Status report (early July)

The life in the time of the coronavirus continues… 

This is my fifth status report since the beginning of the coronavirus pandemic (the other four were in March, mid-April, the end of April, and in mid-May). It has now been fifteen weeks (or one-hundred and seven days) since it has all begun. It has been forty days since the beginning of the slow re-opening and my return to work (thirteen days since we’ve restart taking the public in the library for a limited offer of service). 

On the domestic side of life, I can say that I feel I have not been doing much in the last month and half… I didn’t do much around the house (it was either too hot or raining). As usual, I probably watch too much television: like rewatching the Ghost in the Shell: Arise series and several movies (also, to fill the time, I started watching again the 2004 series of Battlestar Galactica). However, I have been reading enough to catch up on my tsundoku… (hurray!) and write a little about my readings (dBD #141, La sphère d’Or, Unbeaten tracks in Japan, I’ll never tell, De Gir à Moebius, and several other French comics that I covered in the article “Sherlock Holmes en bande dessinée (2)”).

Weather — The temperature was unusually warm lately (above average) and often quite dry. So much so that the vegetation in the parc often took a yellowish colour. Thankfully, it rained periodically enough to keep everything alive. In the last week or so it has been quite hot and humid. Enough to discourage any sustained outside activities, although we still take our daily walk.

Health — With the confinement (probably because of slightly bigger meal and less activity) I have gained weight. My blood pressure and glucose are also higher (maybe because of an increased stress?). I have also experienced digestive problems, my usual recurring pain at the end of the digestive track as well as some chest and shoulder pain (probably muscular). Overall, I feel in good shape but it could be better. Unfortunately, I know that with age nothing gets better…

Work — All is fine at work. My usual library being still closed for renovation I was assignment to another one. This new place is at a nice location (at walk/bike distance from home) and has a nice team (although, since the people of my library working there are in extra, we perform mostly boring jobs). However, there was one painful incident: a customer refused the answer the covid “questions” and to sanitize his hands upon entrance. As I was insisting (to follow protocol), he became increasingly disagreeable, up to implying that I was doing so because of my ego or because I was racist. I was just trying to do my job. I was putting my health at risk (and the health of my family) in order to give him access to the library and he has shown absolutely no appreciation or gratitude for it. All I ask is some respect. If I was hurt by being called a racist (and I will come back on this subject) what really pissed me off was that my colleagues didn’t show much support when I tried to explain that he refused to follow protocol and insulted me. I don’t know, maybe they just didn’t understand me well: it is hard to express yourself calmly when it’s hot and your are talking through a mask and a face-shield. What happened to “we must absolutely ask ALL the covid questions and not let anyone in that doesn’t answer properly”? And then they told me “you know, we get insulted all the time. You have to get used to it” implying that I was weak to let it get to me. We are supposed to have a policy of not tolerating any disrespect and bullying (no respect, no service) and, yet in the end, that man received the service he came for. If you are tolerating such disrespect OF COURSE people will feel empowered and continue with the same behaviour. It is the wrong attitude. Anyway, that incident bothered me for weeks as I kept thinking about it…

One thing that I spent a lot of time on lately, was shopping for a nice electric bike or scooter. In this epidemic, I want to avoid public transportation (bus & subway) and if my work place for now is at a walking or biking distance, it is quite tiring in the summer heat (and I am closer to sixty than fifty years-old after all). I rented one for a week and I liked it a lot, but when I wanted to purchase one not a single store in the metropolitan area had any in stock. I guess everybody had the same idea at the same time and I was too late. An electric BIKE looks cool (particularly the Banana Boss, the Rad Runner 1, the Maxie Large, or the Paris) but it is quite expensive and a standard bicycle seat is really hard on my backside. Strangely, a scooter is less expensive, as well as being much more confortable and versatile. I’ve been checking several nice models (Écolo, Tao Aquarius, Vienna, Gio Italia, Mignon, UQi Pro, etc.) but now I found a good store and I am just waiting for them to receive some stock later this month…

Many important events happened in the second quarter of 2020 ( the end of May, June and the beginning of July) but I don’t want to spend much time on those current events. However, the world stage was dominated by the three great plagues of the era. First, the coronavirus. So far, the world has suffered over 10 million cases of infection resulting in over half a million deaths! We dealt relatively well with it in Canada, but the U.S. in on the verge of total catastrophe as it reopened too soon and they are now seeing an horrible surge in infection (over fifty-thousand new cases each day!). 

