre Elaeagnus. C’est un arbuste qui croit rapidement pour atteindre une hauteur moyenne de sept mètres (de deux à douze mètres) et qui est caractérisé par des feuilles lancéolées, alternes et caduques, au pétiole court, d’un vert profond sur le dessus et argenté sur le dessous, et mesurant de quatre à huit centimètres de long sur environ deux centimètres de large. La floraison se fait de mai à juillet et offre de petites fleurs odorantes jaunes d’environ un centimètre, formées d’un calice à quatre lobe (sépales) sans pétales, protégeant quatre étamines et un pistil. Elles poussent sous l’aisselle des feuilles, soit isolées ou par grappes de deux ou trois fleurs, et sont mellifères — ce qui veut dire qu’elles attirent les insectes pollinisateurs comme les abeilles. Le fruit jaune, qui mesure un ou deux centimètres de long, a l’apparence d’une drupe (comme la cerise ou l’olive) mais est en fait un akène enveloppé d’une hypanthe charnue. Les fruits sont comestibles, sucrés mais avec une texture farineuse, et sont parfois utilisés pour faire des conserves.

Le nom scientifique dérive du grec ἐλαίαγνος / elaíagnos (composé de ἐλαία / elaia / “olive” et de ἁγνός / hagnós / “pure”, “chaste”, “sacré”) et de l’épithète latin qui signifie avoir “des feuilles étroites”. Quand aux noms vernaculaires ils font tous référence soit au fait que le fruit ressemble à celui de l’olivier (qui appartient pourtant à une famille différente, les Oleaceae) soit que la feuille s’apparente à celle du saule (de la famille des Salicaceae). Cet arbuste a avant tout un usage ornemental (à cause de son beau feuillage et de ses fleurs odorantes) mais il est aussi utilisé comme séparation (haie) ou écran brise-vent. Il joue également un rôle dans l’alimentation humaine: ses fleurs mellifères peuvent servir à la production de miel et ses fruits (parfois appelé “datte de Trébizonde“ ou “olive perse”), riches en lycopène, sont comestibles — pouvant être consommés séchés ou en marmelade. Il y aurait même un usage médicinal car, en Iran, une concoction faite de lait et du fruit séché pulvérisé est parfois utilisée pour traiter la polyarthrite rhumatoïde et les douleurs articulaires (arthrose). Originaire d’Europe de l’Est, il a été introduit en Amérique du Nord à la fin du XIXe siècle où il est considéré comme une espèce envahissante à cause de sa croissance rapide et de sa capacité d’adaptation en sol pauvre (car une symbiose avec des bactéries dans son système racinaire lui permet de fixer l’azote atmosphérique). (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]