Empire

Empire-cov“En suivant l’itinéraire d’une pièce de monnaie à l’effigie de l’empereur Trajan, nous sillonnons tout l’Empire romain à l’époque de son extension maximale et découvrons toutes les couches de la société au travers de ses propriétaires successifs : un véritable docufiction sur papier qui rend l’Histoire plus passionnante qu’un roman et s’est vendu à 200 000 exemplaires en Italie.

Romancées et émaillées d’exemples savoureux, voici la vie et les aventures d’une… pièce de monnaie romaine du IIe siècle de notre ère, de sa fonderie d’origine jusqu’à son retour du sud de l’Inde ! En l’espace de trois années, ce sesterce en bronze va parcourir l’Empire romain d’un seul tenant, et nous faire découvrir le modèle économique de ce qui fut et reste la base de nos racines européennes. On découvre (ou redécouvre) que l’Empire Romain a conquis de nouveaux territoires et leurs populations par le glaive mais tout autant par la soie : qui devient citoyen romain accède à un univers lui donnant une armée le protégeant, des lois, des routes, des bains publics, une monnaie reconnue et acceptée dans le monde romain et au-delà, un État gérant les ressources servant à créer les pièces en bronze, en or, en cuivre – c’est la mondialisation avant l’heure ! Un confort pour celui qui décide de partir à la conquête de sa richesse personnelle… mais aussi un enfer pour celui qui n’est pas au bon bout de la pyramide sociale, écrasé par le règne absolu de la puissance par l’argent. Entre un esclave et l’empereur, c’est une liste de mots qui sépare : népotisme, cupidité, clientélisme. Ou parfois rapproche : mansuétude, altruisme, désintéressement. Avec toute sa cohérence et toutes ses inégalités, l’Empire Romain se révèle étonnamment contemporain !”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Publié en Italie en 2010 (sous le titre Impero:Viaggio nell’impero di Roma seguendo una moneta), cet essai de l’anthropologue Alberto Angela me rappel beaucoup La vie quotidienne à Rome à l’apogée de l’Empire de Jérôme Carcopino (publié chez Hachette en 1939 et toujours disponible au Livre de Poche) mais enrobé dans une histoire romancée. D’ailleurs, ce livre s’insère dans une trilogie de l’auteur sur l’Empire Romain: il fait suite à Une Journée dans la Rome Antique (Una giornata nell’antica Roma. Vita quotidiana, segreti e curiosità, publié en 2007 [ Goodreads • Nelligan ]) et est complété par Amour et sexe dans la Rome antique (Amore e sesso nell’antica Roma, publié en 2012). L’ouvrage a également été traduit en anglais (The Reach of Rome, New York: Rizzoli Ex Libris, 2013, ISBN 978-0-8478-4128-8). Une collègue des bibliothèques m’a dit que ma chronique hebdomadaire sur la monnaie ancienne lui rappelait cet ouvrage et elle me l’a chaudement recommandé.

Empire nous raconte les différents aspects de la vie quotidienne à l’époque de Trajan mais, au lieu de s’attarder seulement sur la ville de Rome, il nous fait voyager à travers tout l’Empire à la suite d’un sesterce, qui passera de main en main. Les personnages, les lieux et les événements de ce récit sont véridiques et ont été tiré des sources anciennes (Martial, Juvénal, Ovide, Pline l’Ancien et le Jeune, Dion Cassius, Flavius Josèphe, etc.), épigraphiques (stèles funéraires, graffiti et autres inscriptions) ou même archéologiques. L’histoire débute à Rome dans l’atelier monétaire où le sesterce est frappé. Puis les pièces fraîchement frappées sont livrées aux quatre coins de l’Empire (capitales régionales, villes commerciales, forts de l’armée, etc.) par un escadron de cavalerie appelé turme qui amène notre sesterce d’abord à Londinium, puis au fort frontalier de Vindolanda. Aux thermes, la pièce change de propriétaire et passe dans le main d’un marchand de vin qui l’amène à Lutèce, puis à Augusta Treverorum. Un centurion l’amène ensuite sur le champs de bataille en Germanie. Et un marchand d’ambre l’amène à Mediolanum. Puis un soldat l’amène à Modena, où il passe à un esclave qui se rend à Rimini, puis il est de retour à Rome où il passe à un prétorien, et ensuite à un vieil homme qui va faire des paris sur les courses de chars au Circus Maximus. Et ainsi de suite… Il passe par le port d’Ostie, va à une mine d’or en Hispanie, est amené par un marchand de garum à Massilia, puis à un banquet à Baïes, traverse la Méditerranée jusqu’à Carthage, puis Thamugadi, Leptis Magna, Alexandrie, Thèbes, le port de Bérénice sur la mer Rouge vers un comptoir commercial en Inde appelé Muziris. Finalement, il revient à Charax en Mésopotamie, passant par Antioche, Ephèse et Athènes pour revenir à Rome et être enterré avec un défunt… pour être découvert par une archéologue près de deux mille ans plus tard! Quel périple!

