Pièce canadienne moderne (1)

Pré-confédération: Jetons

Déjà la centième entrée de cette chronique! Elle s’achèvera bientôt mais pas avant que je vous ai présenté mes plus anciennes pièces de l’époque moderne. Ce sont des pièces qui ont pour moi une grande valeur historique et sentimental car elles m’ont été transmise par mon père et que certaines d’entre elles lui ont sans doute été transmise par mon grand-père. Je débute avec des pièces canadiennes. Celles-ci ne sont pas, en fait, des pièces de monnaie mais des jetons et datent d’avant la Confédération.

Un jeton est une pièce métallique qui n’est pas frappée par le gouvernement mais par une entité privée (une compagnie ou une banque) pour servir de monnaie d’échange à des fins commerciales (monnaie de nécessité), de publicité, ou d’identification. Ils ont été utilisés au Canada au début des années 1800 lorsque le gouvernement Britannique ne réussissait pas à fournir un approvisionnement suffisant en monnaie de cuivre pour sa colonie, et pendant plus d’un demi-siècle, ils ont été presque le seul moyen de rendre la monnaie. Au début, on a simplement importé des jetons qui étaient utilisés en Grande-Bretagne. C’était pour la plupart des pièces portant un slogan ou une image populaire (comme celle de Wellington, le héros de la guerre péninsulaire). Il y avait une douzaine ou plus de variétés de la plupart de ces pièces, certaines avec juste une légère différence dans une partie de la conception. Plus tard, les marchands canadiens ont fait fabriquer des jetons localement, puis certaines banques et gouvernements coloniaux locaux sont intervenus et ont émis les leurs.

IMG_2629-2631La première pièce est un beau jeton d’un demi-penny (VG [Very Good], Cu [Cuivre], 28 mm (1 mm d’épaisseur), 8 g, axe: ↑↓). L’avers présente un buste de Arthur Wellesley duc de Wellington en habit militaire (j’omet des détails comme le nombre de couette de cheveux qui dépassent de la couronne de laurier [deux?] mais l’épaulette a sept pompons),  lauré (onze feuilles) à gauche, avec dessous deux brins de laurier croisés (ayant chacun sept feuilles), une bordure pleine, et l’inscription anglaise FIELD MARSHAL WELLINGTON. Le revers illustre Britannia assise à gauche, un bouclier (possiblement orné d’une croix de saint Georges dont le détail a disparu sur cette pièce) sur le côté gauche, tenant dans la main droite un brin d’olivier (composé de cinq feuilles) et un baton (ou une lance?) dans la gauche (au lieu d’un trident comme sur d’autres pièces), avec en exergue (au lieu d’une date) deux petits brins de laurier croisés (composé de cinq feuilles chacun), une bordure de pointillés, et l’inscription anglaise HALF PENNY TOKEN. 

La provenance de ces jetons est incertaine (probablement l’Angleterre, possiblement le Bas Canada). Souvent contre-frappé sur des pièces antérieures, ils ne semblent pas avoir été frappé spécifiquement pour le Canada mais y ont été en circulation dès le début de leur émission, entre 1812 et 1815 (possiblement 1813).

Il est a noter que le descriptif “beau” ou “très beau” en numismatique est un peu un abus de langage car il reste en fait peu de détails clairs sur la pièce, les reliefs étant usés parfois jusqu’à en être lisses. La pièce, même si elle comporte du dommage due aux chocs et des rayures, demeure néanmoins identifiable car les principales lignes du dessin demeurent visibles et les inscriptions lisibles.

Sources: Google, CoinCatalog, numista. Voir aussi ma fiche.

IMG_2643-2649La seconde pièce est aussi un beau jeton d’un demi-penny ou d’un sou (VG [Very Good], Cu [Cuivre], 28 mm (1 mm d’épaisseur), 8 g, axe: ↑↑). L’avers nous montre un habitant debout à droite, vêtu d’un habit traditionnel d’hiver (une tuque bleue, une redingote à capuchon, des mocassins de boeuf, une ceinture [fléchée ?] et un fouet), avec l’inscription française PROVINCE DU BAS CANADA (en haut; le sérif droit du “V” de “Province” semble aligné sur le dessus du “I”) et UN SOU (en bas). Le revers illustre les armoiries de la ville de Montréal inscrites sur le pourtour avec la devise CONCORDIA SALUS (“le salut par la concorde”), dessous, la banderole qui normalement contient la devise, présente plutôt le nom d’une des quatre banques émettrices (que l’usure rend malheureusement illisible dans ce cas-ci), avec les inscriptions anglaises BANK TOKEN (en haut) et 1837 / HALF PENNY. (en bas; une variante de ce type ne comporte pas le point après “PENNY”).

