Le coeur de Thomas (Moto Hagio)

CoeurDeThomas-cov« Peu d’auteurs sont aussi importants dans l’histoire du manga que Moto Hagio »               — Casey Brienza, Graphic Novel Reporter. 

“Dans une école pour garçons du début du siècle, les relations troubles entre élèves prennent un tour dramatique quand le jeune Thomas Werner se jette du haut d’un pont en laissant derrière lui une lettre d’amour. 

Écrit au début des années 70 par l’une des pionnières de la bande dessinée féminine, ce roman graphique sur les affres de l’adolescence est aujourd’hui considéré comme une étape majeure dans l’histoire du manga. La complexité de ses personnages, l’inventivité de sa mise en scène et la féminité revendiquée de son graphisme en on fait l’une des plus marquantes explorations visuelles des liens entre l’amour et la mort.”

“Lorsque le corps du jeune Thomas Werner est retrouvé mort un matin d’hiver, la seule chose qu’il laisse derrière lui est une lettre adressée à son camarade Juli, et dans laquelle il lui confesse son amour. Bouleversé par cette révélation, le studieux Juli sombre dans des abîmes de confusion, et c’est à son ami Oscar qu’incombe le devoir de veiller sur lui, malgré les sentiments coupables qu’il éprouve lui aussi pour son triste patient. Cet équilibre fragile va être violemment secoué lorsqu’arrive à l’école un nouvel élève, Éric, dont la ressemblance à Thomas est troublante…”

[Texte de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Je me suis souvent plaint qu’aucun éditeur ne s’était jamais donné la peine de traduire les chefs-d’oeuvres shōjo des années ’70 (voir “Une mine de manga inexploitée”). J’ai tous récemment découvert que j’étais dans l’erreur: l’un d’eux a été publié en français et cela en 2012! Et en plus, il est disponible à la bibliothèque ! Je ne comprend vraiment pas comment une oeuvre d’une telle importance peut m’avoir échappée si longtemps. Il est donc temps de corriger cette bourde.

Le coeur de Thomas (トーマの心臓 / Thomas no shinzô) est un manga shōjo par Moto Hagio qui a d’abord été pré-publié dans le magazine Shūkan Shōjo Comic (Sho-comi) de Shōgakukan entre mai et décembre 1974, puis a été compilé en trois volumes (tankōbon) paru chez Shōgakukan en janvier, mai et juin 1975. En août 1995, il a été republié en un seul volume (bunko). C’est cette dernière édition qui a été traduite en français chez Kazé Classic en novembre 2012. Cette édition n’est malheureusement plus disponible (Kazé a d’ailleurs été racheté par Crunchyroll), alors espérons qu’un autre éditeur le republiera bientôt.

Plus qu’un simple manga shōjo, Le coeur de Thomas appartient au sous-genre du boys’ love (aussi parfois appelé Yaoi ou Shōnen ai). Ces récits présentent toujours des personnages masculins — des bishonen (beau garçon, éphèbe) — engagés dans de complexes relations sentimentales et parfois même sexuelles. C’est un genre surtout populaire auprès d’un public de jeunes adolescentes (quoiqu’il attire de plus en plus un lectorat de femmes dans la trentaine [1]). C’est sans doute l’équivalent moderne des “récits d’amours entre maîtres et disciples chez les moines bouddhistes du Moyen Âge nippon” (appelés chigo monogatari) [2]. Toutefois cette thématique homo-érotique est avant tout “une commodité narrative analogue à celle dont [Osamu] Tezuka avait usé dans Princesse Saphir. Elle permet d’introduire dans la série pour filles la passion et le sexe, voire la dépravation, sans trop effaroucher les lectrices” [3] — dans la mesure où le sujet est présenté d’une façon “esthétique” [4]. Cela permet aussi d’aborder subtilement les grandes questions philosophiques et les problèmes sociaux (pouvoir et identité, fluidité des genres et amour interdit, violence sexuelle, etc.) qui commencent à préoccuper le femmes dans les années 1970 (tant les mangakas elles-même que leurs lectrices) [5].

Moto Hagio est l’une des pionnière de ce genre de manga — avec ses collègues du fameux Groupe de l’an 24, appelé ainsi car elles sont toutes nées en l’an 24 de l’ère Showa, c’est-à-dire en 1949; il inclus surtout Moto Hagio et Keiko Takemiya, mais aussi Toshie Kihara, Minori Kimura, Yumiko Ōshima, Nanae Sasaya, Ryōko Yamagishi, et on lui associe parfois Riyoko Ikeda, née en 1947. Jusque dans les années 1950, les mangas pour jeunes filles (shōjo) étaient écrits par des hommes, puis dans les années 1960 apparaissent les premières dessinatrices de mangas comme Hideko Mizuno, Miyako Maki, Masako Watanabe ou encore Eiko Hanamura, ce qui permet à plusieurs magazines spécialisés de se développer: d’abord les mensuels Nakayoshi (Kōdansha) et Ribon (Shūeisha) en 1954, puis les hebdomadaires Shōjo Friend et Margaret en 1962-63. Jusqu’alors, les récits shōjo sont assez traditionnels et offrent des histoires inspirantes centrées sur une héroïne ou traitant d’amour et d’amitié. Toutefois, au début des années 1970, le Groupe de l’an 24, qui a grandit en lisant l’oeuvre de Tezuka, pousse le genre encore plus loin en créant des récits très diversifiés (tant de science-fiction, de fantasy, d’aventure, ou historique) qui non seulement transforment complètement les thématiques du genre mais aussi sa forme graphique. [6]