The second plague is Trump. I would think that we would get used to it by now but his mishandling of the coronavirus response (no national coordination, not enough test and PPE, not urging confinement, distanciation, and wearing masks, etc.), his constant lying, and his rhetoric encouraging hate-speech and inciting to violence kept making everything worse. Sometimes, I think he just doing it on purpose. If he is not a Putin agent, he is certainly an agent of chaos. He loves it. I can’t wait until November… 

The final plague is racism. Following the death by police abuse of George Floyd and many other subsequent similar baffling incidents, the American urban areas erupted in spontaneous protests against this pervasive institutional racism that literally plagues the U.S. How did we moved from a pandemic to riots in the streets? (Without much social distancing hence the cases surge) We all hoped that it was getting better but I guess we got negligent — the coronavirus confinement and Trump inducement somehow seem to have put salt on the wound — as it now seems worse than ever. It must be dealt with once and for all. With police reform certainly (defunding, demilitarizing, new structure, call it what you want — I always thought we should have several level of policing: the unarmed street or biking cop, the patrol police answering to theft and hold-up, the inspector, the riot police and now we should have a force of psycho-social worker for domestic violence, teenage trouble, neighbour disputes, etc.), but the disease goes further than that. Social reform and massive investments to reduce inequality (in education, in job opening, in housing, etc.) are necessary. With the recent movements like Me-Too and Black Lifes Matter, I feel that the world is effervescent and on the verge of great changes, just like in ’68. However, we will have to be patient. Real change takes time. But now the seed of change, the idea that it is possible, has been planted in people’s minds. It only remains to take care of it and watch it germinate… But the first step toward that change is for American to go vote in November.

Racism has always bothered me. All my life I tried to treat everybody equally, not letting their opinion, behaviour, the size of their nose, the colour of their eyes, hair or skin (pink, brown, “black”, “red” or “yellow”) distract me from the fact that we were all the same. Human beings. I always tried to be tolerant (sometime failing: for a while I became quite intolerant toward religion, but now the only thing I can’t tolerate is intolerance — and stupidity). When I was a teenager I thought that the best way to solve racism was to intermarry and eventually we would all become of the same skin colour (that’s what I did, unfortunately I never had kids — too much trouble!). However, skin colour is just an excuse for racists: in fact they are just afraid of the difference (people thinking, dressing, talking, etc., differently than they are). There are many culture on this world and, if we just learn about them, we see there is no reason to be afraid. We discover that this difference is beautiful, that it is a wealth. Those people usually are against (or ignorant of) science. Science is telling us that, genetically, we are all the same and that there is only one race: the human race. I always wanted to write about this complex and touchy subject (and someday I will). Unfortunately, whatever you say or write will always receive criticism: you didn’t say this, the way you say that is discriminatory, it is not enough, it is too much, etc., so I am waiting to have the right words. However, if you stay silent,  it is worse because they say that you are complicit, that you are encouraging racism by saying nothing. I prefer to show support by my actions: I won’t protest in the street but I’ll always try to be equitable, unbiased, and just. If I see someone being discriminated (racially or otherwise) I will try to defend them. And I’ll stay silent. If I scold you for doing something wrong (like misbehaving in the library or trying to cut the waiting line to enter the bus) and you answer be accusing me of being racist, I’ll stay silent. But just know that calling me a racist is the worst insult that you could give me…

I feel the end of this year will really be difficult… Take care of yourselves and stay safe !

Also, I found time to stay a little acquainted with the affairs of the world and gathered a few notable news & links — which I now share with you (in both french or english, slightly categorized, but in no particular order — note that, to save on coding time, the links will NOT open in a new window), after the jump.

[ Traduire ]

Continue reading

Sherlock Holmes en bande dessinée (2)

BDs hommages & pastiches

Dans la première partie de cette série d’articles sur les adaptations de Sherlock Holmes en bande dessinée, j’ai traité des adaptations canoniques c’est-à-dire qui raconte fidèlement les récits des romans de Sir Arthur Conan Doyle. Il s’agissait principalement de la série britannique écrite par Ian Edginton et illustrée par Ian Culbard, publiée en anglais chez SelfMadeHero (2009-2011), puis traduite en français chez Akileos (2010-2011).

