Longues séries de manga

J’ai vu sur FB quelqu’un qui demandait quelle série de manga je voudrais avoir sous la main si j’étais en confinement sur une île déserte (ou à la maison en cas d’épidémie?)… Je n’ai évidemment pas pu résister à donner mon opinion…

J’ai répondu “Probablement “Détective Conan” (97 vol.) ou “Les gouttes de dieu” (62 vol.) parce que c’est long et c’est intéressant…” En effet, la plupart des grosses séries sont des shonen insipides mais il y a toute de même quelques séries qui sont assez intéressantes pour stimuler l’intellect.

En me basant sur une liste des longues séries de manga au Japon, j’ai concocté cette liste des vingt-cinq longues séries (de plus de quarante volumes) traduites en français (je ne garanti pas que c’est exhaustif):  

Grappler Baki 137 vol. (au Japon) Delcourt: 31 vol. (Épuisé?)
Hajime no Ippo 127 Kurokawa: 30 vol. (En cours)
Captain Tsubasa 102 Glénat: 37 vol. (En cours)
Détective Conan 97 Kana: 96 vol. (En cours)
One Piece 95 Glénat: 94 vol. (En cours)
Bleach 74 Glénat: 74 vol. 
Naruto 72 Kana: 72 vol. 
Fairy Tail 63 Pika: 63 vol.
Les gouttes de dieu /Mariage 62 Glénat: 58 vol. (En cours)
Inu Yasha  56 Kana: 56 vol.
Hana yori dango / Hana Nochi Hare 50 Glénat: 37 + 10 vol. (en cours)
Angel Heart 49 Panini: 33 + 16 vol. 
3 x 3 Eyes 48 Pika: 40 vol. (Épuisé?)
Initial D 48 Kazé: 40 vol. (En cours)
Ah! My Goddess 48 Pika: 48 vol.
Doraemon 45 Kana: 45 vol. 
Skip Beat!  44 Sakka: 40 vol. (En cours)
Zipang 43 Kana: 43 vol. (Épuisé?)
Toriko 43 Kazé: 43 vol.
Haikyū!! 42 Kazé: 36 vol. (En cours)
Chihayafuru 42 Pika: 32 vol. (En cours)
Dragon Ball 42 Glénat: 42 vol. 
Reborn! 42 Glénat: 42 vol. 
Berserk 40 Glénat: 40 vol.
Psychometrer Eiji  40 Kana: 40 vol. (Épuisé?)

Et vous, qu’est que vous aimeriez lire en de telles circonstances?

Bonne lecture!

[ Translate ]

Ghost In The Shell (manga)

I’ll continue on the thematic of Ghost in the shell for a little while… I dug out those two reviews of the original GITS manga respectively published in PA #83: 20 (March-April 2005) and PA #84: 20 (June-July 2005) — however I have relativized the original rating. Note that I had already (briefly) reviewed those manga along with the live-action movie and that I have also reviewed The Ghost in the Shell Perfect Edition, tome 1.5 : [ Human Error Processer ] on this blog.

Ghost In The Shell

Ghost_in_the_shell-1-covA totally superb book! This second edition offers the original Japanese size (5.75” x 8.25” which is a smaller, more convenient size than the original English edition, but still easy to read contrary to the 4” x 6” of Lone Wolf & Cub) and some extra pages that were originally cut because they were too racy (hence the 18+ rating and the parental advisory for explicit content). It is a nice thick book, with glossy paper, that has a good feel when held. Shirow’s artwork might be of variable quality, varying from the beautiful colour illustrations to the sketchy SD characters, but his story is solid and profound (although a little too technical by moments). Most of this first volume offers the framework for the first movie (with some variations and more details), but you can also find a few ideas that were used for the Stand Alone Complex TV series, and the sixth chapter is the basis for the story of the second movie. A classic and a must. 