Si le thème prépondérant demeure l’amour et les sentiments humains, les récits deviennent plus profonds et complexes, axés sur la psychologie des personnages. Cette nouvelle richesse narrative est complétée et accentuée par un graphisme qui fait éclater la forme rigide du manga traditionnel avec des cases qui ne sont plus obligatoirement carrées et alignés mais peuvent flotter sur la page et se superposer, et dont les contours se brisent, se dissolvent, s’étendent au-delà des limites de la page. Les personnages eux-même (souvent d’une beauté exagérée) ne sont plus assujetti aux limites de la case. La page devient plus lumineuses car on minimalise les décors d’arrière-plan au profit d’un répertoire de codes visuels enrichi (des symboles abstraits comme des gouttes de transpiration, des ressorts de tension, des éclairs de choc, des flammes de colère, des étincelles d’affection, etc.) où le motif floral prends une place prépondérante (l’éclosion et la chute de pétales représentent les hauts et les bas des relations amoureuses alors que les marguerites expriment la simplicité, les chrysanthèmes la sensibilité et les roses la sensualité). De cette façon, les mangakas réussissent à exprimer plus clairement l’ambiance d’une scène, les sentiments et les émotions intériorisées des personnages. [7]

CoeurDdeThomas-p437

Page 437

Moto Hagio fait ses débuts en 1969 en publiant deux histoires courtes dans Nakayoshi: Lulu to Mimi et Suteki na mahō. Ce n’est toutefois qu’en 1971, après avoir publié une vingtaine d’histoires, qu’elle se démarque avec Jūichi-gatsu no Gymnasium (lit. “Gymnase [pensionnat] en novembre”) publié dans Shōjo Comic. Ce récit est le précurseur de Thomas no shinzô. Il nous raconte que “Quand le dur et rebelle Éric arrive dans un internat allemand, il y a un camarade qu’il déteste : Thoma. Celui-ci a une ressemblance frappante avec Éric, mais est doux, délicat et idolâtré par ses camarades de classe. Lorsque Thoma meurt subitement plus tard, Éric découvre qu’ils étaient en fait des jumeaux identiques, séparés à la naissance” [8]. En 1974, Moto Hagio va reprendre ce récit en le modifiant et l’allongeant pour en faire Le Coeur de Thomas. Dans cette version, Éric arrive au pensionnat de Schlotterbertz après la mort de Thomas, et le récit se concentre sur l’effet que la ressemblance d’Éric avec Thomas a sur Juli, exacerbant sa culpabilité alors qu’il est déjà traumatisé et tourmenté par des abus physiques antérieurs. Les membres du triangle amoureux Juli / Oscar / Éric-Thomas apprendrons à se connaître, à apprécier la similitude de leur situation, et au fur et à mesure que leurs sentiments et motivations deviennent plus clair, chacun trouvera une certaine forme de sérénité. Moto Hagio offrira plus tard à ses lecteurs la suite de l’histoire (湖畔にて―エーリク 十四と半分の年の夏  / Kohan nite – Erik jūyon to hanbun no toshi no natsu / lit. “Au bord du lac – Erik, l’été de ses quatorze ans et demi” — une courte histoire illustrée, publié en 1976 dans le livre ストロベリー・フィールズ (Strawberry Fields), où Oscar rend visite à Éric alors qu’il est en vacance avec son père adoptif, Cid Schwarz, au bord du Lac de Constance) et une préquelle (訪問者 / Hōmonsha / “Le Visiteur” — publié en 1980 dans Petit Flower et qui raconte l’histoire d’Oscar avant qu’il entre au pensionnat).

BIBLIOGRAPHIE ESSENTIELLE DE MATO HAGIO

Traduits en français:

  • Le clan des Poe t.1. Akata (Coll. Héritages), janvier 2023, 14.7 x 21 cm, 19.99 € / $37.95, ISBN 978-2369748214. 14+. Un des plus grands succès de Moto Hagio au Japon. [Wikipedia]
  • Le coeur de Thomas, par Moto Hagio. Paris: Kazé (Coll. Classic), novembre 2012. 476 pages, 21 x 15 cm, $32.95, ISBN 978-2-82030-534-3.
  • Léokun. Japan Expo, 2012.
  • Moto Hagio: Anthologie. Glénat (Coll. Vintage), nov. 2013, 608 p., ISBN 9782723493444. Un ouvrage regroupant neuf histoires originalement publiées entre 1971 et 1992. Tome 1, De la rêverie: “Un rêve ivre”, “Nous sommes 11 !” (Partie 1 & 2), “Le petit flûtiste de la forêt blanche”; Tome 2, De l’humain: “La fille de l’iguane”, “Mon côté ange”, “Le pensionnat de novembre”, “Pauvre maman” et “Le coquetier”.

Traduits en anglais:

  • A, A’. Viz, October 1997, 208 p., 5.5 x 8“, $15.95 US / $21.50 Can, ISBN 978-1569312384.[Wikipedia]
  • A drunken dream and other stories. Fantagraphics, September 2010, 288 p., 7.3“ x 10.1“, $29.99 US, ISBN 9781606993774. Includes “Bianca” (1970), “Marié, Ten Years Later” (1977), “The Child Who Comes Home” (1998), “Autumn Journey” (1971), “Girl on Porch With Puppy” (1971), “Angel Mimic” (1984), “Hanshin: Half-God” (1984), “A Drunken Dream” (1980), “Iguana Girl” (1991), and “The Willow Tree” (2007). [NelliganWikipedia]
  • The Heart of Thomas. Fantagraphics, 2013. [Wikipedia]
  • Lil’ Leo. Denpa, September 2021, $23.95.
  • Otherworld Barbara, vol. 1-2. Fantagraphics, August 2016/2017, 400 p. ea., 7.4″ × 9.9”, $39.99 ea., ISBN 9781606999431 / 9781683960232. [NelliganWikipedia]
  • The Poe Clan vol. 1-2. Fantagraphics, August 2019/September 2022, 512 p./404 p., 7.4″ × 9.9”, $39.99 ea., ISBN 9781683962083 / 9781683965725. [Wikipedia]
  • They were 11, #1-4. Viz Comics (Coll. Flowers), 1995. Republished inside the anthology Four Shojo Stories, Viz, March 1996. [Wikipedia]

