Revue de ‘zines [002.022.177]

Revue de ‘zines

Je continue mon rattrapage perpétuel sur les magazines et autres ‘zines pertinents dans mon champs d’intérêt… Pour vous éviter le soucis de courir après l’information, j’en épluche donc le contenu pour vous. C’est plein de bonnes suggestions de lectures…

dBD #161 (mars 2022)

dBD-161Dans le cahier actualités on mentionne la parution de Métal Hurlant #2 (1975-1984): Le Nouveau Visage de l’imaginaire qui réédite des pages qui ont fait la gloire du titre et De Blueberry à L’Incal: lire Giraud/Moebius par Jean-Clet Martin (chez Les Impressions nouvelles) qui propose une réflexion intéressante à travers de deux créations emblématiques du dessinateur. On y trouve également un hommage (par Pierre Christin!) à Jean-Claude Mézières, qui est décédé le 23 janvier dernier (ainsi qu’une BD-caricature de Christophe Blain) et un article sur la création d’une collection BD aux éditions Rivages (Payot) intitulée Virages Graphiques.

À la une de ce numéro on retrouve une entrevue avec Asaf Hanuka au sujet de Je suis toujours vivant (avec Roberto Saviano, chez Gallimard-Steinkis). Les entrevues se poursuivent avec le scénariste Pat Mills (sur La Grande Guerre de Charlie, La Bataille de la Somme, Édition Intégrale, avec Joe Colquhoun chez Delirium, et Be Pure! Be Vigilant! Behave! 2000 AD & Judge Dredd: The Secret History, chez Millsverse Books), David Sala (sur Le poids des héros chez Casterman), Gérard Mordillat & Sébastien Gnaedig (sur Ulysse Nobody chez Futuropolis), Teresa Radice & Stefano Turconi (sur La Terre, le ciel, les corbeaux chez Glénat/Treize Étrange), Agnès Naudin (sur Enfances perdues: Premières enquêtes (avec Jean-Claude Bartoll & Éric Nosal, chez Robinson), Célina Salvador & Moïse Dissous (sur les dix ans des Éditions Steinkis) et Théa Rojzman & Steve Baker (sur Billie Bang Bang t.1 chez Le Lombard).

Dans le Cahier Critique je note Shadow Life par Ann Xu & Hiromi Goto chez Ankama (Super!; un manga sur le sort du troisième âge et les camps d’internement canadiens pour Japonais durant la Seconde Guerre Mondiale). Il y a également une double-page consacrée aux nouveautés mangas où je remarque un nouveau Leiji Matsumoto (V2 Panzer chez Kana) et découvre que la Collection Classique de Soleil Manga n’est finalement pas morte puisqu’on y publie trois nouveaux titres du studio Variety Artwork: L’Iliade et l’Odyssée d’Homère, La Divine Comédie de Dante et Ulysse de James Joyce!!

Une lecture indispensable pour se tenir au courant des nouveautés en BD. stars-3-5

Capsules

dBD #162 (avril 2022)

dBD-162À la une de ce numéro on retrouve une entrevue avec Werner Goelen dit Griffo (sur Iruene, avec Rodolphe, chez Daniel Maghen). Les entrevues se poursuivent avec François Desagnat & Jean-Paul Rouve (sur l’adaptation cinématographique de la BD Zaï Zaï Zaï Zaï), Pierre Christin & Jean-Michel Arroyo (sur Pigalle, 1950 chez Dupuis/Aire Libre), RUN (sur la collection Label 619, qui vient de s’associer avec Rue de Sèvres), Pierre Tranchant / Pica (sur la réédition de Bastos et Zakousky, avec François Corteggiani chez Glénat), Louise Laborie (sur Morgane Fox chez Sarbacane), et l’autrice sud-coréenne Bokyoung Yun / YunBo (sur Seizième Printemps chez Delcourt).

On y trouve également un dossier d’enquête sur la BD & la Politique par Philippe Peter, incluant une entrevue avec Gérard Davet & Fabrice Lhomme (sur L’Obsession du pouvoir chez Delcourt). Puis un article de Cathia Engelbach sur les vingt ans des Éditions Flblb, qui se consacre surtout au roman-photo, incluant un entretien avec Julie Chapallaz (sur La déflagration des buissons chez Flblb).

Dans le Cahier Critique je note Criminelles Fiançailles t.1 de Asuka Konishi chez Pika (Super!) et Appare Ranman t.1 par Apperracing & Ahndongshik chez Doki-Doki (Super!; “Intéressant mélange entre deux genre très proches, le steampunk et le dieselpunk”). On nous introduit aussi les nouveautés mangas: Sakamoto Days t.1 & 2 (Yuto Suzuki, chez Glénat), Bizarre Adventure (Hirohiko Araki, chez Delcourt/Tonkam), A Couple of Cuckoos t.1 (Miki Yoshikawa, chez Pika), Kiruru Kill Me t.1 & 2 (Yasuhiro Kano, chez Kurokawa), BEM 1 (Mosae Nohara, chez Panini), Excuse me, Dentist, It’s Touching Me! (Sho Yamazaki, chez Soleil), Dimensional Mercenary (Kim Jae-Hwan & Gmho, chez Delcourt/Kbooks), Ningyo (Mato & Mr Tan, chez Glénat), Enfants des Abysses t.1 (Eruthoth, chez H2T), Our Green Birdcage t.1 (Chia Teshima, chez Soleil), Hello, Hello and Hello t.1 (Aya Hazuki & Teruya, chez Moonlight) et Ghost Girl t.1 (Ikeda Akihisa, chez Delcourt/Tonkam).

Une lecture indispensable pour se tenir au courant des nouveautés en BD. stars-3-0

Capsules

dBD #163 (mai 2022)

dBD-163Dans le cahier actualités je note une autre adaptation de l’Épopée de Gilgamesh en BD: Gilgamesh par Taranzano, Didier Poli, Clothilde Bruneau et Luc Ferry dont le t.3: La Quête de l’immortalité vient de paraître chez Glénat (Coll. La Sagesse des mythes). On souligne également la sortie en vidéo chez Wild Side de l’adaptation en animation par Patrick Imbert du manga Le Sommet des dieux de Taniguchi qui a remporté le César du meilleur film d’animation 2022 (voir mes commentaires sur le manga et l’animation). Finalement on retrouve une intéressante entrevue avec Sylvain Runberg sur les trois adaptations BD qu’il a réalisé pour la collection “Les Futurs de Liu Cixin” chez Delcourt: Nourrir l’Humanité (paru en juin 2022), L’Ère des anges et Les Migrants du temps (tous deux à paraître en 2023). Quatre titres sont déjà disponible dans cette collection: La Terre vagabonde (The Wandering Earth) par Christophe Bec & Stefano Raffaele, Pour que respire le désert (Yuanyuan’s Bubbles) par Valérie Mangin & Steven Dupré, Les Trois Lois du monde (The Village Teacher) par Zhang Xiaoyu et Nourrir l’humanité (The Wages of Humanity) par Sylvain Runberg & Miki Montillo. Trois autres titres restent à paraître en 2022: La Perfection du cercle (par Xavier Besse, en août), Proies et Prédateurs (par Jd Morvan & Yang Weilin, en octobre) et L’Attraction de la foudre (par Thierry Robin, en novembre) — j’ai déjà commenté l’édition anglaise de quelques uns de ces titres.

