Cogitationes me

IIII. Thought of the day (for myself)

Today we are celebrating the greatest mystery of our time: the fact that a symbol of fertility (and constant renewal) can give birth to a symbol of sweet decadence — a rabbit laying chocolate eggs ! One can wonder what it has to do with the son of god being crossed and coming back to announced the zombie apocalypse. Go figure…

[002.021.094]

[ Traduire ]

Monnaies anciennes 32

Les Sévères (4)

Severus Alexander (222-235 EC)

Gessius Bassianus Alexianus est né à Arca (Phénicie syrienne) en 208. Son père est Gessius Marcianus et sa mère est Julia Mamæa (fille de Julia Mæsa et nièce de Julia Domna). Petit-neveu de Septimius Severus, il est fait césar par son cousin Elagabalus en 221 et lui succède lorsqu’il est assassiné en mars 222. Il prends alors le nom de Marcus Aurelius Severus Alexander et n’a que quatorze ans. Sous l’auspice de sa grand-mère il reçoit une excellente éducation mais n’est guère doué pour les affaires militaires (ce qui fait qu’il n’est pas très aimé de l’armée). Son règne, qui dura treize ans, est relativement paisible et prospère. Il est considéré comme un empereur simple, sage, juste et pieux. Il réforme la morale, redonne du pouvoir au sénat, fait des réformes économiques favorisant les pauvres et bâtit de nombreux monuments. Même si il est pacifique, il doit néanmoins défendre les frontières d’abord contre les Perses sassanides (qui ont renversés et assimilés l’empire Parthe) sur le front orientale en 231, puis contre les Alamans et les Sarmates en Germanie en 234. Les troupes, devenues insubordonnées, lui reprochaient d’être faible et de favoriser une paix négociée plutôt que le combat. Le 19 mars 235 la Legio XXII Primigenia se mutine à Moguntiacum et assassine Alexander, ainsi que sa mère, et acclame l’un des leur comme empereur, Gaius Julius Verus Maximinus dit “Le Thrace”. Ainsi prends fin la dynastie des Sévères, précipitant l’Empire Romain dans une période d’anarchie militaire qui durera cinquante ans!

IMG_8944-8947Je n’ai qu’une seule pièce de Severus Alexander. Il s’agit d’une très belle pièce grecque impériale (F [Fine]/VG [Very Good], petite dénomination [ae26] de bronze [ae], 25 x 26 mm, 9.400 g, payé environ $6 le 1985/06/16, caractérisée par des égratignures sur l’avers [sur le buste] et par une étrange patine d’un vert foncé brillant, comme si la pièce était recouverte d’un glacis; die-axis: ↑↑) qui nous offre sur l’avers un buste de l’empereur lauré, cuirassé et drapé à droite avec l’inscription grecque AVT K M AVR CEV – AΛEXANΔΡOC (Autokrator Kaisar Marcos Aurelios Severos Alexandros = Imperator Caesar Marcus Aurelius Severus Alexander). 

Le revers illustre une Homonoia (Ὁμόνοια — divinité grecque allégorique personnifiant la concorde, l’unanimité et l’unité d’esprit, parfois simplement appelée “Concordia”, son équivalent latin, par les sources) debout à gauche avec un modius sur la tête, et tenant une corne d’abondance (cornucopia) dans la main gauche et une patère dans la main droite. La représentation de la Concorde fait sans aucun doute allusion à la politique pacifiste de Severus Alexander. On retrouve également sur le revers l’inscription grecque YΠ ΦIΡ ΦIΛOΠAΠΠO – Y MAΡKIANOΠOΛITΩN (VP Fir. Philopappus Marcianopolis — il faut noter la particularité que le double “P” de Philopappoy (ΠΠ) et les deux derniers caractères de Markianopoliton (ΩN) sont attachés pour ne former qu’une seule lettre).

Cette inscription nous indique que la pièce a été frappée à Marcianopolis (une ville de Mésie inférieure, un peu à l’ouest d’Odessus (Varna), qui a été fondé par Trajan en 106 et qu’il a nommé en honneur de sa soeur Marciana). Cette cité a frappé sa propre monnaie (tant grecque impériale que quasi-autonome) entre le règne de Commode et de Philippe II (180-249) et à partir de Septimius Severus (193) les pièces comportaient le nom du légat romain (gouverneur de la province) précédé de l’abréviation VP (VΠ. pour υπατευοντος / ypatevontos / lit. “subalterne” mais ici signifiant plutôt legatus consularis ou “gouverneur consulaire“). Dans ce cas-ci il s’agit de Fir[mius?] Philopappus, dont on ne connait pas grand chose sinon qu’il a été gouverneur de Mésie inférieure vers 225-226. La pièce a donc été frappée durant cette période.

