Les Constantiniens (6)

Julianus (355-363) 

Flavius Claudius Julianus (généralement appelé Julien II ou Julien l’Apostat en français) est né vers 331 à Constantinople de Flavius Julius Constantius (lui-même fils de Constance Chlore et de Theodora) et de Basilina. À la mort de Constantinus, ses cousins consolident leur pouvoirs en purgeant tout les membres de la famille constantinienne sauf son demi-frère Gallus (qui était gravement malade) et lui-même (qui n’avait que six ans), qui sont épargné probablement à la demande de l’impératrice Eusebia. Il est confiné à sa résidence de Cappadoce et reçoit une éducation hellénisante où il a accès à tous les classiques de la littérature et de la philosophie grecque. Dès 347, il est autorisé à revenir à Constantinople, puis à Nicomédie en 351. En 355, il est à Athènes pour étudier la philosophie. Il se fait initier aux mystères de Mithra et d’Éleusis.

En 351, Constantius II, qui peine à maintenir l’ordre tant aux frontières que contre les usurpateurs, prend Gallus comme César. Mais ce dernier, plein de rancoeur quand au fait que l’empereur ait fait assassiner son père, se rebelle et il est exécuté en 354. Avec réticence Constantius rappel Julianus à ses côté et le fait César à Mediolanum le 6 novembre 355. Il lui donne également sa jeune soeur Helena en mariage. Dès décembre il est envoyé en Gaule pour protéger la frontière rhénane contre les avances des Alamans. Méfiant, Constantius le fait encadrer par ses généraux Marcellus et Ursicin. Même si il n’a aucune expérience militaire, Julianus se révèle un bon administrateur et un excellent stratège. Il se rend d’abord à Vienna, puis lève le siège de Augustodunum (Autun) et marche sur Rementium (Reims), puis Agrippina (Cologne). Il hiverne à Agedincum (Sens). En 357, il fait campagne à Tabernis (Saverne), à Augusta Raurica (Augst), à Lugdunum (Lyon) pour finalement obtenir la victoire à Argentoratum (Strasbourg). Dorénavant il hivernera à Lutetia car, située sur une île, elle est facile à défendre. En 358, il repousse une invasion de Francs. En 360, Constantius — qui a de la difficulté à contenir les Sassanides sur la frontière Orientale — demande à Julianus deux légions en renfort. Celles-ci, récalcitrantes à entreprendre un voyage en Orient, se rebellent et acclament Julianus empereur! Constantius envoi donc ses troupes pour intercepter l’usurpateur mais meurt de la fièvre en chemin le 3 novembre 361. Sur son lit de mort, afin de maintenir la stabilité de l’empire, il reconnait Julianus comme son successeur. En décembre, Julianus rentre à Constantinople où il entreprend de réformer la bureaucratie.

En bon néoplatonicien, Julianus s’oppose à l’exclusivité du christianisme et favorise un polythéisme plus inclusif où les hérésies chrétiennes, le judaïsme, les cultes solaires ou mystiques païens peuvent coexister. Il promulgue donc un édit de tolérance et écrit même un livre où il s’attaque aux chrétiens, Contre les Galiléens. Il favorise également un gouvernement moins autocratique et plus près des anciennes valeurs républicaines. Malheureusement, son règne durera moins de deux ans. Comme il doit compléter la protection de la frontière orientale entreprise par Constantius, il s’installe à Antioche en juillet 362 pour préparer une campagne militaire contre les Sassanides. En mars 363, il met son armée en marche vers la  capitale Perse de Ctesiphon qu’il attaque à la fin mai. Comme il n’est pas en mesure d’en faire le siège il poursuit vers Samarra où il rencontre le gros des forces Sassanide le 25 juin. La bataille continue le lendemain mais la cavalerie perse submerge les défenses romaines et Julianus est blessé mortellement dans l’abdomen par une lance (Libanios relate qu’il fut frappé par un de ses propres soldats, un chrétien, mais cela n’est pas corroboré par des auteurs contemporains comme Ammianus Marcellinus ou Eutropius qui ont pourtant participé à la campagne militaire). Toutefois, aucun des deux camps n’obtient de victoire décisive. Le général Jovianus est rapidement nommé empereur à la place de Julianus. L’armée romaine doit retraiter à Dura, puis à Nisibis. Jovianus signe alors un traité de paix qui fait d’énorme concessions aux Sassanides. Sur la route du retour, il s’arrête à Antioche mais il ne parviendra jamais à Constantinople car il meurt subitement à Dadastana le 17 février 364 après seulement sept mois de règne. Ainsi prit fin la dynastie des empereurs constantiniens…