À la une de ce numéro on retrouve une entrevue avec Joann Sfar à l’occasion des vingt ans du Chat du rabbin et de la parution chez Dargaud de quatre intégrales. Les entrevues se poursuivent avec Marcello Quintanilha (sur Écoute, jolie Marcia chez Ça et Là), Vincent Brugeas, Ronan Toulhoat & Yoann Guillo (sur Cosaques t.1, chez Le Lombard), Jaume Pallardo (sur La mort rose, chez La Cafetière), Séverine Vidal (sur Naduah avec Vincent Sorel chez Glénat, et George Sand, fille du siècle avec Kim Consigny chez Delcourt), le journaliste Daniel Couvreur (sur Le Faux Soir avec Denis Lapière & Christian Durieux chez Futuropolis) et Fred Duval (sur Cinq Avril t.1 avec Michel Bussi & Noë Monin chez Dupuis). On y trouve également un article sur les soixante ans de Spider-Man.

Dans le Cahier Critique je note d’abord Bug t.3 d’Enki Bilal chez Casterman (Super!; “Bilal poursuit le développement de sa nouvelle grande saga (…). Bilal s’éclate à mettre en scène une chasse à l’homme (…) scènes d’action formant dès lors un pendant spectaculaire à la réflexion plus profonde (…) qui est distillé tout au long du récit. (…) un certain lyrisme (…) l’auteur, qui n’a jamais été aussi bon (…) est toutefois parvenu à épurer sa pensée (…). Saga prévu en cinq volumes.”). Il y a aussi Blissful Land t.2 par Ichimon Izumi chez Nobi-Nobi (Super!). On nous présente finalement, sur deux pages, les récentes parutions de manga: Adabana t.1 par Non & Dei Tezuka chez Kana, 86, Eighty Six t.1 par Asato Asato & Motoki Yoshihara chez Delcourt/Tonkam, Le livre des sorcières t.2 par Ebishi Maki chez Glénat, Le chat qui rendait l’homme heureux t.3 par Umi Sakurai chez Soleil, L’oiseau d’or de Kainis t.1 par Kazuki Hata chez Glénat, L’Extraordinaire apothicaire t.1 par Yuka Tachibana, Asuka Fuji & Yasuyuki Syuri chez Delcourt/Tonkam, Une sacrée mamie par Yoshichi Shimada & Saburo Ishikawa chez Delcourt/Tonkam, Star Wars: La haute république, un équilibre fragile t.1 par Shina Shinya, Justina Ireland & Mizuki Sakakibara et Star Wars: Étoiles perdues t.1 par Yusaku Komiyama d’après Claudia Grey chez Nobi-Nobi. On y ajoute Le guide du Geek-trotteur au Japon par Marie Carbonnier & Anne Chein chez Glénat.

Une lecture indispensable pour se tenir au courant des nouveautés en BD. stars-4-0

Capsules

[ Translate ]

Le chat du rabbin 11. La Bible pour les chats

ChatDuRabbin-11-cov“Le Chat tombe par hasard sur le numéro de téléphone de Dieu. Persuadé d’être le nouvel Elie, il s’en va prêcher la bonne parole à qui veut bien l’entendre (et l’écouter) en délivrant une interprétation toute personnelle des saints textes. La discussion entre le Chat et le Rabbin, et bien sûr, Zlabya est passionnante, instructive, et bien entendu, hilarante et tendre.”

 

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

ChatDuRabbin-11-p005Le chat trouve un bout de papier avec le numéro de téléphone de “D…” Cela ne peut être que “Dieu.” Elysée 613. Il veut en discuter avec Zlabya mais celle-ci est préoccupée car la soeur de sa meilleur amie, Knidelette, a une grossesse difficile et risque de perdre l’enfant. Le chat entreprend donc d’expliquer son interprétation de la Torah, plus précisément l’histoire du prophète Élie. Le message de celui-ci, qui aurait été un chat, est “qu’il faut croire en dieu parce qu’il fait des miracles. Or dans la vraie vie, les miracles, y en a pas.” Le rabbin argumente que c’est l’inverse. Comme preuve il raconte l’histoire du sacrifice d’Isaac. Puis il explique la fin de l’histoire d’Élie. “C’est dans le silence que réside Dieu.” Pour avoir le dernier mot, le chat cherche un téléphone pour faire le numéro. Il se fait donner un rendez-vous dans une ruelle. Là il rencontre le prophète Élie qui lui dit, qu’en fait, le numéro c’est celui du plombier! L’histoire se termine bien, avec la naissance du bébé, sa circoncision et une anecdote sur Abraham… C’est le rabbin qui a le dernier mot!                                                                                            

Avec son style brouillon et ondulant, ses couleurs criardes et ses planches à six cases, Sfar pointe avec beaucoup d’humour les contradictions du judaïsme et nous fait réfléchir sur la Torah. C’est une très belle histoire qui nous éduque, nous divertit et nous amuse. Une très bonne lecture, donc, que je recommande mais surtout aux amateurs de chats et de métaphysique! 

Cette fois-ci aucune annonce en fin d’album du prochain titre… Par contre, avec ce onzième tome, le chat du rabbin a déjà vingt ans, que Dargaud célèbre avec la sortie d’une série d’intégral qui compilent plusieurs tomes. 

Le chat du rabbin, 11: La Bible pour les chats, par Joann Sfar. Paris: Dargaud (Coll. Poisson Pilote), novembre 2021. 80 pages, 22.5 x 29.8 cm, 15,00€ / $C 27.95, ISBN 978-2-2205-8911-0. Pour lectorat de tout âge (8+). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

Voir aussi mes commentaires sur les autres volumes du Chat du Rabbin.

© Dargaud 2021.