Dans cette seconde partie je vais traiter des pastiches (parodies) et des hommages à la série de romans du célèbre détective. Ces adaptations sont beaucoup plus nombreuses (et il me faudra sand doute plus qu’un article pour les couvrir). Je commence pour les deux plus importantes, d’abord parce qu’elles sont plus connues mais aussi parce que ce sont des séries de plusieurs volumes.

[ Translate ]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Baker Street : all you need is Holmes 

BakerStreet-Intégral-covOubliez Léonard de Vinci, Darwin, Einstein… Sherlock Holmes est l’homme le plus intelligent du monde. Ou pas.

[Texte de la couverture arrière]

“Enfin les aventures déjantées du plus célèbre des détectives et de son acolyte médecin en version intégrale. Retrouvez les cinq tomes de la série dans cette édition unique. Des éclats de rire en perspective.

Saviez-vous que le docteur Watson doit une grande partie de sa popularité à une méduse? Que Sherlock Holmes pratique parfois le cambriolage ? Et seriez-vous capable de trouver un rapport entre un diable en boîte, un haltère, un réveil-matin, un cactus et une masse d’armes ? Non ? Eh bien plongez-vous dans les carnets secrets du docteur Watson, miraculeusement exhumés par deux froggies…

[Texte du site de l’éditeur]

BakerStreet-Intégral-p003

Page 3

Cette édition intégrale de la série Baker Street compile les cinq volumes de la bande dessinée par Veys et Barral. Le premier volume, Sherlock Holmes n’a peur de rien, inclue cinq histoires courtes: “L’incident sur la Tamise” (6 p.), “Ophiophobie” (7 p.), “Tossing the caber” (8 p.), “Le bois rouge de Pernambouc” (16 p.),  et “Rançon pour une momie” (10 p.). 

Dans le second volume, Sherlock Holmes et le Club des sports dangereux (48 p.), on retrouve une histoire loufoque où le quatuor de détectives imbéciles (Holmes, Watson, Lestrade et son cousin Brodie) doit enquêter tout à la fois sur “Le profa­nateur” (alias Jack le Moustacheur), une tentative de meurtre sur Lestrade, un meurtre à huis clos dans un club bien particulier, une gerbille surexcitée et sur une série de disparitions mystérieuses près du Limehouse !

Dans le troisième volume, Sherlock Holmes et les Hommes du Camellia (48 p.), notre petit groupe doit aidé M. Clipton, un producteur de thé du Ceylan, à retourner dans son pays en six semaines pour la lecture du testament de son oncle afin de pouvoir hériter de la plantation familiale. Toutefois, un compétiteur — un producteur de thé chinois, M. Teawings — fera tout pour les en empêcher!

Le quatrième volume, Sherlock Holmes et l’Ombre du M (52 p.), est la suite directe du précédent. La lecture du testament s’est révélé être un canular, mais lorsque l’oncle de Clipton meurt vraiment d’une crise cardiaque, le testament révisé exige cette fois, pour hériter de la plantation familiale, qu’il retourne en Angleterre et fasse un spectacle de clown devant la reine! Pour contrer Holmes, Teawings engage son ennemi juré, Moriarty! Cette fois l’adversaire est plus coriace alors, pour rendre leur itinéraire moins prévisible, Holmes y introduit un élément de hasard…

BakerStreet-Intégral-p208

Page 208

Dans le cinquième et dernier volume, Le Cheval qui murmurait à l’oreille de Sherlock Holmes, on retrouve — en plus de l’aventure titre (34 p.) où Holmes, affligé par l’oisivité, tente d’élucider le vol inexplicable de documents sur une base militaire (dont le menu du mess des officiers!) — cinq histoire courtes (une sans titre [4 p.], “Le jour de Watson” [3 p.], “Rendez-vous à Chelsea Bridge” [2 p.], “Coucher de soleil sur l’abattoir” [2 p.] et “Rendez-vous au Strand” [2 p.]) et une dizaine de gags en une seule case. L’édition intégrale se termine avec les couvertures originales des cinq volumes.

Cette bande dessinée respecte bien l’univers victorien créé par Sir Arthur Conan Doyle mais nous présente une version très humoristique et plutôt irrévérencieuse des personnages (dont le visuel est d’ailleurs inspiré par les acteurs Jeremy Brett et David Burke, qui incarnèrent le célèbre duo de détectives dans la série télévisée de Granada).