Oeuvres majeures encore non traduites:

Le coeur de Thomas est donc un drame psychologique qui, comme la plupart des oeuvres de Moto Hagio, nous présente des enfants qui sont les membres les plus vulnérables de la société [9] et auxquelles elle ne craint pas d’associer les émotions sexuelles et violentes de l’adolescence [10]. Il est rare de trouver dans un manga du milieu des années 1970 autant de complexité et de profondeur: au milieu de connotations religieuses on retrouve des sujets comme la famille dysfonctionnelle, les amours interdits, la réjection amoureuse, le suicide, le traumatisme causé par l’intimidation (voir même la torture et un viol collectif), le tout enveloppé dans les affres psychologiques propres à l’adolescence. Et si le style de dessin pourrait paraître un peu vieillot à certains, il représente le summum du style shōjo, avec ses traits fins et précis, ses textures et fioritures, son montage éclaté, qui soutient superbement la complexité du récit. 

Ce manga est sans conteste un chef d’oeuvre qu’il faut avoir lu. Si la dureté du sujet ou les particularités du style shōjo peuvent déplaire à certains lecteurs, c’est néanmoins un incontournable pour tout amateur de manga qui se respecte, particulièrement s’ils apprécient déjà les mangas shōjo ou l’oeuvre de Moto Hagio. De ce côté nous sommes gâté car un autre de ses chefs d’oeuvres, Le clan des Poe (une romance gothique dans un groupe de vampires), sera bientôt disponible chez Akata.

Le coeur de Thomas, par Moto Hagio. Paris: Kazé (Coll. Classic), novembre 2012. 476 pages, 21 x 15 cm, $32.95, ISBN 978-2-82030-534-3. Pour un lectorat jeune adulte (16+). stars-4-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 1975 Moto Hagio. All rights reserved.

Références:

Notes:

[1] SCHODT, Manga! Manga!, p. 102.
[2] BOUISSOU, p. 307.
[3] Idem, p. 307.
[4] SCHODT, Manga! Manga!, p. 101.
[5] GRAVET, p. 79.
[6] Idem, p. 78.
[7] Idem, p. 78-79.
[8] SCHODT, Manga! Manga!, p. 102.
[9] MASANAO, p. 400.
[10] GRAVET, p. 88.

[ Translate ]

L’Art du Manga

ArtDuManga-cov“Une présentation du monde des mangas dans laquelle l’auteur s’intéresse à leur origine, à leur évolution et à leur industrie. Il évoque également leur influence dans le monde entier, en particulier en France, ainsi que leurs liens avec l’animation, les jeux vidéo et l’art contemporain.

Savez-vous que Hokusal et les estampes sont les véritables ancêtres du manga contemporain ? Que chaque public trouve au Japon un manga adapté à son âge, son sexe, sa situation familiale ? Ou encore savez-vous que la France est le pays qui lit le plus de mangas au monde, après le Japon ? Comment se crée un manga ? Qui sont le mangaka et le tantôsha ? 

Un ouvrage accessible a tous pour découvrir l’univers du manga, les rouages de son industrie, ses origines et évolutions, et, bien sur, ses liens avec les arts contemporains. L’art du manga n’aura plus de secrets pour vous !”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Assez brièvement (avec des articles généralement de seulement deux pages), cet ouvrage fait le tour de l’histoire et de tous les aspects importants du manga. Le premier chapitre, “Le manga, miroir du Japon”, se divise en plusieurs sous-sections: Au Japon, une culture du dessin plus que millénaire (où l’on fait remonter l’origine des mangas aux rouleaux peints (emakimonos) et à Hokusai); Une brève histoire des origines du manga moderne (les premiers mangas voient le jour durant les années ’30 et amènent l’explosion des magazines de prépublication); Osamu Tezuka, le père du tous les mangakas; Jeune [kodomo] ou vieux [Seinen, Josei], garçon [shônen] ou fille [shôjo]: à chaque lecteur ses mangas; Un “Style” manga éloigné des codes européens et américains; L’industrie du manga: des périodiques aux livres; Le Weekly Shônen Jump, fleuron du manga; Comment fabrique-t-on un manga?; et Les métiers du manga (mangaka, tantôsha [responsable éditorial], assistants).

Le second chapitre, “Le manga, une culture internationale”,  inclut les sections suivantes: Comment le manga a conquis le monde (la culture manga influence la BD et le cinéma); Les célébrités du manga contemporain (Go Nagai, Leiji Matsumoto, Eiichiro Oda, Akira Toriyama, Masashi Kishimoto); Le marché du manga en France; Comment sont adaptés les mangas en français ?; Manga et japanimation : une histoire commune; Manga et jeu vidéo; Manga, japanimation, jeu vidéo : des industries en crise ?; Artistes français et japonais : des parcours croisés; et Le manga à la française. 

Le troisième et dernier chapitre, ”Le manga, reflet de la société contemporaine”, aborde les sujets suivants: Yoshihiro Tatsumi et Kazuo Kamimura : deux icônes du Gekiga; Le manga au féminin (Machiko Hasegawa, Riyoko Ikeda, le Groupe de l’an 24, Naoko Takeuchi, CLAMP, Kyoko Okazaki, Ai Yazawa, Rumiko Takahashi); Les mangas sont-ils trop violents et trop sexués ?; La culture cosplay; Japan Expo; Manga et art contemporain; et Le webtoon.