L’étrange patine de la pièce m’a suscité un léger doute sur son authenticité mais, après réflexion, je crois qu’il est peu probable que des faussaires se donnent autant de peine pour reproduire de petites dénominations qu’ils ne revendraient par la suite que quelques dollars. La pièce est donc fort probablement authentique.

Sources: AMNG 1043, BMCG 3: 68/74; GICV 3266/3269 (avec diff. gouv.); Wikipedia (Severus Alexander [FR/EN], Concordia [FR/EN] , Divinités grecques [FR/EN], Homonoia, modius, cornucopia [FR/EN], patère [FR/EN], Mésie [FR/EN], Marcianopolis [FR/EN], Governors of Lower Moesia); FAC (Severus Alexander, Severus Alexander, Greek Imperials, AMNG, Homonoia, Concordia, cornucopiae, patera, VP), ERIC (Severus Alexander), Digital Historia Numorum (Markianopolis); WildWinds (Text, image), Wildwinds (text, image), Biddr. Voir aussi ma fiche (mise à jour).

Bibliographie: 

Je suis très content car j’ai aujourd’hui découvert beaucoup plus d’information sur cette pièce que j’en avais trouvé initialement lors de son acquisition. Ce n’est jamais facile d’identifier une pièce avec des inscriptions grecques, surtout quand une partie des sources d’information est en allemand (ou même en Bulgare!) mais l’internet se révèle très utile pour ce genre de situation. En effet, il y a vraiment infiniment plus d’information de disponible en ligne maintenant que j’en avais dans les années ’80 avec la bibliothèque de l’université… 

La semaine prochaine nous poursuivons notre histoire des empereurs romain au travers de leurs monnaies en abordant la crise du IIIe siècle provoquée par l’anarchie militaire. La première période de la crise est celle des “usurpateurs” et, comme je n’ai pas de pièces de Maximinus Thrax ni des deux premiers Gordianus, je saute directement à Gordianus III !

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.090]

Tagetes tenuifolia

DSC_1357

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2018/09/09 ]

DSC_1358La Tagète à feuilles ténue (aussi appelé Tagète citron ou Signet marigold en anglais) est une espèce de plante herbacée à fleurs de l’ordre des Asterales, de la famille des Asteraceae et du genre Tagetes (qui comporte une cinquantaine d’espèces). Elle est caractérisée par ses petites fleurs jaunes qui sentent le citron. Originaire d’Amérique du Sud, cette annuelle est utilisée bien sûr pour sa valeur décorative (coupée ou dans une rocaille), en pot-pourri pour son odeur, comme plante médicinale (contre les morsures de serpents, les ecchymoses et l’indigestion) et, comme ses fleurs sont comestibles, même en confiseries. Comme les autres espèces de tagètes qui contiennent du thiophène (un composé biocide), elle peut agir comme un pesticide naturel et repousser les insectes (comme les moustiques). Les principaux cultivars sont les “Acajou” (rouge), “Tangerine Gem” (jaune avec des traces d’orange au centre) et, comme illustré ici, “Lemon Gem” (jaune). Son nom provient du dieu étrusque Tagès, qui était le petit-fils de Jupiter et est né du labour de la terre. (Sources: Wikipedia)

[ Translate ]

POÉSIE DU DIMANCHE [002.021.087]

Au rêve…

La mélancolie
Des jours de pluie
Fait place au remord
D’un précoce départ

Le soleil brille de tout ses feux
Il m’est indifférent dans mes adieux
À cette paisible et oisive vie
Ou pendant deux pléiades, ici
J’ai vécu dans l’insouciance
Et l’oubli de l’horreur rance

Je vis dans un monde de terreur et de merveille
Des forces s’affrontent, secouant l’âme de mes rêves
Comme un navire malmené par une mer en furie

