Un dimanche au musée

IMG_3412J’ai encore visité une exposition au Musée des beaux-Arts de Montréal in-extremis: en effet, l’exposition D’Afrique aux Amériques : Picasso en face-à-face, d’hier à aujourd’hui se terminait aujourd’hui. Comme toujours, cela en valait la peine (malgré la foule).

Je n’ai jamais beaucoup aimé Picasso (et l’art abstrait en général) mais, comme il se situe aux limites du figuratif et que j’ai toujours été fasciné par la vision du monde qu’il exprime dans son art, il m’intéresse tout de même. J’ai toujours interprété son oeuvre avec l’entendement que, la photographie ayant rendu le besoin de représenter la réalité caduque, les artistes modernes ont délaissé le figuratif pour l’impressionisme, d’abord, puis pour l’expressionnisme et même carrément l’abstrait (cubisme, surréalisme, etc.). On déforme la réalité pour exprimer et inspirer des sentiments. Picasso a commencé à peindre durant une période troublée du XXe siècle, alors ce n’est pas surprenant qu’il exprime des sentiments perturbés, dérangés ou dérangeants. Je me suis toujours demandé comment il pouvait réussir à déformer la réalité d’une telle façon ou s’il voyait vraiment le monde comme cela. Quoiqu’il en soit, j’ai toujours trouvé son art plutôt laid. Mais bon, comme je dis souvent à mon épouse, pas besoin d’aimer ça pour l’apprécier! Pour apprendre, il faut aller au-delà de ses goûts et de sa zone de confort.

Toutefois, ce n’est vraiment qu’en visitant cette exposition, qui met en parallèle des oeuvres de Picasso et de l’art Africain (dans ses très multiples déclinaisons), que j’ai finalement compris son inspiration. À cette époque-là, les artistes tribaux africains tentaient de représenter les esprits de la nature, le divin, la terreur de leur démons. Et c’est dans ces formes là que Picasso a trouvé sa muse.

Étrangement, l’art africain m’a aussi toujours fasciné. J’y trouve quelques chose de surréel, et, là où l’artiste tentait de représenter le surnaturel (esprit, démon), j’y vois une vision d’outre-monde, tantôt lovecraftienne, tantôt l’expression d’une science-fiction accidentelle (extra-terrestre, créature “star trekienne” ou “alienesque”, robot, arme klingonne, etc.). 

Et c’est sous le prisme de ces deux considérations que j’ai visité, et apprécié, cette exposition…

[ Translate ]

Continuez la lecture après le saut de page >>

Continue reading

Dimanche à la ferme

FarmerFair2018-logoNous avons décidé de passer notre dimanche aux Portes Ouvertes sur les Fermes du Québec qui se déroulaient (entre autre) au Parc Olympique de Montréal. Nous avions déjà visité cet événement l’an dernier et, comme nous avions bien apprécié, nous avons décidé de récidiver cette année. C’est l’occasion pour les différents producteurs agricoles de la province de présenter et de promouvoir leur production au public. On peut donc y découvrir les différentes variétés de vaches qui sont élevées au Québec (Holstein, Ayrshire, Jersey, Suisse Brune, Canadienne, Limousin) ou les différentes variétés de grains qui y sont cultivés (Maïs, Soya, Orge, Blé, Canola, Avoine). Il y avait même une petite ferme avec une grande variété d’animaux que les enfants pouvaient caresser (chèvres, âne, Alpaga, etc.). C’était fort amusant…

FarmerFair2018-map

J’y ai découvert quelques nouveaux produits intéressants comme la bière bio artisanale Boldwin, l’huile de Caméline, les produits de la cidrerie Lacroix, la boutique de produits de laine Merlaine, etc.

Album photos:

[ Translate ]

FarmerFair2018-banner