Monnaies anciennes 97

Pièce mystère (6) / Royaume environnant (5)

Pièce islamique moghol?

IMG_2352-2355Cette pièce-ci est vraiment la première qui me laisse complètement confondu et qui ne se retrouve pas dans mon champs d’expertise. C’est une assez belle pièce (G [Good], Cu/Ae [Cuivre/Bronze], 14 mm, ±4 g, prix et date d’achat inconnu, caractérisée par une patine verte avec quelques tâches jaunâtre et rougeâtre; die-axis: ↑?) par contre je n’ai aucune idée de la provenance, de la dénomination ou de l’époque à laquelle elle appartient. Je ne saurais même pas dire quel côté est l’avers et lequel est le revers, ou dans quel sens elle doit être vue/lue! Donc toute tentative d’attribution sera pure spéculation (et cette entrée sera donc très brève)… 

Je ne me suis jamais soucié jusqu’à maintenant de faire une fiche pour cette pièce. J’ai juste écris une petite note qui indiquait que mon attribution initiale était une pièce islamique (ce qui était peut-être l’attribution qui est venu avec la pièce lors de l’achat? Je ne me souviens d’ailleurs plus où, ni quand, je l’ai acquise, vu qu’il n’y a pas de fiche…) mais je n’en suis plus si sûr. Quoi que le fait qu’il n’y ait aucune représentation et seulement du texte pourrait porter en ce sens. Ce n’est certainement pas du chinois. Possiblement de l’arabique mais je soupçonne qu’il s’agit plus d’une langue d’un royaume indo-grec quelconque (Empire moghol?). La pièce semble d’une facture ancienne mais pourrait dater de n’importe quand entre le VIIIe et le XVIIe siècle… Quoiqu’il en soit toutes mes recherches par comparaison pictographique ou par mot-clé se sont révélées infructueuses. Je n’ai rien trouvé de vraiment similaire…

Si jamais quelqu’un a une idée ou une piste de recherche j’apprécirais si vous pouviez me contacter (ou laisser un commentaire). Merci…

Sources: Google: Islamic bronze coins, Numista: pièces moghol. Voir aussi ma fiche.

La semaine prochaine je vous présente une autre pièce médiévale mais cette fois européenne. Cette chronique approche de sa conclusion car j’ai présenté pas mal toutes les pièces de ma collection de monnaies anciennes. Je compte y mettre fin soit avec la centième entrée ou soit pour son deuxième anniversaire (cent-sixième entrée?). Il me reste toute de même encore quelques pièces intéressantes à vous présenter!

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.022.180]

Tulipa Flaming Flag

[ Nikon D3300, Ottawa Tulip Festival, 2022/05/14 ]

Les tulipes sont des plantes herbacées à fleurs qui appartiennent à la classe des Liliopsida (ou Lilianae selon l’APG III), à l’ordre des Liliales, à la famille des Liliaceae et au genre tulipa. Ce dernier regroupe plus d’une centaine d’espèces auxquelles s’ajoute une grande variété de cultivars et d’hybrides qui sont classés en quinze divisions. La plupart des tulipes cultivées appartiennent à l’espèce hybride Tulipa × gesneriana. C’est une plante vivace bulbeuse qui produit une fleur unique qui pousse au bout d’une longue tige, entourée de feuilles basales en forme de lanières. La fleur a généralement la forme d’une coupe, offre une très grande variété de couleurs, et est composé de trois pétales et trois sépales, avec un pistil central entouré de six étamines. Le nom proviendrait du turc tülbend qui signifie “plante-turban”.

Cette tulipe appartient à la division “Triomphe” (qui est elle-même l’hybridation des divisions “Simples hâtives” et “Darwin hybrides”) ou “Rembrandt” qui ont une apparence plutôt traditionnelle mais sont très robuste et résistent bien aux intempéries. Elle est caractérisée par des pétales blancs striés de riches flammes lavandes ou violettes. Chaque fleur est unique avec un motif distinct. La floraison débute vers le début ou la mi-printemps et est durable. De dix à quinze centimètres de haut, elles vont égayer n’importe quel jardin qu’elles soient en bordures, en pots ou en bouquet dans un vase de fleurs coupées. Toutefois, elles sont toxiques pour les animaux domestiques et les chevaux, et peuvent provoquer un malaise sévère en cas d’ingestion et une réaction cutanée allergique au contact. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles).