L’ouvrage se termine sur un glossaire et une bibliothèque manga idéale en 50 titres: Akira (Katsuhiro Otomo, chez Glénat), Amer Béton (Taiyo Matsumoto, chez Delcourt), Appleseed (Masamune Shirow, chez Glénat), Ashita no Joe (Asao Takamori & Tatsuya Chiba, Glénat), Au coeur de Fukushima (Kazuto Tatsuta, Kana), Ayako (Osamu Tezuka, Delcourt), Bakuman. (Tsugumi Oba & Takeshi Obata, Kana), Battle Royale (Masayuki Taguchi & Koshun Takami, Soleil), Billy Bat (Naoki Urasawa & Takashi Nagasaki, Pika), Bride Stories (Kaoru Mori, Ki-oon), Capitaine Albator Le Pirate de l’Espace (Meiji Matsumoto, Kana), City Hunter (Tsukasa Hojo, Panini), Cobra (Buichi Terasawa, Black Box), Crying Freeman (Mazuo Koike & Ryoichi Ikegami, Kabuto), Dead Dead Demon’s Dededededestruction (Inio Asano, Kana), Death Notę (Tsugumi Oba, & Takeshi Obata, Kana), Devilman (Go Nagai, Black Box), Domu, Rêves d’Enfants (Katsuhiro Otomo, Les Humanos), Dragon Ball (Akira Toriyama, Glénat), Fairy Tail (Hiro Mashima, Pika), Gantz (Hiroya Oku, Delcourt), Gen d’Hiroshima (Keiji Nakazawa, Vertige Graphic), Golgo 13 (Takao Saito, Glénat), Gon (Masashi Tanaka, Pika), Guunm (Yukito Kishiro, Glénat), Icare (Jiro Tanigushi & Moebius, Kana), La fille de la plage (Inio Asano, IMHO), L’Île Panorama (Suehiro Maruo, Casterman/Sakka), Le vagabond de Tokyo (Takashi Fukutani, Le Lézard Noir), L’Homme sans talent (Yoshiharu Tsuge, Atrabile), La plaine du Kanto (Kazuo Kamimura, Kana), La Rose de Versailles (Riyoko Ikeda, Kana), Le coeur de Thomas (Moto Hagio, Kaze), Le Sommet des Dieux (Jiro Taniguchi, Kana), Les fleurs du mal (Shuzo Oshimi, Ki-oon), Lorsque nous vivions ensemble (Kazuo Kamimura, Kana), Monster (Naoki Urasawa, Kana), Naruto (Masashi Kishimoto, Kana), Nausicaä de la vallée du vent (Hayao Miyazaki, Glénat), NonNonBa (Shigeru Mizuki, Cornelius), One Piece (Eiichiro Oda, Glénat), Opus (Satoshi Kon, IMHO), Planètes (Makoto Yukimura, Panini), Pluto (Naoki Urasawa, Kana), Quartier Lointain (Jiro Taniguchi, Casterman), Ranma ½ (Rumiko Takahashi, Glénat), Slam Dunk (Takehiko Inoue, Kana), Une vie dans les marges (Yoshihiro Tatsumi, Cornélius), Vinland Saga (Makoto Yukimura, Kurokawa) et Wet Moon (Atsushi Kaneko, Casterman).

Une référence importante à avoir et à lire.

L’Art du Manga, par Jean-Samuel Kriegk. Paris: Éditions Palette, avril 2021. 76 pages. 24 x 27.5 cm, 29,50 € / $48.95 Can,  ISBN 9782358322980. Pour un public jeune adulte (14+). stars-4-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWorldCat ]

© Éditions Palette, 2021.

[ Translate ]

Yoko Tsuno #30: Les Gémeaux de Saturne

YokoTsuno-30-cov“Khâny emmène Yoko sur Saturne pour explorer un morceau de comète qui semble contenir eau et oxygène et qui a envoyé un énigmatique message d’alerte : « Sauvez Rya. » Dans la crevasse d’où provient le SOS, les deux amies découvrent l’épave d’un « vaisseau surgelé » à l’intérieur duquel se trouve Rya, une petite créature — biologique mais génétiquement modifiée — profondément endormie et enfermée dans un sarcophage de survie. Avec Tôpy, son frère synthétique qui veille sur elle, ce sont les « gémeaux de Saturne » ! Et ils ont de lourds secrets à révéler à Yoko…

Roger Leloup a pris l’habitude d’alterner histoires dans l’espace et histoires « terrestres ». Que ce soit sur Terre ou sur Saturne, ses histoires sont toujours passionnantes et empreintes d’humanisme.”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Cette série de bande dessinée centrée sur le personnage de Yoko Tsuno (une belle ingénieur japonaise) et créée par l’artiste belge Roger Leloup est d’abord paru en une série d’histoires courtes en collaboration avec Maurice Tillieux dans le Journal de Spirou en 1970 et 1971. Dès mai 1971, Leloup poursuit, en solo, toujours dans Spirou, avec des histoires complètes. Un peu plus de cinquante ans plus tard, à quatre-vingt-huit ans, Roger Leloup nous présente le trentième récit de son héroïne.