[ Translate ]

Natsuko no sake #5-6

NatsukoNoSake-5-covTome 5

“Les drames s’enchainent dans la petite communauté de Niigata. Un hélicoptère d’épandage aérien se crashe dans un champ. Le père de Saeko renonce et détruit ses plantations, accablé de solitude, il ne peut plus assurer son travail. Natsuko mobilise une fois de plus les habitants pour lui venir en aide et une violente tempête menace les récoltes. Mais Saeko, jadis méprisante du métier d’agricultrice, décide finalement de reprendre la plantation à son compte, alors que Natsuko sauvegarde le Dragon Merveilleux jusqu’au moment tant attendu de la récolte. La plantation est fauchée et le processus de production de sake peut s’enclencher. Le moment le plus important de la création artisanale repose désormais sur les épaules de Kusanabe et Natsuko, pourtant moins expérimentés que leurs aînés.”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

Natsuko no Sake t.5, par Akira OZE. Paris: Dupuis / Vega (Coll. Seinen Manga), septembre 2021. 464 pages, 18 x 13 cm, 11,00 € / $C 19.95, ISBN 9782379501159. Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-0

NatsukoNoSake-6-covTome 6

“Natsuko jette ses dernières forces dans la fin du brassage du Dragon merveilleux. L’heure du verdict a ainsi sonné pour tous les habitants de la Kura, mais aussi pour chaque aventure humaine. Saeko aura trouvé son équilibre humain dans le travail de la terre, le village est en plein renouveau économique grâce à cette nouvelle agriculture biologique, Kusakabe s’affirme en nouveau chef de la production, Natsuko elle-même finit par trouver l’amour. Mais le papy Yamada, lui, aura laissé ses ultimes forces dans cette dernière saison, et la maladie finit par l’emporter dans la tombe. Le Dragon merveilleux aura bouleversé la vie de tous et la récompense sera à la hauteur du prix à payer.”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

Natsuko no Sake t.6, par Akira OZE. Paris: Dupuis / Vega (Coll. Seinen Manga), décembre 2021. 448 pages, 18 x 13 cm, 11,00 € / $C 19.95, ISBN 9782379501166. Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-5

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Natsuko no Sake (夏子の酒 /  lit. “Le sake de Natsuko”) est un manga seinen par Akira OZE qui a été serialisé dans le magazine Morning en 1988-1991 puis compilé en douze volumes chez Kodansha. La traduction française est disponible chez Vega en six volumes doubles (paru entre septembre 2019 et décembre 2021). J’ai déjà commenté le premier volume de cette série ainsi que les volumes deux à quatre.

NatsukoNoSake-5-p008

t.5, page 8

Dans le cinquième tome, Saeko se lance à plein dans l’agriculture contre l’avis de son père et devient même l’apprentie de Goda, le gourou local de l’agriculture biologique. Natsuko continue son apprentissage en visitant d’autre kura (brasserie de saké) et en écoutant les conseils de Eiji Utsumi, brasseur du fameux junmai Bisen. Toutefois, elle est bouleversée par la dégustation du ginjô “N”, brassé il y a trois ans par son frère Yasuo et qui représentait pour lui le saké idéal. Natsuko devient alors très intransigeante sur ce qu’elle veut faire de son saké ce qui cause beaucoup de friction avec les autres membres de la brasserie… Natsuko récolte enfin le fruit de son labeur: le tatsu-nishiki est planté, cultivé, récolté, décortiqué, et poli. Il reste à choisir une levure dans un duel entre Natsuko et Yamada, le tôji de la kura. Le tatsu-nishiki est maintenant prêt pour le brassage!

NatsukoNoSake-6-p014

T.6, page 14

Dans le sixième et dernier tome, nous assistons à la naissance du saké de Natsuko. Le tatsu-nishiki est lavé, cuit, ensemencé de kôji, malaxé, fermenté en cuve, pressé, filtré, pasteurisé et finalement mis en bouteille. C’est un processus long et complexe. Pendant ce temps, Kasuko (la veuve de Yasuo) décide de rester dans la famille Saeki malgré la demande de son frère de revenir s’occuper de sa mère. Il y a assez de tatsu-nishiki pour faire trois cuvées. Malheureusement, la première a un très léger arrière-goût due à des sacs mal lavés — mais que seul Natsuko perçoit. Toutefois, la filtration devrait régler le problème. Maître Ueda visite la kura et est impressionné par leur travail; il offre quelques conseils. La seconde cuvée ne se déroule pas non plus sans incident car Yamada tombe à nouveau malade mais il se rétablit est le résultat du brassage est excellent. Toutefois, il demande pour la troisième cuvée que Kusakabe prenne la relève comme tôji (mais il le supervisera). Kusakabe s’y met corps et âme. Le résultat est encore meilleurs et satisfait finalement Natsuko. Par la suite, Saeko et Goda se marient. Natsuko décides d’assumer l’héritage de la brasserie Saeki et doit également choisir un nom pour le nouveau junmai daiginjô. Durant l’hiver, Yamada décède. Tout au long du récit, Natsuko a eut trois prétendants: Shingo (le fougueux héritier de la brasserie Kuroiwa), Eiji Utsumi (brasseur du fameux Bisen) et Wataru Kusakabe (ami de Yasuo à l’université qui a joint la brasserie Saeki comme kurabito et en est devenu le nouveau tôji). Lequel gagnera finalement son coeur?

Natsuko no sake est un très beau manga qui nous offre une bonne histoire tout à la fois captivante et touchante. Le style graphique classique, qui est plutôt simple mais efficace, est typique des mangas des années ’80 et ’90. Même si il prêche l’agriculture biologique et nous éduque sur l’art complexe du brassage du saké, ce manga constitue une lecture agréable et divertissante. C’est donc un bon vieux manga qui plaira surtout aux amateurs de culture japonaise et de saké. Moi, j’ai adoré.

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2016 Akira OZE. All rights reserved. © 2021 Éditions Vega pour l’édition française.

[ Translate ]

Yawara t.3

Yawara3-cov“Depuis toute petite, Yawara Inokuma a été entraînée par son grand-père Jigorô Inokuma, un champion de judo, qui voit en elle une future star de la discipline. Il a été annoncé que les JO de Barcelone accueilleraient enfin la discipline féminine dans la compétition. Jigorô rêve donc de faire de sa petite-fille la première championne olympique féminine de judo.

