Images du mer-fleuri [002.022.033]

Rosea aqua lilium 

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2018/06/26 ]

Je reviens brièvement sur les nénuphars… avec quelques images de nénuphars roses (Pink Water Lily en anglais ou ピンクの睡蓮 [Pinku no suiren] en japonais). Ce que nous appelons communément “nénuphar” (parfois appelé “lys d’eau” ou “Water Lily” en anglais ou 睡蓮 [suiren] en japonais) appartient en fait à plusieurs genres de la famille des Nymphéacées (il ne doit pas être confondu avec le Lotus auquel il ressemble beaucoup et qui, lui, appartient à la famille des Nélumbonacées). Il désigne des plantes aquatiques qui poussent dans les eaux calmes et sont caractérisées par des rhizomes subaquatiques, de larges feuilles arrondies flottantes et de grandes fleurs solitaires blanches, jaunes, rouges ou de nuances intermédiaires (roses, violacées ou pêches). À l’origine il n’existait qu’une seule espèce européenne qui était blanche (Nymphaea alba) mais qui a été croisée au XIXe siècle avec des espèces tropicales pour créer une grande variété colorée d’hybrides et de cultivars (qui furent notamment popularisée par le peintre Monet). 

C’est une plante qui appartient à la division des Magnoliophyta (ou Angiospermae), à classe des Magnoliopsida (ou Dicotyledonae), à l’ordre des Nymphaeales ([EN /  スイレン目 (Suiren-me)] qui regroupe cinq familles dont les Nymphaeaceae et les Nelumbonaceae où l’on retrouve les lotus du genre Nelumbo), à la famille des Nymphaeaceae ([EN] qui regroupe une demi-douzaine de genres dont les deux plus importants sont les Nymphaea [une trentaine d’espèces] et les Nuphar [une dizaine d’espèces]), et au genre Nymphaea [EN / スイレン属 (Suirenzoku)]. Si le nom nénuphar origine de l’arabe nīlūfar (lui même emprunté au sanscrit नीलोतपल / nīlōtpala via le persan, ou même à l’égyptien nfr, et fait référence au lotus) le nom latin Nymphea provient lui du grec νυμφαία (nymphaia) et fait référence aux nymphes de la mythologie.

Il est difficile de dire à quelle espèce appartiennent ces nénuphars roses que j’ai photographié puisqu’il en existe une grande variété. Il pourrait s’agir de Nymphaea ‘Sunny Pink’, de Nymphaea marliacea ou de Nymphaea darwin mais j’opterais plus probablement pour les Nymphaea fabiola. Quoiqu’il en soit, elles sont très agréable à regarder (et dégage aussi une plaisante fragrance). C’est d’ailleurs pourquoi le principal usage des nénuphars est décoratif car ils agrémentent bien un jardin aquatique. Ils peuvent fournir un abris à la faune des étangs et des lacs mais aussi l’ombre qu’ils produisent contribue à réduire la croissance des algues. Étant donné qu’ils contiennent de la nupharine (un alcaloïde quinolizidine), les nénuphars sont toxiques (sauf pour les graines et les tubercules de certaines espèces). Toutefois dans certaines cultures les rhizomes, les tubercules et les bourgeons bouillis sont parfois consommés (surtout comme aliment de famine) ou utilisés dans la médecine traditionnelle. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

Vous noterez que la plupart des photos botaniques que je met en ligne récemment datent d’avant la pandémie. En effet, je n’ai pas mis les pieds ni au jardin botanique ni au festival de la tulipe d’Ottawa depuis plus de deux ans ! Espérons que l’été prochain je pourrais aller ailleurs que dans mon jardin ou le parc Frédéric-Back pour collecter des images. On m’a d’ailleurs suggéré un site intéressant pour les jeunes (et moins jeunes) naturalistes qui désire admirer ou faire identifier leurs clichés: iNaturalist.

[ Translate ]