Les Constantiniens (3)

Constantinus II (317-340) (3)

Nous continuons le survol de mes pièces de monnaie de Flavius Claudius Constantinus Iunior (généralement appelé Constantinus II) — vous trouverez la notice biographique de Constantinus II dans la première entrée sur cet empereur.  Cette semaine, je vous présente deux autres spécimens du type “Votis” dans une couronne, cette fois-ci il s’agit d’un Votis Decennalibus (VOT X). Comme la semaine dernière, ce sont des pièces très similaires (follis réduit [AE3]) avec le même type de revers et les même inscriptions mais dans ce cas-ci elles se distinguent un peu plus en deux façon: l’une des pièces présente un portrait vers la gauche et elles ont toutes deux été frappées par des ateliers différents, à des dates différentes. 

IMG_1096-1102La première pièce, un peu moins bien conservée (F [Fine]), est peu plus oblongue (17 x 19 mm, 3.023 g, payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↑). Son avers offre une tête du césar lauré à droite avec l’inscription latine CONSTANTINVS IVN[IOR] NOB[ILISSIMVS] C[AESAR] (Constantinus le Jeune, très noble césar). Le revers illustrent un VOT[IS] • X (Votis Decennalibus), sur deux lignes séparées d’un point, inscrit au centre d’une couronne de laurier (ornée sur le dessus d’une boucle faite d’un cercle avec un point au milieu), avec l’inscription latine CAESARVM NOSTRORVM (“Voeux pour le dixième [anniversaire de règne] de Nos Césars”), et un BSIS suivie d’un pictogramme représentant une percée / levé  de soleil (sunburst / rising sun) en exergue (marque de la seconde officine [B = Bêta] de l’atelier de Siscia [SIS] — le pictogramme constitue probablement une marque de séquence).

D’après le RIC (Bruun P.M., Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VII: Constantine and Licinius (313-337). London: Spink & Son, 1966, p. 446), cette pièce aurait été frappée par la deuxième officine de l’atelier de Siscia en 321-324 EC.

IMG_1111-1115La seconde pièce est plus ronde mais elle est très très belle (VF [Very Fine], 18 mm, 2.987 g, payé environ $7, patine avec dépôt verdâtre; die-axis: ↑↓). L’avers nous offre un buste du césar lauré, drapé et cuirassé à gauche, suivie de la même nomenclature que la première pièce. Le revers illustre aussi une couronne inscrite d’un VOT[IS] • X avec la même inscription mais cette fois avec un TSBVI en exergue (marque de la deuxième officine [B = Bêta] de l’atelier de Thessalonique [TS] — le chiffre romain “VI” serait possiblement une marque de séquence ou une datation qui fait référence au sixième Consulat de Constantinus en 320 [et qui ne reçoit son septième consulat qu’en 326]).

 D’après le RIC (op.cit., p. 513), cette pièce aurait été frappée par la deuxième officine de l’atelier de Thessalonique en 324 EC.

Sources: Wikipedia (Constantinus II [FR/EN]), FAC (Constantinus II,Caesarvm Nostrorvm,laurel wreath, Siscia, vota, wreath), ERIC (Constantinus II); RIC v. 7: Siscia #182Thessalonica # 128; Online réf. pour la pièce 1: Google, acsearch, CoinArchives, CoinProject, numismatics, r5coins, vcoins, WildWinds (text, image); Online réf. pour la pièce 2: Google, acsearch, CoinArchives, CoinProject, numismatics, r5coins, vcoins, WildWinds (text, image). Voir aussi mes fiches (Siscia, Thessalonica).

Bibliographie:

J’ai deux observations sur cette paire de follis réduit. Premièrement, ces pièces présentent des Votis Decennalibus (voeux pour le dixième anniversaire de règne) alors que Constantinus II n’était césar en 321 que depuis cinq ans! Comme je l’ai déjà mentionné, ces voeux font originalement référence à une coutume de vœux publics pour le bien être de l’empereur, accompagnés de sacrifices et exprimés lors d’anniversaires importants. Ils étaient soit faits ou entrepris au début de la période décennale (suscepta) soit accomplis à la fin de la période (soluta). Il était donc fréquent de voir ces souhaits anticipés pour une période beaucoup plus longue que celle accomplie. Dans ce cas-ci, dès que le Votis quinquennalibus (VOT. V) est accompli, on s’empresse de faire des voeux pour la santé des jeunes césars, en anticipation, pour les cinq années à venir, soit des Votis Decennalibus (VOT. X).

“Les mots suscepta et soluta qu’on rencontre souvent à la suite du mot decennalia se rapportent, l’un au commencement, l’autre à la fin de la période décennale, c’est-à-dire au moment où les voeux sont formés (suscepta), et du moment où ils sont accomplis (soluta). La couronne de laurier qui figure sur les médailles frappées en souvenir de ces fêtes, est celle qu’on offrait à l’empereur”. (Daremberg & Saglio, Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines. Paris: Hachette, 1877‑1919. Tome 2.1, p.33-34)

Deuxièmement, on remarque que les portraits de Constantinus II sur ces pièces présentent des yeux plus grands que nature. C’est un style qui apparait sous le règne de Constantinus et qui est particulièrement apparent sur la tête de son fameux colosse préservé au Palazzo dei Conservatori du Musée Capitolin de Rome. Ce style est supposé représenter une abstraction, exprimant un regard tourné vers l’éternité et la transcendance de la nature divine de l’empereur. On retrouve une représentation similaire sur certaines pièces de monnaie de Constantinus où les yeux plus grands que nature de l’empereur regardent vers le haut, contemplant le ciel (ce sont les “yeux au ciel” [eyes to heaven] ou les “yeux vers dieu” [eyes to god] qui expriment la piété chrétienne de l’empereur). Ces yeux plus grand que nature se retrouve aussi dans la statuaire des fils de Constantinus. Malheureusement il existe peu de représentations lapidaires de Constantinus II qui n’a été empereur que trois ans (l’illustration sur la page française de Wikipedia de Constantinus II est en fait une tête de Constantius II, qui est le fils de Constantinus a avoir régné le plus longtemps, soit vingt-quatre ans). Cela n’a donc, bien sûr, rien à avoir avec le fameux style du dessin animé japonais (qui par ailleurs avait été introduit par Osamu Tezuka, qui l’avait lui-même emprunté à Walt Disney et Max Fleischer 😉 ).

La semaine prochaine nous continuons mon survol des pièces de monnaie de Constantinus II avec, cette fois, trois spécimens du type de revers avec Providentiae Caesarum et la représentation d’une place forte.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 62

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s