Mais contrairement aux attentes de son aïeul, la jeune fille ne rêve que de mode, d’amour, d’idol… Bref, elle n’aspire qu’à une vie d’adolescente ordinaire, loin des entraînements et des compétitions. Mais c’est sans compter son talent inné pour le judo, que son entourage ne lui permettra pas d’oublier…!”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Yawara! (やわら!) est une oeuvre de jeunesse de l’excellent mangaka Naoki Urusawa. Elle a originalement été publié entre avril 1987 et octobre 1993 dans l’hebdomadaire seinen Big Comic Spirits, puis compilé en vingt-neuf volumes (tankōbon) chez Shōgakukan. En 1998-99, il y a eut une réédition en format plus petit (bunkoban) de dix-neuf volumes, puis une “collector edition” (Kanzenban) de vingt volumes en 2013-15. C’est cette dernière édition qui est présentement publié en français chez Big Kana. Il y a neuf volumes de paru jusqu’à maintenant et le dixième est annoncé pour octobre 2022. J’ai déjà commenté le premier et le second volume.  

Yawara3-p009

T.3, page 9

Yawara s’est laissé convaincre de participer à une compétition officielle. Pour ce faire elle doit être certifiée ceinture noire (ce qu’elle fait en un clin d’oeil). Toutefois, le club de judo de son lycée, dont elle est l’entraîneur, doit également participer à une compétition qui a lieu le même jour que le match au budokan! Pourront-ils faire bonne figure sans elle? Yawara leur enregistre quelques conseils et encouragements sur une cassette. Elle leur promet également qu’elle règlera sa compétition rapidement et qu’elle viendra les rejoindre dès que possible. Coup de malchance, Sudo se fait tabasser par son ancien gang (car il racollait les copines de ses amis). Sera-t-il assez en état pour participer à la compétition? Hanazono, qui a encore la jambe dans le plâtre, décide de prendre sa place. Yawara affronte d’abord la championne dans la catégorie des moins de 52 Kg, puis la championne universitaire, puis la championne du premier tour pour la demi-finale. Elle remporte ces trois match en quelques secondes chaque fois! En finale ce sera le combat tant attendu entre Sayaka et Yawara! Évidemment, Yawara remporte le championnat dès sa première projection d’épaule (Ippon-Seoi-Nage). Sans attendre la remise des trophées, elle s’empresse de quitter sur la moto de Matsuda pour rejoindre son club de judo à Setagaya. Elle arrive juste à temps pour voir Hanazono gagner son match. Yawara reçoit la visite d’une championne de judo canadienne. Elles deviennent amies et s’entraînent ensemble. Yawara, qui ne voulait rien savoir du judo, se découvre bien malgré elle une passion pour ce sport…

Yawara nous présente un récit qui, à travers les préoccupations adolescentes et une comédie romantique caractéristique du manga shōjo, présente toute l’action d’une histoire de compétition sportive typique du manga shōnen! Cela en fait une histoire à la fois drôle (avec une bonne dose de “fan service” coquin pour plaire au lecteurs masculins) et captivante mais qui ne néglige pas la sensibilité féminine de l’héroïne qui reste coquette (et au centre d’un imbroglio amoureux)! Le tout est superbement mise en scène par un style assez classique car à la fois simple, clair et précis. Dès ses débuts, Naoki Urasawa a fait preuve d’un grand talent.

C’est donc un très bon manga qui nous offre une lecture agréable et très divertissante! Vivement la suite !

Yawara t. 3, par Naoki Urasawa. Bruxelles: Kana, février 2021. 306 pages, B&W (24 pages en “couleurs”), 14.8 x 21 cm, 15.00 € / $C 26.95, ISBN 978-2-5050-8649-9, Pour un lectorat adolescent (12+). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2013 Naoki Urasawa / Studio Nuts. All right reserved. © Kana (Dargaud-Lombard) 2021 pour l’édition française.  

[ Translate ]

Le clan des Otori t.2

ClandesOtori2-covL’adaptation en bande dessinée du roman de Lian Hearn. 

Takeo, sauvé du massacre des siens par Otori Shigeru, est maintenant au coeur des luttes entre les seigneurs de la guerre. Kaede, otage des Tohan, est promise à sire Otori pour sceller une réconciliation politique. Pièges, trahisons, combats sanglants… Takeo et Kaede doivent parer les coups mortels pour accomplir leur destin.”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

ClandesOtori2-p008

T. 2, Page 8


Maintenant que le cadre de l’histoire est en place et que les personnages nous ont été présenté (voir mon commentaire sur le premier tome), le récit peut vraiment se mettre en mouvement. Kaede, otage des Tohan promise à Otori Shigeru (officiellement pour établir une alliance mais en fait pour l’attirer dans un piège), prends la route de Tsuwano. Shizuka, sa servante, a en fait été placé à ses côtés par Araï pour la protéger et lui apprendre le maniement des armes. Elles arrivent à Tsuwano une semaine avant les Otori et cette période est utilisée pour son entrainement. Lors des présentations officielles des futurs époux, elle est un peu déçu par sire Otori mais elle est irrésistiblement attiré par Takeo. L’attraction est mutuelle… Ils reprennent tous ensemble la route vers Yamagata pour une halte avant la destination finale: Inuyama. Les entrainements continuent et, pour Takeo, il s’agit d’aiguiser ses sens dans l’art de la Tribu. Mais sa compassion d’Invisible l’amène à prendre des risques. Arrivé à Inuyama, ils rencontrent le maître des lieux, sire Iida — leur ennemi! La nuit venu, Takeo se prépare à accomplir sa mission mais, avec la complicité de Kenji, la Tribu s’empare de lui avant qu’il ne puisse agir!

Le récit est un noeud d’intrigues et de complots mais qui se déroule avec brio et fluidité ce qui le rend captivant. On continue à en apprendre beaucoup sur chacun des principaux personnages. Le dessin, toujours dans un style brouillon et angulaire, m’agace encore un peu mais on s’y habitue vite et on finit même par le trouver charmant. J’aime bien la palette de couleurs. C’est une bonne lecture qui, en plus de nous divertir agréablement, nous introduit en douceur à l’univers créé par Lian Hearn. 

Le clan des Otori : Le silence du rossignol, t. 2, par Stéphane Melchior (texte, d’après l’oeuvre de Lian Hearn) et Benjamin Bachelier (dessin). Paris: Gallimard BD, octobre 2021. 80 pages, 23.7 x 31.7 cm, 17.80 € / $C 22.99, ISBN 9782075123389. Pour lectorat adolescent (12+). Extraits disponibles. stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Liam Hearn, 2002. © Gallimard 2021 pour la présente édition.

