Les Constantiniens (5)

Constantius (324-361) (2)

Dès avril 340, Flavius Julius Constantius (généralement appelé Constantius II ou Constance II en français) se partage l’Empire avec son frère Constans. Malheureusement, cet équilibre du pouvoir ne pouvait durer éternellement. Constans, qui n’est pas très aimé ni du peuple, ni de l’armée, est renversé et tué par l’usurpateur Flavius Magnentius qui s’est déclaré empereur en janvier 350. Profitant de la mort du co-empereur d’Occident, un autre usurpateur se déclare en Italie, Nepotianus, mais il est rapidement éliminé par Marcellinus, un général de Magnentius. Profitant d’une accalmie sur le front Perse, Constantius II met son armée en marche vers l’Illyrie pour tenter d’empêcher Magnentius de prendre trop de pouvoir. Il tente d’abord de lui nuire par des manigances politiques mais Magnentius réussit malgré tout à prendre le contrôle de tout l’Occident. Les deux armées s’affrontent d’abord à Mursa en septembre 351, puis à Mons Seleucus en juillet 353. Magnentius, vaincu, se donnera la mort à Lugdunum (Lyon) le 11 août 353 et son césar Magnus Decentius fera de même à Sens le 18 août. 

Constantius II se retrouve donc à régner seul sur tout l’Empire Romain. Pour l’aider dans cette tâche, il s’adjoint donc comme César l’un de ses deux cousins survivants, Constantius Gallus, fils de Julius Constantius (lui-même fils de Constantius I, et donc demi-frère de Constantinus), lui offre sa soeur Constantia en mariage, et l’envoi aussitôt à Antioche pour poursuivre la campagne contre les Perses Sassanides. Pendant ce temps, Constantius II se rend sur la frontière rhénane pour repousser des incursions barbares au printemps 354. Malheureusement, Gallus se conduit en despote sanguinaire ce qui le rend plutôt impopulaire. Craignant une nouvelle usurpation, Constantius le fait donc arrêter et exécuter en septembre 354. Il confit la défense des Gaules au général Flavius Silvanus mais celui-ci tente d’usurper le pouvoir en août 355 et Constantius II envoi le général Ursicinus pour lui régler son compte dès septembre. La pression des barbares s’accentuant tant sur la frontière du Rhin (avec les Francs, Alamans et les Saxons) que sur celle du Danube (avec les Quades et les Sarmates), Constantius doit se trouver un nouveau César. Son choix se porte sur son autre cousin, frère de Gallus, Flavius Claudius Julianus. À contre-coeur, il l’investit des pouvoirs impériaux à Mediolanum (Milan) le 6 novembre 355 et lui donne son autre soeur, Helena, en mariage. À suivre la semaine prochaine…

Cette semaine je vous présente deux pièces de monnaie de Constantius avec un type de revers de Gloria Exercitus (“à la gloire de l’armée”).

IMG_1339-1340La première pièce est un assez beau follis réduit / nummus (G [Good], AE3, AE / BI [Bronze / Billon], 17 mm, 2.231 g, payé environ $6 le 1985/06/16, dont l’avers comporte un important dépôt rougeâtre; die-axis: ↑↓). L’avers représente un buste du César lauré et cuirassé à droite, avec l’inscription latine FL[AVIVS] IVL[IVS] CONSTANTIVS NOB[ILISSIMVS] C[AESAR] (“Flavius Julius Constantius, Très Noble César”). Le revers illustre deux soldats casqués et cuirassés, dos à dos mais se regardant l’un l’autre, tenant une lance (spiculum) renversée dans la main droite et la main gauche reposant sur un bouclier, entourants deux étendards (vexillum), avec l’inscription latine GLOR-IA EXERC-ITVS (“à la gloire de l’armée”) et un SMAN? en exergue (marque de la énième officine [cela ressemble plus à un “X” mais en fait ne peut être que soit un Epsilon (E, cinq), un Sigma (S, six), un Zêta (Z, sept) ou un Êta (H, huit)] de l’atelier d’Antioche [Sacra Moneta ANtiochia]).

D’après le RIC (Bruun P.M., Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VII: Constantine and Licinius (313-337). London: Spink & Son, 1966, p. 693), cette pièce aurait été frappée par l’atelier d’Antioche vers 330-333 ou 335 EC.

IMG_1348-1356La seconde pièce est un follis réduit / nummus passable (Fr [Fair], AE4, AE / BI [Bronze / Billon], 13 mm, 1.753 g, payé environ $5 le 1985/01/06, caractérisé par le fait que les contours du visage de l’empereur ont été accentué en les gravant avec une pointe; die-axis: ↑↓). L’avers représente un une tête de l’empereur laurée à droite, avec l’inscription latine présumée D[OMINVS] N[OSTER] CONSTAN-TIVS P[IVS] F[ELIX] AVG[VSTVS] (“Notre Seigneur Constantius, Pieux et Heureux Auguste”). Le revers illustre deux soldats casqués et cuirassés, dos à dos mais se regardant l’un l’autre, tenant une lance (spiculum) renversée dans la main droite et la main gauche reposant sur un bouclier, entourants un étendard (vexillum), avec l’inscription latine illisible GLOR-IA EXERC-ITVS (“à la gloire de l’armée”) et ce qui semble être un SMK? en exergue (marque de la énième officine [six officines possibles: A, B, 𝚪, 𝚫, E, et S] de l’atelier de Cyzique [Sacra Moneta Kyzici]). 

D’après le RIC (Kent, J.P.C.; Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VIII: The Family Of Constantine I (337-364), London: Spink & Son, 1981, p. 486, 490-91), cette pièce aurait été frappée par l’atelier de Cyzique entre septembre 337 et avril 340 EC. 

Sources: Wikipedia (Constantius II [FR/EN]), FAC (Constantius II, Antioch, Gloria Exercitus, military ensigns, spiculum, vexillum), ERIC (Constantius II); RIC v. VII, Antioch: 88; RIC v. VIII, Cyzicus: 10, 16, 21, 23, 27 ou 32. Online references de la pièce 1: Google, CoinArchives, CoinTalk, Numismatics, WildWinds (text, image); online references de la pièce 2: Google, Numismatics, WildWinds (RIC 10: text, image; RIC 32: text, image). Voir aussi mes fiches (Antioche, Cyzique).

J’ai déjà amplement parlé de signification de ce type de Gloria Exercitus dans la propagande impériale alors je ne m’étendrai pas sur le sujet ici.

La semaine prochaine nous concluons notre survol de mes pièces de monnaie de Constantius II avec trois pièces d’un type de revers que je ne vous ai pas encore présenté: la représentation d’un légionnaire frappant de sa lance un cavalier barbare dont la monture est tombée (the “Fallen Horseman”) avec l’inscription FELicium TEMPorum REPARATIO (“le retour des temps heureux”).

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 68

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s