Les Théodosiens (2)

Arcadius (383-408)

À la mort de Theodosius, le 17 janvier 395, l’empire se partage entre ses deux fils: Arcadius (alors âgé de 18 ans) qui règne sur l’Orient et Honorius (âgé seulement de 11 ans) qui règne sur l’Occident.

Flavius Arcadius (ou Ἀρκάδιος / Arkadios en grec) est né en Hispanie vers 377. Il est le fils aîné de Theodosius et de Aelia Flaccilla. Il reçoit son éducation par des précepteurs de renom (le rhéteur païen Thémistios et le moine chrétien Arsenius). Il est fait Auguste dès l’âge de six ans (le 16 janvier 383) et obtient le consulat à trois reprises (en 385, 392 et 394). Frêle et inexpérimenté, il est considéré comme ayant été un empereur faible qui est rapidement tombé sous l’influence successive de haut-fonctionnaires ou d’officiers comme Rufinus, Eutropius, Gaïnas, son épouse Eudoxia ou le préfet du prétoire Anthémius. Ces luttes de pouvoir interne conduisent à une administration inefficace. Malgré les efforts de son père pour consolider les frontières, les Goths et les Huns font des ravages en Thessalie, en Grèce (ils prennent Athènes) et en Syrie (ils pillent Antioche). Les barbares fédérés ont de plus en plus d’influence à la cour impériale et des mercenaires Goths occupent même Constantinople pendant quelques mois. Arcadius continue la politique religieuse de son père qui s’attaque agressivement au paganisme. Il meurt le 1er mai 408. Il est considéré comme ayant été le premier empereur byzantin.

Son fils Theodosius II lui succède et la dynastie theodosienne se poursuit. Né en en avril 401, il est fait Auguste dès janvier 402 et n’a que sept ans lorsqu’il succède à son père sous la régence d’abord de Anthemius, puis de sa soeur Pulcheria. Il est, comme son père l’était, très influenceable et l’Empire d’Orient continue donc d’être administré surtout par ses haut-fonctionnaires (Antiochus, Cyrus ou Chrysaphios) ou par son épouse, Eudocia. Il doit défendre les frontières à l’est contre les Sassanides et aux nord contre les Huns d’Attila, mais réussi à maintenir une paix coûteuse grâce à des traités. Il fait construire une murailles pour protéger Constantinople en 413, y établit une université en 425, et fait rassembler en 438 toutes les lois romaines sous un même Code, le Codex Theodosianus. Il meurt des suites d’un accident de cheval le 28 juillet 450. Sa soeur Pulcheria et son époux Marcianus lui succède. Militaire d’origine modeste, le règne de celui-ci signal le retour à une bonne administration et à une paix relative. Il convoque le concile de Chalcédoine en 451. Il meurt en janvier 457, après seulement sept ans de règne, et est succédé par Leo, le premiers des empereurs Thraces byzantins.

Pendant ce temps, Flavius Honorius (fils cadet de Theodosius) est empereur d’Occident. Né à Constantinople en 384, il est fait Auguste en janvier 393 et devient empereur en janvier 395. Jeune et tout aussi faible que son frère, le véritable pouvoir se retrouve entre les mains du général Stilicho. En 402, celui-ci déplace la capitale de Mediolanum (Milan) à Ravenne, qui se défend mieux car elle est entourée de marécages et de remparts. Son expérience militaire lui permet de contenir plus ou moins les invasions jusqu’en 408, où des intrigues de la cour le font exécuter. Dès lors la Gaule et l’Hispanie tombent sous les invasions de Vandales et de Suèves, puis les Wisigoths d’Alaric assiègent Rome à de nombreuses reprises et la pillent finalement le 24 août 410. Pendant ce temps, Honorius festoie à Ravenne… Il apaise les Goths en leur donnant des territoires où ils peuvent s’installer en fédérés. Cette insécurité génère également de nombreuses tentatives d’usurpations (Constantinus III en Bretagne en 407, Maximus en Hispanie en 409, Jovinus en Gaule en 411 et surtout, en 421, le général Constantius III qui était l’époux de la demi-soeur d’Honorius, Galla Placidia). Honorius meurt le 15 août 423 et, après la brève usurpation de Joannes, est succédé en 425 par Valentinianus III (fils de Constantius III et Galla Placidia) qui règne sous la régence de sa mère (puisqu’il n’a que six ans). En octobre 437, il épouse Licinia Eudoxia, la fille de Theodosius II. L’Empire Romain d’Occident continue à être lentement grugé par les invasions. En 442, l’Afrique est envahie par les Vandales. En 451, les Huns d’Attila envahissent la Gaule mais le général Aetius les contient à la bataille des champs Catalauniques. Valentinianus III est assassiné le 16 mars 455 sur le Champ de Mars. Il est remplacé par le sénateur Petronius Maximus, à l’origine du complot, mais celui-ci ne règnera que deux mois. 