Ghost in the shell (攻殻機動隊 / Kōkaku Kidōtai / Mobile Armored Riot Police) by Masamune Shirow (translated by Frederik L Schodt and Toren Smith). Milwaukie, OR: Dark Horse Manga, October 2004. 368 pg. $24.95 US / $33.99 Can. ISBN 1-59307-228-7. For adult readership (18+). See the back cover. stars-3-5

[ ANNAmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldcat ]

Capsules

Ghost In The Shell #2: Man-Machine Interface

Ghost_in_the_shell-2-covLike the first volume, this one is really a superb book. Even more than the first, since there is three time more colour pages, the designs are much nicer and the art is more detailed (particularly in the colour pages – however, a problem in the reproduction of the screen-tone sometimes creates an annoying shimmering effect in the B&W art). It is a more mature work. The story is more serious and complex, to the point that it becomes difficult to follow and understand. That’s the major drawback of the book. Motoko has merged with the Puppet Master and swims freely in the virtual sea of information. She has moved to the private sector and works as the head of security for Poseidon Industrial. Her new nature allows her to move from one artificial body to another, which is quite convenient in her line of work, but makes the story even more confusing. On top of that you have Shirow’s philosophical reflection on life, intelligence and existence. Besides the main character, the story of this book has not much to do with the first part. The art is sublime and the story challenging. A must. 

Ghost In The Shell #2: Man-Machine Interface, by Masamune Shirow (translated by Frederik L Schodt and Toren Smith). Milwaukie, OR: Dark Horse Manga, January 2005. 312 pages (mostly in colour, with 106 in B&W), flipped, $24.95 US / $32.00 Can, ISBN 978-1-59307-204-9. For adult readership (18+, Lots of nudity & Violence). See the back cover. stars-4-0

[ ANNAmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

[ Traduire ]

Capsules

Ghost in the shell: Stand Alone Complex (manga)

“Ghost in the Shell: Stand Alone Complex takes place in the year 2030, in the fictional Japanese city of New Port. The story follows the members of Public Security Section 9, a special-operations task-force made up of former military officers and police detectives. The manga presents individual cases that Section 9 investigates, along with an ongoing, more serious investigation into the serial killer and hacker known only as “The Laughing Man.””

GITS-SAC-1-covVolume 1: No mission too dangerous. No case too cold. When a high-ranking government official is kidnapped, the Prime Minister must call in his top crime fighting force known as Section 9. Led by the beautiful (and deadly) Major Kusanagi, the cybernetically enhanced squad must use all their skill to take down the kidnappers and rescue the hostages. But that’s only half of the mission; can Kusanagi and company find out who’s behind the kidnapping, and, more importantly, just what they’re after? Find out in this thrilling first volume of The Ghost in the Shell: Stand Alone Complex!”

Ghost in the Shell Stand Alone Complex, Episode 1: Section 9, by Yu Kinutani. New York: Kodansha Comics, December 2016. 256 pages, 12.5 x 19 cm, $US 10.99 / $C 11.99, ISBN 978-1-935-42985-2, For teenagers (13+). See back cover. 

GITS-SAC-2-covVolume 2: The best offense is a strong defence? An advanced tech tank is on the loose and appears hell bent on heading into the city. To make matters worse, it has impenetrable defenses and all conventional efforts to stop its progress have failed. Now it’s up to Major Kusanagi and Section 9 to find a way to stop the tank’s inexorable march toward an unknown fate in the city!”

Ghost in the Shell Stand Alone Complex, Episode 2: Testation, by Yu Kinutani. New York: Kodansha Comics, December 2016. 288 pages, 12.5 x 19 cm, $US 10.99 / $C 11.99, ISBN 978-1-935-42986-9, For teenagers (13+). See back cover. 

GITS-SAC-3-cov“Volume 3: Identifying the enigmatic hero. Marcelo Jarti, the hero of a democratic revolution, and South American drug dealer, has been coming to Japan periodically and no one knows why. The Major and Section 9 track his movements after he makes his latest appearance in the country. They are determined to figure out the meaning of his visits, but following Jarti leads to more than they could have possibly expected …”

Ghost in the Shell Stand Alone Complex, Episode 3: Idolator, by Yu Kinutani. New York: Kodansha Comics, December 2016. 224 pages, 12.5 x 19 cm, $US 10.99 / $C 11.99, ISBN 978-1-612-62094-7, For teenagers (13+). See back cover. 