[ Translate ]

La guerre des mondes t.2

GuerreDesMondes2-cov“Les Martiens se sont lancés à l’assaut de la Terre ! À cause de leur rayon ardent, rien ne semble pouvoir les arrêter, pas même l’armée anglaise… En effet, après le passage de ces étranges créatures, la ville de Maybury n’est plus qu’un gigantesque tas de ruines.

Le photographe témoin du terrible massacre se fait alors une promesse : si le genre humain doit s’éteindre, il lui faut au moins documenter cette guerre. C’est malheureusement à Weybridge, sur la route de Londres, que le jeune homme a de nouveau l’occasion de braquer son appareil sur les tripodes…

Avec son souci du détail scientifique et son sens inné du suspense, H. G. Wells a ancré depuis plus d’un siècle l’image de l’invasion martienne dans l’imaginaire populaire. La Guerre des mondes réveille l’angoisse qui sommeille au plus profond de nous face à l’inconnu… Et si, vu de l’espace, l’homme n’était qu’un insecte impuissant ?”

[Texte de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

La guerre des mondes (宇宙戦争 / Uchû Sensô / lit. “La Guerre de l’espace”) est un manga seinen par Sai Ihara (猪原 賽) et Hitotsu Yokoshima (横島 一) qui a été sérialisé dans le magazine Comic Beam 100 (Enterbrain) depuis octobre 2018 et dans Comic Beam entre mai 2019 et février 2021 avant d’être compilé en trois volumes chez Kadokawa Shoten. Il a été publié en français chez Ki-oon (le troisième et dernier volume est paru en mars 2022). J’ai déjà commenté le premier volume.

GuerreDesMondes2-p023

Page 23

En 1901 le martiens débarquent à Maybury Hills et leur tripodes mettent la ville à feu et à sang… Un jeune photographe, séparé de sa femme alors qu’il retournait chercher sa caméra pour documenter l’invasion, tente de rejoindre celle-ci mais la route est coupée. L’armée britannique fait piètre figure face aux armes plus avancées de l’envahisseur. Elle réussit tout de même à abattre l’un des tripodes. Toutefois ceux-ci utilisent une nouvelle arme: une fumée noire toxique. Le photographe observe aussi qu’ils capturent des humains. Réfugié dans une maison en ruine, il peut les observer à son aise. Pendant ce temps, Londres est aussi attaquée. Le frère du photographe doit fuir. Il aide une jeune femme et sa domestique à rejoindre le port pour évacuer vers le contient…

Je dois avouer que ce deuxième tome est bien meilleur que le premier. Le récit est plus fluide et fait un peu plus sérieux. Même le dessin me semble plus travaillé quoique le style reste encore assez ordinaire. Certains personnages (comme les militaires) restent très caricaturaux. Par contre la description des martiens est assez intéressante. Ce manga est finalement une interprétation intrigante du roman de Wells qui mérite sans doute d’être lu si vous êtes curieux. Je vais donc donner sa chance au troisième tome dès qu’il sera disponible en bibliothèque…

La guerre des monde 2, par Sai Ihara (scénario, basé sur le roman de H.G. Wells) et Hitotsu Yokoshima (dessin). Paris: Ki-oon (Coll. Seinen), septembre 2021. 182 pages, 15 x 21 cm, 13,90 € / $C 25.95, ISBN 979-10-327-0825-5. Pour lectorat adolescent (14+). stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Sai Ihara / Hitotsu Yokoshima 2020

[ Translate ]

Bibliographie essentielle de l’anime

Suite à mon commentaire sur Encyclopédie des Animés v. 1, j’ajoute cette bibliographie essentielle de l’anime. J’ai déjà mis en ligne une bibliographie de la culture japonaise (anime, manga, etc.) mais elle n’a pas été mise à jour depuis belle lurette et la plupart des hyperliens (vers d’autres sites et les images) sont morts (faudra que je corrige cela éventuellement). Alors, en attendant, voici une petite mise à jour pour l’Anime 

En français

En Anglais

En Italien

  • BARICORDI, Andrea; De GIOVANNI, Massimiliano; PIETRONI, Andrea; ROSSI, Barbara and TUNESI, Sabrina. Anime: Guida al cinema d’animazione giapponese. Bologna: Granata Press, 1991. 320 pages. ISBN 88-7248-014-0. 35,000 L. [ GoodreadsWorldCat ]
[ Translate ]

Encyclopédie des animés v.1

EncyclopedieDesAnimes-1-covAnimeland H-S
Vol. 1: 1963-1979

“ENFIN LA PREMIERE ENCYCLOPÉDIE DE TOUS LES ANIME JAPONAIS DE 1963 À NOS JOURS !

Sous la plume de l’équipe rédactionnelle d’AnimeLand, retracez pas à pas l’histoire de la japanimation de ses débuts à nos jours. (Re)découvrez des univers vastes et multiples au fil de nos fiches illustrées, complètes et détaillées. Animé après animé, cette mine d’informations vous permettra de comprendre en détail les films et les séries nippones.

Enfin, identifiez facilement les chefs-d’œuvre indispensables à tout connaisseur, dont nous mettons en lumière les points clés et les atouts. Cet ouvrage est le premier d’un vaste projet, unique au monde, qui a pour ambition de lister de manière exhaustive l’ensemble de l’animation japonaise au sein d’une seule et même collection, publiée à un rythme trimestriel. Nous commençons ici notre voyage avec plus de 370 productions qui s’étendent de 1963 à 1979 et dessinent l’extraordinaire écosystème de la japanimation !

Gundam • Goldorak • Candy • Albator • Capitaine Flam • Le Roi Léo • Astro le petit robot • Les Moomins • Gatchaman • Heidi •Casshern • Lupin III • Mazinger Z • Lady Oscar • Zambot 3 •Daitarn 3 • Cherry Miel • Sasuke • Space Battleship Yamato •Time Bokan • Galaxy Express 999 • Judo Boy • Ashita no Joe…”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

On trouve beaucoup d’ouvrages de références sur le manga mais relativement peu sur l’animation japonaise. Cette carence est particulièrement dramatique en langue française — il est à noter que la plupart des ouvrages existants ont été produit par l’équipe du magazine Animeland (AM Media Network) et l’éditeur Ynnis. Si il y a eut des ouvrages thématiques ou qui proposent une sélection de titres, il n’y avait pas encore eut jusqu’à maintenant, en français, une encyclopédie qui présente de façon exhaustive toutes les animations japonaises dans un ordre, non pas alphabétique, mais chronologique. Cette encyclopédie comble enfin cette lacune.