J’ai déjà parlé dans ma chronique de numismatique d’un denier de Trajan. J’ai toutefois aussi un as, un dupondius et un sesterce de cet empereur et je vous en parlerai très bientôt. Je me suis souvent moi-même demandé en manipulant mes pièces de monnaie romaine par combien de mains et de gens différents elles avaient bien pu passer. Cet ouvrage nous en donne une idée. Aussi, on me demande souvent ce que valait un sesterce dans la vie de tout les jours des romains. L’auteur de cet ouvrage mentionne qu’un sesterce valait environ deux Euros (2€) c’est à dire environ $2.60 canadien (ou $2 US). Probablement de quoi s’acheter une grosse miche de pain. Toutefois, le sesterce de ce livre m’aura permis de faire le tour du monde romain…

À travers ce voyage du sesterce l’auteur raconte de nombreux anecdotes et parle d’à peu près tous les aspects de la vie et de la culture romaine au début du IIe siècle. C’est un ouvrage fascinant et très riche en informations mais qui demeure une lecture abordable et agréable qui diverti tant l’érudit que le profane. Je l’ai trouvé très intéressant et je suis sûr que tout amateur d’histoire en fera autant. Je vous le recommande donc à mon tour.

Empire: Une fabuleux voyage chez les Romains avec un sesterce en poche, par Alberto Angela. Paris: Éditions Payot & Rivages, avril 2016. 462 pages, 20.5 x 14 cm, prix, ISBN 9782228915397. Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Arnoldo Mondadori, Editore S.p.A., Milan, 2010 • Éditions Payot & Rivages, Paris, 2016, pour la traduction française.

Monnaies anciennes 105

Pièces modernes d’autres pays (3)

La France

La France a une histoire nationale assez complexe que nous ne ferons qu’effleurer en abordant sa monnaie. Comme nous l’avons vu en discutant les pièces médiévales et de la “Renaissance”, l’unité monétaire utilisée en France sous l’Ancien Régime était la livre (un système complexe qui a évolué de la livre Parisi à la livre tournois et qui se divisait en sous [1/20e] et en deniers [1/240e]). Au Moyen-Âge, entre 1361 et 1364, le franc fait une première apparition sous le règne de Charles V pour désigner un écu d’or (appelé le franc à cheval car le roi y était représenté sur un destrier). Quelques années plus tard, entre 1365 et 1575, il fait frapper un autre franc d’or, le franc à pied (où le roi est représenté à pied sous un dais), qui équivaut plus ou moins à un florin. Dans les régimes subséquents, de 1575 à 1643, on frappe une nouvelle pièce, le franc d’argent (il remplace le teston et se subdivise en demi et quart de franc), qui deviendra, avec la réforme monétaire de Louis XIII, le Louis d’argent (aussi appelé écu blanc). Toutefois, ces différentes incarnations du francs ne sont jamais plus que la livre sous un autre nom.

Le franc ne devient l’unité monétaire officielle de la France (franc français, FF) qu’avec la Révolution alors que le pays adopte le système décimale (loi du 18 germinal an III) en 1795. Le franc se divise maintenant en cent centimes mais il reste l’équivalant de la livre tournois. Ce n’est qu’en 1800, avec la création de la Banque de France, que le franc prend vraiment une identité propre: le Franc Germinal ou Franc-or (1803-1928). On démonétise les vieilles dénominations, renoue avec le bimétallisme et imprime des billets de banque. Le XXe siècle amène son lot de crises qui déstabilisent la monnaie. Suite à la Première Guerre mondiale et à une importante inflation, le franc ne peut plus être basé sur l’or et on adopte des taux de change flottant avec le “Franc Poincaré” (dit l’ancien franc) en 1928. Toutefois, sous la Cinquième République, plusieurs dévaluations subséquentes (dues à la Dépression et la seconde guerre mondiale) imposent une nouvelle réforme monétaire en 1959 avec le “Franc Pinay” (dit “Franc lourd”). Un “Nouveau Franc” (NF) équivaut à cent anciens francs. Cette nouvelle monnaie aura cours jusqu’en 2002, alors qu’elle sera remplacée par l’Euro.

Je vous présente ici mes deux plus anciennes pièces de monnaie de la France moderne…

IMG_3029-3034Le premier spécimen est une assez belle pièce de cinq centimes frappée en 1863 sous Napoléon III (G [Good], Ae [Bronze], 25 mm, 5 g, axe: ↑↓). L’avers présente une tête de l’Empereur à gauche, laurée et barbue, dans une cercle de pointillés, entourée de l’inscription française NAPOLÉON III EMPEREUR (encadrée par une ancre couchée sur le côté [⚓︎] à gauche et d’une croix [✠] à droite — ces pictogrammes semblent avoir de nombreuses variantes) et 1863 en exergue. Sous la tête on note l’inscription BARRE qui est la signature du graveur Désiré-Albert Barre. Le revers illustre une aigle impériale (ailes déployées, la tête tournée à droite, tenant dans ses serres un foudre) dans un cercle de pointillés, entouré de l’inscription française EMPIRE FRANÇAIS (en haut) et ★ CINQ CENTIMES   (en bas). On note en-dessous de l’aigle un double B (en partie superposé) qui est une marque d’atelier pour Strasbourg.

