Typha latifolia 

[ Nikon D3300, Parc Frédéric-Back, 2018/06/29 ]

La quenouille (aussi appelé roseau à massette en Europe ou broadleaf/common cattail en anglais ou encore ガマ [Gama] en japonais) est une plante herbacée vivace qui appartient à la division des Magnoliophyta (Angiospermae), à la classe des Liliopsida (Monocotyledonae), à l’ordre des Typhales (qui ne comporte que deux familles), à la famille des Typhaceae (qui ne comporte que deux ou trois genres), et au genre Typha ([EN] qui inclut une trentaine d’espèces). Le nom origine du grec τυφά [tyfá] qui est la dénomination que lui attribuait le philosophe et botaniste grec Theóphrastos. Les deux espèces les plus répandues en Amérique du Nord sont les Latifolia (signifiant “à large feuilles” en latin) et les Angustifolia (signifiant “à feuilles étroites”).

On la retrouve dans les milieux humides (fossés, marais, bordures d’eau douce et calme des étangs et des lacs qui ne dépassent pas un mètre de profondeur) des régions tempérées et tropicales. Elle est caractérisée par un rhizome subaquatique, une longue tige unique et non rameuse (de un à trois mètres de haut) qui est entourée d’une touffe de longues feuilles glabres d’un vert glauque (large de deux à quatre centimètres). L’inflorescence se retrouve au bout de la tige et est composé d’un double épis floral. L’épis supérieur, plus étroit et de couleur plus claire, est composé de nombreuses petites fleurs mâles — formées simplement d’une paire d’étamines et de poils blanchâtres — qui se fanent rapidement après avoir libéré le pollen. L’épis inférieur, d’un brun plus foncé, a une forme cylindrique (qui s’apparente à une saucisse ou une quenouille, qui peut atteindre jusqu’à trente centimètre de long et de un à quatre centimètres d’épaisseur) et est formé de nombreuses fleurs femelles minuscules. À maturité, l’épis inférieur se désagrège en un duvet cotonneux qui contient les fruits, de petits akènes plumeux, dispensant ainsi les minuscules graines (de 0,2 millimètre) à tout vents.

La plupart des parties de la plante (rhizome, jeunes pousses, la base des feuilles, la moelle blanche des feuilles, l’inflorescence femelle) sont comestibles soit crues en salade, en conserve, étuvées ou grillées. Le rhizome et son tubercule peut être cuit comme une patate ou servir à faire une farine. Elle a aussi quelques usages en phytothérapie traditionnelle (comme diurétique ou crème pour la peau). C’est vraiment une plante qui a mille et une utilités. Les tiges et les feuilles peuvent servir de matériaux de construction (un peu comme le rotin pour faire des paniers ou des meubles ou comme les roseaux pour faire des toitures) et leur fibres peuvent être utilisées pour faire du papier ou du textile similaire à la jute. On s’en sert également pour produire du biocarburant comme l’éthanol. Le duvet de l’inflorescence femelle peut également servir de rembourrure, d’isolant thermique ou remplacer l’étoupe comme bouche-trou (calfatage) ou allume-feu. Comme plusieurs plantes aquatiques elle contribue à l’oxygénation et à la phytoépuration des eaux, principalement en bioaccumulant les contaminants (des métaux lourds comme le plomb et l’arsenic) dans ses rhizomes et ses feuilles. Toutefois, dans certaines régions elle est considéré comme une plante envahissante. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Image du mer-fleuri [002.022.054]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s