L’aspect visuel (dessin et mise en page) est bien réussi. Quoi inégale cette série est agréable à l’oeil. Le récit est bien mené puisqu’il est à la fois captivant et très drôle. Cela n’a évidemment rien à voir avec les véritables aventures de Sherlock Holmes mais, en plus d’en respecter l’esprit, c’est aussi très divertissant et je me suis beaucoup amusé avec cette lecture. C’est une excellent parodie que je recommande chaudement.

Baker Street : all you need is Holmes [Édition Intégrale], par Pierre Veys (scénario) et Nicolas Barral (dessin). Paris: Delcourt, novembre 2017. 266 p., 22.5 x 29.7 cm, 34.95 € / $C 59.95, ISBN 978-2-413-00028-0. Pour un lectorat adolescent (14+). stars-3-5

Pour en savoir plus vous pouvez consulter les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

© 2017 Éditions Delcourt

Capsules

Les quatre de Baker Street 

t. 1, L’affaire du rideau bleu

Quatre_de_Baker_Street-1-covUne série captivante et romanesque librement inspirée de l’œuvre d’Arthur Conan Doyle ! Trois détectives en herbe pour une enquête digne du maître de Baker Street !

Billy, Charlie et Black Tom sont insé­­p­ara­bles. Et pour cause : impossible de survivre seul dans l’East End londonien, peuplé de faux mendiants, de vrais ruffians et de franches canailles ! Heureusement, les trois amis peuvent compter sur la pro­tection d’un certain Sherlock Holmes, pour lequel ils font parfois office d’espions des rues… Mais lorsque la fiancée de Black Tom est kidnappée sous leurs yeux, nos héros vont devoir mettre au plus vite à profit les leçons de leur mentor pour la retrouver saine et sauve… en s’adjoignant les services d’un quatrième larron pour le moins inattendu. Place aux Quatre de Baker Street, la plus jeune équipe de détectives de l’époque victorienne !

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Cette bande dessinée mets en scène non pas le grand détective lui-même (Holmes et le Dr Watson n’apparaissent que dans les quatre dernières pages!) mais des personnages secondaire: les fameux “Irréguliers” ou “Francs-tireurs” de Baker Street, une troupe d’enfants de la rue qui sont les yeux et les oreilles du détective et qu’il utilise pour des missions de surveillance. Avec le temps, les membres de la troupe ont grandi ou se sont trouvé d’autres activités et il n’en reste plus que trois: Billy (William Fletcher, un jeune garçon bien éduqué), Black Tom (Tommy O’Rourke, Irlandais et l’acrobate du groupe), Charlie (Charlotte, habillée en garçon elle est en réalité une fille, la modératrice du groupe). La quatuor est complété par Watson, le chat de gouttière tigré. Lorsque Sherlock Holmes n’est pas disponible, alors les Quatre de Baker Street mènent l’enquête eux-même! Dans ce premier album, la petite amie de Black Tom est kidnappée et le quatuor devra retracer les coupables, puis s’attaquer au Rideau Bleu, “un bordel chicot du West-End.”

Quatre_de_Baker_Street-1-p.05

Page 5

Dans sa préface, Régis Loisel louange le talent de l’artiste: “Sa mise en scène aux cadrages énergiques sert le scénario à merveille, les décors sont précis et généreux et l’ambiance générale est soutenue par des couleurs somptueu­ses.” Si je suis d’accord avec la première partie de son commentaire (les décors et la mise en page sont très adéquats) mon opinion est à l’opposée sur les couleurs: je n’aime guère le dessin un peu trop anguleux à mon goût par moment, les ombrages sur les visages me semblent un peu exagérées et, surtout, le choix d’une palette de couleurs sombres, tout dans le brun et le sépia, me déplait beaucoup. Je comprends que l’artiste voulait sans doute rendre l’atmosphère victorienne (brumeuse, étouffante, ancienne — à moins que cela soit un problème d’impression?) mais je trouve cela très laid. 

Par contre, l’histoire est excellente. Le récit est bien mené, captivant et les personnages sont crédibles et attachants. L’histoire est sérieuse, fidèle à l’esprit des Aventures de Sherlock Holmes. Il s’agit donc d’un digne hommage à Conan Doyle. Dans l’ensemble, malgré les faiblesses du style graphique, c’est une bonne lecture.