[ Translate ]

Mad about Rad !

I have an electric bike since July 2020. I purchased it to avoid using public transportation during the covid pandemic. It is an Ecolo Lithium from Green Power HQ and I like it a lot. It is convenient and confortable. However, it is a scooter-type electric bike therefore it is very heavy, completely useless if there is a problem with the battery and — because it looks a lot like a scooter — people are giving me hell when I ride in a park or a bicycle path (even though I am allowed because it is a bike). For all those reasons (and others), I decided to change it for a lighter and more flexible alternative. 

ExpandBlack_1_700xI took a long time to consider all the different brands and models (see Monture Alternative). After much tergiversations, I chose to purchase the brand Rad Power Bike because their bike looked cool, they had been on the market for a while and the review were quite good. It is an American company located in Seattle but they have a store in Vancouver and a Canadian web site. I first opted for their RadRunner 1 model but quickly discovered that their model RadExpand 5 had more features for a cheaper price. It is an improved version of the RadMini (without the suspension but with a rear rack included), has about the same frame as the RadCity Step-Thru or the RadRunner 1 but with 7 speeds. It is also one of the lightest and cheapest models of all. It is also foldable so it can easily be transported in a car (to more distant hiking locations or to a repair shop in case of a problem). I was very enthusiastic about it.

However, I quickly became mad at Rad… I placed my order online on March 31, 2022 and the website was indicating that it would ship by April 11th. On that date, my order was still listed as “unfulfilled” but my credit card had already been charged — most online companies charge the purchase only when the product ships. The website was now indicating products shipping by May 31st! So I wrote to Rad Power to inquire about my order. I was told that they were still processing it because they were experiencing a backlog due to computer problems forcing their warehouses to go through a manual labeling process which was causing an extended delay in shipping. However, I was also told my order should be shipping out within one or two weeks (which meant by the end of April at the latest). Unfortunately, the one or two weeks became A FULL MONTH and my order finally shipped only on May 12th… I wish they were more honest in their delivery estimate.

They probably also had supply issues. It is understanding considering that electric bikes are more and more in demand and that spring is probably their busiest time of the year. However, I was sure that by ordering late March I would get my bike in time for the beginning of the biking season (and for my birthday at the end of May). Now, the snow had already melted and it seemed more and more unlikely that I would get the bike on time for my birthday… That was quite frustrating. What might have been adding to the delay was the fact that I also ordered accessories and that I chose to have the bike to be assembled by VeloFix. RadPower ebikes ship in pieces and some assembly is therefore required. In some models, like the RadRunner, they are easy to assemble so we can do it ourselves but, apparently, the RadExpand 5 was requiring “some technical skill” (probably because the derailleur made the threading of the chain more complicated) and the website was recommending to use their “ebike assembly service” (VeloFix). So the ebike would ship not directly to my place but to VeloFix facility in Boisbriand. Which would create more delay. However, I was told that it meant just a few extra days…

The tracking information on Rad Power website told me that the bike shipped on May 12th and arrived at VeloFix in Boisbriand May 16th. I was expecting to receive a call or a email quickly after that but I received nothing. After three days, I managed to find a phone number for their main office in Vancouver (not listed on their website) and I called them. I was told that they had only one truck in the Montreal area (VeloFix doesn’t have a fixed workshop: it is a mobile service and they work out of their minivan) and that, with all the repairs, spring maintenances and delivery for Rad Power, they were VERY busy. They gave me an appointment for… June 10th !!! Seriously? I was really mad but there was nothing I could do about it besides being patient. Fortunately, the Montreal guy called me on May 24th to tell me he had a cancellation and could move my appointment to May 30th. Great, they were doing what they could to provide a quicker service. I guess they were realizing that one shop for the entire Montreal area was not enough — and they were probably receiving lots of complains — because they decided to move a truck from Ottawa to Montreal. On May 26th, I received an email informing me that they had now an additional Mobile Bike Shop operating in Montreal and that they were able to assemble and deliver my e-Bike earlier! They were offering an appointment on the very next day, May 27th, in the beginning of the afternoon. They clearly were going at great effort to catch up on the delay and offer the quickest service possible.