Il est intéressant de constater que le pictogramme à gauche de l’inscription de l’avers semble associé au graveur (soit Jacques-Jean Barre [un chien] de 1843 à 1855, soit son fils Désiré-Albert Barre [une ancre] de 1855 à 1878), alors que celui de droite serait associé à l’atelier monétaire (les portraits à tête nue ont été frappé à Paris [A / une main pointant de l’index], Rouen [B / un pic et un marteau croisés], Strasbourg [BB / une abeille], Lyon [D / un lion], Bordeaux [K / une feuille de vigne], Marseille [MA / un coquillage] et Lille [W / une lampe], alors que les portraits laurés ont été frappé seulement à Paris [A / une abeille], Strasbourg [BB / une croix] et Bordeaux [K / un marteau]). 

Napoléon III est, quant à lui, un personnage assez intéressant. Né Louis-Napoléon Bonaparte en avril 1808, il est le fils du roi de Hollande Louis Bonaparte (frère de Napoléon Bonaparte) et de Hortense de Beauharnais (fille de Joséphine de Beauharnais et de son premier mari, le vicomte Alexandre de Beauharnais) ce qui en fait à la fois le neveu de Napoléon et le petit-fils de l’Impératrice Joséphine! Il n’est donc pas surprenant qu’il ait voulu faire valoir cette double ascendance impériale. Toutefois, après deux tentatives de coup d’état avortées (à Strasbourg en 1836 et à Boulogne-sur-Mer en 1840), il choisit une voie vers le pouvoir plus légitime. Emprisonné six ans, il s’évade en 1846 vers Londres mais, profitant de la révolution de 1848 (la troisième!), il se fait élire à l’Assemblée nationale constituante dans quatre départements et présente sa candidature aux présidentielles. Ses adversaires sont, entre autres, Cavaignac, Lamartine et Raspail. Grâce à un support paysan et à une opposition divisée, il reçoit 74% des voix et est élu le premier président de la Seconde République. Il tente des réformes constitutionnelles (notamment pour se permettre un deuxième mandat) mais se retrouve constamment en confrontation avec les députés de l’Assemblée nationale. Ainsi, le 2 décembre 1851 (anniversaire du Sacre de Napoléon et de la victoire d’Austerlitz), il réalise un coup d’état et se proclame Empereur des Français! Le Second Empire dure dix-sept ans. Il prend fin durant la guerre Franco-Allemande avec la défaite de Sedan (1er septembre 1870) où Napoléon III est capturé. En septembre 1870 un gouvernement provisoire est formé et ce sera le début de la Troisième République. Napoléon III s’exile en Angleterre mais meurt en janvier 1873 des suites d’une lithiase vésicale.

Sources: Wikipedia (Franc [FR/EN], Franc français [FR/EN], le Franc sous le Second Empire, Napoléon III [FR/EN]), Google, CGB, CoinArchives, coinect, numista, vcoins.

IMG_3037-3041Le deuxième spécimen est une très belle pièce de cinq centimes de la IIIe République (VF/G [Very Fine / Good], Ae [Bronze: 95% Cu, 4% Sn, 1% Zn], 25 mm, 5 g, axe: ↑↓). L’avers présente une tête de la République à gauche en Cérès, déesse des moissons, portant un collier de perles, un double chignon et une couronne composite de blé, fleurs, olivier et olives, chêne et glands, nouée par un ruban descendant sur le cou et passant sur le front où est inscrit le mot CONCOR; sous la tranche du cou l’inscription OUDINÉ (signature du graveur Eugène-André Oudiné), le tout dans un grènetis (cercle de pointillés), entouré de l’inscription française ★ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ★ avec 1872 en exergue. Le revers illustre une couronne ouverte nouée par un ruban à sa base, formée de deux branches d’olivier, entouré de l’inscription française ★ LIBERTÉÉGALITÉFRATERNITÉ (la devise de la République Française), ayant en son centre l’inscription (sur deux lignes) 5 / CENTIMES avec, en-dessous, un petit A (marque d’atelier de Paris) flanqué de deux pictogrammes (les “différents” qui sont des marques de séquences liées au graveur et/ou à l’atelier): une abeille à gauche et une ancre couchée sur le côté à droite.

