Les Constantiniens (5)

Constantius (324-361) (3)

Flavius Julius Constantius (généralement appelé Constantius II ou Constance II en français) s’adjoint donc un nouveau César en novembre 355, son cousin Flavius Claudius Julianus (appelé Julien II ou Julien l’Apostat en français). Il reçoit tout de suite la charge de la partie Occidentale de l’empire (Bretagne, Hispanie, et les Gaules). Il n’a aucune expérience militaire mais est entouré d’hommes de confiance de Constantius comme Flavius Florentius ou Secundus Salutius. Pendant que son César rétablit l’ordre sur la frontière du Rhin, Constantius, après avoir soumis les Quades et les Sarmates sur le Danube, doit retourné en Orient en 358 car les Sassanides ont reprit les hostilités. Ceux-ci réussissent à reprendre Amida (ainsi que les six légions qui la défendaient) en octobre 359. Constantius réclame donc des renforts à Julianus, mais celui-ci se proclame Auguste en février 360 et marche sur la Mésopotamie, non pas pour venir en aide à son cousin, mais pour lui usurper le pouvoir. Constantius lance ses troupes à sa rencontre mais la confrontation n’aura pas lieu car l’empereur contracte la fièvre en octobre et meurt à Mopsueste (Cilicie) le 3 novembre 361. Il aura régné vingt-quatre ans, durant lesquels il aura fait de son mieux pour maintenir la paix aux frontières et poursuivre les réformes monétaires, administratives et religieuses de ses prédécesseurs. À sa mort, il a fait de Julianus son successeur légitime et celui-ci se retrouve seul à la tête de l’Empire…

Cette semaine nous terminons notre survol de mes pièces de monnaie de Constantius II avec trois pièces pratiquement identiques. Elles offrent le même type de revers représentant un légionnaire frappant de sa lance un cavalier barbare dont la monture est tombée (the “Fallen Horseman”) entouré de l’inscription FELicium TEMPorum REPARATIO (“le retour des temps heureux”).

Dans les trois cas l’avers présente un buste de l’empereur drapé et cuirassé à droite, la tête coiffée d’un diadème perlé, avec l’inscription latine D[OMINVS] N[OSTER] CONSTAN-TIVS P[IVS] F[ELIX] AVG[VSTVS] (“Notre Seigneur Constantius, Pieux et Heureux Auguste”). Le revers illustre un soldat casqué avançant à gauche, portant un bouclier au bras gauche, transperçant de sa lance une monture qui a chuté, son cavalier barbare tombant vers l’avant sur le cou du cheval, son bouclier tombé sur la sol à droite, avec l’inscription latine FEL[ICIVM] TEMP[ORVM] RE-PARATIO (“le retour des temps heureux”) et une marque d’atelier en exergue et une lettre dans le champs gauche.

IMG_1323-1331La première pièce est un beau centenionalis (VG [Very Good], AE2, AE / BI [Bronze / Billon], 20 mm, 3.809 g, payé environ $7, patine foncée avec des incrustations presque orangées; die-axis: ↑↗︎). Les inscriptions ne sont pas complètement lisibles mais suffisamment pour identifier la pièce, d’autant plus que l’illustration du revers est très reconnaissable (sans que l’on puisse toutefois distinguer le type de coiffure du cavalier). La marque d’atelier en exergue semble être ANAI (ou possiblement un AN𝚫I — AN pour l’atelier d’Antioche avec la marque de la onzième ou quatorzième officine) avec un E dans le champs gauche (marque de séquence). 

IMG_1312-1316La seconde pièce est un assez beau centenionalis (G [Good], AE2, AE / BI [Bronze / Billon], 20 mm, ±4.5 g, patine foncée avec des incrustations de vert-de-gris; die-axis: ↑↗︎). Dans ce cas également, les inscriptions ne sont pas complètement lisibles mais elles sont, avec l’illustration du revers, assez claires pour facilement identifier la pièce. Toutefois la représentation du cavalier ici comporte une variante: le visage du cavalier (dont on ne distingue malheureusement ni les traits, ni la coiffure) serait tourné vers le soldat et il lui tend le bras gauche (pour implorer sa grâce?). La marque d’atelier en exergue semble être AN𝝘 (AN pour l’atelier d’Antioche avec la marque de la troisième officine [Gamma = trois]) avec un E dans le champs gauche (marque de séquence). 

IMG_1365-1371La troisième pièce est une petite dénomination de bronze constantinien avec un assez beau avers mais dont le revers est de qualité assez pauvre (G/P [Good / Poor], AE4, AE [Bronze], 15 mm, 2 g, patine verdâtre, pratiquement aucuns détails visibles sur le revers; die-axis: ↑↓ ?). L’inscription latine de l’avers est la plus lisible des trois pièces mais rien n’est lisible sur le revers. Par contre, les grandes lignes de l’illustration du revers semblent indiquer qu’il s’agit du type de FEL TEMP REPARATIO avec le cavalier abattu… Considérant que ces pièces proviennent probablement d’un même lot (mais je n’en suis pas sûr) et que je crois distinguer un “AN” en exergue, il fort possible qu’il s’agisse du même atelier que les deux autres pièces (quoi que ce type de revers était très fréquent à cette époque, qu’il comportait de nombreuses variantes et a été frappé dans à peu près tous les ateliers de l’Empire). Par contre, aucune lettre ne peut être distinguée dans le champs… Cela ne permet donc pas une identification précise.

Selon ces indications, et d’après le RIC (Kent, J.P.C.; Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VIII: The Family Of Constantine I (337-364), London: Spink & Son, 1981, pp. 506, 524, 528), les deux premières pièces auraient été frappée par l’atelier d’Antioche vers 350-355 EC. De plus petites dénominations, comme la troisième pièce (possiblement RIC VIII, Antioch: 188), auraient été produite dans le premier groupe des pièces de bronze de la période allant du 6 novembre 355 au 3 novembre 361 EC.

Sources: Wikipedia (Constantius II [FR/EN]), FAC (Constantius II, Ancient Coin Denominations, Antioch, Centenionalis, FEL TEMP REPARATIO), ERIC (Constantius II, Denominations); RIC v. VIII, Antioch: 144, 146 & 188; Online réferences : acsearch, CoinArchives, CoinTalk, FAC, Numismatics, Numista, WildWinds (ANB: text, image; ANZ: text, image). Bibliographie: Mattingly, Harold. “FEL. TEMP. REPARATIO,” in Numismatic Chronicle. 1933, pp. 182-201. Voir aussi mes fiches (fiche 1, fiche 2, fiche 3).

Le type de revers que l’on retrouve sur ces pièces est lourd de sens. La propagande impériale s’en sert, encore une fois, pour répandre un message rassurant sur l’unité et la sécurité de l’Empire. Il annonce le début d’un nouvel age d’or qui constituera ”le retour des temps heureux“. Il célèbre aussi le retour de la paix entre les deux co-empereurs (Constantius II et Constans) suite à la fin vers 346 de la querelle religieuse qui les opposait, ainsi que le onzième centenaire de Rome en 348. Surtout, il commémore la “victoire” contre les Perses de 350 (puisque le “barbare” est souvent représenté avec un bonnet phrygien le soldat frappant le cavalier représente clairement la victoire des légions romaines contre la cavalerie Sassanide). 

La semaine prochaine je conclu ma série d’articles sur les empereurs constantiniens et leur monnaie, avec une pièce de Julianus !

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 69

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s