The guy arrived on time. I thought that he would assemble the bike and then deliver it. Surprisingly, the bike was delivered still in its original box and the guy did the assembly in front of me. He had all the space and necessary tools inside the van. First, he put all the pieces together (front wheel, battery, pedals, seat, etc.), installed my accessories (a mirror and a display upgrade), adjusted the derailleur, the brakes, and greased the chain — all while chatting with me. Finally, he adjusted the seat and explained the basic operations of the bike. It all took a little less than an hour and half. 

IMG_2094Since it was a rainy day I didn’t go for a trial ride until later in the afternoon. In the following days, I took more rides and customized what I could on the bike. Like installing the QuadLock iPhone holder and put a basket on the rear rack. Instead of a full milk case (the only one I had was pink!) I installed a collapsible one that I found at Walmart. Little by little I was getting used to the bike and owning it. Adding accessories to make it as confortable as the scooter was. I really enjoy riding it. I am really mad about it. Now, after over one hundred and fifty kilometres, I am ready to start talking about it. I will describe it in more details in a future article…

[ Traduire ]

cogitationes me / Thoughts for myself [002.022.178]

VI. Thoughts (of the day) on human rights 

If you make your laws according to your religion and your moral then you are not a democracy. Your are a theocracy and you are no better than the Talibans. The Funding Fathers of the United States wrote the Constitution on the basis of the Separation of Church and State to avoid anything resembling what they wanted to escape — the totalitarianism and domination of a monarchy. If you go this way you are going backward…

Nobody is in favour of abortion. No one want an abortion. It is a solution that you take in last resort when you have exhausted all other possibilities (planned parenthood, contraceptive, adoption, etc.) and you have no other choices. Bad things happen (incest, rape, health issues for the baby, the mother or both) and if the need arise a woman should have the choice. No woman should be forced into a pregnancy that put her physical, mental or economical health in jeopardy. (Democrats and defenders of women’s rights should have better messaging!)

If you take away the right of women to chose what would be next? The same-sex marriage? The mixed-race marriage? The voting right of minorities? According to the extreme right none of those are guaranteed in the American Constitution. They say that life begins at conception (although some scientists say that a human brain is not completely formed until five or six year-old…) and therefore all those frozen embryos must be considered human. If they take full power of the country we could see the day when they force some women (Prisoners? Minorities? Underprivileged?) to carry those frozen embryos to term… Then we would not be far from what is considered science-fiction today (The Handmaid’s Tale anyone?)…

People will defend a right that they want. They will fight harder to defend a right that they had and lost… The Future will always be a struggle. Ours might be a socio-political war!

And now, for something completely different, maybe the worse war crime is for Europa to coward in front of the Russian scarecrow’s nuclear bluff, leaving the Ukrainians alone to stop the tide of his juvenile and distopic anger ???

[ Traduire ]

Revue de ‘zines [002.022.177]

Revue de ‘zines

Je continue mon rattrapage perpétuel sur les magazines et autres ‘zines pertinents dans mon champs d’intérêt… Pour vous éviter le soucis de courir après l’information, j’en épluche donc le contenu pour vous. C’est plein de bonnes suggestions de lectures…

dBD #161 (mars 2022)

dBD-161Dans le cahier actualités on mentionne la parution de Métal Hurlant #2 (1975-1984): Le Nouveau Visage de l’imaginaire qui réédite des pages qui ont fait la gloire du titre et De Blueberry à L’Incal: lire Giraud/Moebius par Jean-Clet Martin (chez Les Impressions nouvelles) qui propose une réflexion intéressante à travers de deux créations emblématiques du dessinateur. On y trouve également un hommage (par Pierre Christin!) à Jean-Claude Mézières, qui est décédé le 23 janvier dernier (ainsi qu’une BD-caricature de Christophe Blain) et un article sur la création d’une collection BD aux éditions Rivages (Payot) intitulée Virages Graphiques.