…voir

Biset
1980/07/24

Une autre poésie du dimanche tirée d’un vieux carnet trouvé dans une malle oubliée. À dix-huit ans, j’avais quitté ma banlieue d’Isléaval et mis ma vie sur pause pour deux semaines pour oublier mes soucis et le monde cruel au chalet de ma grand-mère . En pleine nature, sur les rives du lac Daphné, près du village rustique de Saint-Eloi-de-Paxton, j’ai fait un séjour d’oisiveté et de loisir qui hélas prenait fin… Une poésie simple et anarchique…

[ Translate ]

Monnaies anciennes 31

Les Sévères (3)

Elagabalus (218-222 EC)

Après une brève interruption (le règne de Macrinus et de son fils Diadumenianus), la dynastie des Sévères se poursuit avec Varius Avitus Bassianus. Ce dernier est né à Émèse (Syrie) en 203. Dès l’âge de treize ans il est grand-prêtre du culte du dieu solaire Élagabal (d’où le surnom, parfois orthographié Heliogabalus, qu’on lui donnera surtout de façon posthume). Sa grand-mère Julia Maesa (qui était la soeur de Julia Domna et donc la belle-soeur de Septimius Severus et la tante de Caracalla) obtient le soutien de la légion romaine postée en Syrie (la Legio III Gallica) pour mettre au pouvoir Varius, qui est l’enfant de sa fille Julia Soæmias. Macrinus est assassiné et le jeune Varius, à peine âgé de quatorze ans, devient empereur en juin 218. Comme il ressemble physiquement à Caracalla et que l’on veut poursuivre l’association fictive avec la dynastie des Antonins, il prends alors le nom de Marcus Aurelius Antoninus.

Elagabalus est un empereur faible qui laisse l’administration de l’Empire à sa mère et à sa grand-mère pour se consacrer à la débauche (de fastes banquets et des orgies homosexuelles) et surtout à sa fascination pour le culte solaire. Il fait construire un temple où toutes les divinités romaines, orientales et même chrétiennes peuvent être vénérées sous la bienveillance d’Élagabalus. Il fait même venir d’Émèse (Homs) la pierre sacrée du dieu solaire (une bétyle, ou pierre météorique, qui ont souvent été vénérées comme c’est le cas de la pierre noire de la Kaaba à La Mecque). Tout comme Akhénaton l’avait fait en Égypte avant lui avec le culte de Aton (ou Aurelianus le fera plus tard avec Sol Invictus), il tente sans succès d’imposer une forme de monothéisme solaire. Pressentant que l’excentricité et la débauche de son petit-fils causeraient sa perte, Julia Maesa le convainc d’adopter et de prendre comme césar son cousin Alexianus Bassianus (enfant de son autre fille, Julia Mamæa). Lorsqu’en mars 222 Elagabalus perds le soutien de l’armée et est tué par le peuple en colère, Alexianus lui succède sous le nom de Severus Alexander. 

IMG_8936-8940Ma seule pièce d’Elagabalus est une petite dénomination de bronze (AE 18) dans un assez bel état (G [Good], Ae [bronze], 18 mm, 2.446 g, payé environ $7, caractérisée par sa couleur noire; die-axis: ↑↓) dont l’avers nous offre une tête laurée de l’empereur, à droite, avec l’inscription grecque AVT KAI MA ANT𝜴NEINOC (Autokrator Kaisar Marcos Aurelios Antoneinos = Imperator Caesar Marcus Aurelius Antoninus). Le revers ne représente qu’un grand S – C (Senatus Consulto, “par décret du sénat”), surmonté des lettres grecques “Δ Є” et avec un petit aigle en dessous, le tout dans une couronne de laurier agrémentée en haut d’une étoile.

Il s’agit d’une pièce provinciale (aussi appelé grecque impériale) frappé à Antioche. Rien ne nous permet malheureusement de dater la pièce avec précision et l’on doit se contenter des dates de règne de l’empereur comme datation: 218-222. La signification du “Delta-Epsilon” qui apparait fréquemment sur les pièces de Elagabalus et de son cousin Severus Alexander est incertaine. Est-ce une datation ou une marque d’officine? Les deux hypothèses les plus retenues par les spécialistes est qu’il s’agit d’une abréviation soit pour Δ[𝚮𝚳𝚨𝚸𝚾𝚰𝚱𝚮𝚺] Є[𝚵𝚶𝚼𝚺𝚰𝚨𝚺] (l’équivalent grec de Tribuniciae Potestatis), ou soit Δ Є[𝚷𝚨𝚸𝚾𝚬𝚰𝛀𝚴] (une “des quatre éparchies” [circonscription ou diocèse] de Syrie).