Malheureusement, si l’avers est en très bonne condition (à part une petite tache de vert-de-gris sur le haut et le manque de détails de la couronne d’épis et du bandeau), le revers comporte beaucoup plus d’usure qui oblitère complètement la valeur de la pièce. Par contre, nous savons que la pièce de cinq centimes a un diamètre de 25 mm et pèse 5 g alors que la pièce de dix centimes, elle, a une diamètre de 30 mm et un poids de 10 g. Il s’agit donc ici clairement d’une pièce de cinq centimes. Les “différents” sont également difficiles à distinguer mais en sachant que les exemples observés de “A” du début des années 1870 comportent une abeille (possiblement en association avec l’atelier de Paris) et une ancre (le pictogramme du graveur Désiré-Albert Barre qui aurait donc été le graveur du revers?), les formes floues qui entoure le “A” prennent du sens. Pour le “A” il existe deux variantes: le grand “A” (plus grand que les “différents”) et le petit “A” (même taille que les “différents”) — ici il s’agit d’un petit “A”. Les petites dénominations avec le type “Cérès” ont été frappé en pièces de un, deux, cinq, dix, cinquante centimes, un et deux francs entre 1870 et 1898 (quoi que le cinq centimes n’a pas eut d’émission en 1870 et en 1895). La pièce de cinq centimes a surtout été frappé à Paris (A) sauf entre 1871 et 1878 où elle a également été frappé à Bordeaux (K).

La IIIe République est proclamée le 4 septembre 1870. Elle débute avec un gouvernement de la Défense nationale dirigé par le général Trochu mais dès février 1871 une nouvelle Assemblée Nationale est élue et Adolphe Thiers est choisi comme chef du pouvoir exécutif (Président) — il démissionnera en mai 1873 pour être remplacé par Patrice de Mac Mahon. La priorité est d’abord de conclure un accord de paix avec l’Allemagne (dont le chancelier est Otto von Bismarck). Comme l’Assemblée Nationale est composé d’une majorité de Monarchistes (62% — dont 214 orléanistes et 182 légitimistes — contre 35% de Républicains [112 de Gauche, 72 de Centre-Gauche/Libéraux et 38 radicaux de l’Union Républicaine] et 3% de bonapartistes) la tendance est d’abord vers une nouvelle Restauration. Toutefois, aux Législatives suivantes, les Républicains sont majoritaires et la République est de nouveau sur le droit chemin. Malgré quelques problèmes (les communes insurrectionnelles de 1870-71, la crise Institutionnelle de 1877, et l’affaire Dreyfus), la IIIe Républiques est marquée par une nouvelle expansion coloniale ainsi que plusieurs réformes constitutionnelles (lois de 1875) et sociales (liberté de presse en 1881, légalisation des syndicats en 1884, laïcité en 1905 et instauration de l’impôt sur le revenu en 1914). Elle prendra fin en juillet 1940 avec le régime de Vichy dirigé par le maréchal Philippe Pétain. 

Sources: Wikipedia (Franc [FR/EN], Franc français [FR/EN], le Franc sous les IIIe et IVe Républiques, la IIIe République [FR/EN]), Google, acbon, AllYourCoins, BourseDuCollectionneur, CoinArchives, CollecOnline, eBay, NumisCorner, numista.

La semaine prochaine je vous présente une pièce de monnaie moderne Russe !

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.022.243]

Tulipa Salmon Prince

[ Nikon D3300, Ottawa Tulip Festival, 2022/05/14 ]

Les tulipes sont des plantes herbacées à fleurs qui appartiennent à la classe des Liliopsida (ou Lilianae selon l’APG III), à l’ordre des Liliales, à la famille des Liliaceae et au genre tulipa. Ce dernier regroupe plus d’une centaine d’espèces auxquelles s’ajoute une grande variété de cultivars et d’hybrides qui sont classés en quinze divisions (Simples hâtives, Double hâtives, Triomphe, Darwin hybrides, Simples tardives, Fleur de lis, Frangées, Viridiflora, Rembrandt, Perroquet, Double tardives, etc.). La plupart des tulipes cultivées appartiennent à l’espèce hybride Tulipa × gesneriana (tulipe de jardin). C’est une plante vivace bulbeuse qui produit une fleur unique qui pousse au bout d’une longue tige, entourée de feuilles basales en forme de lanières. La fleur a généralement la forme d’une coupe, offre une très grande variété de couleurs, et est composé de trois pétales et trois sépales, avec un pistil central entouré de six étamines. Le nom proviendrait du turc tülbend qui signifie “plante-turban”.

La tulipe “Salmon Prince” appartient à la division Simples hâtives. Les tulipes de ce groupe sont les plus anciennes en culture. Elles ont une forme classique de gobelet et fleurissent entre le début et le milieu du printemps (mars et avril). Leurs tiges plus courtes (de trente à quarante-cinq centimètres) et plus fortes les rendent plus résistantes et la floraison précoce assure des fleurs plus durables. Ce qui caractérise particulièrement la “Salmon Prince”, outre son doux parfum, ce sont ses couleurs coucher de soleil qui offrent un étonnant éventail de roses (rose clair, rose saumon ou rose profond), de pêches (ou apricot) et de jaunes doux (orangé ou crémeux) qui changent à mesure que la fleur mûrit. Elle est parfaite en fleurs coupées. Comme la plupart des tulipes elle est une allergène cutané et nocive en cas d’ingestion. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles).