GITS-SAC-4-covVolume 4: The power of misdirection. Section 9 receives a tip that a criminal group from Henan is planning on attacking a financial institution. To prevent the attack, Section 9 infiltrates the secret base of the criminals. The mission goes well and the threat is neutralized … or is it? Something is amiss, and Major Kusanagi and Section 9 must act quickly in order to stop the criminals from achieving their true goal.”

Ghost in the Shell Stand Alone Complex, Episode 4: ¥€$, by Yu Kinutani. New York: Kodansha Comics, December 2016. 208 pages, 12.5 x 19 cm, $US 10.99 / $C 11.99, ISBN 978-1-61262-095-4, For teenagers (13+). See back cover. 

GITS-SAC-5-covVolume 5: Ageless new world. 16 years ago a terrorist group called the “New World Brigade” kidnapped a young girl named Eka Tokura. However, recent photos of Eka have surfaced and she appears to look exactly as she did 16 years ago. To investigate this mystery, the special unit of the Maritime Safety Agency was dispatched to a man-made island off the coast of Okinawa that has been seized by the Brigade. However, communication with the special unit has been lost, leaving this island and the Brigade in a shroud of secrets. Section 9 is tasked with the job of finding out what happened on this man-made island and discovering the truth behind Eka’s age-defying looks.”

Ghost in the Shell Stand Alone Complex, Episode 5: Not Equal, by Yu Kinutani. New York: Kodansha Comics, December 2016. 288 pages, 12.5 x 19 cm, $US 10.99 / $C 11.99, ISBN 978-1-61262-556-0, For teenagers (13+). See back cover. 

[Texts from the publisher’s website]

>> Please, read the warning for possible spoilers <<

GITS-SAC-1-p040I have already introduced the Ghost in the shell story created by Masamune Shirow when I talked about the live-action adaptation and the book 1.5 of the manga. However, my favourite part of GITS franchise was the anime TV series Stand Alone Complex. It is a police story with lots of human drama set in a post-cyberpunk environment. The TV series format allowed to make a great deal of character development for all the protagonists, the members of Section 9 Public Security unit. Usually, an anime is based on a manga but exceptionally, in this case, it is the opposite: the anime TV series came first (in 2002-2005) and this manga is a VERY faithful adaptation of a selection of five episodes (out of the fifty-two episodes of the TV series).

The seinen manga of Ghost in the shell: Stand Alone Complex (攻殻機動隊 Stand Alone Complex / Koukaku Kidoutai S.A.C.) was first serialized in Weekly Young Magazine (December 2009 – March 2010) and then in Gekkan [monthly] Young Magazine (April 2010 – December 2012) before being compiled in five volumes by Kodansha. It was translated in English by Kodansha Comics (2011-14) and in French by Glénat (2013-14). The English version is also available in digital format at ComiXology.

I like Ghost in the shell in general because it is a great cyberpunk story: people can get cyber-enhancements, the internet (the “network”) is everything, everywhere and can be used in unimaginable ways. The story also has strong social and political aspects, as it give a glimpse of a fascinating techno-dystopian future (which seems popular in Japan). In this context the “ghost” refer to the aspect of the mind that makes it unique and self-aware (the soul) even when it is digitized and uploaded to a cyber-brain or to the net, the “shell” is the body (biological or cybernetic) and the “standalones” are those who “remain outside the system” (not cyber-enhanced? air-gapped?). 

GITS-SAC-3-p085

Vol. 3, p. 85

However, I prefer the Stand Alone Complex series (both anime and manga) because I feel it offers the best designs (mostly of the characters) and storytelling (its TV series format allows for more development of both the characters and storyline). The anime movie (directed by Mamoru Oshii) was awesome but really too philosophical. By side-stepping the “puppet master” story arc, SAC is able to tell more stories of the most interesting character, Major Motoko Kusanagi, and to develop her background story in a very interesting way. Similarly, the orignal manga by Masamune Shirow is superb but the art is too detailed and the story too complex to be easily enjoyed. Shirow’s art also lacks consistency, looking sometimes very serious and sometimes (to be humorous) quite caricatural. With this new manga by Yu Kinutani the art is cleaner, more serious and steady while still being detailed enough. It is therefore much more enjoyable. The storytelling and layout follow closely the TV series (often even adding more scenes to make the action easier to follow in a static medium) so it almost feels like a storyboard.