Il est intéressant de constater que cette bande dessinée a non seulement été traduite en anglais chez Insight Comics [Goodreads], mais qu’elle a aussi été adapté en animation par les studios Folivari, Canal Plus et Studiocanal [voir la page officielle et le teaser sur Vimeo]. Cela démontre bien l’intérêt et la qualité de la série.

Les quatre de Baker Street t. 1, L’affaire du rideau bleu, par Jean-Blaise Djian & Olivier Legrand (scénario), David Etien (dessin et couleur). Issy-Les-Moulineaux: Vents d’Ouest, janvier 2009. 56 p., 24 x 32 cm, 13.90 € / $C 22.95, ISBN 978-2-7493-0437-3. Pour un lectorat adolescent (12+). stars-3-0

Pour en savoir plus vous pouvez consulter les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

© 2009 Vents d’Ouest

Capsules

t. 2, Le dossier Raboukine

Quatre_de_Baker_Street-2-covLes Quatre de Baker Street sont de retour !

Londres, 1890. Billy, l’apprenti détective, Charlie, la petite fille grimée en garçon, et Black Tom le monte-en-l’air sont trois gamins des rues unis par une solide amitié. Accompagnés du matou Watson, ils arpentent les bas-fonds de l’East End, menant enquêtes, filatures et autres missions de confiance pour le compte d’un certain… Sherlock Holmes. Ce nouvel opus voit nos héros se mêler d’une ténébreuse affaire impliquant des révolutionnaires russes exilés à Londres et la police secrète du Tsar… Nos protagonistes vont avoir fort à faire pour déjouer machinations, trahisons et mauvais coups…

Le premier tome de cette série avait fait l’unanimité, grâce au dessin dynamique et étonnant de maîtrise de David Etien et au scénario mené tambour battant de Djian et Legrand. On se replonge avec délectation dans ce second tome, qui nous entraîne dans une nouvelle enquête passionnante et nous fait découvrir un peu plus ces gamins gouailleurs et attachants.

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

Quatre_de_Baker_Street-2-p.03

Page 3

Dans cette aventure, les quatre de Baker Street doivent enquêter sur un complot politique impliquant des révolution­naires Russes. Alors que des prostitués sont à nouveau assassinées dans White­chapel (dont Sally, une amie de Billy), on craint le retour de Jack l’Éventreur. Toutefois, le quatuor découvrira que cette affaire est en fait liée à un complot de la police secrète du Tsar pour discré­diter les révolutionnaires socialistes réfugiés à Londres. Holmes étant absent, il incombe au quatuor de venir en aide à Katia Ivanovna et son compagnon Victor Raboukine!

Avec cet album, le graphisme s’est beaucoup amélioré: le style est un peu plus agréable et les couleurs en tons de brun et sépia moins présentes (quoique inconsistantes puisqu’au début elles semblent servir pour représenter des scènes de nuit, mais celles-ci se retrouvent avec de beaux tons de bleu vers la fin de l’album)… Le récit, toujours aussi captivant et sérieux, est également plus riche et intéressant. Cet album nous offre donc une très bonne lecture.

Quatre_de_Baker_Street-8-p03

T. 8, page 3

Les Quatre de Baker Street est une série très prometteuse qui en est déjà à son huitième album. La série continue donc avec le tome 3: Le Rossignol de Stepney, le t. 4: Les Orphelins de Londres, le t. 5: La Succession Moriarty, le t. 6: L’Homme du Yard, le t. 7: L’Affaire Moran et le t. 8: Les Maîtres de Limehouse. J’ai eut la chance de mettre la main sur un extrait papier des dix premières pages de ce huitième album (paru en octobre 2019) et je dois avouer que cette série a fait beaucoup de chemin et m’apparait excellente (l’amélioration du style graphique est particulièrement frappante). À lire certainement.