Ce premier volume, qui couvre plus ou moins les deux premières décennies de l’animation japonaise, a été produit par l’équipe d’Animeland sous la direction de Cédric Littardi, la supervision de Sébastien Célimon (Responsable éditorial) et rédigée par Bounthavy Suvilay, Philippe Bunel, Sébastien Célimon, Bruno de la Cruz, Wilfrid Desachy, Cédric Littardi et Ilyes Rahmani. En plus de la filmographie des animés (qui offre les données de production — comme le titre, le réalisateur, le studio, le diffuseur, la date de parution, la source [scénario original ou adaptation], le format — et une brève description), l’ouvrage présente une note de l’éditeur (Cedric Littardi), un avant-propos, une introduction (qui parle un peu des débuts de l’animation japonaise avant 1963), une explication de la méthodologie (la composition des fiches) et des pictogrammes employés, des notices biographiques des rédacteurs, un lexique, un index alphabétique, un index des noms propres, un index des titres en français, une bibliographie et une conclusion qui introduit le volume suivant.

Les rédacteurs admettent volontiers qu’ils se sont fortement inspiré du premier ouvrage à offrir une filmographie exhaustive de l’animation japonaise, Anime: Guida al cinema d’animazione giapponese, publié à Bologne en 1991 et qui avait le seul défaut d’être en italien! Ils omettent cependant de mentionner que cet ouvrage avait été aussi traduit en anglais (bien maladroitement, je l’admet) par Protoculture en 2000. Mais peu importe, cette information (reformulée, mise à jour et recherchée avec attention) est maintenant disponible pour le monde de la francophonie et c’est un fait que l’on ne peut que célébrer haut et fort.

Encyclopédie des Animés est amplement illustré et très riche en information. C’est donc un ouvrage incontournable et indispensable à tous amateur, érudit ou nostalgique de l’animation japonaise. J’ai bien hâte de voir la suite (qui n’est pas encore en bibliothèque à Montréal, ni sur amazon.ca… Un service de presse serait donc très apprécié… Hint! Hint!). 

Encyclopédie des animés, vol. 1: 1963-1979, Paris: Ynnis Éditions (Animeland HS), décembre 2021, 112 pages, 19.2 x 27 cm, 17,95€ / $29.95, ISBN 9782376972419. Pour lectorat de tout âge. stars-4-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreads • GoogleNelliganWorldCat ]

Ainsi qu’une présentation par Yvan West Laurence sur Youtube:

[ Translate ]

Old Books (updated)

Here is an updated list of my old books collection. It is a part of my Cabinet of curiosities.

16th – 17th centuries

Old_books-16-17_img_2007

divider-1

old_books-1581_img_0106

[Iustiniani Augusti] Digestorum sev pandectarum (Pars qvarta [liber XX – XXVII]), De Pignoribvs et hypothecis, Cum Priuilegio Regis, Lvgdvni [London], Apud Gulielmu Rouillium, 1581.

My oldest book is volume four (books 20 to 27) of a 1581 latin edition of the Digest or Pandects by the emperor Justinian I which constitute a compendium of Roman laws.

[ WorldCat ]

divider-1

old_books-1594_img_0105Aesopi Phrygis: Fabulae Elegantissimis iconibus veras animalium speciesad viuum adumbrantibus; Gabriae Graeci Fabellae XLIII ; batrachomyomachia Homeri, hoc est, ranarum et murium pugna. galeomyomachia, hoc est, felium et murium pugna tragoedia graeca. Haec omnia cum latina interpretatione ; accesserunt Auieni antiqui autoris fabulae. Editio postrema, caeteris omnibus castigatior. M D XCIII [1594]. Apud Ioan[nem] Tornaesium, Typ. Regivm Lvgd[uni] [London].

More interesting is this 1593 illustrated edition of Aesop’s Fables with opposing Greek and Latin texts.

[ WorldCat ]

divider-1

Old_books-1621_img_1991API𝚺TOTELOY𝚺 𝚷O𝚲ITIK𝛀N BIB.[λία] O.[κτώ]. ARISTOTELIS POLITICORVM LIBRI VIII (Aristotle’s Politics, in eight books). cum perpetua Danielis Heinsii in omnes libros paraphrasi; cedit accuratus rerum index. LVGDVNI BATAVORVM (Leyden, Netherland). Ex Officinâ ELZEVIRIANA. ANNO clↄ Iↄ CXXI. (MDCXXI / Year 1621).

This book is an in octavo (8vo, i.e. about 5.25 x 7.25 inches / 13 x 18 cm), set in contemporary full vellum, yapp edges, handwritten title on the spine (faded in this case). Besides a few stain, annotations and worm holes it is in pretty good shape. It has 1045 pages, plus sixteen introductory pages and a forty pages index (so it is 2.5 inches thick). It is a first Elzevir edition, presenting the Greek and Latin texts in parallel, with a commented synopsis (in Latin) by Daniel Heins for each book. According to the colophon, the typesetting was done by Isaac Elzevir.

[ Abe BooksGoogleMore InfoWorldCat ]

divider-1

old_books-1633_img_0103Svmma Omnivm Conciliorvm et Pontificvm, Rothomagi [Rouen], Apud Ioannem de la Mare, M DC XXXIII [1633].

This 1633 latin edition offers a compilation of conciliar and pontifical edicts. Those canonico-legal texts are rather insipid but the thick velum book with a pig-skin cover has quite a nice look.

[ WorldCat ]

divider-1

old_books-1643_img_0104Qvinti Horatii Flacci Poemata, Amstelod [Amsterdam], Apud Ioa[nnem] Ianssonium, MDCXXXXIII [1643].

A 1643 latin edition of the poems of Horace.

[ WorldCat ]

 

divider-1

Old_books-1659_img_4317VALERE MAXIME, A PARIS, CLAVDE BARBIN, dans la grand’ Salle du Palais, du cofté de la Salle Dauphine, au Signe de la Croix. M.DC.LIX. [1659]”

The title of the book (which doesn’t appear on the first page) is “Factotum ac dictorum memorabilium libri IX” [nine books of memorable deeds and sayings]. The binding (pork skin?) includes two volumes (it’s 4.5 cm thick), in the sextodecimo format (in-16, in this case 8 x 12.75 cm) . According to the note from Mr. de Freitas, it’s the second edition in French, translated by Jean Claveret. It is a collections of a thousand historical anecdotes, many lifted from earlier Roman writers, re-drafted by Valerius Maximus as moral and social models. It was written during the reign of Tiberius (around around CE 30 or 31). It is quite interesting…

[ More InfoWikipediaWorldCat ]

divider-1

old_books-1664_img_0102Lucien, de la traduction de N. Perrot, Sr. d’Ablancourt, à Amsterdam, chez Jean de Ravestein [Johannes Van Ravesteyn], M D C LXIV [1664].