À la une de ce numéro on retrouve une entrevue avec Asaf Hanuka au sujet de Je suis toujours vivant (avec Roberto Saviano, chez Gallimard-Steinkis). Les entrevues se poursuivent avec le scénariste Pat Mills (sur La Grande Guerre de Charlie, La Bataille de la Somme, Édition Intégrale, avec Joe Colquhoun chez Delirium, et Be Pure! Be Vigilant! Behave! 2000 AD & Judge Dredd: The Secret History, chez Millsverse Books), David Sala (sur Le poids des héros chez Casterman), Gérard Mordillat & Sébastien Gnaedig (sur Ulysse Nobody chez Futuropolis), Teresa Radice & Stefano Turconi (sur La Terre, le ciel, les corbeaux chez Glénat/Treize Étrange), Agnès Naudin (sur Enfances perdues: Premières enquêtes (avec Jean-Claude Bartoll & Éric Nosal, chez Robinson), Célina Salvador & Moïse Dissous (sur les dix ans des Éditions Steinkis) et Théa Rojzman & Steve Baker (sur Billie Bang Bang t.1 chez Le Lombard).

Dans le Cahier Critique je note Shadow Life par Ann Xu & Hiromi Goto chez Ankama (Super!; un manga sur le sort du troisième âge et les camps d’internement canadiens pour Japonais durant la Seconde Guerre Mondiale). Il y a également une double-page consacrée aux nouveautés mangas où je remarque un nouveau Leiji Matsumoto (V2 Panzer chez Kana) et découvre que la Collection Classique de Soleil Manga n’est finalement pas morte puisqu’on y publie trois nouveaux titres du studio Variety Artwork: L’Iliade et l’Odyssée d’Homère, La Divine Comédie de Dante et Ulysse de James Joyce!!

Une lecture indispensable pour se tenir au courant des nouveautés en BD. stars-3-5

Capsules

dBD #162 (avril 2022)

dBD-162À la une de ce numéro on retrouve une entrevue avec Werner Goelen dit Griffo (sur Iruene, avec Rodolphe, chez Daniel Maghen). Les entrevues se poursuivent avec François Desagnat & Jean-Paul Rouve (sur l’adaptation cinématographique de la BD Zaï Zaï Zaï Zaï), Pierre Christin & Jean-Michel Arroyo (sur Pigalle, 1950 chez Dupuis/Aire Libre), RUN (sur la collection Label 619, qui vient de s’associer avec Rue de Sèvres), Pierre Tranchant / Pica (sur la réédition de Bastos et Zakousky, avec François Corteggiani chez Glénat), Louise Laborie (sur Morgane Fox chez Sarbacane), et l’autrice sud-coréenne Bokyoung Yun / YunBo (sur Seizième Printemps chez Delcourt).

On y trouve également un dossier d’enquête sur la BD & la Politique par Philippe Peter, incluant une entrevue avec Gérard Davet & Fabrice Lhomme (sur L’Obsession du pouvoir chez Delcourt). Puis un article de Cathia Engelbach sur les vingt ans des Éditions Flblb, qui se consacre surtout au roman-photo, incluant un entretien avec Julie Chapallaz (sur La déflagration des buissons chez Flblb).