Les quatre de Baker Street t. 2, Le dossier Raboukine, par Jean-Blaise Djian & Olivier Legrand (scénario), David Etien (dessin et couleur). Issy-Les-Moulineaux: Vents d’Ouest, avril 2010. 56 p., 24 x 32 cm, 13.90 € / $C 22.95, ISBN 978-2-7493-0519-6. Pour un lectorat adolescent (12+). stars-3-5

Pour en savoir plus vous pouvez consulter les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

© 2010 Vents d’Ouest

[ Translate ]

Capsules

Vendredi nature [002.020.185]

Ichthyosaurus communis

IMG_5539

[ iPhone 8+, Musée de la Civilisation de Québec, 2019/06/26 ]

Jeune ichthyosaure / Young ichthyosaur

U.K., Jurassique (200 M d’années), Natural History Museum of London

IMG_5540

J’ai pris cette photo en visitant l’exposition “Curiosités du monde naturel” qui se tenait au Musée de la Civilisation de Québec du 16 mai 2019 au 19 janvier 2020. J’en ai déjà parlé dans mes plus récents billets “Vendredi nature” (002.020.017024, 031038045052059066080087094108150157 et 178). Voir aussi le vidéo memento de ma visite.

[ Translate ]

Image du mer-fleuri [002.020.183]

alius arcanum planta

[ iPhone 8+ / iPhone 11 Pro, Parc Frédéric-Back, 2019/07/12 & 2020/07/01]

Bon, encore une autre de ces plantes mystérieuses que je n’arrive pas à identifier malgré avoir passé tout l’après-midi à feuilleter mes nombreuses références botaniques. S.V.P., quelqu’un a une idée de ce que cela pourrait être ? Merci !

Well, yet another of these mysterious plants that I cannot identify despite having spent the whole afternoon leafing through my many botanical references. Anyone have any idea what it could be? Thanks !

MISE À JOUR (2020/07/02): Après avoir vérifié plusieurs suggestions (Lavande, Lupin et Liatris spicata) qui offraient quelques ressemblance mais ne correspondaient pas vraiment à la plante mystérieuse, j’ai continué mes recherche sur internet (près de cinq heures au total!) et j’ai finalement trouvé! Il s’agit d’une Dalea purpurea (dalée violette / purple prairie clover), une espèce de légumineuse (comme les pois et les fèves) qui appartient au genre Dalea, à la famille des Fabaceae, et à l’ordre des Fabales. (Sources: Google)

UPDATE (2020/07/02): After checking several suggestions (Lavender, Lupine and Liatris spicata) which offered some resemblance but did not really correspond to the mysterious plant, I continued my research on the internet (almost five hours in total!) And I finally found ! It is a Dalea purpurea (dalée violette / purple prairie clover), a species of Leguminosae (the pea or bean family) which belongs to the genus Dalea, to the family of Fabaceae, and to the order of Fabales. (Sources: Google)

J’emmerde Facebook

Sommet-des-dieux-animeLe 20 juin j’ai republié un message d’Animeland qui annonçait la bande-annonce d’un film d’animation adaptant un excellent manga d’un de mes auteurs préférés, Jiro Taniguchi. Le 26 juin j’ai reçu un message de Facebook qui disait “Your post goes against our Community Standards [on SPAM] so only you can see it.” J’ai donc contesté la décision et FB a fermé le dossier mais j’ignore toujours si mon billet original est toujours visible… alors je l’ai re-publié (mais il ne semble toujours pas visible!)…

 La bande-annonce en question (sur Vimeo)

Je suis outragé! Facebook trouve correct que Trump mente sur leur page, que Trump fasse de la désinformation et de la propagande haineuse, que Trump incite à la violence [WaPoNYT] mais je republie simplement un post qui parle d’une animation basé sur un beau manga de mon auteur préféré et c’est du SPAM ???? F**k you FB, je commence sérieusement à penser à te laisser tomber !

Ne vous gênez pas pour commenter et laisser FB savoir quelle petite merde ils sont!

* * *

F**k Facebook !

On June 20 I republished a message from Animeland announcing the trailer for an animated film adapting an excellent manga from one of my favorite authors, Jiro Taniguchi [same news on Anime News Network]. On June 26 I received a message from Facebook saying “Your post goes against our Community Standards [on SPAM] so only you can see it.” So I contested the decision and FB closed the file but I still don’t know if my original post is still visible … So I re-posted it (but I’m still not sure it is visible…) !

I am outraged ! Facebook finds it okay that Trump lies on their page, that Trump does disinformation and propaganda, that Trump uses hate-speech and incites to violence [WaPoNYT] but when I simply republish a post that talks about an animation based on a beautiful manga by my favorite author it is SPAM ???? F ** k you FB, I’m seriously starting to think about dumping you !

Please feel free to comment and tell FB how shitty they are !

