Le coeur de Thomas (Moto Hagio)

CoeurDeThomas-cov« Peu d’auteurs sont aussi importants dans l’histoire du manga que Moto Hagio »               — Casey Brienza, Graphic Novel Reporter. 

“Dans une école pour garçons du début du siècle, les relations troubles entre élèves prennent un tour dramatique quand le jeune Thomas Werner se jette du haut d’un pont en laissant derrière lui une lettre d’amour. 

Écrit au début des années 70 par l’une des pionnières de la bande dessinée féminine, ce roman graphique sur les affres de l’adolescence est aujourd’hui considéré comme une étape majeure dans l’histoire du manga. La complexité de ses personnages, l’inventivité de sa mise en scène et la féminité revendiquée de son graphisme en on fait l’une des plus marquantes explorations visuelles des liens entre l’amour et la mort.”

“Lorsque le corps du jeune Thomas Werner est retrouvé mort un matin d’hiver, la seule chose qu’il laisse derrière lui est une lettre adressée à son camarade Juli, et dans laquelle il lui confesse son amour. Bouleversé par cette révélation, le studieux Juli sombre dans des abîmes de confusion, et c’est à son ami Oscar qu’incombe le devoir de veiller sur lui, malgré les sentiments coupables qu’il éprouve lui aussi pour son triste patient. Cet équilibre fragile va être violemment secoué lorsqu’arrive à l’école un nouvel élève, Éric, dont la ressemblance à Thomas est troublante…”

[Texte de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Je me suis souvent plaint qu’aucun éditeur ne s’était jamais donné la peine de traduire les chefs-d’oeuvres shōjo des années ’70 (voir “Une mine de manga inexploitée”). J’ai tous récemment découvert que j’étais dans l’erreur: l’un d’eux a été publié en français et cela en 2012! Et en plus, il est disponible à la bibliothèque ! Je ne comprend vraiment pas comment une oeuvre d’une telle importance peut m’avoir échappée si longtemps. Il est donc temps de corriger cette bourde.

Le coeur de Thomas (トーマの心臓 / Thomas no shinzô) est un manga shōjo par Moto Hagio qui a d’abord été pré-publié dans le magazine Shūkan Shōjo Comic (Sho-comi) de Shōgakukan entre mai et décembre 1974, puis a été compilé en trois volumes (tankōbon) paru chez Shōgakukan en janvier, mai et juin 1975. En août 1995, il a été republié en un seul volume (bunko). C’est cette dernière édition qui a été traduite en français chez Kazé Classic en novembre 2012. Cette édition n’est malheureusement plus disponible (Kazé a d’ailleurs été racheté par Crunchyroll), alors espérons qu’un autre éditeur le republiera bientôt.

Plus qu’un simple manga shōjo, Le coeur de Thomas appartient au sous-genre du boys’ love (aussi parfois appelé Yaoi ou Shōnen ai). Ces récits présentent toujours des personnages masculins — des bishonen (beau garçon, éphèbe) — engagés dans de complexes relations sentimentales et parfois même sexuelles. C’est un genre surtout populaire auprès d’un public de jeunes adolescentes (quoiqu’il attire de plus en plus un lectorat de femmes dans la trentaine [1]). C’est sans doute l’équivalent moderne des “récits d’amours entre maîtres et disciples chez les moines bouddhistes du Moyen Âge nippon” (appelés chigo monogatari) [2]. Toutefois cette thématique homo-érotique est avant tout “une commodité narrative analogue à celle dont [Osamu] Tezuka avait usé dans Princesse Saphir. Elle permet d’introduire dans la série pour filles la passion et le sexe, voire la dépravation, sans trop effaroucher les lectrices” [3] — dans la mesure où le sujet est présenté d’une façon “esthétique” [4]. Cela permet aussi d’aborder subtilement les grandes questions philosophiques et les problèmes sociaux (pouvoir et identité, fluidité des genres et amour interdit, violence sexuelle, etc.) qui commencent à préoccuper le femmes dans les années 1970 (tant les mangakas elles-même que leurs lectrices) [5].