Dans le Cahier Critique je note Criminelles Fiançailles t.1 de Asuka Konishi chez Pika (Super!) et Appare Ranman t.1 par Apperracing & Ahndongshik chez Doki-Doki (Super!; “Intéressant mélange entre deux genre très proches, le steampunk et le dieselpunk”). On nous introduit aussi les nouveautés mangas: Sakamoto Days t.1 & 2 (Yuto Suzuki, chez Glénat), Bizarre Adventure (Hirohiko Araki, chez Delcourt/Tonkam), A Couple of Cuckoos t.1 (Miki Yoshikawa, chez Pika), Kiruru Kill Me t.1 & 2 (Yasuhiro Kano, chez Kurokawa), BEM 1 (Mosae Nohara, chez Panini), Excuse me, Dentist, It’s Touching Me! (Sho Yamazaki, chez Soleil), Dimensional Mercenary (Kim Jae-Hwan & Gmho, chez Delcourt/Kbooks), Ningyo (Mato & Mr Tan, chez Glénat), Enfants des Abysses t.1 (Eruthoth, chez H2T), Our Green Birdcage t.1 (Chia Teshima, chez Soleil), Hello, Hello and Hello t.1 (Aya Hazuki & Teruya, chez Moonlight) et Ghost Girl t.1 (Ikeda Akihisa, chez Delcourt/Tonkam).

Une lecture indispensable pour se tenir au courant des nouveautés en BD. stars-3-0

Capsules

dBD #163 (mai 2022)

dBD-163Dans le cahier actualités je note une autre adaptation de l’Épopée de Gilgamesh en BD: Gilgamesh par Taranzano, Didier Poli, Clothilde Bruneau et Luc Ferry dont le t.3: La Quête de l’immortalité vient de paraître chez Glénat (Coll. La Sagesse des mythes). On souligne également la sortie en vidéo chez Wild Side de l’adaptation en animation par Patrick Imbert du manga Le Sommet des dieux de Taniguchi qui a remporté le César du meilleur film d’animation 2022 (voir mes commentaires sur le manga et l’animation). Finalement on retrouve une intéressante entrevue avec Sylvain Runberg sur les trois adaptations BD qu’il a réalisé pour la collection “Les Futurs de Liu Cixin” chez Delcourt: Nourrir l’Humanité (paru en juin 2022), L’Ère des anges et Les Migrants du temps (tous deux à paraître en 2023). Quatre titres sont déjà disponible dans cette collection: La Terre vagabonde (The Wandering Earth) par Christophe Bec & Stefano Raffaele, Pour que respire le désert (Yuanyuan’s Bubbles) par Valérie Mangin & Steven Dupré, Les Trois Lois du monde (The Village Teacher) par Zhang Xiaoyu et Nourrir l’humanité (The Wages of Humanity) par Sylvain Runberg & Miki Montillo. Trois autres titres restent à paraître en 2022: La Perfection du cercle (par Xavier Besse, en août), Proies et Prédateurs (par Jd Morvan & Yang Weilin, en octobre) et L’Attraction de la foudre (par Thierry Robin, en novembre) — j’ai déjà commenté l’édition anglaise de quelques uns de ces titres.

À la une de ce numéro on retrouve une entrevue avec Joann Sfar à l’occasion des vingt ans du Chat du rabbin et de la parution chez Dargaud de quatre intégrales. Les entrevues se poursuivent avec Marcello Quintanilha (sur Écoute, jolie Marcia chez Ça et Là), Vincent Brugeas, Ronan Toulhoat & Yoann Guillo (sur Cosaques t.1, chez Le Lombard), Jaume Pallardo (sur La mort rose, chez La Cafetière), Séverine Vidal (sur Naduah avec Vincent Sorel chez Glénat, et George Sand, fille du siècle avec Kim Consigny chez Delcourt), le journaliste Daniel Couvreur (sur Le Faux Soir avec Denis Lapière & Christian Durieux chez Futuropolis) et Fred Duval (sur Cinq Avril t.1 avec Michel Bussi & Noë Monin chez Dupuis). On y trouve également un article sur les soixante ans de Spider-Man.