Je n’ai qu’une seule pièce de monnaie de Julianus. Il s’agit d’une assez belle petite dénomination constantinienne de bronze (G [Good], AE4, AE / BI [Bronze / Billon], 16 mm, 1.929 g, patine verdâtre, payé environ $8 le 1985/12/17; die-axis: ↑↗︎). L’avers présente un buste du jeune César la tête nue, drapé et cuirassé à droite avec l’inscription latine D[OMINVS] N[OSTER] FL[AVIVS] CL[AVDIVS] IVLI-ANVS NOB[ILISSIMVS] C[AE]S[AR] (“Notre Seigneur Flavius Claudius Julianus, Très Noble César”). Le revers illustre un soldat casqué avançant à gauche, portant un bouclier au bras gauche, transperçant de sa lance une monture qui a chuté, son cavalier barbare (dont on ne distingue malheureusement pas les détails du visage mais il n’est probablement pas barbu et porte un bonnet phrygien) ayant la tête tourné vers le soldat et lui tendant le bras gauche en un geste de supplique, avec l’inscription latine FEL[ICIVM] TEMP[ORVM] – REPARATIO (“le retour des temps heureux”), une marque d’atelier difficilement lisible en exergue et une possible lettre dans le champs gauche.

L’inscription de l’avers qui a la particularité de débuter par “D N FL CL…” et de se terminer par “…NOB CS” est assez rare. On rencontre plus fréquemment l’inscription plus courte “D N IVLIANVS NOB C”. Toutefois, comme la fin de l’inscription est difficilement lisible j’avoue que cela pourrait bien être aussi l’inscription plus fréquente qui se termine par “…P F AVG” (notons la césure distinctive entre le “I” et le “A” de Ivlianvs). Cependant, celle-ci n’apparait que plus tardivement (363), est généralement accompagné d’un portrait plus âgé et barbu et ne semble jamais être présente conjointement avec un revers FEL TEMP REPARATIO. Le fait qu’il s’agisse d’un portrait juvenile semble confirmer que l’inscription se termine bien par “NOB CS”. 

Malheureusement les marques d’exergue et de champs sont également peu visible. J’avais d’abord cru lire dans l’exergue un “HT” pour la troisième officine d’Héraclée. Toutefois, la nomenclature très particulière “D N FL CL IVLI-ANVS NOB CS” est plutôt rare et semble n’avoir été utilisée que par la quatrième officine (Delta = 4) de Cyzique. L’inscription en exergue ne peut donc être que SMK𝚫 (Sacra Moneta Kyziki). Quand à la marque de séquence du champs gauche il n’y a que trois possibilités: aucune marque (il semble pourtant y en avoir une, quoique illisible), une étoile (✷) ou un •M•. En scrutant bien, je crois bien qu’il s’agit de la troisième possibilité. Selon certain cela pourrait être non pas une marque de séquence (pour distinguer les différentes émissions d’un même type) mais une marque de valuation (indiquant que cette dénomination vaut le millième d’un solidus d’or [M = 1000] — mais si c’était le cas qu’en serait-il des autres marques que l’on retrouve parfois avec ce type, comme ✷, 𝚪, •S• ?).

Selon ces indications, et d’après le RIC (Kent, J.P.C.; Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VIII: The Family Of Constantine I (337-364), London: Spink & Son, 1981, pp. 487-488, 498-499), cette pièce aurait donc été frappé par la quatrième officine de l’atelier de Cyzique entre le 6 novembre 355 et le 3 novembre 361 EC. C’est un type de pièce qui est peu abondant ([S = scarce, i.e. se situant entre “rare” et “commun”] de seize à vingt-et-une pièces connues à l’époque de la compilation du répertoire).

Sources: Wikipedia (Julianus [FR/EN]), FAC (Julianus, FEL TEMP REPARATIO), ERIC (Julianus); RIC v. VIII, Cyzicus: 116; Online Ref.: Google, CoinArchives, CoinTalk, FAC, Numista, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

Pour en savoir plus sur le rôle du type avec FEL TEMP REPARATIO dans la propagande impériale, je vous réfère à mon entrée précédente. Dans ce cas-ci, ce type célèbre sans doute l’une (ou l’ensemble) de ses victoires en Germanie contre les Alamans (comme à Augustodunum en juin 356 ou Argentoratum en août 357).

La semaine prochaine je conclu mon survol des monnaies de la dynastie constantinienne par des pièces de monnaies commémoratives des cités de Rome et de Constantinople.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 70

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s