[ Translate ]

Image du chat-medi [002.022.239]

Chaton mort sur la route
Stray kitten hit by a car

IMG_2968

[ iPhone 13 Pro, VSP, 2022/08/20 ]

Un couple de chats errants a trouvé refuge dans la broussaille de mon jardin avec ses deux chatons. L’un des chatons a été adopté par une voisine mais l’autre s’est retrouvé victime de la route. Cela a beau être un quartier résidentiel bordant le Parc Frédéric-Back, peu de voitures respectent la limite de vitesse de 30 km/h. Malgré plusieurs demandes de citoyens inquiets pour leur enfants ou leurs animaux domestiques, la ville semble refuser d’installer des dos d’ânes pour forcer la circulation à ralentir. L’un de mes chats a lui-même été frappé par une voiture un peu plus tôt cet été et cela devant mes propres yeux. Le chauffeur ne s’est pas arrêté (et ne s’est même probablement aperçu de rien)! Heureusement Félix a seulement été un peu sonné et a continué son chemin pour aller jouer dans le parc. Il s’en est tiré à bon compte ce qui ne fut malheureusement pas le cas de ce chaton qui a maintenant rejoint le paradis des chats… [Cat-urday’s picture / 002.022.239]

[ Translate ]

Monnaies anciennes 104

Pièces modernes d’autres pays (2)

La Belgique

La Belgique en tant que territoire distinct a pris forme avec la province romaine de Gaule Belgique, située entre la Germanie Inférieure à l’est et la Gaule lyonnaise à l’ouest, qui incluait plus ou moins ce qui est aujourd’hui le Bénélux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg). À l’époque carolingienne, après que l’Empire de Charlemagne ait été divisé entre ses trois petits-fils en 843 EC, elle fait partie de la Lotharingie (qui incluait également l’Italie). Au Moyen-Âge, sous les ducs de Bourgogne, elle fait partie des Dix-sept Provinces mais ces dernières passent sous l’égide espagnole avec Charles Quint, pour être finalement scindées en deux suite à la guerre de Quatre-Vingts Ans et au traité d’Anvers de 1609 pour former les Provinces-Unies au nord (Belgica Foederata, les Pays-Bas indépendants) et les Pays-Bas méridionaux au sud (Belgica Regia, la Belgique, qui demeure un territoire du Saint-Empire romain germanique).

Toutefois, après la chute de l’Empire napoléonien, elles sont réunies à nouveau en 1815 par le traité de Vienne pour reformer l’ancien Leo Belgicus (nommé ainsi car le territoire sur une carte géographique représente plus ou moins la silhouette d’un lion) sous le nom de Royaume uni des Pays-Bas. Cette fois ce sont les différentes factions dopposition Belges qui s’unissent (d’où la devise “L’Union fait la Force”) et se révoltent contre cette imposition en 1830. La Belgique acquiert donc son indépendance l’année suivante mais se dote néanmoins d’une monarchie constitutionnelle: le Royaume de Belgique. Comme monarque on choisit Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha (un oncle de la reine Victoria) qui règnera sous le nom de Léopold Ier, roi des Belges. Dès lors, la Belgique peut frapper sa propre monnaie: le Franc belge (qui aura cours jusqu’à l’introduction de l’Euro en 2002). Celui-ci se divise en cent centimes avec des pièces de monnaie de un, deux, cinq, dix, vingt, vingt-cinq et cinquante centimes. Je vous en présente ici deux exemples.

IMG_2991-2994Le premier exemple est une très belle pièce de cinq centimes de Léopold 1er datant de 1862 (F [Fine], Cupronickel [75 % Cu et 25 % Ni], 19 mm, 3 g, axe: ↑↓). J’ai peine à distinguer l’avers du revers sur cette pièce. Normalement, l’avers (face) offre le portrait du monarque avec sa titulature, alors que le revers (pile) offre une représentation allégorique ou une devise avec la dénomination (valeur nominale) et la date d’émission. Or, ici tout est mélangé alors que la valeur se retrouve avec la nomenclature et l’attribution de l’avers change selon les experts. L’ “avers” présente la valeur nominale de la pièce sur deux lignes (5  / CENTIMES — centimes étant inscrit dans une cartouche pointé — dans un cercle rempli de pointillés) au-dessus d’une étoile (☆) avec l’inscription française (débutant par un fleuron) ❁ LEOPOLD PREMIER ROI DES BELGES. Le “revers” illustre un lion rampant héraldique vers la gauche (également dans un cercle rempli de pointillés) avec l’inscription française (encadrée par deux étoiles) ★ L’UNION FAIT LA FORCE ★ et 1862 en exergue. On note sous le lion une petite cartouche inscrite BRAEMT, qui est la signature du graveur Joseph-Pierre Braemt. 

Sources: Wikipedia, Google, CGB, numista.