Each volume of the manga series is adapting one episode of the TV anime. Volume one retell the story from episode 1 “Section 9”, vol. 2 covers the episode 2 “Testation”, vol. 3 recount the episode 7 “Idolater”, vol. 4 is about the episode 14 “¥€$” and vol. 5 give us its take on the episode 13 “Not Equal”. Volumes 1 and 4 also include three bonus short stories from the “Tachikoma Days” manga by Masayuki Yamamoto. Those are funny episodes involving the multi-legged artificial intelligence tanks (think tanks) called the Tachikoma — echoing the capsule video at the end of each episode of the TV series.

GITS-SAC-3-p205

Vol. 3, p. 205

One annoying thing from Ghost in the shell (mostly for feminists and people unfamiliar with the franchise) is the way the Major is dressing: in a very provocative and sexy way. This is part fan service, of course, but the character has also a reason to do so. A full-cyber body (even if it has a generous feminine shape) feels and looks a bit cold and asexual, therefore the Major wears very alluring clothing to claim and express her femininity.  I imagine she might think something like “with a body like this it’s better to show it” or maybe, feeling a little like a doll, she wants to dress like one. It also offers an element of surprise: nobody expects someone looking like her to be so strong and kick-ass!

Finally, my greatest disappointment about the GITS Stand Alone Complex manga series is that there are only five volumes. I guess it would have taken too much work and time to adapt all fifty-two episodes of the TV series. It is just too bad. However, if you want more, you still have the TV series — which was also complemented by three novels (available from Dark Horse), two OVA (The Laughing Man, Individual Eleven) and a movie (GITS: SAC – Solid State Society)…

I am already a big fan of GITS and of cyberpunk stories, but I particularly like this manga series because it offers strong designs and art, excellent storytelling and constitute an easy read. It is quite enjoyable if you like investigative stories with lots of action (sometime quite violent), rich socio-political themes and that are set in a cyberpunk future. I must admit that it has been a long time since I took so much pleasure in the reading a manga. I highly recommend it. stars-4-5

For more information you can consult the following web sites:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

© 2010-2013 Yu Kinutani • Shirow Masamune • Production I.G. / Kodansha. English translation © 2011-2014 Yu Kinutani • Shirow Masamune • Production I.G. / Kodansha. 

[ Traduire ]

L’Histoire en Manga (2)

T. 2, L’antiquité grecque et romaine

Histoire_en_manga-2-covL’Histoire en Manga: Une collection pour découvrir toute l’Histoire en image.

“De la guerre de Troie racontée par Homère à l’émergence de la démocratie athénienne, des conquêtes d’Alexandre le Grand à la naissance de la culture grecque, du règne de César à la naissance du christianisme, ce manga raconte… l’antiquité grecque et romaine.”

“170 pages de bandes dessinées pour plonger avec plaisir dans l’Histoire… avec en + … des pages explicatives pour chaque chapitre, un cahier documentaire en fin d’ouvrage pour restituer les évènements dans leur contexte, des frises chronologiques, et des cartes…”

[Texte de la couverture arrière; voir aussi le site de l’éditeur ]

Après un premier volume qui nous introduisait à la préhistoire et au moyen-orient ancien, cette série de manga éducatif (Gakushū manga) se poursuit avec l’antiquité grecque et romaine. Ce second volume était originalement intitulé Gakken Manga — Nouvelle Histoire du Monde, 2: Le monde grec, romain et méditerranéen  [ 学研まんが NEW世界の歴史  2 ギリシア・ローマと地中海世界 / Gakken Manga nyū Sekai no Rekishi 2: Girishia, rōma to Chichūkai sekai ].