My favourite old book: a 1664 old-french edition of the works of Lucian of Samosata.

[ WorldCat ]

divider-1

Old_books-1667_img_6394Instructio Sacerdotum, ac Poenitentium (…) [Instruction des prêtres sur le repentir], par Francisco de Toledo; Sacramento Ordinis, par Martino Fornario; Tractatus de origine et clausura sanctimonialium, par Andrea Victorello;  Institutio confessariorum, par Martino Fornario. Venetia, Caroli Conzatti, 1667.

In-quarto, four books in one. The subject is of little interest and the book is in rather average condition (some pages are warped, stained, or with traces of wetting) but this is my first in-4 book (and the first from an Italian publisher), acquired at a good price.

[ More InfoWorldCat ]

text_divider_pz

18th – 19th centuries

Old_books-18-19_img_2027

divider-1

old_books-1716_img_0108The Apologies of Justin Martyr, Tertullian, and Minutius Felix. In Defence of the Christian Religion with the Commonitory of Vincentius Lirinensis, Converning the Primitive Rule of Faith, Translated from their originals, by William Reeves, In Two Volumes, London, 1716.

More recent but interesting is this English translation of three christian apologistsJustin Martyr, Tertullian, and Minutius Felix.

[ WorldCat ]

divider-1

old_books-1748_img_0107Histoire de l’Empereur Jovien et traductions de quelques ouvrages de l’Empereur Julien [Les Césars, Misopogon, Lettres, Fable Allegorique], par l’Abbé de la Bleterie [en deux tomes], à Paris, chez Prault fils, M DCC CLVIII [1748].

18th century french history book about the Emperor Jovian with translation of ancient texts by Emperor Julian.

[ WorldCat ]

divider-1

old_books-1752_img_0114Sermons du Père de Segaud. Tome Troisième, À Paris, Chez Hippolyte-Louis Guerin, M DCC LII [1752].

A volume of religious texts about Lent from mid-18th century, in French. Uninteresting but still a nice old book.

[ WorldCat ]

 

divider-1

old_books-1761_img_0109Histoire de France, depuis l’établissement de la monarchie jusqu’au règne de Louis XIV, par M. l’Abbé Velly [en 30 tomes], À Paris, Chez Desaint & Saillant, M DCC LXI [1761].

A superb collection of books about the history of France, but which doesn’t covers the french revolution since it was published before it happened! A nice set of 30 volumes!

[ WorldCat ]

divider-1

old_books-1764_img_0112Méditations sur les Vérités Chrétienne et Ecclésiastiques, Anonymes [Joseph Chevassu], [en 6 tomes], À Lyon, Chez Jean-Marie Bruyset, M DCC LXIV [1764].

“Tirées des Epîtres & Évangiles qui se lisent à la sainte Messe tous les dimanches. Pour se disposer à célébrer ou à communier dignement, connoître les devoirs du Sacerdoces, & se mettre en état de faire les Instructions utiles aux Ecclésiastiques & au Peuple, pour touts les jours & les principales fêtes de l’année. Depuis l’avent, jusqu’au premier Dimanche de Carême.”

Extracts of the Bible to prepare oneself (but mostly priests) for the mass’ celebration. Boring religious stuff, but a nice mid-18th century old book set nevertheless.

[ WorldCat ]

divider-1

old_books-1784_img_0113Méthode pour la direction des âmes dans le tribunal de la pénitence, et pour le bon gouvernement des paroisses. Anonyme [Joseph Pochard], À Besançon, Chez Lepagnez l’aîné, M DCC LXXXIV [1784].

Similar to the previous title, but late-18th century. Two volumes in the in-duodecimo format (in-12: each printed sheet [folio] was folded to give twelve small sheets or twenty-four pages; this very common format was varying according to the size of the original folio, but it was averaging the size of today’s pocket format).

[ WorldCat ]

divider-1

old_books-1787_img_0111Les Siècles Chrétiens, ou Histoire du Christianisme. Dans son établissement et ses progrès depuis J.C. jusqu’à nos jours, Anonyme [Gabriel Marin Ducreux], [en cinq tomes], À Paris, chez Gueffier & Moutard, M DCC LXXXVII [1787].

A late-18th century book about the history of Christianity.

[ WorldCat ]

divider-1

old_books-1817_img_0115Lycée, ou cours de littérature ancienne et moderne, par J. F. Laharpe [Tome quatrième, cinquième et sixième], À Paris, Chez Et. Ledoux et Tenré, 1817.

Three volumes (out of sixteen ?) from an history of ancient and modern literature. I have a lot of those early 19th-century books, but this one has a relatively interesting subject.

[ WorldCat ]

divider-1

Old_books-1821_img_2029L’Abeille Française, ou Leçons de Littérature et de Morale, tirées de la célèbre collection de MM. Noël et De La Place, et destinées à l’usuage des écoles franc̦aises dans les États Unis d’Amérique, par J.B.A.M. Deseze. Seconde Édition. Publiée et Imprimée par Joseph Desnoues, Imprimeur, à New York. 1821.

In bad condition and missing its cover but it’s the only old book I have printed in the Americas.

[WorldCat]

divider-1

Old_books-1846b_img_4392NATURAL HISTORY; or, a Description of the Earth and of Animated Nature, Compiled from the Works of Buffon, Goldsmith, Cuvier, Shaw, Vaillant, Humbolt, Audubon, &c., A New Edition, Improved and Enlarged. By Richard Cope. Halifax: Printed and Published by William Milner, Cheapside. MDCCCXLVI [1846].

Old_books-1846a_img_4305I found this book in my father’s library. It’s an octavo volume (15 x 24 x 5 cm) of 730 pages, with a cardboard cover, covered with brown cloth and thin leather. Unfortunately it was missing the front page so I had no idea who was the author or when it was published. The only clue was in the colophon: “William Milner, Printer, Cheapside, Halifax”… I then started a long investigation that allowed me to learn more about the book, its author and its publisher (Latest Acquisition , Investigation Update, A Sequel, Final Research). It’s just a mid-ninetieth century book, but it is in good condition and presents an interesting subject. And all the researches I made have endeared it even more to me…

[ CalderdaleGoogleLightcliffe ChurchyardWorldCat ]

divider-1

Old_books-1856_img_2028Rome, Lettres d’un Pèlerin, par Edmond Lafond. 2 vol. Paris: Ambroise Bray, Libraire-Éditeur. MDCCCLVI [1856].