Dans le Cahier Critique je note d’abord Bug t.3 d’Enki Bilal chez Casterman (Super!; “Bilal poursuit le développement de sa nouvelle grande saga (…). Bilal s’éclate à mettre en scène une chasse à l’homme (…) scènes d’action formant dès lors un pendant spectaculaire à la réflexion plus profonde (…) qui est distillé tout au long du récit. (…) un certain lyrisme (…) l’auteur, qui n’a jamais été aussi bon (…) est toutefois parvenu à épurer sa pensée (…). Saga prévu en cinq volumes.”). Il y a aussi Blissful Land t.2 par Ichimon Izumi chez Nobi-Nobi (Super!). On nous présente finalement, sur deux pages, les récentes parutions de manga: Adabana t.1 par Non & Dei Tezuka chez Kana, 86, Eighty Six t.1 par Asato Asato & Motoki Yoshihara chez Delcourt/Tonkam, Le livre des sorcières t.2 par Ebishi Maki chez Glénat, Le chat qui rendait l’homme heureux t.3 par Umi Sakurai chez Soleil, L’oiseau d’or de Kainis t.1 par Kazuki Hata chez Glénat, L’Extraordinaire apothicaire t.1 par Yuka Tachibana, Asuka Fuji & Yasuyuki Syuri chez Delcourt/Tonkam, Une sacrée mamie par Yoshichi Shimada & Saburo Ishikawa chez Delcourt/Tonkam, Star Wars: La haute république, un équilibre fragile t.1 par Shina Shinya, Justina Ireland & Mizuki Sakakibara et Star Wars: Étoiles perdues t.1 par Yusaku Komiyama d’après Claudia Grey chez Nobi-Nobi. On y ajoute Le guide du Geek-trotteur au Japon par Marie Carbonnier & Anne Chein chez Glénat.

Une lecture indispensable pour se tenir au courant des nouveautés en BD. stars-4-0

Capsules

[ Translate ]

Monnaies anciennes 96

Pièce républicaine (4)

IMG_2333-2349De prime abord cette pièce semble être un semis républicain anonyme dans un état assez beau (semis, G [Good], Cu/Ae [Cuivre/Bronze], 17 x 19 mm [±0.7 po], 4.565 g, payé environ $8 le 1985/12/17, caractérisée par une patine brune avec quelques tâches vertes; die-axis: ↑↙︎). L’avers présente une tête de Saturne laurée et barbue à droite, avec un large “S” derrière. Le revers illustre la proue (prora en latin; parfois armée d’un rostre) d’un navire (généralement une galère) à droite avec un large “S” au dessus. C’est une pièce assez typique et commune de la république romaine qui a été frappée dès le IIIe siècle AEC, un peu avant le début de la deuxième guerre punique (218-202 AEC), et jusqu’au Ier siècle AEC. 

Le “S” est une marque de valeur pour le semis (un demi as, qui devait peser environ quatre gramme et demi de cuivre). Il est dit “anonyme” car il ne comporte pas d’inscription qui nomme le magistrat responsable de la frappe monétaire (quoique certaines de ces pièces comporte l’inscription “ROMA” sous le navire, ce qui n’est pas le cas ici).  Saturne est une divinité fondatrice de Rome, patron entre autre de la richesse (son temple sur le forum abritait le trésor public), il n’est donc pas surprenant qu’il soit représenté sur les premières monnaies de la république. Le revers illustre le moment où, après avoir perdu un combat contre son fils Jupiter, Saturne quitte sa terre natale en bateau et arrive au Latium pour fonder une nouvelle civilisation qui verra l’âge d’or de l’humanité. 

Toutefois, le style un peu grossier du portrait de Saturne nous laisse croire qu’il s’agit probablement d’une imitation. Certains domaines privés d’Italie on frappé de ces imitations et, comme il n’y avait pas de magistrat pour s’assurer de l’uniformité, on retrouve une grande variété de styles. Toutefois, ces imitations — tolérées par l’état car celui-ci avait cessé momentanément au 1er siècle AEC de produire de la monnaie de bronze à cause de l’instabilité politique — étaient d’assez bonne qualité. Cela ne semble pas être le cas ici alors il s’agit possiblement d’une imitation “barbare” provenant d’Hispanie (Espagne). Les peuples “celtibères” (des Ibères qui ont adopté la culture celtique et qui occupaient le nord de la péninsule ibérique, le sud étant habité par des Ibères et des colonies puniques) sont reconnu pour avoir produit beaucoup de ces imitations de monnaie romaine.