IMG_1546-1547De tous ce beau monde, je n’ai qu’une seule pièce de monnaie:  un nummus plutôt médiocre frappé à l’effigie de Arcadius (P [Poor], AE2, AE [Bronze], 20 x 21 mm, 4.942 g, payé environ $5 le 1985/01/06, caractérisé par une patine noire et un flan plutôt usé et couvert de vert-de-gris; die-axis: ↑↑). Toutefois, malgré son piètre état de conservation, c’est une pièce plutôt intéressante. L’avers présente un (petit) buste de l’empereur drapé et cuirassé à droite, portant un diadème perlé (ou avec rosettes?), une lance et un bouclier, surplombé d’une main qui tient une couronne de laurier (une manus dei ou “main de Dieu”), avec l’inscription latine (principalement illisible) D[ominvs] N[oster] ARCAD-IVS P[ivs] F[elix] AVG[vstvs] (“Notre Seigneur Arcadius, Pieux et Heureux Auguste”). Le revers illustre l’empereur debout de face, la tête tournée à gauche, tenant un étendard (labarum) de la main droite et la main gauche reposant sur un bouclier, un captif assis (ou agenouillé?) à ses pieds (à gauche), avec l’inscription latine (illisible) GLORIA RO-MANORVM (“La Gloire des Romains”), et une marque d’atelier illisible en exergue (quatre caractères avec un “M” ou un “N” en seconde position) ainsi que de possibles symboles dans le(s) champs gauche et/ou droit (marque de séquence?).

D’après le RIC (Pearce J.W.E., Edited by Mattingly H., Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. IX: Valentinian I – Theodosius I. London: Spink & Son, 1951, pp. 311-12, 319), ce type de pièce (manus dei sur l’avers et un Gloria Romanorum avec un captif au pieds de l’empereur sur le revers) aurait été frappé par huit ateliers. La marque d’atelier pourrait donc être soit ANTS/B/Є ou ✲ANTS/Є pour Antioche (RIC IX 41a/b & 60 [pp. 283-84, 191]), soit CON𝚪/✲/A/B pour Constantinople (RIC IX 53a/b & 80 [pp. 226, 233]), soit SMK𝚫 pour Cyzique (RIC IX 15 [p. 243]), soit SMHA/B/B✲ pour Heraclée (RIC IX 12 & 22 [pp. 195, 197]), soit SMNA/𝚪/𝚫 ou ✲SMNA/B/𝚪/𝚫 pour Nicomédie (RIC IX 26 & 41 [pp. 257, 260]), soit ASISC ou ASISC• pour Siscia (RIC IX 33 [p. 153]), ou encore TES𝚪• pour Thessalonique (RIC IX 45a/b [p. 183]). À cause de la lecture du caractère M ou N en exergue, il est plus probable que la pièce ait été frappé par les ateliers de Antioche, Cyzique, Héraclée ou Nicomédie et, compte tenu de l’apparence du buste qui est petit et couvre à peine plus de la moitié de l’avers, je pencherais plus pour cette dernière. Si c’est bien le cas, et selon qu’il y ait un “T” dans le champs droit ou pas, cette pièce aurait été frappée entre le 19 janvier 383 et le 25 août 383 (absence du “T”) ou entre le 25 août 383 et le 28 août 388 (avec un “T”).

Sources: Wikipedia (Arcadius [FR/EN]), FAC (Arcadius, Gloria Romanorum, labarum), ERIC (Arcadius); RIC v. IX (voir les références dans le texte); Sear RCV (1983): 4129; Ref. online: Google, acsearch, Cerberus (SMHA), CoinArchives (CON𝚪✲), CoinProject (+SMN𝚪 / T), numismatics, WildWinds (Antioch: text, image; Cyzicus: text, image; Heraclea 12 (SMHA): text, image; Heraclea 22 (SMHB✲): text, image). Voir aussi ma fiche.

Ceci marque non seulement la fin de la dynastie theodosienne mais également la chute imminente de l’Empire d’Occident. En septembre 476, après une succession rapide d’empereurs de peu d’envergure (Avitus, Maiorianus, Libius Severus, Anthemius, Olybrius, Glycerius, Julius Nepos et l’usurpateur Romulus Augustus), l’Europe, sous l’emprise définitive des “barbares”, sombre dans le Moyen-Âge

La semaine prochaine nous abordons les empereurs Thraces byzantins et je vous présente la pièce maîtresse de toute ma collection de monnaie romaine: un solidus de Flavius Valerius Leo !

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 75

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s