YokoTsuno-30-p04

T. 30, p. 4

Yoko reçoit de Khâny un nouveau vaisseau en cadeau et se fait amener en balade vers Saturne, où l’équipage explore une comète et découvre un vaisseau naufragé. À bord il y a Rya (une petite vinéene génétiquement modifiée), son compagnon Tôpy (mi-biologique, mi-synthétique) et leur robot Kyps. L’équipage doit affronté du plasma intelligent qui tente de prendre le contrôle de Yoko, des complots vinéens (dont je n’ai pas trop compris la nature car il y a beaucoup de tensions et de conflits entre cette pléthore de personnages) et, bien sûr, Yoko ne peut résister à rescaper des créatures menacées pour les ajouter à sa ménagerie d’orphelins… 

Cet album est une grosse déception. Dans le volume précédant Leloup promettait pour le suivant une aventure où Yoko allait faire face à un dilemme devant des humains robotisés. Cela avait l’air excitant. Si on retrouve un peu de cette thématique dans cet album, le récit est trop confus pour fournir la moindre excitation. Encore une fois Leloup tente de faire entrer un récit de quatre-vingt-seize pages dans un album de quarante-huit! Il prend trop de raccourcis, le récit manque de fluidité, les textes et les dialogues sont pauvres, ce qui fait que le lecteur a de la difficulté à suivre l’histoire. Pire, le dessin est devenu parfois imprécis, surtout les visages des personnages secondaires — toutefois les décors demeurent encore très bien (ils sont probablement le domaine d’assistants?). Cela pose la question: Leloup deviendrait-il sénile? Serait-il temps, comme pour d’autre séries, de passer le flambeau à des créateurs plus jeunes?

Yoko Tsuno est une BD qui a marqué beaucoup ma jeunesse mais qui malheureusement ne m’apporte plus aucun plaisir… C’est vraiment dommage. À chaque nouvel album j’espère toujours que cela va s’améliorer mais, hélas!, cela empire. Serait-ce une allégorie de la vieillesse: le personnage reste jeune mais c’est la structure même du récit qui reflète la décrépitude du créateur? À lire mais à vos risques…

Yoko Tsuno 30: Les gémeaux de saturne, scénario et dessin par Roger Leloup (mise en couleur par Studio Léonardo). Paris: Dupuis, mai 2022. 48 pages, 21.8 x 30 cm, 11.90 € / C$17.95 , ISBN: 979-1-0347-5428-1. Recommandé pour public jeune (9+). stars-2-0

Voir mes commentaires sur des tomes précédents.

Pour plus d’information vous pouvez aussi consulter les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

 © Dupuis, 2022.

[ Translate ]

Yawara ! #6

Yawara-6-cov“Depuis toute petite, Yawara Inokuma a été entraînée par son grand-père Jigorô Inokuma, un champion de judo, qui voit en elle une future star de la discipline. Il a été annoncé que les JO de Barcelone accueilleraient enfin la discipline féminine dans la compétition. Jigorô rêve donc de faire de sa petite-fille la première championne olympique féminine de judo. Mais contrairement aux attentes de son aïeul, la jeune fille ne rêve que de mode, d’amour, d’idol… Bref, elle n’aspire qu’à une vie d’adolescente ordinaire, loin des entraînements et des compétitions. Mais c’est sans compter son talent inné pour le judo, que son entourage ne lui permettra pas d’oublier…!”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Yawara! (やわら!) est une oeuvre de jeunesse de l’excellent mangaka Naoki Urusawa. Elle a originalement été publié entre avril 1987 et octobre 1993 dans l’hebdomadaire seinen Big Comic Spirits, puis compilé en vingt-neuf volumes (tankōbon) chez Shōgakukan. En 1998-99, il y a eut une réédition en format plus petit (bunkoban) de dix-neuf volumes, puis une “collector edition” (Kanzenban) de vingt volumes en 2013-15. C’est cette dernière édition qui est présentement publiée en français chez Big Kana. Il y a neuf volumes de paru jusqu’à maintenant, le dixième étant annoncé pour la fin novembre 2022 et les suivants pour janvier et avril 2023. J’ai déjà commenté le premier, le second, le troisième, le quatrième et le cinquième volumes.  

Yawara-6-p004

T. 6, p. 4

Dans ce volume, Yawara participe au championnat national qui doit déterminer les candidats qui participerons aux jeux olympiques. Sayaka, qui s’est blessé à la cheville, ne peut pas affronté Yawara et c’est cette dernière qui remporte le championnat. Jigorô réussit à convaincre le président du comité olympique d’inclure le judo “toute catégorie” dans les compétitions. Ainsi, Yawara est sélectionnée pour la compétition “toute catégorie” et Sayaka pour la catégorie des moins de 48 kg. Dans les semaines qui précèdent les olympiques plusieurs athlètes viennent s’entrainer au Japon ce qui permet à Yawara de les rencontrer. Elle apprend que son père, qui a mystérieusement disparu depuis de nombreuses années, serait à  Séoul. Bientôt, la compétition des 24e jeux olympiques débute. Les adversaires de Yawara seront principalement la canadienne Jody Rockwell, la belge Berckens et la russe Tereshkova. Dans les moins de 48 kg, Sayaka perds son match contre la coréenne Kim Yeounsuk et est éliminé! Berckens, Yawara, Rockwell et Tereshkova éliminent leurs premiers adversaires sans difficulté. Et maintenant, Yawara doit affronter Berckens! C’est un volume qui offre beaucoup plus d’action qu’à l’habitude mais tout de même avec quelques interludes dramatiques ou humoristiques…

Yarawa! est  une comédie romantique de sport qui offre un beau style de manga classique et un récit à la fois captivant et amusant, parsemé de (controversés) clins-d’oeil coquins. Cela en fait une lecture agréable et distrayante. Vivement la suite!

Yawara t. 6, par Naoki Urasawa. Bruxelles: Kana (Coll. Big Kana), novembre 2021. 298 pages, B&W (22 pages en “couleurs”), 14.8 x 21 cm, 15.50 € / $C 26.95, ISBN 978-2-5050-8652-9, Pour un lectorat adolescent (12+). stars-3-0

Lire aussi mes commentaire sur les volumes précédents.

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2014 Naoki Urasawa / Studio Nuts. All right reserved. © Kana (Dargaud-Lombard) 2021 pour l’édition française.  

