Blue Period Vol. 1-3

BluePeriod-1-covVol. 1

Yatora est un lycéen studieux à qui tout réussit. Pourtant, il ressent depuis toujours une impression de vide en lui. Jusqu’au jour où, par hasard, il tombe sur un tableau qui le subjugue littéralement… Très vite, Yatora réalise que peindre est le seul moyen de faire passer ses émotions et de se révéler. Cet événement le pousse à se livrer corps et âme à la peinture pour tenter le concours d’entrée de la plus sélective des écoles de Beaux-arts !

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Blue period vol. 1, par Tsubasa Yamaguchi. Vanves: Pika (Coll. Seinen), janvier 2021. 228 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 / $C 16.99, ISBN 9782811645380, Pour lectorat adolescent (12+). stars-4-0

BluePeriod-2-covVol. 2

Yatora avait décidé de poursuivre des études prestigieuses pour répondre aux exigences de son entourage. Mais pour assouvir la frénésie dévorante du désir qu’il ressent en dessinant, il vise d’intégrer la prestigieuse université des Arts de Tokyo. Est-il prêt à sortir de sa zone de confort, à se confronter au regard des autres, à des talents accablants et, surtout, à surmonter sa peur d’échouer ?

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Blue period vol. 2, par Tsubasa Yamaguchi. Vanves: Pika (Coll. Seinen), mars 2021. 192 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 / $C 16.99, ISBN 9782811660284, Pour lectorat adolescent (12+). stars-4-0

BluePeriod-3-covVol. 3

“À deux mois des concours d’admission, le niveau monte, et Yatora se sent bloqué par son manque d’expérience. Heureusement, Mme Saeki, sa professeure du club d’Arts plastiques, Mme Ooba, qui le suit en cours de prépa, et Mori sont là pour le soutenir et lui ouvrir les yeux. Galvanisé, le jeune lycéen se lance alors dans la réalisation d’une toile aussi grande que celle que Mori avait utilisée pour son tableau des anges. Sa rage de peindre aura-t-elle raison de l’entreprise colossale dans laquelle il s’est lancé ?

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Blue period vol. 3, par Tsubasa Yamaguchi. Vanves: Pika (Coll. Seinen), mai 2021. 192 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 / $C 16.99, ISBN 9782811660970, Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-0

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Blue period (ブルーピリオド / Burū Piriodo) est un manga Seinen sur la peinture écrit et illustré par Tsubasa Yamaguchi qui est sérialisé depuis juin 2017 dans Monthly Afternoon et a été compilé jusqu’à maintenant en onze volumes chez Kōdansha. La version anglaise est publiée aux USA par Kodansha (cinq volumes de disponible, le sixième sortira en février 2022) et la version française est disponible chez Pika (six volumes de paru en France et le septième sortira en janvier 2022). Il a remporté plusieurs prix en 2020 (le Manga Taishō et le Kōdansha manga shō; nominé aussi pour le Tezuka Osamu bunka shō) et a été adapté en une série télévisée d’animation en 2021 (dix épisodes animé par le studio Seven Arcs sous la direction de Koji Masunari et Katsuya Asano, sur un scénario de Reiko Yoshida; diffusée sur MBS, TBS, AT-X et sur Netflix).

Yatora Yaguchi est un peu voyou mais il travaille fort et réussi très bien en classe. Toutefois, son existence le laisse insensible, du moins jusqu’à ce qu’il se retrouve par hasard au club d’art et qu’une toile peinte par une collègue étudiante le bouleverse. Fasciné par le monde de l’art, il découvre qu’il peut dessiner et ainsi exprimer des émotions ou des idées qui échappent à la parole. Il se joint donc au club. Il compense son manque de talent par un excès de pratique et décide qu’il visera les Beaux-Arts pour le collège (mais publique car ses parents ne peuvent pas payer pour une université privée). Pour se préparer pour le concours d’admission il suit des cours du soir. Le récit se tisse autour de son évolution artistique, de ses relations avec ses copains voyous d’une part et ses collègues de classe d’art d’autre part — dont certains sont plutôt colorés: la talentueuse Mori, le travesti Ryûji ou le solitaire Yotasuke. 

J’aime bien les mangas écrit par des femmes. En général, on y retrouve une plus grande sensibilité et les sujets sont souvent plus intéressants. Tsubasa Yamaguchi n’est pas très connue car elle n’a publié que quatre titres et le seul autre à être traduit est She and her cat (彼女と彼女の猫 / Kanojo to Kanojo no Neko; sérialisé entre février et mai 2016 dans Monthly Afternoon, compilé en un seul volume et traduit en anglais chez Kodansha) qui adapte en manga le court métrage noir & blanc d’animation de Makoto Shinkai. Je trouve son style de dessin plutôt moyen (les visages des personnages sont parfois un peu bizarres) mais j’adore le fait qu’elle utilise des tableaux existants pour illustrer les travaux des personnages (réalisé par des assistants ou des collègues artistes). Le récit, quant à lui, est excellent et nous fait peu à peu découvrir le monde de l’art. Dans l’ensemble c’est un très bon manga qui nous offre une lecture agréable et mérite un coup d’oeil.

J’ai aussi visionné l’adaptation animé et j’ai trouvé cela excellent. L’animation exprime très bien le contenu du manga. Si vous avez Netflix et êtes un peu paresseux, vous pourriez simplement vous en tenir à visionner l’anime.

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNel liganWikipediaWorldCat ]

© 2017-2018 Tsubasa Yamaguchi.

[ Translate ]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s