IMG_2987-2988Le deuxième exemple est une belle pièce de deux centimes de Léopold II datant de 1873 (VG [Very Good], Cu [Cuivre 100%], 21.5 mm, 4 g, axe: ↑↓). L’avers présente le monogramme du roi (un grand “L” en cursive chargé de fioritures et surmonté d’une couronne héraldique d’où pendent des rubans de part et d’autre) entouré de l’inscription française LEOPOLD II ROI DES BELGES (suivie d’une étoile) ★ et 1873 en exergue. Le revers illustre un lion belge assis à gauche, la tête tournée à droite, posant la patte avant droite sur une double tablette inscrite (sur quatre lignes) “CONSTITUTION / BELGE / 1831 / ★”, entouré de l’inscription française L’UNION FAIT LA FORCE et 2 CENT.s (abréviation de “centimes”; le point et le “s” sont superposés) en exergue. Dessous la valeur nominale, on retrouve l’inscription BRAEMT F[ecit] (latin pour “fait par Braemt”) qui est la signature du graveur Joseph-Pierre Braemt. 

À partir de 1902, le néerlandais étant maintenant reconnu comme langue officielle, cette pièce sera frappée en deux versions: l’une en français (comme ci-haut) et l’autre en néerlandais (LEOPOLD II KONING DER BELGEN ★★ sur l’avers et EENDRACHT MAAKT MACHT sur le revers).

Sources: Wikipedia, Google, CGB, CoinBrothers, numista.

La semaine prochaine je vous présente quelques pièces de monnaie moderne de la France…

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.022.236]

Tulipa Queensday

[ Nikon D3300, Ottawa Tulip Festival, 2022/05/14 ]

Les tulipes sont des plantes herbacées à fleurs qui appartiennent à la classe des Liliopsida (ou Lilianae selon l’APG III), à l’ordre des Liliales, à la famille des Liliaceae et au genre tulipa. Ce dernier regroupe plus d’une centaine d’espèces auxquelles s’ajoute une grande variété de cultivars et d’hybrides qui sont classés en quinze divisions (Simples hâtives, Double hâtives, Triomphe, Darwin hybrides, Simples tardives, Fleur de lis, Frangées, Viridiflora, Rembrandt, Perroquet, Double tardives, etc.). La plupart des tulipes cultivées appartiennent à l’espèce hybride Tulipa × gesneriana (tulipe de jardin). C’est une plante vivace bulbeuse qui produit une fleur unique qui pousse au bout d’une longue tige, entourée de feuilles basales en forme de lanières. La fleur a généralement la forme d’une coupe, offre une très grande variété de couleurs, et est composé de trois pétales et trois sépales, avec un pistil central entouré de six étamines. Le nom proviendrait du turc tülbend qui signifie “plante-turban”.

La tulipe Queensday appartient à la division “Double tardives” que l’on nomme aussi “tulipe pivoines” car elle sont caractérisées par une large fleur dotée de un ou plusieurs rangs de pétales supplémentaires (qui sont en fait des sépales ou des étamines transformées). Elles fleurissent à la fin du printemps, c’est-à-dire en avril et en mai. La Queensday se distingue particulièrement par ses longues tiges robustes pouvant produire plusieurs fleurs, ses grandes feuilles lancéolées, mais surtout ses larges fleurs légèrement parfumées, d’un orange vif étonnant ponctué de tons rose framboise au centre du pétale et tirant sur le doré en bordure. Le tout est encadré par quelques longs et étroits sépales d’un rose violacé avec une bordure de vert. Le nom de cette variété fait allusion à une fête des Pays-Bas, le jour de la Reine ou du Roi (Koningsdag), qui célèbre l’anniversaire du monarque et où les participants s’adonnent à la “folie orange” (Oranjegekte) et portent des habits aux couleurs de la maison royale d’Orange-Nassau.  (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles).

[ Translate ]

Pictorial chronicles [002.022.234]

Invasion de mouffettes !

La “critter-cam” nous révèle une invasion de mouffettes !

Ma cour arrière est souvent visitée par toutes sortes de créatures. J’y vois souvent des chats du quartier (reconnaissable car ils sont grassouillet ou portent un collier) ou des chats errants qui apprécient bien la couverture végétale qu’offre mon jardin. Je leur laisse toujours un bol d’eau en été et parfois quelques gâteries. Bien sûr le jardin et la nourriture pour chats attirent d’autres bêtes. J’ai souvent vue des ratons-laveurs, quelques mouffettes et de rares marmottes (qui ne s’éloignent pas trop du parc adjacent). Comme j’avais une vieille caméra de surveillance en surplus j’ai décidé de la mettre dans le cabanon du jardin pour m’amuser à observer les vas et viens de toute cette ménagerie. 

