Les Justiniens (2)

Phocas (602-610)

Le 15 novembre 565 Justinus II (Ἰουστίνος en grec et Justin II en français) succède à son oncle, Justinianus, et règne un peu plus de douze ans. Mentalement instable il mène néanmoins une politique économique austère qui permet de compenser pour les dépenses excessives de son prédécesseurs. Il ne réussit cependant pas à unifier l’Église. Aussi, occupé par le conflit avec les Sassanides en Orient, il néglige l’Occident et perd la plupart des territoires reconquit par Justinianus, permettant ainsi au Royaume wisigoth de se reconstituer et au Royaume lombard de s’établir en Italie. Durant les quatre dernières années de son règne, le pouvoir est véritablement entre le main de son épouse Sophia et du général Tiberius Constantinus (Τιβέριος Β′ Κωνσταντίνος / Tibère II Constantin) qui lui succède d’ailleurs à sa mort le 5 octobre 578. Durant son bref règne d’un peu moins de quatre ans Tiberius est moins actif militairement et favorise plus une diplomatie coûteuse. Il se montre d’ailleurs plus généreux que Justinus II mais au détriment des finances publiques. Il tombe gravement malade mais nomme son successeur avant de mourir le 14 août 582: le général Mauricius (Μαυρίκιος / Maurice). 

Celui-ci règnera pendant vingt ans et avec plus de succès. Excellent militaire (on lui doit d’ailleurs un manuel de stratégie militaire, le Strategikon) il mène une politique beaucoup plus aggressive qui lui permet de conclure une paix avantageuse avec les Sassanides et de consolider le limes danubien contre les incursions des Slaves et des Avars dans les Balkans. Il fait de nombreuses réformes (militaires, législatives, restructuration des provinces, etc.) et construit ou restaure de nombreux monuments. Malheureusement, les temps sont difficiles et le peuple est exaspéré par l’austérité qu’exige le financement de la défense des frontières et même l’armée est fatiguée des constantes campagnes militaires et insatisfaite de sa solde. Ceci rend l’empereur très impopulaire au point où l’armée des Balkans se révolte et marche sur Constantinople. L’armée acclame empereur un centurion nommé Phocas. Mauricius se réfugie à Nicomédie mais il est arrêté et exécuté le 23 novembre 602. C’est la fin de la dynastie justinienne. 

L’usurpateur Phocas (Φωκάς) règne en tyran pendant un peu plus de sept ans. On le dit ignorant, brutal et très laid. Son règne est un vrai désastre. Ne réussissant pas à établir sa légitimité au sein de la dynastie justinienne son pouvoir est sans cesse contesté mais il se maintient par la répression. La mort de Mauricius, qui entretenait une bonne relation avec le roi Sassanides Khosro II, provoque de nouvelles hostilités entre les deux empires. La frontière danubienne continue d’être assaillie par les Avars et les Slaves mais tiens le coup. Les Lombards gagnent du terrain en Italie et les Wisigoths s’emparent de Sagonte, réduisant l’Espagne byzantine au seul littoral sud-est de la péninsule ibérique. Sa politique religieuse cause des révoltes parmi les juifs d’Antioche et d’Alexandrie. Le coup de grâce sera la révolte de la province d’Afrique, dirigée par Héraclius l’Ancien. Son fils, aussi nommé Heraclius, assemble une flotte qu’il lance contre Constantinople. Phocas est capturé et exécuté le 5 octobre 610. Le pouvoir revient à Heraclius et c’est le début de la dynastie des Héraclides.

IMG_1588-1589De tous ce beau monde je n’ai qu’une seule pièce de monnaie de Phocas: un beau follis (VG [Very Good], 40 nummi, AE [bronze], 28 x 30 mm [1.1 x 1.18 po], 11.886 g [183.4 gr], payé environ $5 le 1985/01/06, patine noire avec un important dépôt de vert-de-gris, une possible image fantôme sur le pourtour du flan laisserait peut être croire à une pièce refrappée (“overstruck”); die-axis: ↑↑). L’avers présente un buste de l’empereur de face, barbu, portant une couronne ornée d’une pendilia (un pendentif de perles montées sur une chaîne d’or) et d’une croix (ou un globus cruciger?), vêtu d’un manteau consulaire (trabea) et tenant une mappa dans la main droite et une croix dans la gauche, avec l’inscription δ m [ou D N ?] FOCA PER AV[G ou ς] (présumément pour D[o]m[invs] [noster] Foca[s] Per[petvvs] Aug[vstvs], soit “Notre Seigneur Phocas, Perpétuel Auguste”). Le revers illustre un large “XXXX”, surmonté de “ANNO”, avec “II II” (sur deux lignes) dans le champs droit et un “NIKOB” en exergue.

Le “XXXX” est une marque de valeur, l’équivalent latin du “M” grec, pour indiquer une valeur de 40 nummi. “ANNO IIII” nous indique l’année de règne (la 4e année de Phocas équivaut à 605-606 EC). “NIKOB” est une marque d’atelier (NIKO pour Nicomédie) suivi d’une marque d’officine (B [Bêta] = 2). Ces informations (confirmées par les références académiques: Wroth, W. Catalogue of the Imperial Byzantine Coins in the BM, v. 1: pp. xxii-xxiii, 171) nous permettent de conclure que ce follis a été frappé par la deuxième officine de l’atelier de Nicomédie durant la quatrième année de règne de Phocas, soit en 605-606 EC.

Sources: Wikipedia (Phocas [FR/EN], monnaie byzantine, vêtement byzantin), FAC (Phocas, follis, globus cruciger, mappa, Nicomedia,  nummus, overstruck, pendilia, trabea); IBC: 72; Sear-BCV: 659; Réf. online: Google, CoinArchives, CoinProject, CoinTalk, FAC, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

La semaine prochaine nous entamons la dynastie des Héraclides avec une première pièce de monnaie de Heraclius.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 79

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s