L’artiste a changé et on note une amélioration dans la qualité du dessin. La narration et le découpage du récit est conçu pour son effet dramatique afin de préserver l’intérêt du lecteur malgré le sujet un peu trop académique. Cette fois, je n’ai pas noté de fautes orthographiques ou factuelles (ce qu’il ne veut pas dire qu’il n’y en a pas). Toutefois, le principal défaut de l’ouvrage réside dans le fait que l’on tente de raconter plus de trois-mille ans d’histoire en moins de deux-cent pages. On y présente donc que les faits saillants d’une histoire pourtant riche en détails. Périclès est traité en à peine deux pages! Trente-six pages pour César et la République romaine (avec quelques pages consacrées à Cléopâtre — qui faisait d’ailleurs la couverture de l’édition japonaise) et à peine vingt-cinq pages pour l’Empire romain qui n’est d’ailleurs présenté qu’à travers l’histoire du Christianisme… Un cours éclair donc.

C’est néanmoins un bon manga éducatif qui peut servir à introduire le lecteur (jeune ou adulte) à l’histoire du monde d’une façon intéressante et divertissante.

L’Histoire en Manga: T. 2, L’antiquité grecque et romaine, par Fûta Kanta (dessin) et Hidehisa Nanbô (texte) (Traduction par Aurélien Estager). Montrouge: Bayard Jeunesse, septembre 2017. 192 pages, 16 x 23.5 cm, 12,90 € / $C 24.95. ISBN 978-2-7470-8391-1. Pour lectorat adolescent (11+ ans). stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWorldCat ]

© Gakken Plus 2016. © Bayard Édition, 2017 pour la traduction française.

[ Translate ]

Capsules

L’Histoire en Manga (1)

T. 1, Les débuts de l’humanité

Histoire_en_manga-1-cov“L’éditeur scolaire japonais GAKKEN propose une collection de 12 tomes racontant l’histoire du monde. Dessins typiques du manga, couleurs saturées, scénario avec personnages servent à illustrer les grands épisodes de l’histoire.

Dans ce premier tome on découvre les débuts de l’humanité; le big bang, puis la Préhistoire et l’Antiquité égyptienne. Des pages chronologiques encadrent l’ouvrage. Un cahier de 32 pages documentaires richement illustrées vient étoffer les informations distillées dans les épisodes, ainsi que de nombreux compléments regroupés en fin de chapitre.”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

J’ai déjà mentionné dans un billet (”Educational Manga“) que les mangas, en plus d’être très divertissants, pouvaient avoir une grande valeur éducative. Au-delà des adaptations de grands classiques littéraires et des nombreux mangas historiques, il existe au Japon plusieurs séries de manga qui ont pour but d’introduire auprès d’un public jeune l’histoire du Japon ou du monde d’une manière pédagogique, voir même encyclopédique. Il s’agit des Gakushū manga ou manga d’apprentissage. 

Je n’aurait jamais cru pouvoir lire ce genre de manga en traduction. Et pourtant, en novembre dernier, en périphérie du Salon du Livre de Montréal, j’ai découvert chez Bayard Jeunesse une collection qui nous raconte L’Histoire en manga (mes deux sujets favoris!). La collection comporte (pour l’instant) huit volumes: v.1 Les débuts de l’humanité, v.2 L’antiquité grecque et romaine, v.3 L’Inde et la Chine antiques, v.4 D’Attila à Guillaume le Conquérant, v.5 De l’empire mongol à la Guerre de Cent ans, v.6 La Renaissance et les grandes découvertes, v.7 L’Histoire en Europe de la Reine Elisabeth à Napoléon (incluant la révolution industrielle), v.8 De la conquête de l’Amérique à la Commune de Paris. L’édition originale japonaise comporte douze volumes (il en resterait donc quatre à paraître).

Le premier volume, originalement intitulé Gakken Manga — Nouvelle Histoire du Monde, Volume 1: Les Temps préhistoriques et l’Orient ancien [ 学研まんが NEW世界の歴史  第1卷 先史時代と古代オリエント / Gakken Manga nyū Sekai no Rekishi 1Kan: Senshi Jidai to Kodai Oriento], nous introduit à l’histoire des débuts de l’Humanité, de la préhistoire au moyen-orient ancient. Le récit utilise comme prétexte trois collégiens turbulents qui se font coller en punition un exposé sur les débuts de l’humanité qu’ils réalisent grâce à l’aide de leur professeur de physique.

