Blue Period #7-8

BluePeriod-7-covVol. 7

“Yatora a réussi l’exploit d’être admis au concours de Geidai du premier coup. Le cœur vibrant, plein d’attentes et d’inquiétudes à la fois, il fait ses premiers pas à l’Université des Arts de Tokyo pour goûter à sa nouvelle vie d’étudiant. Il va y faire des rencontres surprenantes, mais va également se confronter à la dure réalité des écoles d’art…”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Blue period vol. 7, par Tsubasa Yamaguchi. Vanves: Pika (Coll. Seinen), janvier 2022. 192 pages, 13.3 x 18 cm, 7 € 50 /  $12.95 Can, ISBN 9782811661014, Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-0

BluePeriod-7-p80-81

T. 7, pp. 80-81

BluePeriod-8-covVol. 8

“À peine entré à Geidai, Yatora déchante. Non seulement il se sent incompétent comparé aux autres étudiants, mais les professeurs lui font également comprendre qu’il doit commencer par oublier tout ce qu’il a appris jusqu’ici pour trouver sa propre identité artistique. Rien ne semble gagné pour Yatora, qui est aussi dépité qu’exaspéré… mais ouvert à la découverte d’autres centres d’intérêt !”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Blue period vol. 8, par Tsubasa Yamaguchi. Vanves: Pika (Coll. Seinen), mars 2022. 192 pages, 13.2 x 18.1 cm, 7 € 50 /  $12.95 Can, ISBN 9782811668068, Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-0

BluePeriod-8-p86-87

T. 8, pp. 86-87

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Blue period (ブルーピリオド / Burū Piriodo) est un manga Seinen sur la peinture écrit et illustré par Tsubasa Yamaguchi qui est sérialisé depuis juin 2017 dans Monthly Afternoon et a été compilé jusqu’à maintenant en douze volumes chez Kōdansha. La version anglaise est publiée aux USA par Kodansha (dix volumes de disponible, les suivants sortiront à la fin novembre 2022, en janvier et en mai 2023) et la version française est disponible chez Pika (le douzième volume devrait paraître à la mi-novembre 2022). Il a remporté plusieurs prix en 2020 (le Manga Taishō et le Kōdansha manga shō; nominé aussi pour le Tezuka Osamu bunka shō) et a été adapté en une série télévisée d’animation en 2021 (douze épisodes animé par le studio Seven Arcs sous la direction de Koji Masunari et Katsuya Asano, sur un scénario de Reiko Yoshida; diffusée sur MBS, TBS, AT-X et sur Netflix). J’ai déjà commenté dans un premier temps les trois premiers volumes puis les trois suivants.

Yatora est finalement accepté à l’université de Geidai mais il se rend rapidement compte que le plus difficile reste à faire. Il se fait dire que tout ce qu’il a fait jusqu’à maintenant n’était pas vraiment de l’Art. Mais qu’est-ce que de l’Art? Il a de la difficulté à réaliser les projects pour ses cours. Il est découragé et doit tout réapprendre. Toutefois il se fait de nouveaux amis à l’université qui l’aident dans sa nouvelle quête. Dans le tome huit, les étudiants des départements des beaux-arts et de musique de Geidai se regroupent en équipes pour fabriquer des mikoshi (sorte de char allégorique) et des happi (manteau traditionnel) pour un festival culturel. Le sujet qu’ils choisissent est un peu complexe. Malgré leur inexpérience (et un typhon!) réussiront-ils a terminer le mikoshi à temps pour le festival?

J’ai trouvé ces deux tomes un peu moins intéressants que les précédents. Le style de Tsubasa Yamaguchi me semble toujours plutôt ordinaire mais le fait que le récit nous amène découvrir le monde et les techniques de l’art en utilisant les codes du manga shōnen mérite tout de même de recevoir quelques éloges. Cela reste un bon manga, agréable à lire, qui intéressera surtout les amateurs d’art et de manga.

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2020 Tsubasa Yamaguchi.

[ Translate ]