 

De Gir à Moebius

Gir-a-Moebius-CovComment devient-on un génie ? Avec cette réédition du recueil d’oeuvres de jeunesse de Jean Giraud/Moebius, Les Humanoïdes Associés lèvent le mystère de la naissance d’un géant de la bande dessinée ! Cet ouvrage patrimonial, jamais rééditée depuis 1981, est désormais accompagné du texte critique de Claude Ecken « Le Garage hermétique de Gir ».

[Texte du site de l’éditeur]

Comment devient-on un génie? Tout le monde connaît l’auteur bicéphale de Blueberry et du Garage Hermétique. Sous la signature de Gir, il a fait ses débuts et porté le western classique vers la perfection; sous le pseudonyme de Moebius, il a réinventé la bande dessinée de science-fiction et donné libre cours à une imagination débridée, dans un dialogue introspectif avec ses multiples personnalités. “Il ne suffit pas de rêver, il faut travailler”, a dit avec modestie Jean Giraud, interviewé en 2009.

En rééditant en fac-similé de sa première édition le recueil de ses oeuvres de jeunesse, Les Humanoïdes Associés lèvent une partie du mystère de la naissance de géant de la bande dessinée, exploré par l’exégète Claude Ecken dans sa post-face: Le garage hermétique de Gir.

[Texte de la couverture arrière]

Gir-a-Moebius_p013_Frank-et-Jeremie

Frank et Jérémie (p 13)

Originalement publié par les Humanos en 1981 sous le titre Gir Oeuvre tome 1, cet intéressant album nous offre un recueil des oeuvres de jeunesse de Jean Giraud (alias Gir ou Moebius) qui ont été publié dans divers périodiques entre 1956 et 1979 mais ne furent jamais auparavant compilées en album. À la préface de Joseph Gilain (Jijé) s’ajoute pour la réédition une excellente postface de Claude Ecken qui retrace la biographie de Giraud et explique la génèse de son oeuvre.

On retrouve donc vingt-six récits divisé en quatre périodes. Dans “1956: Les début” on retrouve d’abord une petite histoire inédite en huit cases (sans titre, mais elle pourrait s’intituler “Silence”) puis trois histoires de “Frank et Jérémie” d’environ six pages chacune et qui furent publiées dans la revue Far West alors qu’il n’a que dix-sept ans. C’est en noir et blanc, le traits sont plutôt grossiers alors c’est vraiment ses débuts. Comme le dit Ecken dans la postface, malgré la maladresse de son dessin Giraud fait déjà preuve d’un grand “sens de la mise en image” presque cinématographique. On y voit déjà, aussi, son goût pour le western.

Dans la section “1958-1965: Coeurs Vaillants” on retrouve “Le roi des bisons” (10 pages, scénario de Noël Carré, publié dans Coeurs Vaillants en juillet 1958), “Quand la galère des Pytheas voguait vers le pôle” (1 page, scénario de M. Dubreuil, publié dans Fripounet et Marisette en octobre 1957) et “L’Épopée de Larsen et Nordenskjöld” (3 pages, scénario de J.-C. Pasquier, publié dans Coeurs Vaillants en juin 1958). Giraud expérimente —avec plus ou moins de succès— avec la couleur et l’on voit l’influence de son mentor, Joseph Gilain (Jijé).

Gir-a-Moebius_p054_Hors-la-loi

Le hors-la-loi (p 54)

Dans la section ”1965-1970: Total Journal” on retrouve “Le lac des émeraudes” (4 pages, scénario de P. Christin, publié dans Total Journal en 1966), “Le hors-la-loi” (9 pages, paru dans Bonux Boy #14 en 1961 et dans Total Journal en 1966), “Chasseur de prime” (6 pages, publié dans Total Journal en août 1967), “Le retour du galérien” (8 pages, scénario de Philip, publié dans Total Journal en 1966), “Pépites et voleurs!” (2 pages, publié dans Total Journal #6 en décembre 1966), “Madame Curie, Prix Nobel et mère de famille” (5 pages, scénario de Paul Loncle [P. Christin], publié dans Total Journal en 1970), “Que devient Blueberry?” (Illustration pleine page probablement publié dans Pilote), et “Les journées de Sélim” (2 pages, scénario de P. Christin, publié dans Total Journal en 1967). Giraud travaille fort et commence a raffermir son style tant pour les récits réalistes qu’humoristiques. Avec “Le hors-la-loi” on voit déjà apparaître le Gir qui illustrera Blueberry