Évidemment, dans ce genre de manga documentaire, la qualité graphique n’est pas vraiment une priorité alors le dessin est plutôt moyen — mais il est en couleurs. Aussi, compte tenu de l’ampleur du sujet, on nous raconte tout cela en accéléré (moins de deux cents pages pour couvrir quelques millions d’années d’histoire!). Et bien sûr on retrouve plusieurs fautes d’orthographes et quelques erreurs factuelles (ou de frappe? Possiblement due à la traduction ou au lettreur?). Par exemple, on place la révolution agricole à “59 000 ans avant notre ère” alors que l’on voulait probablement dire 9500 ans… Mais dans l’ensemble c’est assez juste et c’est complété par un dossier qui reprend l’information couverte par le manga sous forme de texte.

Même si ce genre de manga s’adresse surtout à un public jeune (onze ans et plus), cela reste intéressant pour tout âge. Au Japon, ces mangas sont souvent utilisé comme des manuels scolaires alors pourquoi n’en ferions-nous pas autant ici? Cela reste une bonne lecture relativement divertissante et assez éducative. C’est sans aucun doute l’ouvrage idéal pour intéresser un jeune lecteur à l’histoire du monde.

L’Histoire en Manga: T. 1, Les débuts de l’humanité, par Hirofumi Katô (dessin) et Hidehisa Nanbô (texte) (Traduction par Aurélien Estager). Montrouge: Bayard Jeunesse, septembre 2017. 192 pages, 16 x 23.5 cm, 12,90 € / $C 24.95. ISBN 978-2-7470-8390-4. Pour lectorat adolescent (11+ ans). stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWorldCat ]

© Gakken Plus 2016. © Bayard Édition, 2017 pour la traduction française.

Vous pouvez aussi voir sur Youtube la bande annonce de la série (en japonais):

[ Translate ]

Capsules

Dans l’abîme du temps (Gou Tanabe)

Dans_lAbime_du_temps-covCertaines choses devraient rester cachées pour l’éternité…

En 1935, au fin fond de l’Australie, le Pr Nathaniel Peaslee recherche avec frénésie les traces d’une civilisation inconnue. Il ne comprend pas pourquoi, mais il connaît ces lieux, comme si un autre avait implanté des souvenirs en lui. Il sait que quelque chose d’aussi mystérieux que terrifiant se tapit, là, dans les profondeurs du sable du désert…

Son monde a été chamboulé près de 30 ans plus tôt. À l’époque, il enseigne à la prestigieuse université de Miskatonic. Il mène une vie paisible, entouré de sa femme et de ses enfants… jusqu’au jour où il s’effondre en plein cours. À son réveil, personne ne le reconnaît. Il a toujours la même apparence, mais semble avoir perdu la raison ! Il parle un dialecte inconnu et se comporte comme un étranger. Pire, il se prend de passion pour les sciences occultes, allant même jusqu’à se plonger dans l’étude du Necronomicon, ouvrage maudit entre tous…

Gou Tanabe reprend la plume pour offrir une nouvelle adaptation d’un chef-d’œuvre de H. P. Lovecraft ! Dans l’abîme du temps est une référence de la science-fiction, combinant avec maestria deux de ses thèmes majeurs : le voyage dans le temps et le transfert de personnalité. Mais surtout, l’auteur y crée un vaste univers oppressant et fantastique, où l’homme n’est pas le seul à être terrifié par l’inconnu…

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Dans_lAbime_du_temps- p36

Page 36

Dans l’abîme du temps (時を超える影  – ラヴクラフト傑作集 / Toki o koeru kage – ravukurafuto kessaku-shu / lit. “Ombres au fil du temps – chefs-d’œuvre de Lovecraft”) a d’abord été publié en feuilleton dans Comic Beam (avril à décembre 2018), un magazine mensuel de Enterbrain (Kadokawa), avant d’être compilé en deux volumes. Ce manga seinen adapte une longue nouvelle du maître de la littérature fantastique et d’horreur,  H.P. Lovecraft. Écrite entre novembre 1934 et février 1935, elle fut l’un des derniers textes à être publié du vivant de Lovecraft, en juin 1936 (dans Astounding Stories). La traduction française est paru chez Ki-oon. 

