Les Héraclides (1)

Heraclius (610-641) (1)

Heraclius est né vers 575 en Cappadoce dans une famille d’origine arménienne. Son père, Heraclius Major, est officier supérieur dans l’armée de l’empereur Mauricius. Il gravit rapidement les échelons jusqu’à devenir général (magister militum) de l’armée d’Orient, puis d’Arménie (en 595) et finalement gouverneur de l’Afrique (exarque de Carthage) en 600. Heraclius Junior grandit sans doute auprès de son père et acquiert ainsi une bonne expertise militaire. En 602, l’empereur Mauricius est renversé par l’usurpateur Phocas et l’incompétence de celui-ci fait perdre à l’Empire beaucoup de territoire aux mains des Sassanides en Orient, des Lombards en Italie et des Wisigoths en Hispanie. Dégouté par ce règne disgracieux, l’exarchat d’Afrique se révolte contre l’usurpateur en 608. Héraclius l’Ancien et son fils sont nommé consuls. En 610, Heraclius Junior assemble une flotte qu’il lance contre Constantinople. L’usurpateur est facilement défait et exécuter. Heraclius Junior est nommé le nouvel empereur le 5 octobre 610. Son règne de trente ans, et la dynastie des Héraclides, marque un point tournant de l’histoire byzantine alors que l’Empire Romain d’Orient de l’Antiquité devient un véritable Empire Byzantin hellénisé et médiéval. Le latin cède le pas au grec et l’empereur abandonne les titres d’Augustus et d’Imperator pour celui de basileus.

La première préoccupation d’Heracius est de mettre fin à l’avancée des Sassanides. Malheureusement, il a hérité d’un empire désorganisé et pour la première partie de son règne il reste sur la défensive et incapable d’arrêter l’invasion. Les Sassanides occupent déjà l’Arménie, la Cappadoce et une partie de la Syrie mais leur progression se poursuit: ils prennent Antioche et le reste de la Syrie, Damas en 613, Jérusalem en 614 (capturant de saintes reliques comme la Vrai Croix) et l’Égypte en 618. Ils avancent également en Asie Mineure, car dès 615 ils assiègent Chalcédoine (presqu’aux portes de Constantinople, sur l’autre rive du Bosphore), puis ils prennent Nicomédie en 619, et l’île de Rhodes en 623. Même en Occident les ennemies de l’Empire (Lombards et Wisigoths) en profitent pour faire des avancés mais la menace vient surtout des Slaves et des Avars qui traversent les Balkans jusqu’au Péloponnèse et la mer Égée. En effet, les Avars s’allient aux Sassanides pour faire le siège de Constantinople en 626. Alors que tout semble perdu, le vent tourne finalement en faveur des byzantins…

Dès 622, Heraclius se réorganise et opte pour une stratégie plus agressive. Il exploite les divisions au sein de l’ennemi pour briser le siège de Constantinople puis, grâce à une alliance avec les Göktürks, lance en 627 une contre-offensive dans le Caucase où sa connaissance du terrain lui est un avantage. Il avance ensuite en Mésopotamie et obtient une victoire décisive lors de la bataille de Ninive en décembre 627. Encore une fois, c’est la mort du monarque Perse et la venu d’un successeur moins belliqueux qui lui permet de négocier la paix, de réoccuper les provinces perdues et de reprendre possession des précieuses reliques religieuses. De 628 à 633, l’Empire connait quelques années de paix qui vont lui permettre de panser ses blessures et de se reconstruire. Malheureusement, bientôt un nouvel ennemi encore plus formidable va faire son apparition… (À suivre !)

IMG_1609-1616Je n’ai que deux pièces de monnaie de Heraclius. Sur la première, illustrée ici, il est représenté avec son fils Heraclius Constantinus. Il s’agit d’un follis plutôt passable (P/G [Poor / Good], 40 nummi, AE [Bronze], 27 x 30 mm (1.06 x 1.18 po), 12.577 g (194.1 gr), payé environ $5 le 1985/01/06, patine foncée, flan avec d’importantes rognures et probablement refrappé (“overstruck”); die-axis: ↑↓). Malgré une usure considérable on peut distinguer sur l’avers deux figures debout de face: Heraclius (à gauche) et Heraclius Constantinus (à droite, de taille plus petite), chacun vêtu d’une longue robe (chlamyde), portant une couronne surmontée d’une croix et un globe crucigère dans la main droite; une croix entre leurs têtes; avec l’inscription latine présumée dd[omini] NN[ostri] hERACLIVS ET hERA[clivs] CON[stantinvs] (“Nos Seigneurs Heraclius et Heraclius Constantinus” car les deux “d” et “N” indiquent un double pluriel). Le revers illustre un large M (marque de valeur indiquant 40 nummi), surmonté d’une croix (✝︎) et avec un “B” en-dessous (marque d’officine, Bêta = 2); encadré par un “ANNO” (vertical) dans le champs gauche et possiblement unII II(sur deux ligne) dans le champs droit (indiquant l’année de règne 4), et un “NIKO” en exergue (marque de l’atelier de Nicomédie).

Ces informations (confirmées par WROTH, W. Catalogue of the Imperial Byzantine Coins in the BM, v. 1: pp. xxiv-xxvii, 216-17 et GRIERSON, Philip. Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore Collection: Vol. 2, Part 1:  Phocas and Heraclius 602-641. Washington DC: Dumbarton Oaks Research Library & Collections, 1993. pp. 317-319) nous indiquent que ce follis a été frappée par la deuxième officine de l’atelier de Nicomédie. Toutefois, l’année de règne reste incertaine: si je crois y lire “II/II” (pour la 4e année, soit 613-614 EC), il pourrait tout aussi bien s’agir de “II/I” (3e année: 612/613 EC) ou même du pictogramme qui forme une sorte de “G” alongé (pour la 6e année: 615-616 EC). Il est cependant certain qu’elle a été frappée entre 612 et 616 EC.

Sources: Wikipedia (Heraclius [FR/EN], Heraclius Constantinus [FR/EN]); IBC: 237-43, DOC 2.1: 158-160; Réf. online: Google, CoinArchives, CoinTalk, FAC, MA-Shop, MET, vcoins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

La semaine prochaine je vous présente ma seconde pièce de monnaie de Heraclius où ils est représenté avec son fils Heraclius Constantinus et sa deuxième épouse, Martina.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 80

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s