Moto Hagio est l’une des pionnière de ce genre de manga — avec ses collègues du fameux Groupe de l’an 24, appelé ainsi car elles sont toutes nées en l’an 24 de l’ère Showa, c’est-à-dire en 1949; il inclus surtout Moto Hagio et Keiko Takemiya, mais aussi Toshie Kihara, Minori Kimura, Yumiko Ōshima, Nanae Sasaya, Ryōko Yamagishi, et on lui associe parfois Riyoko Ikeda, née en 1947. Jusque dans les années 1950, les mangas pour jeunes filles (shōjo) étaient écrits par des hommes, puis dans les années 1960 apparaissent les premières dessinatrices de mangas comme Hideko Mizuno, Miyako Maki, Masako Watanabe ou encore Eiko Hanamura, ce qui permet à plusieurs magazines spécialisés de se développer: d’abord les mensuels Nakayoshi (Kōdansha) et Ribon (Shūeisha) en 1954, puis les hebdomadaires Shōjo Friend et Margaret en 1962-63. Jusqu’alors, les récits shōjo sont assez traditionnels et offrent des histoires inspirantes centrées sur une héroïne ou traitant d’amour et d’amitié. Toutefois, au début des années 1970, le Groupe de l’an 24, qui a grandit en lisant l’oeuvre de Tezuka, pousse le genre encore plus loin en créant des récits très diversifiés (tant de science-fiction, de fantasy, d’aventure, ou historique) qui non seulement transforment complètement les thématiques du genre mais aussi sa forme graphique. [6]

Si le thème prépondérant demeure l’amour et les sentiments humains, les récits deviennent plus profonds et complexes, axés sur la psychologie des personnages. Cette nouvelle richesse narrative est complétée et accentuée par un graphisme qui fait éclater la forme rigide du manga traditionnel avec des cases qui ne sont plus obligatoirement carrées et alignés mais peuvent flotter sur la page et se superposer, et dont les contours se brisent, se dissolvent, s’étendent au-delà des limites de la page. Les personnages eux-même (souvent d’une beauté exagérée) ne sont plus assujetti aux limites de la case. La page devient plus lumineuses car on minimalise les décors d’arrière-plan au profit d’un répertoire de codes visuels enrichi (des symboles abstraits comme des gouttes de transpiration, des ressorts de tension, des éclairs de choc, des flammes de colère, des étincelles d’affection, etc.) où le motif floral prends une place prépondérante (l’éclosion et la chute de pétales représentent les hauts et les bas des relations amoureuses alors que les marguerites expriment la simplicité, les chrysanthèmes la sensibilité et les roses la sensualité). De cette façon, les mangakas réussissent à exprimer plus clairement l’ambiance d’une scène, les sentiments et les émotions intériorisées des personnages. [7]

CoeurDdeThomas-p437

Page 437

Moto Hagio fait ses débuts en 1969 en publiant deux histoires courtes dans Nakayoshi: Lulu to Mimi et Suteki na mahō. Ce n’est toutefois qu’en 1971, après avoir publié une vingtaine d’histoires, qu’elle se démarque avec Jūichi-gatsu no Gymnasium (lit. “Gymnase [pensionnat] en novembre”) publié dans Shōjo Comic. Ce récit est le précurseur de Thomas no shinzô. Il nous raconte que “Quand le dur et rebelle Éric arrive dans un internat allemand, il y a un camarade qu’il déteste : Thoma. Celui-ci a une ressemblance frappante avec Éric, mais est doux, délicat et idolâtré par ses camarades de classe. Lorsque Thoma meurt subitement plus tard, Éric découvre qu’ils étaient en fait des jumeaux identiques, séparés à la naissance” [8]. En 1974, Moto Hagio va reprendre ce récit en le modifiant et l’allongeant pour en faire Le Coeur de Thomas. Dans cette version, Éric arrive au pensionnat de Schlotterbertz après la mort de Thomas, et le récit se concentre sur l’effet que la ressemblance d’Éric avec Thomas a sur Juli, exacerbant sa culpabilité alors qu’il est déjà traumatisé et tourmenté par des abus physiques antérieurs. Les membres du triangle amoureux Juli / Oscar / Éric-Thomas apprendrons à se connaître, à apprécier la similitude de leur situation, et au fur et à mesure que leurs sentiments et motivations deviennent plus clair, chacun trouvera une certaine forme de sérénité. Moto Hagio offrira plus tard à ses lecteurs la suite de l’histoire (湖畔にて―エーリク 十四と半分の年の夏  / Kohan nite – Erik jūyon to hanbun no toshi no natsu / lit. “Au bord du lac – Erik, l’été de ses quatorze ans et demi” — une courte histoire illustrée, publié en 1976 dans le livre ストロベリー・フィールズ (Strawberry Fields), où Oscar rend visite à Éric alors qu’il est en vacance avec son père adoptif, Cid Schwarz, au bord du Lac de Constance) et une préquelle (訪問者 / Hōmonsha / “Le Visiteur” — publié en 1980 dans Petit Flower et qui raconte l’histoire d’Oscar avant qu’il entre au pensionnat).