Sources: (Elagabalus [FR/EN], sénatus-consulte); BMCG 20: 434 (p. 203 + pl. XXIV 9); FAC (Elagabalus, S CGreek Imperials), ERIC (Elagabalus); WildWinds (text, image), WildWinds (text, image), Numista, CoinProject, CoinArchives, acsearch, Provincial Romans. Voir aussi ma fiche.

Bibliography: 

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.083]

Scaevola aemula

DSC_1296

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2018/09/09 ]

DSC_1295Le Scaevola émule (appelé Fairy Fan Flower en anglais) est un petit arbuste originaire de l’Australie et qui appartient à l’ordre des Campanulales, à la famille des Goodeniaceae et au genre Scaevola (qui regroupe plus d’une centaine d’espèces). Cette plante est caractérisée par ses fleurs blanches ou bleues dont la corolle tubulaire à cinq lobes est unilatérale ce qui donne l’impression qu’elle a été coupé en deux (d’où son nom anglais qui signifie “éventail”). Le nom fait référence au légendaire héros romain Caius Mucius Scaevola (du latin scaevus, “gaucher”) qui se serait brûlé la main droite dans un brazier pour démontrer sa bravoure face à l’ennemi. Elle est considérée comme une mauvaise herbe mais fait néanmoins de belles fleurs décoratives. Ici il s’agit du cultivar “Scampi Blue”. (Sources: Wikipedia)

[ Translate ]

POÉSIE DU DIMANCHE [002.021.080]

Hymne au printemps

C’est le printemps qui arrive
Les banquises partent à la dérive
La nature se réveille
Et les Hommes s’émerveillent

Que reviennent les oiseaux
Que chantent les p’tits moineaux
Que la marmotte se réveille
Que croassent les corneilles
Que chasse l’oiseau de proie
Que pondent les oies

Qu’aux arbres poussent les feuilles
C’est le printemps qui arrive
Faisons lui un bel accueil
Montrons lui notre joie de vivre !

Biset
1976/03/09
1978/05/03

Une nouvelle entrée nostalgique du poète du dimanche avec des vers joyeux qui accueillent le printemps. Le premier brouillon écrit à treize ans, remanié deux ans plus tard. J’y ai apporté quelques petits changements (un mot ici et là) pour cette occasion.

[ Translate ]

Lone Sloane: Babel

LoneSloane-Babel-cov« Sloane, tu ne sais pas renoncer. C’est même là, la seule vertu qui te serve de compas. »

Quand, au milieu des années 1960, Philippe Druillet invente Lone Sloane, le navigateur solitaire arpentant les espaces interstellaires, il révolutionne la bande dessinée. Baroque, sans limites, fourmillant de mille détails, la science-fiction explose les cases, s’hybride à la littérature en croisant Flaubert, et marque durablement les imaginaires de créateurs en herbe dont un certain George Lucas…

Aujourd’hui, cinquante ans plus tard, Lone Sloane revient sous la plume de Xavier Cazaux-Zago et le pinceau de Dimitri Avramoglou, jeune talent émergent adoubé par Druillet lui-même, pour une nouvelle aventure à l’ambition et aux proportions dantesques. Babel convoque tous les personnages de la saga de Sloane et met en scène leur confrontation à une menace inexorable : l’Écume, une force sombre qui anéantit tout sur son passage. Notre héros devra littéralement se réinventer, et faire appel à tous les grands voyageurs mythologiques – Ulysse, Hannibal, Gulliver ou Nemo – pour l’aider à triompher du Chaos.

Images spectaculaires, démesure graphique et folie narrative sont donc au rendez-vous de cet album épique et hors norme. À n’en point douter, l’événement SF de ce début d’année.

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

LoneSloane-Babel-p05Je n’ai pas tout lu les albums de Druilllet (quoique j’ai lu plusieurs de ses histoires dans Pilote et Métal Hurlant). Je n‘en possède que sept: (d’abord ceux qui font partie des aventures de Lone Sloane) Lone Sloane 66 (1966, originalement publié sous le titre Le mystère de l’abîme), Delirius (1973, sur un scénario de Jacques Lob) et l’intégrale Salammbô (adapté/inspiré du roman de Gustave Flaubert; 1980: Salammbô, 1982: Carthage, 1986: Matho); mais j’ai aussi Vuzz (1974), Yragaël ou la fin des temps (1974), Urm le Fou (1975), et La Nuit (1976).