J’ai constaté avec surprise que, cette année, nous recevons beaucoup de visites de mouffettes. Dans les deux dernières semaines j’ai compté pas moins d’une vingtaine de visites, parfois même trois ou quatre fois par nuit! Ces visites ne sont pas effectuées par un même individu. En considérant la corpulence et les motifs du pelage, j’estime qu’il y au moins trois ou quatre individus qui visitent mon jardin presque tous les soirs…

La mouffette rayée (Mephitis mephitis, parfois aussi appelé “bête puante” au Québec et skunk en anglais) est un mammifère omnivore nocturne, présent presque partout en Amérique du Nord. Elle est caractérisée par des rayures blanches sur le dos de son pelage noir et, bien sûr, par le musc produit par des glandes anales qu’elle peut vaporiser contre un prédateur si elle se sent menacée. C’est un liquide extrêmement nauséabond (composé de thiols: 40 % de C4H8S, 22 % de C5H12S et de 3 à 12 % de C10H9NS — comme pour les oeufs pourris l’odeur désagréable est surtout due à la présence de soufre) dont l’antidote n’est pas, contrairement au folklore, le jus de tomate mais une concoction de peroxyde d’hydrogène, de bicarbonate de sodium et de savon liquide à vaisselle.

Pour amuser la galerie, j’ai créé ce petit vidéo de six minutes:

[ Nest Cam / montage avec iMovie, mon jardin VSP,  2022/08/07 ~ 22 ]

[ Translate ]

Monnaies anciennes 103

Pièces modernes d’autres pays (1)

Le Royaume-Unis (UK)

Je ne connais pas grand chose des pièces de monnaie du Royaume-Unis. L’unité de base du système monétaire Britannique est la Livre Sterling (Pound, £) qui correspondait à l’origine à la valeur d’une livre d’argent. Le terme sterling proviendrait d’une mesure de poids carolingienne, l’esterlin, qui aurait été amené en Angleterre par les invasions normandes sous Guillaume le Conquérant. La Livre est utilisée surtout en monnaie papier et les pièces de monnaie se subdivisent en une grande variété de dénominations: le Souverain (Sovereign, en or, équivalant à une Livre ou 20 Shilling), la Couronne (Crown, en argent, équivalant à un quart de livre ou 5 shilling), le Florin (en argent, équivalant à 2 shilling), le Shilling (en argent, il est le descendant du sesterce romain et équivaut à un vingtième de Livre), le Penny (en cuivre, il est le descendant du denier romain et équivaut à un douzième de shilling) et le Farthing (en cuivre, équivaut à un quart de penny). La plupart de ces dénominations existent également en fraction (demi-souverain, demi-couronne, six pence [pluriel de penny], trois pence et demi-penny). En février 1971, le Royaume-Unis a adopté la décimalisation et le système s’est simplifié: le livre se divise maintenant en cent pence et les autres dénominations ont disparu. Je vous présente ici mes cinq plus anciennes pièces britanniques.

IMG_2880-2886La première pièce est une assez beau demi-penny de George III datant de 1775 (G [Good], Cu/Ae [Cuivre / Bronze ?], 29 mm, 7.5 g, axe: ↑↓). L’avers présente un buste lauré et cuirassé du roi George III, à droite, avec l’inscription latine GEORGIVS• – III• REX• (“George III, roi”). Le revers illustre une représentation allégorique de Britannia assise sur un globe, tournée vers la gauche, tenant un rameau d’olivier dans la main droite et une lance (ou un long sceptre) dans la gauche, un bouclier avec le drapeau de l’Union (Union Jack) reposant sur le côté gauche, avec l’inscription BRITAN-NIA. et 1775 en exergue. Il n’y a aucune mention de la dénomination et ce type semble avoir été frappé en plusieurs d’entre elles. Toutefois le Farthing est plus petit (4.9 g, 23 mm) alors que le demi-penny est plus large (9.9 g, 28.5 – 30 mm). Ma pièce est plus légère (7.5 g) que l’habituel 10 g pour ce type ce qui pourrait suggérer qu’elle est une contrefaçon contemporaine — ce qui, apparemment, était assez commun à l’époque. Toutefois, qui produirait un faux dans cet état là? La perte de poids pourrait aussi être attribuable à l’usure importante de la pièce…

Sources: Google, AllCoinValues, CoinArchives, CoinsCatalog, CoinsNd, collectonline, numista, WildWinds.

IMG_2890-2893La deuxième pièce est un très beau demi-penny de Victoria datant de 1866 (F [Fine], Ae [Bronze : 95%  Cu, 4% Sn, 1% Zn], 25 mm, 6 g, axe: ↑↑). L’avers présente le buste d’une jeune reine Victoria tournée vers la gauche, vêtue d’un corsage et d’un manteau décorés de rose, de chardon et de trèfle, coiffée d’une couronne de laurier et de petits fruits attachée à l’arrière avec un ruban, les cheveux remontés en un chignon, avec l’inscription latine VICTORIA D:G: BRITT:REG:F:D: (notez le double T de BRITT qui dénote un pluriel; “Victoria, by the Grace of God, Queen of the Britains, Defender of the Faith“ / “Victoria, par la grâce de Dieu, reine des Bretagnes, défenseur de la Foi”). Le revers illustre une Britannia assise sur un rocher à droite, coiffée d’un casque corinthien remonté, la main droite reposant sur un bouclier orné des croix combinées du drapeau de l’Union et tenant un trident dans la main gauche, flanquée à gauche d’un phare et à droite d’un navire le vent dans les voiles, avec l’inscription anglaise HALF PENNY et 1866 en exergue. Ce type de pièce a eut de nombreuses variations et aurait été en circulation jusqu’en 1969! C’est une pièce relativement rare.