BIBLIOGRAPHIE ESSENTIELLE DE MATO HAGIO

Traduits en français:

  • Le clan des Poe t.1. Akata (Coll. Héritages), janvier 2023, 14.7 x 21 cm, 19.99 € / $37.95, ISBN 978-2369748214. 14+. Un des plus grands succès de Moto Hagio au Japon. [Wikipedia]
  • Le coeur de Thomas, par Moto Hagio. Paris: Kazé (Coll. Classic), novembre 2012. 476 pages, 21 x 15 cm, $32.95, ISBN 978-2-82030-534-3.
  • Léokun. Japan Expo, 2012.
  • Moto Hagio: Anthologie. Glénat (Coll. Vintage), nov. 2013, 608 p., ISBN 9782723493444. Un ouvrage regroupant neuf histoires originalement publiées entre 1971 et 1992. Tome 1, De la rêverie: “Un rêve ivre”, “Nous sommes 11 !” (Partie 1 & 2), “Le petit flûtiste de la forêt blanche”; Tome 2, De l’humain: “La fille de l’iguane”, “Mon côté ange”, “Le pensionnat de novembre”, “Pauvre maman” et “Le coquetier”.

Traduits en anglais:

  • A, A’. Viz, October 1997, 208 p., 5.5 x 8“, $15.95 US / $21.50 Can, ISBN 978-1569312384.[Wikipedia]
  • A drunken dream and other stories. Fantagraphics, September 2010, 288 p., 7.3“ x 10.1“, $29.99 US, ISBN 9781606993774. Includes “Bianca” (1970), “Marié, Ten Years Later” (1977), “The Child Who Comes Home” (1998), “Autumn Journey” (1971), “Girl on Porch With Puppy” (1971), “Angel Mimic” (1984), “Hanshin: Half-God” (1984), “A Drunken Dream” (1980), “Iguana Girl” (1991), and “The Willow Tree” (2007). [NelliganWikipedia]
  • The Heart of Thomas. Fantagraphics, 2013. [Wikipedia]
  • Lil’ Leo. Denpa, September 2021, $23.95.
  • Otherworld Barbara, vol. 1-2. Fantagraphics, August 2016/2017, 400 p. ea., 7.4″ × 9.9”, $39.99 ea., ISBN 9781606999431 / 9781683960232. [NelliganWikipedia]
  • The Poe Clan vol. 1-2. Fantagraphics, August 2019/September 2022, 512 p./404 p., 7.4″ × 9.9”, $39.99 ea., ISBN 9781683962083 / 9781683965725. [Wikipedia]
  • They were 11, #1-4. Viz Comics (Coll. Flowers), 1995. Republished inside the anthology Four Shojo Stories, Viz, March 1996. [Wikipedia]

Oeuvres majeures encore non traduites:

Le coeur de Thomas est donc un drame psychologique qui, comme la plupart des oeuvres de Moto Hagio, nous présente des enfants qui sont les membres les plus vulnérables de la société [9] et auxquelles elle ne craint pas d’associer les émotions sexuelles et violentes de l’adolescence [10]. Il est rare de trouver dans un manga du milieu des années 1970 autant de complexité et de profondeur: au milieu de connotations religieuses on retrouve des sujets comme la famille dysfonctionnelle, les amours interdits, la réjection amoureuse, le suicide, le traumatisme causé par l’intimidation (voir même la torture et un viol collectif), le tout enveloppé dans les affres psychologiques propres à l’adolescence. Et si le style de dessin pourrait paraître un peu vieillot à certains, il représente le summum du style shōjo, avec ses traits fins et précis, ses textures et fioritures, son montage éclaté, qui soutient superbement la complexité du récit. 

Ce manga est sans conteste un chef d’oeuvre qu’il faut avoir lu. Si la dureté du sujet ou les particularités du style shōjo peuvent déplaire à certains lecteurs, c’est néanmoins un incontournable pour tout amateur de manga qui se respecte, particulièrement s’ils apprécient déjà les mangas shōjo ou l’oeuvre de Moto Hagio. De ce côté nous sommes gâté car un autre de ses chefs d’oeuvres, Le clan des Poe (une romance gothique dans un groupe de vampires), sera bientôt disponible chez Akata.

Le coeur de Thomas, par Moto Hagio. Paris: Kazé (Coll. Classic), novembre 2012. 476 pages, 21 x 15 cm, $32.95, ISBN 978-2-82030-534-3. Pour un lectorat jeune adulte (16+). stars-4-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 1975 Moto Hagio. All rights reserved.

Références:

Notes:

[1] SCHODT, Manga! Manga!, p. 102.
[2] BOUISSOU, p. 307.
[3] Idem, p. 307.
[4] SCHODT, Manga! Manga!, p. 101.
[5] GRAVET, p. 79.
[6] Idem, p. 78.
[7] Idem, p. 78-79.
[8] SCHODT, Manga! Manga!, p. 102.
[9] MASANAO, p. 400.
[10] GRAVET, p. 88.

[ Translate ]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s