La moitié de l’oeuvre de Philippe Druillet (neuf albums) est consacrée au personnage avec lequel il débuta sa carrière: Lone Sloane. Il est d’abord apparu dans de courts récits publiés dans Pilote et qui ont été compilé en albums: Lone Sloane 66 (3 récits) et Les six voyages de Lone Sloane (6 récits). Il illustre ses récits d’abord avec un crayonné assez simple (qui rappel un peu le style de Mézières), qui se complexifie avec des textures et des hachures, et finalement explose de richesses avec la couleur. L’album suivant, Delirius, est un récit complet qui a été sérialisé dans Pilote #651-666. Il est suivie par Gaïl (sérialisé dans Métal Hurlant #18-27) et la série culmine avec son chef d’oeuvre, Salammbô (la première partie est sérialisée dans Métal Hurlant #48-54, mais la suite parait directement en album chez Dargaud). Après un long hiatus, Druillet reviendra sur le personnage avec Chaos (2000) et Délirius 2 (2012). Ce sont des récits complexes de space opera gothique ou se mêle science-fiction, fantasy et fantastique. Les pages sont superchargées de détails et ultra colorées, offrant des images dantesques, sinon inspiré d’un trip d’hallucinogène. Ultimement, chaque planche est pratiquement une peinture où l’artiste a travaillé des jours, voir des semaines. C’est une oeuvre très originale et unique. J’adore l’oeuvre de Druillet, même si je l’ai toujours trouvé un peu difficile à lire…

Récemment la tendance est de voir plusieurs vieilles séries de bande dessinée reprisent par de jeunes artistes pour faire soit des hommages ou des suites. C’est le cas ici avec Xavier Cazaux-Zago et Dimitri Avramoglou qui reprennent les aventures de Lone Sloane. Cependant, Babel est-il hommage ou suite ? Ou les deux?

Une mystérieuse force noire, l’Écume, consume l’univers. C’est l’instrument de Shaan pour anéantir son ennemi juré: Lone Sloane. Sur Zazhann, un prêtre/prophète du collectif apparait aux Barons Bleus et se sert d’eux pour retrouver Sloane. Il prétend que sur le monde-mémoire mythique de Babel il existe un livre qui raconte comment vaincre l’Écume. L’Abbé y guidera Sloane dans sa quête, à bord du vaisseau Ô Sidarta, en compagnie de sa belle Légende et de ses seconds Yearl et Vuzz. Est-ce un piège? Sloane a-t-il été trahi? Pendant qu’une bataille épique fait rage autour de la planète entre la flotte de Shaan et Ô Sidarta (avec le gunship de l’horloger Kurt Kurtsteiner en renfort), au coeur de l’atemporelle Babel, Légende écrit la fin de l’épopée. Car le véritable héros ne peut vaincre que dans la mort…

Babel respect bien l’esprit de l’oeuvre de Druillet: c’est un récit complexe et un peu difficile à suivre, avec des dessins gothiques qui offrent beaucoup de pleines ou doubles planches, qui semblent se lire dans toute les directions… Et, tout comme les albums de Druillet, c’est beau, intriguant, voir fascinant parfois. En résumé, on pourrait dire que l’art est épique et le texte lyrique. Toutefois, je suis tout de même un peu déçu. Babel est un ersatz qui paraît fidèle en surface mais qui n’offre en fin de compte un résultat qui n’est pas aussi riche et détaillé que l’original. J’étais intrigué mais je ne l’ai pas trouvé agréable à lire… C’est néanmoins un album qui mérite quand même d’être vu et lu, par les amateurs de Druillet mais aussi par une nouvelle génération de lecteurs qui pourront ainsi découvrir l’incomparable univers de Lone Sloane.

Lone Sloane: Babel, par Xavier Cazaux-Zago (scénario), Dimitri Avramoglou (dessin), d’après l’oeuvre de Philippe Druillet (Idée originale/adaptation par Serge Lehman). Grenoble: Glénat, janvier 2020. 88 p., 24 x 32 cm, 19.00 € / $C 31.95. ISBN 978-2-3562-6019-2. Pour lectorat jeune adulte (16+). stars-2-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2020, Éditions Glénat.

[ Translate ]