Il est à noter que si le revers illustre la proue d’un navire et un large “S”, son apparence diffère considérablement des représentations que l’on retrouve communément sur ce type de pièces. Le navire comporte un mat (et possiblement une voile), on y voit ce qui semble être un ou deux passagers, et il y a deux barres verticales à l’extrême gauche dont la signification m’échappe. Je n’ai trouvé aucune représentation comparable dans toutes les références que j’ai consulté… Donc, aucune identification et datation précise n’est possible. Tout ce que l’on peut dire c’est qu’il s’agit probablement d’une variation d’imitation celtibère d’un semis républicain anonyme, frappé en Ibérie vers le 1er siècle AEC.

Sources: Wikipedia (Saturne [FR/EN], semis [FR/EN], Ancient Iberian coinage), FAC (Saturnus, semis, galley); Sear RCV (1983): 116; Réf. en ligne: semis anonyme: Google, acsearch, FAC, vcoins, WildWinds (Syd 143a/Sear 766, Crawford 56[3]: text, image); imitations: acsearch, BM, CoinArchives, CoinTalk, colleconline, eBay, FAC, vcoins. Voir aussi ma fiche.

La semaine prochaine nous quittons définitivement le domaine des pièces de monnaie romaine (et même de l’antiquité) pour entrer dans la période médiévale. Je vous présente une pièce de monnaie mystère mais qui appartient aussi à un royaume environnant…

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.022.173]

Coreopsis lanceolata

[ iPhone 13 Pro, Parc Frédéric-Back, 2022/06/05 ]

Le Coréopsis lancéolé (appelé “Oeil de jeune fille” ou lance-leaved coreopsis en anglais et オオキンケイギク [Ōkinkeigiku] en japonais) est une espèce de plante herbacée vivace appartenant à la division des Magnoliophyta (Angiospermae ou plante à fleurs), à la classe des Magnoliopsida (Dicotyledonae i.e.à deux cotylédons), à la sous-classe des Asteridae, à l’ordre des Asterales, à la famille des Asteraceae (ou Compositae car leur inflorescence est “composée” de multiples fleurs minuscules appelées capitules) et au genre Coreopsis (ou tickseed en anglais, qui compte près d’une centaine d’espèces dont celle-ci est la plus courante). Le nom du genre provient du grec κορις (Koris / “punaise”) et ὄψις (Opsis / “vue”) en référence à la forme de son fruit sec (d’où le nom anglais de “tickseed”) alors que le nom de l’espèce dérive du latin et signifie “en forme de lance” — en référence à la forme des feuilles.

Cette plante est indigène de l’Amérique du Nord mais a été introduite au Québec. Elle est constituée d’une souche rhizomateuse d’où se dresse des tiges ramifiées qui forment un buisson d’environ soixante centimètres de hauteur. Elle est caractérisée par des feuilles basales caduques et opposées, généralement poilues, étroites et lancéolées qui mesurent de cinq à quinze centimètre de long. Les fleurs, généralement d’un jaune éclatant (mais parfois bicolore jaune et rouge), sont des capitules formés à la fois de deux séries distinctes de huit fleurons ligulés avec une terminaison dentés et de minuscules fleurons discaux. Le fruit est un akène. Elle bénéficie d’une floraison prolongée qui s’étend de la fin du printemps jusqu’à l’automne. Elle est surtout une plante décorative, utilisé pour créer des prés fleuris (car elle attire les insectes pollinisateurs et les papillons) ou produire des fleurs coupés. Ici, il s’agit possiblement du cultivar “Goldfink”. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles).

[ Translate ]