[ Translate ]

Blue Period #7-8

BluePeriod-7-covVol. 7

“Yatora a réussi l’exploit d’être admis au concours de Geidai du premier coup. Le cœur vibrant, plein d’attentes et d’inquiétudes à la fois, il fait ses premiers pas à l’Université des Arts de Tokyo pour goûter à sa nouvelle vie d’étudiant. Il va y faire des rencontres surprenantes, mais va également se confronter à la dure réalité des écoles d’art…”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Blue period vol. 7, par Tsubasa Yamaguchi. Vanves: Pika (Coll. Seinen), janvier 2022. 192 pages, 13.3 x 18 cm, 7 € 50 /  $12.95 Can, ISBN 9782811661014, Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-0

BluePeriod-7-p80-81

T. 7, pp. 80-81

BluePeriod-8-covVol. 8

“À peine entré à Geidai, Yatora déchante. Non seulement il se sent incompétent comparé aux autres étudiants, mais les professeurs lui font également comprendre qu’il doit commencer par oublier tout ce qu’il a appris jusqu’ici pour trouver sa propre identité artistique. Rien ne semble gagné pour Yatora, qui est aussi dépité qu’exaspéré… mais ouvert à la découverte d’autres centres d’intérêt !”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Blue period vol. 8, par Tsubasa Yamaguchi. Vanves: Pika (Coll. Seinen), mars 2022. 192 pages, 13.2 x 18.1 cm, 7 € 50 /  $12.95 Can, ISBN 9782811668068, Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-0

BluePeriod-8-p86-87

T. 8, pp. 86-87

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Blue period (ブルーピリオド / Burū Piriodo) est un manga Seinen sur la peinture écrit et illustré par Tsubasa Yamaguchi qui est sérialisé depuis juin 2017 dans Monthly Afternoon et a été compilé jusqu’à maintenant en douze volumes chez Kōdansha. La version anglaise est publiée aux USA par Kodansha (dix volumes de disponible, les suivants sortiront à la fin novembre 2022, en janvier et en mai 2023) et la version française est disponible chez Pika (le douzième volume devrait paraître à la mi-novembre 2022). Il a remporté plusieurs prix en 2020 (le Manga Taishō et le Kōdansha manga shō; nominé aussi pour le Tezuka Osamu bunka shō) et a été adapté en une série télévisée d’animation en 2021 (douze épisodes animé par le studio Seven Arcs sous la direction de Koji Masunari et Katsuya Asano, sur un scénario de Reiko Yoshida; diffusée sur MBS, TBS, AT-X et sur Netflix). J’ai déjà commenté dans un premier temps les trois premiers volumes puis les trois suivants.

Yatora est finalement accepté à l’université de Geidai mais il se rend rapidement compte que le plus difficile reste à faire. Il se fait dire que tout ce qu’il a fait jusqu’à maintenant n’était pas vraiment de l’Art. Mais qu’est-ce que de l’Art? Il a de la difficulté à réaliser les projects pour ses cours. Il est découragé et doit tout réapprendre. Toutefois il se fait de nouveaux amis à l’université qui l’aident dans sa nouvelle quête. Dans le tome huit, les étudiants des départements des beaux-arts et de musique de Geidai se regroupent en équipes pour fabriquer des mikoshi (sorte de char allégorique) et des happi (manteau traditionnel) pour un festival culturel. Le sujet qu’ils choisissent est un peu complexe. Malgré leur inexpérience (et un typhon!) réussiront-ils a terminer le mikoshi à temps pour le festival?

J’ai trouvé ces deux tomes un peu moins intéressants que les précédents. Le style de Tsubasa Yamaguchi me semble toujours plutôt ordinaire mais le fait que le récit nous amène découvrir le monde et les techniques de l’art en utilisant les codes du manga shōnen mérite tout de même de recevoir quelques éloges. Cela reste un bon manga, agréable à lire, qui intéressera surtout les amateurs d’art et de manga.

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2020 Tsubasa Yamaguchi.

[ Translate ]

Revue de ‘zines [002.022.308]

Revue de ‘zines

Je continue mon rattrapage perpétuel sur les magazines et autres ‘zines pertinents dans mon champs d’intérêt… Pour vous éviter le soucis de courir après l’information, j’en épluche donc le contenu pour vous. C’est plein de bonnes suggestions de lectures…

Animeland #237 (Janvier – Mars 2022 )

AL-237Ce numéro de 144 pages nous offre un dossier sur le film Belle de Mamoru Hosoda: on le commente, on l’analyse, on trace un portrait du réalisateur, suivi d’un entretien avec lui, avec un focus sur les grands thèmes de son oeuvre, pour finir sur des entretiens avec Yuichiro Saito (producteur) et Louane (la voix française de Belle).

On retrouve également des Reportages sur l’exposition Capcom vs. les personnages de Tezuka qui s’est tenu dans le Parco Factory du quartier d’Ikebukuro à Tokyo, sur Cartoon Forum (un marché qui réunie studios de production et acheteurs) et sur l’adaptation live du manga Les Gouttes de Dieu en une mini-série télé de huit épisodes (réalisateur: Oded Ruskin).

Dans “On a vu !” on nous présente plusieurs animations notoires: Komi ne peut pas communiquer, Ranking of Kiangs, Lupin III Part 6, Sakugan, The Heike Story, Fena Princesse Pirate, Night Head 2041, White Snake, Platinum End, Encanto, Les Lapins Crétins Invasion: Objectif Mars, Scooby-doo! Et Courage le chien froussard, Mortal Kombat Legends: Battle of the Realms.

Dans “Ça ferait un bon anime !” on nous introduit à quelques bons mangas comme Denjin N, Zombie from now on, Veil, Just not married, Léviathan, Spirit Seekers, Goodnight World, Boys of the Dead, Sous le ciel de Tokyo…, Chacun ses goûts, Golden Sheep, Kingdom of Knowledge, True Beauty, Je ne suis pas née dans le bon corps.