Gir-a-Moebius_p113_MusiqueIninterrompue

Musique Ininterrompue (p 113)

Dans la section “1970-1979: de Pilote en Tintin” on retrouve “Y a pas moyens” (2 pages, publié dans Pilote en 1972), “Par ici la monnaie” (2 pages, scénario de Guy Vidal, publié dans Pilote en 1971), “Madame Censure épaule Récuperationix” (1 page, publié dans Pilote #622 en octobre 1971), “Si les techniciens de l’espace s’amusaient à faire des poissons d’avril” (1 page, scénario de Jacques Lob, publié dans Pilote #338 en mars 1967), “Les écumeurs du Montana” (roman-photo de 7 pages critiquant la situation des auteurs de BD, co-scénarisé avec J.-C. Mézières, publié dans Pilote en 1970), “L’Hémoglobine est dans le vent” (1 page, illustration de “postures outrancières”, publié dans Pilote #629 en novembre 1971), “Musique ininterrompue” (2 pages, publié dans Pilote #737 en décembre 1973), “Test” (2 pages, scénario de Patrice Leconte, publié dans Pilote #678 en novembre 1972), “Le drame à éviter” (3 pages, scénario de l’équipe de l’Express, publié dans l’Express #1230 en février 1975), “Tom Smith Rides Again” (illustration double-page, lieu et date de publication non indiqués), et “Wounded Knee” (2 pages, publié dans Tintin en 1979). À travers ces planches et durant cette période, on voit bien Giraud mûrir, commencer à maîtriser son art et à devenir Moebius.  On le voit développer l’humour absurde et tordu (comme une bande de Möbius!) et un style qui annonçe déjà les couleurs criardes de Arzach (“Musique ininterrompue”) ou le dessin propre et précis (avec ses ombrages hachurés) du Garage Hermétique (“Tom Smith Rides Again” et “Wounded Knee”) qui caractériseront sa métamorphose dans Métal Hurlant.

Je n’aime pas particulièrement lire des histoires courtes en bande dessinée (quoi que certaines soient très drôles), surtout si le style du dessin n’est pas vraiment agréable. Mais dans l’ensemble chacune de ces histoires nous racontent la lutte que Giraud a mené pour devenir Gir et ensuite évoluer en Moebius. Ce qui rend cet album vraiment intéressant c’est la postface biographique de Claude Ecken qui replace chaque récit dans son contexte et, par son analyse, nous permet d’en comprendre l’importance. Une bonne lecture pour tout amateur de Jean Giraud et de bande dessinée.

De Gir à Moebius: Le lac des émeraudes, par Jean Giraud (Gir/Moebius), préface de Joseph Gilain (Jijé) et postface de Claude Ecken. Paris: Les Humanoïdes Associés, janvier 2019. 136 p. (94 planches), 24 x 32 cm, 24,95 € / $C 39.95, ISBN 978-2-7316-2926-2. Pour un lectorat adolescent (14+).  stars-3-0

Pour en savoir plus vous pouvez consulter les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

© 2019 Humanoids, Inc.

[ Translate ]

Vendredi nature [002.020.178]

Dikelokephalina brenchleyi

IMG_5544

[ iPhone 8+, Musée de la Civilisation de Québec, 2019/06/26 ]

Trilobites géants / Giant trilobites

Maroc, Cambrien supérieur (c. 487 M d’années), Natural History Museum of London

Selon la fiche signalétique, ce groupe de trilobites géants aurait suffoqué durant une épisode d’accouplement massif… Ces spécimen appartiennent à l’embranche­­ment des Arthropoda du règne animal, à la classe des Trilobita, à l’ordre des Asaphida, à la super-famille des Dikelokephaloidea, à la famille des Dikelokephalinidae, et à de l’espèce Dikelokephalina.

J’ai pris cette photo en visitant l’exposition “Curiosités du monde naturel” qui se tenait au Musée de la Civilisation de Québec du 16 mai 2019 au 19 janvier 2020. J’en ai déjà parlé dans mes plus récents billets “Vendredi nature” (002.020.017024, 031038045052059066080087094108150 et 157). Voir aussi le vidéo memento de ma visite.

[ Translate ]