Les armoiries de la ville de Montréal illustrées ici sont celles conçues par Jacques Viger et adopté par le conseil de ville en 1833, illustrant un écu oval coupé par une croix transversale rouge (pour représenter le catholicisme et/ou l’Angleterre?) dont les cantons sont ornés (dans le sens des aiguilles d’une montre) d’une rose (celle des Lancaster pour représenter les anglais), d’un trèfle (pour les irlandais), d’un castor (pour les canadiens-français), et d’un chardon (pour les écossais).

En 1837 (ou, selon certain, l’année suivante), les quatre principales banques du Bas Canada (la Banque de Montréal, la Banque du Peuple, la City Bank et la Banque de Québec) émettent conjointement des jetons d’un penny et d’un demi-penny — toutefois il est incertain si ce fut avec ou sans le consentement du gouvernement. Comme l’avers représente un habitant en costume d’hiver, cette pièce est connue sous le nom soit de “Jeton habitant” ou de jeton “Papineau” parce que Louis-Joseph Papineau, qui a mené la rébellion des Patriote cette année-là, semble avoir été associé à ce type d’habit. Si il s’agit d’une pièce canadienne, elle aurait tout de même été frappée par Soho Mint (Boulton & Watt) en Angleterre et conçue par le graveur John Shaw.

Sources: Google, CoinsAndCanada, CoinsCatalog, numiscanada, numista. Voir aussi ma fiche.

IMG_2652-2662La troisième, et dernière, pièce est un très très beau penny (VF [Very Fine], Cu [Cuivre], 33 mm (2 mm d’épaisseur), 15 g, axe: ↑↓). L’avers représente saint George (à cheval, vêtu d’un casque à cimier, une épée dans la main droite), à droite, terrassant le dragon (piétiné par son cheval), entouré de l’inscription anglaise (encadré par deux fleurons) ❀ BANK OF UPPER CANADA ❀ (en haut) et 1857 (en bas). Le revers illustre une partie des armoiries du Haut Canada (une épée croisée avec une ancre emmêler de cordage et un calumet de paix debout, le tout enfilant une couronne d’olivier et étant surmonté de la couronne royale) au dessus de deux cornes d’abondances croisées, et un drapeau Britannique plié en triangle dans le haut du champs droit, avec l’inscription anglaise (en haut, entouré de trois fleurons)  BANKTOKEN ❀ et ONE • PENNY (en bas; il existe une variante sans le point).

Suite aux rébellions de 1837-38 (qui eurent lieu tant au Haut-Canada qu’au Bas Canada) et au rapport Durham déposé en 1839, les colonies du Bas et du Haut-Canada (aujourd’hui le Québec et l’Ontario) sont fusionnées en 1840-41 pour former le Canada-Uni ou la “Province du Canada”.  L’adoption subséquente du “Rebellion Losses Bill” en 1849 provoque la colère de loyalistes anglais et durant ces émeutes les édifices législatifs de Montréal sont incendiés. Le siège du gouvernement et la capitale de la province est donc déplacé à Toronto et le privilège de frapper des pièces de cuivre (les jetons), qui appartenait jusqu’alors à la Banque de Montréal, passe maintenant à la Banque du Haut-Canada, devenu le banquier officiel du gouvernement. La banque produit de la “monnaie” entre 1850 et 1857 mais la frappe comme telle est encore faite en Angleterre soit par la Royal Mint à Londres ou par la Heaton’s Mint à Birmingham (les deux productions peuvent être distinguées par le fait que la première utilise une “frappe médaille” [à 12h ou ↑↑] et que la seconde utilise une “frappe monnaie” [à 6h ou ↑↓]). La production cesse après 1857 car on considérait introduire la décimalisation dans la monnaie canadienne (ce qui ne fut accompli dans le Royaume-Unis qu’en 1971!). L’organisation du monnayage changera aussi avec la Confédération en 1867…

Ce superbe jeton du Haut Canada fut frappé en 1857 (par la Heaton’s Mint). Il a été conçu par la graveur John Pinches d’après les dessins que Benedetto Pistrucci avait réalisé pour des pièces britanniques. Elle est surnommée la “pièce de St. George” (ou même parfois “Dragonslayer”). C’est une pièce qui est considérée relativement rare.

Dans le cas du descriptif “très très beau” il est à noter que si toutes les parties du dessin sont claires, elles ne sont toutefois pas tout à fait nettes. On retrouve également des signes distincts d’usure sur les parties les plus hautes de la surface.

Sources: Google,  CoinsAndCanada, CoinsCatalog, numista, SaskatoonCoinClub. Voir aussi ma fiche.

Bibliographie:

La semaine prochaine je vous présente une série de sous noirs (One Cent) datant d’après la Confédération et émis sous trois monarques britanniques différents.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 100

One thought on “Monnaies anciennes 100

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s