The travelogue of a pilgrim in Rome. “A work that rightfully fits into the tradition of the grand tour and offers a series of sometimes curious and unusual observations on Italian customs and habits. The aspect of the artistic descriptions is not negligible. (…) This work has been selected by scholars as being culturally important, and is pat of the knowledge base of civilization as we know it.” Not very old but culturally interesting…

[ Google • WorldCat: Tome 1Tome 2 ]

divider-1

old_books-1896_img_0116Journal de la Jeunesse, Paris: Hachette, 1896.

This is the annual compilation (with its characteristic red-binding) for a periodical dedicated to well-off kids between ten and fifteen years-old, published between 1873 and 1914. It offers a mix of educational articles and short stories (Source: Wikipedia). This is the compilation for 1896. Interesting subject and still old enough to be cherished.

[ WorldCat ]

divider-1

 

[ Traduire ]

Westmount Antiquarian Book Fair

Antiquarian Book FairI have often talked about my fondness for old books (see entries “Old Books”,  Cabinets of curiosities”, “2020 Antiquarian Book Fair”, “Latest acquisition” and “Natural History – Final research”). This interest was put on hold for a while since there was no antiquarian book fair during the pandemic. Until now. I was recently informed by Mr. Wilfrid de Freitas that the 29th Westmount Antiquarian Book Fair would be held on Saturday May 21 2022 at the Centre Greene (1090 Avenue Greene, Westmount) from 10:00 to 17:00. I couldn’t miss this.

I first took a quick tour of the place to spot interesting books. It was quick since it is a very small fair (“Canada’s Smallest Book Fair !”). I was mainly looking for 16th or 17th century editions of classical authors. Also, since I have books mostly in Greek, Latin and old French, I was looking maybe for a 17th or 18th century book in English. However my budget was limited to about $200. I found many interesting books but most of them were way over my budget, like a collection of letters from Italian artists by Giovanni Bottari (Italian, 1754-57, 2 vol. for $375) or The Shepherd Calendar by the poet Edmund Spencer (English, 1653, $3000 !!). Within five or ten minutes I had spotted two or three possible candidates for purchase: 

I looked around several time to make sure I didn’t miss anything and to ponder the expanse. After thirty minutes I took the plunge. I chose the first option, the 17th century edition of Aristotle’s Politics. The seller was Ayers Books (owned by Lindsay Bignell, they don’t have a physical location, sell only in book fair or by appointment and can be reach only by email or phone — see the contact information in the list of members of the “Confrérie de la Librairie Ancienne du Québec [CLAQ]”). Seeing that I was still hesitating, the nice lady offered me a discount of fifty dollars which brought the price right within my budget! Lucky me! Apparently the book was acquired from the succession of an old monk. It is a nice addition to my collection of old books. It is not my oldest book but it is one of the nicest (well preserved, my third oldest, second biggest and, above all, a very interesting subject). 

Here’s the title page:

API𝚺TOTELOY𝚺 𝚷O𝚲ITIK𝛀N BIB.[λία] O.[κτώ] (Aristoteloys Politikon, Biblia Októ)

ARISTOTELIS POLITICORVM LIBRI VIII (Aristotle’s Politics, in eight books)

cum perpetua Danielis Heinsii (with the continuous Daniel Heinsius’)

in omnes libros paraphrasi (paraphrase of all the books)

accedit accuratus rerum index (including an accurate index of things)

LVGDVNI BATAVORVM (Leyden, Netherland)

Ex Officinâ ELZEVIRIANA (from the Elseviers’ Printing House)

ANNO clↄ Iↄ CXXI. (MDCXXI / Year 1621)

This book is an in octavo (8vo, i.e. about 5.25 x 7.25 inches / 13 x 18 cm), set in contemporary full vellum, yapp edges, handwritten title on the spine (faded in this case). Besides a few stain, annotations and worm holes it is in pretty good shape. It has 1045 pages, plus sixteen introductory pages and a forty pages index (so it is 2.5 inches thick). It is a first Elzevir edition, presenting the Greek and Latin texts in parallel, with a commented synopsis (in Latin) by Daniel Heins for each book. According to the colophon, the typesetting was done by Isaac Elzevir. [ Abe BooksGoogleWorldCat ]

As we all know, Aristotle (Ἀριστοτέλης / Aristotélēs) was a greek philosopher, student of Plato, that lived in Athens and Macedonia (where he tutored Alexander the Great!) during the 4th century BCE (384–322). His thinking had a profound influence on the medieval scholars and it endured through the Renaissance up to the Enlightenment when new philosophers (like Descartes, Hume, Kant, Spinoza) built upon his work to develop a modern way of thinking. Aristotle wrote over one hundred and fifty treaties but only a third of his corpus survived and is available to us. It includes his Πολιτικά (Politiká / lit. “the things concerning the πόλις [polis]” i.e. Politics) which is a treaty of political philosophy. In it he discusses the various forms of communities, what constitute the best political regime, citizenship, welfare, constitutions, the education in an ideal state and even music theory! 

I recently started to pay more attention to who were the publishers of those old books. They were often both printer, librarian, distributor and even scholar. This book was published by the Elzevir. The Elzeviers House (Wikipedia [FR/EN]; Encyclopedia Britannica; National Library of Belarus) is a publishing house founded by Lodewijk (Louis) Elzevir (1540-1617). He learned the trade by working at the printing shop of Christoffel Plantijn in Antwerp. He moved to Leyden around 1580 and his descendants continued publishing until 1791. When he died, his son Bonaventura took over the business. Bonaventura Elzevir (1583–1652) began publishing in 1608, and in 1626 he took into partnership his nephew Abraham Elzevir (son of his brother Matthijs [Matthieu]; (1592-1652)). In 1617, his other nephew (Matthijs’ second son), Isaac Elzevir (1596–1651), had acquired printing equipment that he gave to his oncle and brother in 1626 when he decided to change career (he purchased a tavern in Rotterdam).

Old books are fascinating objects even if you cannot read them. They open the door to so many questions and just thinking about who might have manipulated and read them throughout the centuries is quite enthralling. I hope I will have the chance to discover (and acquire — if my budget allows it) many more.

Incidentally, the next Antiquarian book fair will be held at the Concordia University (Pavillon McConnell (1400 Boul. De Maisonneuve O.) on October 1st (from 12:00 to 18:00) and 2nd (from 11:00 to 17:00). It is organized by the “Confrérie de la Librairie Ancienne du Québec” and will be a little bigger than the Westmount book fair. 

[ Traduire ]