Le numéro se conclut sur une série de chroniques: Focus Arcane (Quand les débuts de la légende s’animent, Fortiche Prod), Fermez les Yeux (Cécile Corbel), Jeux Vidéo (Demon Slayer, Metroid Dread), Séance Studio (Studio Pierrot), Figure de Pro (Anne de Galard et Éric Garnet), Crowdfunding (Étienne Farrenq, Thomas Bardet), Trouvaille (Blindsight), Hommage (Claude Lombard), Il Était une Pub (Travel Oregon) et Humeur.

À lire pour tous fans d’anime. stars-3-5

dBD #164 (Juin 2022)

dBD-264Dans le cahier actualités on mentionne la parution chez Gallimard de l’essai par Timothy Snyder De la tyrannie: vingt leçons du XXe siècle illustré par Nora Krug, mais surtout le 70e anniversaire du personnage de Guy Lefranc, un journaliste téméraire créé par Jacques Martin pour le journal Tintin comme une sorte de pendant contemporain au Gallo-Romain Alix et que Casterman célèbre avec un nouvel album (Le Scandale Arès, par Jacques Martin, Régric & Roger Seiter), un livre sur les voitures dans les aventures de Lefranc (Les Voitures de Lefranc par Xavier Chimits) et deux expositions dans la ville de Molsheim (Bas-Rhin).

À la une de ce numéro on retrouve une entrevue avec Émile Bravo au sujet de la quatrième et dernière partie de L’Espoir malgré tout qui, avec Le Journal d’un ingénu, reprend le personnage de Spirou (créé par Rob-Vel et reprit notamment par Franquin), mais cette fois pour un public adulte, pour former un diptyque de trois-cent pages (publié chez Dupuis). Les entrevues se poursuivent avec Joseph Callioni (sur Venera, aux Éditions Atrabile), Anne Simon (sur L’Institut des benjamines, aux Éditions Misma), Alicia Jaraba Abellán (sur Celle qui parle, aux Éditions Grand Angle), Maël Nonet (sur la collaboration de sa maison d’Édition et le festival HellFest fondé par Benjamin Barbaud, pour la création de l’album Hellfest Metal Vortex par Jorge Bernstein, Fabrice Hodecent & Pixel Vengeur, chez Éd. Rouquemoute), Juan Manuel Tumburus (sur Les Yeux perdus, avec Diego Agrimbau, aux Éditions Dargaud) ainsi qu’avec Yan Le Gat et Pierre Fouillet (sur le troisième et dernier volet de Allons z’enfants, aux Éditions Sarbacane). 

Dans le Cahier Critique je note Le Prince Alchimiste T.1 par Tsukiyo Rui & S. Kosugi chez Doki-Doki (Super!; “plaisant, rythmé et suffisamment intriguant (…); détourne en partie les codes de la fantasy, pour mieux les réinterpréter et en offrant des développements scénaristiques prometteurs.”), Nourrir L’Humanité par Sylvain Runberg & Miki Montllò, d’après Liu Cixin chez Delcourt (Super !; “un thriller fantastique (…) l’écrivain de SF chinois propose sa propre variation sur le moyen d’en finir avec la pauvreté”), et Violence Action T.1 par Shin Sawada & Renji Asai chez Pika (Super!; “ce premier tome (…) brille par son ironie communicative”). Finalement, avec “Le Territoire des Mangas”, on nous présente sur deux pages les nouveautés de ce genre: une édition remise à jour du Mille ans de mangas de Brigitte Koyama-Richard chez Flammarion, Isekai Gourmet T.1: Magical Table Cloth par Tomohiro Shimomura & Sato Tsukishima chez Soleil, Heterogenia Linguistico T.1 par Salt Seno chez Nobi-Nobi, Heaven’s Design Team par Tsuta Suzuki & Tarako chez Pika, Cruella: Période Noire, Blanche et Rouge par Hachi Ishie chez Nobi Nobi/Disney, Dress of Illusional Monster T.1 par Takashi Wada chez Soleil, Josée, le Tigre et les Poissons T.1 par Seiko Tanabe & Nao Emoto chez Delcourt/Moonlight, The Elusive Samurai T.1-2 par Yusei Matsui chez Kana, et Primal Gods in Ancient Times T.1 par Kenji Tsurubushi chez Vega/Dupuis. On en profite pour signaler le décès de Motoo Abiko qui composait, avec Hiroshi Fujimoto, le duo derrière Fujiko Fujio (Ninja Hattori-kun, Q-Taro, Doraemon).

Une lecture indispensable pour se tenir au courant des nouveautés en BD. stars-3-5

[ Translate ]

Festival Végane de Montréal 2022

FestivalVeganeMtl22

Au début du mois je suis allé faire un tour au 9e Festival Végane de Montréal qui se tenait les 8 et 9 octobre au Palais des Congrès. J’en ai déjà parlé à quelques reprises sur le blog. Si je ne partage pas les idées politiques et les positions extrêmes du véganisme (je suis plus pour le flexitarisme), j’appuis totalement leurs idées contre la cruauté animale, pour une alimentation santé, une meilleure protection de l’environnement et une agriculture bio et organique. Ce festival est l’occasion idéale de découvrir les nouvelles tendances dans le domaine… Malheureusement, COVID oblige, cette année il y avait beaucoup moins d’exposants (un peu moins de quatre-vingt-dix), ce qui fait que les organisateurs ont été obligé de charger un prix d’entrée ($9 par jour, $15 pour les deux jours) pour être capable de tenir le festival.

J’ai fait le tour de la salle d’exposition très rapidement et je n’ai rien vu de bien nouveau ou d’extraordinaire… 

J’ai ignoré les exposants qui offraient des services ou des produits domestiques (comme des cosmétiques ou des montures de lunettes en bois) mais par contre je note Bego Vegan Label qui offre des chaussures et accessoires faits de cuir d’ananas, de raisins et de caoutchouc recyclé.