Sources: Google, AllCoinValues, OnlineCoinClub, numista, SovereignRarities.

IMG_2898-2923La troisième pièce est un beau shilling de Victoria datant de 1868 (VG [Very Good], Ar [Argent; 92.5% Ag], 23 mm, 5.5 g, axe: ↑↓). L’avers présente une tête de la jeune reine Victoria, à gauche, sans couronne, les cheveux remontés et attachés derrière la tête avec un double ruban, entourée de l’inscription latine VICTORIA DEI GRATIA BRITANNIAR: REG: F: D: (i.e. VICTORIA DEI GRATIA BRITANNIARUM REGINA FIDEI DEFENSATRIX; “Victoria, by the Grace of God, Queen of the Britains, Defender of the Faith” / “Victoria, par la grâce de Dieu, reine des Bretagnes, défenseur de la Foi”). Le revers illustre une couronne ouverte constituée d’une branche d’olivier (à gauche) et d’une branche de chênes (à droite) attachées à la base par une ruban et surmontée d’une couronne de saint Édouard, avec au centre l’inscription anglaise, sur deux lignes, qui indique la valeur et la dénomination de la pièce (ONE SHILLING) et dessous la date d’émission en exergue (1868). Cette combinaison d’avers et de revers a été utilisée pour plusieurs dénominations. Chose intéressante, il y a au-dessus de la date un petit numéro de matrice [die number] qui est malheureusement ici illisible (possiblement 19, 21 à 38, 40 à 42, 44, 47 à 51, ou 54) qui indique une séquence de frappe particulière. Ce type de shilling a eut cours légal jusqu’en 1990 (il équivalait à cinq pence après la décimalisation)!

Sources: Google, AllCoinValues, BullionByPost, CoinOfTheUK, numista, OnlineCoinClub. 

IMG_2903-2907La quatrième pièce est un très très beau penny de Victoria datant de 1871  (VF [Very Fine], Ae [Bronze], 30 mm, 9 g, axe: ↑↑). L’avers présente le buste de la reine Victoria, à gauche, vêtue d’un corsage décoré d’un broche circulaire et d’un manteau décorés de rose, de chardon et de trèfle (les symboles floraux des différentes parties du Royaume-Uni: l’Angleterre, l’Écosse et l’Irlande), coiffée d’une couronne de laurier et de petits fruits attachée à l’arrière avec un ruban, les cheveux remontés en un chignon, avec l’inscription latine VICTORIA D.G: BRITT: REG: F: D: (“Victoria, by the Grace of God, Queen of the Britains, Defender of the Faith“ / “Victoria, par la grâce de Dieu, reine des Bretagnes, défenseur de la Foi”). Le revers illustre une Britannia assise sur un rocher à droite, coiffée d’un casque corinthien remonté, la main droite reposant sur un bouclier orné des croix combinées du drapeau de l’Union et tenant un trident dans la main gauche, flanquée à gauche d’un phare et à droite d’un navire le vent dans les voiles, avec l’inscription anglaise ONE PENNY et 1871 en exergue. 

Sources: Google, AllCoinValues, numista, OnlineCoinClub.

IMG_2913-2920La cinquième et dernière pièce est un beau farthing de Victoria datant de 1891 (VG [Very Good], Ae [Bronze], 20 mm, 2 g, axe: ↑↑). L’avers présente le buste plus âgé de la reine Victoria, à gauche, vêtue d’un corsage décoré d’un broche circulaire et d’un manteau décorés de rose, de chardon et de trèfle, coiffée d’une couronne de laurier attachée à l’arrière avec un ruban, les cheveux remontés en un chignon, avec l’inscription latine VICTORIA D: G: BRITT: REG: F: D: (“Victoria, by the Grace of God, Queen of the Britains, Defender of the Faith“ / “Victoria, par la grâce de Dieu, reine des Bretagnes, défenseur de la Foi”). Le revers illustre une Britannia assise sur un rocher à droite, coiffée d’un casque corinthien remonté, la main droite reposant sur un bouclier orné des croix combinées du drapeau de l’Union et tenant un trident dans la main gauche, flanquée à gauche d’un phare et à droite d’un navire le vent dans les voiles, avec l’inscription anglaise FAR-THING sur le pourtour et 1891 en exergue.

Sources: Google, AllCoinValues, numista, OnlineCoinClub, vcoins.

La semaine prochaine je vous présente quelques pièces de monnaie moderne de la Belgique…

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]