Dans_lAbime_du_temps-p050

Page 50

Gou TANABE a aussi adapté en manga plusieurs autres récits de Lovecraft: The Outsider (2007), The Hound and Other Stories (2014, publié en anglais chez Dark Horse et qui inclus “The Hound,” “The Temple,” et “The Nameless City”), The Colour Out of Space (2015), The Haunter of the Dark (2016), At the mountain of madness (2016-17, publié en anglais chez Dark Horse et en français chez Ki-oon, et dont j’ai déjà commenté le volume 1 et le volume 2) et The Call of Cthulhu (mai à novembre 2019). La prochaine adaptation de Lovecraft par TANABE, à paraître en mars chez Ki-oon, sera La couleur tombée du ciel [異世界の色彩 ラヴクラフト傑作集 / I sekai no shikisai – ravukurafuto kessaku-shū / lit. “Couleurs de différents mondes – Chefs-d’œuvre de Lovecraft”]. Ce récit de Lovecraft vient d’ailleurs d’être adapté au cinéma par Richard Stanley.

Dans_lAbime_du_temps-p333

Page 333

Comme j’ai déjà commenté tant la nouvelle de Lovecraft elle-même que l’adaptation en bande dessinée par I.N.J. Culbard (chez Akileos), je ne m’attarderai donc pas sur l’histoire. Ce texte est considéré comme un des récits les plus accompli de Lovecraft, quoi que personnellement je lui préfère Les Montagnes hallucinées, auquel il fait suite en quelque sorte. Ces deux textes forment le coeur du mythe des Grands Anciens de Lovecraft. 

L’adaptation qu’en fait Tanabe est fidèle et excellente. Le récit est fluide et captivant. Toutefois, ce qui rends cet ouvrage tout à fait indispensable c’est sa qualité graphique. La qualité de l’objet, d’abord, car Ki-oon a mis un grand soin à produire un beau livre avec une couverture simili cuir semblable à celle de l’édition des Montagnes hallucinées (mais grise au lieu de brune). Cependant, ce qui ressort avant tout, c’est le travail d’illustration de Tanabe qui est absolument sublime. Il est difficile de faire un dessin sombre (avec beaucoup d’encre sur la page) où les détails restent précis. Dans son adaptation précédente, l’excès de détails donnait une impression confuse aux planches. Mais ce n’est pas le cas ici, car Tanabe se surpasse. Il réussi à visualiser de façon originale l’imaginaire de Lovecraft, ce qui est tout un exploit étant donné que celui-ci n’est pas toujours très précis dans ses descriptions.

Tanabe nous offre plusieurs illustrations double-page:

Dans l’abîme du temps offre donc une excellente lecture qui permet de découvrir cette oeuvre de Lovecraft d’une façon très agréable. Je recommande très chaudement.

Dans l’abîme du temps (Les chefs-D’Oeuvres de Lovecraft, 3), par Gou TANABE (dessin) et H.P. Lovecraft (histoire). Paris: Ki-oon (Coll. Seinen), septembre 2019. 368 p. 15 x 21 cm, 17 € / $C 31.95. ISBN 979-10-327-0489-9. Pour lectorat jeune adulte (16+). stars-4-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

© Tanabe Gou 2018 & 2019

[ Translate ]

Capsules

Ad Astra VIII

AdAstra8-covAlors que le général Marcellus vient de montrer une finesse insoupçonnée pour entrer dans la ville de Nola, Scipion est également surpris par l’arrivée de Caius, qu’il croyait mort au combat. Mais le plébéien a changé : depuis que sa route a croisé celle de Maharbal, cette guerre est devenue pour lui une affaire personnelle…

Seulement, le chef Numide est un adversaire de taille ! Pour Scipion, pas question de le neutraliser sans avoir recours à la ruse… et ce n’est pas le genre de tactique qu’apprécie Marcellus. Pourtant, les conseils du jeune Romain lui ont permis de remporter enfin une bataille contre Hannibal… Les deux hommes seront-ils encore capables de collaborer ?