Il y a également de nombreux kiosques sur la protection des droits animaux auxquels je ne porte que peu d’attention (je suis d’accord avec le concept mais malheureusement je trouve qu’ils vont souvent trop loin…). L’un d’eux a toutefois attiré mon attention: ÉcureuilLand, un refuge consacré à trouver des familles d’accueil aux bébés écureuils orphelins ou blessés en attendant qu’ils puissent être retourné à la nature. 

Plusieurs exposants offrent des produits véganes variés comme Nature Zen ou Vibe Foods, ou des service de traiteurs véganes: Aliments Green Brothers, Les Filles Fattoush, PūrePrep, Sham Vegan (définitivement pas le nom que j’aurais choisi pour une compagnie!), et certains se concentrent sur un produit en particulier: le caramel (Les Délices MelGood), le chocolat (Hazelle Chocolat Noir), ou le quinoa (Gogo Quinoa).

Les classiques dans les produits véganes sont les substituts de viandes (étrangement je n’ai pas vu beaucoup de kiosques qui y étaient consacrés mais Gusta était toujours là) et les Faux-mages. Pour ces derniers, je note surtout  ZenGarry (qui produit entre autre un faux-mage de noix de cajou vieillie à la bière!) et le très connu Rawesome (fromage à la crème, gâteau au fromage, crème glacée, tous à base de cajou). Chose surprenante c’est rendu tellement populaire que l’on trouve des produits commerciaux comme Boursin ou Babybel avec des variétés végétaliennes! L’avantage avec ce genre de produit c’est qu’ils sont sans lactose et sans gluten. Toutefois, si vous n’avez aucune intolérance et que vous appréciez un bon fromage, ces produits sont totalement sans intérêt…

Finalement, je n’ai trouvé que trois produits plutôt originaux:

  • Une alternative de saumon fumée à base de cinq ingrédients simples (carottes, huile d’olive, vinaigre de cidre de pomme, sel de mer, arôme naturel de fumée) servie avec fromage à la crème végétalien sur un craquelin de riz brun et quinoa. J’ai pas trouvé ça plus bon qu’y faut. C’est produit par une compagnie appelée by2048 qui se donne pour mission de créer des alternatives délicieuses aux fruits de mer à base de plantes afin de protéger nos océans qui, selon certaines prédictions, seront à court de poissons d’ici 2048. Un objectif très louable.
IMG_3407

Reina Sakao

  • Les 400 pieds de champignon est une ferme de champignon urbaine à Montréal et une boutique qui vend des trousse de culture de champignon (des blocs pré-ensemencés) et prodigue des conseils. Ils offrent une dizaine de variétés différentes et des produits dérivés (sauces, marinades, champignons séchés, etc.). Fascinant.
  • L’Entreprise Sakao est issue d’une tradition familiale pluricentenaire dédiée à la culture et à la commercialisation du thé. Elle offre du thé en feuille, des accessoires, des ateliers de matcha, et des cérémonies du thé. Plutôt intéressant.

J’ai également assisté à deux conférences. 

La première, le 9 octobre à 14h, était “Afro-Veganism in Canada” donné par Joe G. Thomas, fondateur des Black Vegans of Toronto et auteur du livre Let Food Be Your Medicine Today; Live Healthy and Strong on Plant-Based Whole Foods. Je dois avouer qu’à prime abord j’ai trouvé le concept d’afro-véganisme plutôt ridicule mais dès le début de sa conférence j’ai compris à quoi il faisait allusion et j’ai acquiescé. Il a commencé par mentionner que durant la pandémie de COVID-19 le taux de mortalité était beaucoup plus élevé au sein des populations noires américaines. Si l’on met de côté les causes socio-économiques (qui ne sont pas pertinentes ici), il est évident qu’une alimentation pauvre cause à cette population des problèmes de santé comme l’obésité, le cholestérol et le diabète qui les a rendu très vulnérables à l’épidémie. C’est une situation qui est difficile de combattre à cause des déserts alimentaires, du lobby des grosses industries (McDonald, Burger King, Coke, Pepsi, etc.) et des faibles moyens économiques de ces populations. M. Thomas s’est exclamé “Je me fout de la politique du véganisme. Ici il y a des gens qui meurent et l’on doit trouver des solutions.” Il a alors longuement expliqué son cheminement et comment il s’est efforcé d’adapter des recettes des Caraïbes pour les rendent véganes afin de convaincre les afro-américains d’adopter une diète plus saine. Il a conclu en disant “Mes frères, la meilleure façon d’honorer nos ancêtres c’est de mener une vie saine et longue.” Voici un bref extrait (1 min.) de la conférence: 

La deuxième conférence à laquelle j’ai assisté, le 9 octobre à 15h15, était “Veganic Growing, Homesteading and Farming” donné par Jimmy Videle. Celui-ci est un agriculteur biologique américain, activiste et consultant qui s’est installé au Québec et a démarré avec sa femme, Mélanie Bernier, une ferme maraîchère végétalienne et une entreprise semencière artisanale, La Ferme de l’Aube (site internet, page FB) située à Boileau. Il est l’un des grand défenseur de l’agriculture végane en Amérique du Nord et ses propos son extrêmement intéressant. On peut en apprendre plus sur lui et sur l’agriculture végane sur sa page Facebook et son réseau Youtube. Au début de l’année prochaine il va publié un livre: The Veganic Grower’s Handbook: Cultivating Fruits, Vegetables and Herbs from Urban Backyards to Rural Farmyard, chez Lantern Publishing and Media, disponible en février 2013. Voici le video de sa conférence (52 min.):

 

[ Translate ]