Bravoure, complots et stratégie… Plongez au cœur des batailles qui opposèrent les légendaires Hannibal et Scipion !”

[Texte de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Ad Astra: Scipion l’Africain & Hannibal Barca (アド・アストラ -スキピオとハンニバル- / Ad Astra – Scipio to Hannibal) est un manga seinen historique par Mihachi KAGANO qui raconte les faits saillants de la deuxième guerre punique qui opposa non seulement Rome et Carthage mais aussi leurs stratèges respectifs: Scipion l’Africain et Hannibal Barca. Il a été prépublié dans le magazine Ultra Jump (entre mars 2011 et février 2018), puis compilé en treize volumes chez Shūeisha. La version française est parue chez Ki-oon.

AdAstra8-p083

Page 83

Ce huitième volume est consacré à la deuxième bataille de Nola et au début du siège de Syracuse. Printemps -215, les troupes d’Hannibal tente une nouvelle fois de prendre Nola, cette fois sous le commandement de Maharbal qui est confiant en la supériorité de ses cavaliers Numides. Scipion met Marcellus en garde contre les failles de sa stratégie et concocte un plan pour aider Caius dans sa vengeance. Grâce à cela, Caius réussit à embusquer Maharbal et à le tuer en combat singulier. Marcellus se rend compte de son erreur et réajuste sa stratégie pour obtenir une nouvelle victoire. Pour sa valeur, Caius est promu centurion et demande comme récompense que Marcellus soutienne Scipion dans sa candidature à la fonction d’édile.

AdAstra8-p147

Page 147

Trois ans plus tard, en -212, Scipion est maintenant édile et porte le casque d’Aemilius, pour honorer son beau-père. Marcellus fait le siège de la ville de Syracuse qui est allié des Carthaginois et dont les défenses — conçues par le génie mathématicien Archimède — étaient réputées imprenables. Scipion réussi à pénétrer dans la ville en se faisant passer pour un envoyé macédonien. Il gagne la confiance d’Archimède et réussi à obtenir des renseignements précieux… mais sont subterfuge est découvert!

Ad Astra continue à nous étonner par la qualité de son graphisme et l’excellence de son récit d’action. Le dessin, précis et riche en détails, est très agréable à l’oeil. À grand renfort de stratégies militaires, de combats terrestre et de batailles navales, ce manga captive sans peine notre intérêt en nous racontant les faits saillants de ce conflits entre Rome et Carthage. La narration commence à s’accélérer un peu mais il reste toute même encore neuf ans à couvrir en cinq volumes! J’ai particulièrement aimé le récit de la rencontre entre Scipion et Archimède — qui n’était pas sans (beaucoup!) me rappeler le manga Eurêka! par Hitoshi Iwaaki. Évidemment, un récit romancé ne peut échapper aux inexactitudes historiques et l’auteur reconnait volontier avoir “un peu trop déformé la réalité, notamment dans le passage sur la deuxième bataille de Nola” et renvoie les lecteurs à Polybe et Tite-Live pour “une vision plus exacte du déroulement des combats”… Malgré cela, Ad Astra demeure un excellent manga que je recommande tout particulièrement aux amateurs d’histoire romaine!

Ad Astra: Scipion L’Africain & Hannibal Barca Vol. VIII, par Mihachi KAGANO. Paris: Ki-oon, février 2016. 210 pages (192 pl), 13 x 18 cm, 7,90 € / $16.98 Can. ISBN 978-2-35592-919-9. Pour un lectorat adolescent (14 ans et plus). stars-4-0

Pour en savoir plus vous pouvez consulter les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

Ad Astra Publius Cornelius Scipio Africanus Major & Hannibal Barca © 2011 by Mihachi Kagano / SHUEISHA Inc.

Voir mes commentaires sur les volumes précédents:

ad_astra-v01 ad_astra-v02 ad_astra-v03 AdAstra-v04-cov AdAstra-v05-cov AdAstra-v06-cov AdAstra7-cov

[ Translate ]

Capsules